The Final Battle

Stryper

21/10/2022

Frontiers Records

Treizième album studioJésus plus les apôtres durant la Cène, The Final Battle va-t-il porter la poisse aux cavaliers divins de STRYPER ? Non, car la chance n’a rien à voir avec son parcours, guidé par Dieu, et suivant les traces d’une émergence eighties qui à l’époque, avait provoqué bien des rires gras et autres blagues douteuses. Devenu depuis longtemps une référence dans le monde du Heavy Metal, STRYPER, à l’image d’EUROPE, a délaissé les niaiseries de son début de parcours et ses psaumes les moins tolérables pour proposer une messe en décibels majeurs, en bon pasteur Metal qu’il est devenu depuis sa reformation.

Pour en arriver à ce troisième album, les quatre prêtres ont dû essuyer des tempêtes personnelles assez difficiles. Entre la tumeur au cerveau d’Oz Fox et les problèmes de rétine de Michael Sweet, la retenue de la pandémie de COVID, tout n’a pas été simple, et l’enregistrement de cet album est devenu à la fois une bataille à livrer ainsi qu’une catharsis, comme une prière enfin exaucée après des nuits entières de dévotion pieuse. Il faut dire que le quatuor avait un sacré challenge à relever, en restant aussi productif sans baisser en qualité. Et avec une suite majeure comme celle posée par No More Hell To Pay (2013), Fallen (2015), God Damn Evil (2018), et Even The Devil Believes (2020), la tâche était ardue, et les efforts à faire conséquents.

Mais quand on a la foi, aucune montagne n’est impossible à gravir, et c’est la leçon que nous donne cet explosif The Final Battle, et ses cavaliers de l’apocalypse suivant leur leader sur le chemin de la repentance. En piochant dans l’imaginaire de l’évangile selon St Jean, STRYPER se tient prêt à affronter l’apocalypse, armé de chansons fortes, de refrains fédérateurs, et de soli qui embrasent le ciel. Et si le Diable sera toujours leur pire ennemi, les américains n’ont pas hésité encore une fois à lui emprunter quelques recettes musicales.

Ces onze morceaux, selon la très respectable maison de disques Frontiers, font partie du haut du panier de la production de STRYPER. Sans aller jusque-là, et sans verser dans la complaisance, autant reconnaître qu’une ou deux chansons vont rapidement devenir des chevaux de bataille live. J’en tiens pour exemple ce miraculeux « Same Old Story », incroyablement puissant et mélodique, qui recoupe le Heavy Metal avec un Rock mélodique très angélique, mais éloigné des atermoiements les moins pardonnables de « Free » ou « Honestly ».

The Final Battle sonnera donc familier à tous les dévots, et se présente sous un jour particulièrement flatteur. Une fois encore, la voix divine de Michael Sweet domine les débats, et l’homme ne semble pas éprouver le poids des presque quarante ans de carrière qu’il accuse pourtant. Sa prestation sur ce nouvel album est tout bonnement hallucinante, avec des envolées suraiguës à peine croyables, renvoyant le Metal God Rob Halford à ses chères études lyriques. Mais un chanteur ne fait pas la musique, il l’accompagne, et de ce côté-là, point de doute à avoir sur la foi indéfectible du groupe en un Heavy Metal hargneux, agressif, sermon sauvage pour convaincre les masses de l’urgence de la situation. Doit-on pour autant se convertir en toute confiance ? Oui, et un oui massif, puisque ce treizième album fait en effet partie des plus grands achèvements du quatuor.

Comme d’habitude, Michael et Oz riffent comme des saints, mais on note un surplus d’énergie dans la frappe de Robert, qui pose quelques roulements convaincants, tout en martelant le tempo comme un exorciste les formules latines. STRYPER n’hésite plus à mélanger les genres, à toucher à tout, de crainte de se faire rejeter par la communauté. C’est ainsi que nous avons droit à des moments plus intimes, mais pas sirupeux pour autant. « Near » en est la preuve irréfutable, et si les textes sont toujours aussi aveuglément portés sur l’amour du divin, la musique elle, laisse transparaitre une inspiration plus populaire, et moins sectaire.

De là à savoir si ce nouvel album tiendra la dragée haute à ses prédécesseurs, il y a un pas difficile à franchir. Ce que je sais par contre, c’est que cette livraison est d’une qualité incroyable, entre mid tempo Hard en réminiscence des souvenirs pieux des années 80 (« Out, Up & In »), et tornades Heavy Metal incontrôlables et viriles (« Transgressor », « Rise To The Call »).

Belle leçon de composition et d’interprétation donnée par le groupe, qui s’essaie même au groove moderne inspiré par la Fusion des nineties (« The Way, The Truth, The Life », qui sonne très EXTREME), mais qui dans le fond, reste fidèlement attaché à ses racines Metal (« No Rest For Wicked », classique, légèrement Doom, mais convaincant dans la forme).

Pour être totalement honnête, The Final Battle sonne comme une synthèse parfaite des années 80, avec ses divers courants et ses nombreuses stars. En piochant dans son passé, STRYPER évoque ses compagnons de jeu, les WINGER, BRIDE, SLAUGHTER, et toute la clique californienne, sans pour autant brader son identité. « Till Death Do Us Part » achève de nous séduire en proposant une fois de plus une prestation vocale magnifique et soutenue par des chœurs évanescents, alors que « Ashes To Ashes » se rapproche beaucoup plus de RIOT que de David Bowie.

STRYPER, réhabilité depuis longtemps, prouve qu’il a traversé ces deux dernières années sans jamais questionner sa foi. Ce treizième album ne sera donc pas celui du dernier repas, le quatuor montrant les dents pour prouver qu’il a encore envie de mordre le destin. Se rapprocher de Dieu, mais sans léser les fans. Une formule qui a fait ses preuves.

        

         

Titres de l’album :

01. Transgressor

02. See No Evil, Hear No Evil

03. Same Old Story

04. Heart & Soul

05. Near

06. Out, Up & In

07. Rise To The Call

08. The Way, The Truth, The Life

09. No Rest For Wicked

10. Till Death Do Us Part

11. Ashes To Ashes


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 30/09/2022 à 17:24
85 %    129

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Insanity Alert + Sekator + Detoxed

RBD 01/12/2022

Live Report

Fleshcrawl + Disfuneral + Median + Nebulizar

Simony 23/11/2022

Live Report

Frustration + Verdun

RBD 22/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : live SAMAEL 1990

Jus de cadavre 20/11/2022

Vidéos

The Cure + The Twilight Sad

RBD 17/11/2022

Live Report

Sepultura + Sacred Reich + Crowbar

RBD 12/11/2022

Live Report

European Tour 2022

Simony 02/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : les flyers

Jus de cadavre 30/10/2022

Vidéos

Alcest + Rïcïnn

RBD 26/10/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Lying Figures + Mourning Dawn + Lux Incerta 10/12 : Le Klub, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
NecroKosmos

Idem. Un grand homme. Et un dernier album formidable.

04/12/2022, 16:08

NecroKosmos

Voici la raison pour laquelle je ne fais presque plus de concerts. Les téléphones portables à perte de vue qui te gâchent la tienne. Et qui foutent l'ambiance en l'air...

04/12/2022, 16:06

Jus de cadavre (pas log)

Je trouve effectivement que le chant d'Anselmo est très bon. Meilleur qu'avec Down même ! Musicalement ça tient grave la route aussi. Heureux de voir que Wylde ne pourri pas tout avec du shred à gogo (comme il le faisait avec Ozzy ou encore pire avec BLS).(...)

04/12/2022, 14:49

Humungus

Soirée chez un pote hier...Visionnage en after ce matin de tout ça : GDB mais smiley prévisionnel (cf. fests d'été).Et effectivement, le coup des portables, c'est plus que flagrant et dérangeant...

04/12/2022, 14:37

Dédé

Oui ils feraient mieux de profiter du concert . Du coup l'ambiance est moindre . C'est comme ça maintenant il faut s'adapter, il fut un temps où t'aurais même pas oser sortir ton téléphone sinon ça finissait en miettes dans la fosse&nbs(...)

04/12/2022, 12:31

Buck Dancer

J'étais peu concerné par cette "reformation" mais j'avoue que, apparemment, ça le fait bien. Anselmo a l'air en voix et le groove est là. Par contre horrible tout ces téléphones. On voit que ça, aucune vie dans (...)

04/12/2022, 12:08

RBD

Je connais le groupe depuis longtemps, sans être un intime. Simony a visiblement pris la peine d'exhumer la première version nommée "Doors of No Return" pour bien saisir l'apport de ce réenregistrement sous un nouveau nom.L'aspec(...)

03/12/2022, 14:34

Tak

Je viens de lire cet énorme pavé et c'est du très beau boulot, sérieux et documenté : un grand bravo au rédacteur !Quelques albums que je connais dans le lot (rhaaa enfin quelqu'un qui estime les excellents Defiance à leur juste va(...)

03/12/2022, 11:50

Humungus

Toujours émouvant pour moi de revoir Lemmy à cette période de sa vie...

03/12/2022, 10:51

Kenlemortvivant

Ça se voit ! 

03/12/2022, 07:24

RBD

Toujours avec une illustration par Luisma, le guitariste de Haemorrhage. 

02/12/2022, 13:17

Jus de cadavre

Je ne connaissais pas du tout ce groupe français... Eh ben, quelle baffe ! C'est super bien fait et la production (même si ça a été remasterisé) est juste excellente pour l'époque ! Comment un tel truc n'a t-il pas eu plus de succ&egr(...)

02/12/2022, 12:36

Gargan

Typiquement moi le vendredi soir

02/12/2022, 07:04

Arioch91

@metalrunner : Du megadeth pas renversant chanté par James.

30/11/2022, 19:57

RBD

C'est vrai que ce riff Speed-Thrash passerait bien chez Megadeth sans le chant. Mais je ne me mets pas du tout à rêver d'un album entier bien pêchu, c'est juste un premier extrait. Le concept du double concert avec premières parties différentes est (...)

30/11/2022, 16:02

Humungus

metalrunner + 1 hé hé hé...Plus sérieusement (quoique...), le post de Jus de cadavre aurait pu être mien.

30/11/2022, 09:51

Sadam Mustaine

Depuis 25 ans c'est une blague.Du moins Metallica est un monstre du Métal en se reposant sur 10 ans de sa vie et 5 albums.Depuis 25/30 ans et les cheveux courts c'est même pas digne d'être top 50

29/11/2022, 21:12

Hoover

C'est atroce...

29/11/2022, 20:19

metalrunner

Du megadeth chanté   par James

29/11/2022, 13:37

Dédé

Le morceau est vraiment bien , oui le chant gâche un peu 

28/11/2022, 22:51