Il y a violence et violence. La violence bête et méchante, qui détourne l’essence de son but pour tout détruire, mais qui finalement, passe comme un typhon inoffensif, et ne fait aucun dégât. Et puis il y a la vraie violence. Condensée, réfléchie, parvenue à une maturation de destruction, et qui frappe de façon chirurgicale, ne laissant

planer aucun doute sur son efficacité.

Un peu comme un gros pain dans la gueule après dix minutes d’écoute et de fausse compréhension, avant que la véritable nature ne reprenne ses droits. Vous savez, ce genre de non-baston, avec un opposant calme comme un glaçon, qui soudain, fatigué de vous voir gesticuler et vitupérer vous en colle une bonne dans la face, vous mettant KO pour le compte.

Ce genre de violence directe et percutante, j’aime. Et ce matin, un exemple m’en a été donné par un quintette Belge sûr de son fait. Oui, des Belges, des gens d’ordinaire très calmes et chaleureux, qui lorsqu’ils se mettent en colère ne font pas semblant d’être belliqueux.

Cet exemple, c’est le second album des méchamment remontés INDEMNITY, qui s’ils vous flanquent une rouste, vous feront passer l’envie de leur en réclamer.

  

Il faut dire que les mecs sont rodés. Leur émergence ne date pas d’hier, et ils ont eu le temps de peaufiner leurs plans depuis leur création il y a une douzaine d’années. Ils ont vu défiler pas mal de petites frappes dans leurs rangs, avant de se stabiliser autour d’une équipe solide et soudée (Matthias Debaets – batterie, Matthias De Boitselier – lead et chœurs, Tomas Herremans – rythmique et chœurs, Arne Daelman – chant et Ken Koeckelberghs – chant/basse), ce qui leur a permis d’enregistrer une poignée de démos aux intitulés sans équivoque (The Beauty of Violence en 2006, Violent Opposition Threath en 2008) et un premier LP il y a quatre ans (The World Is Beautiful for Those Who Live in Another One, pas faux).

Depuis 2013, l’histoire est en marche, et nous retrouvons nos cinq chevaliers de la rue en pleine forme sur ce second album qui ne trahit en rien leur philosophie, baptisé d’un très à-propos Bloody Minded Bullet Headed. Niveau définition de l’éthique, les amis du plat pays aiment à voir leur agression sonore comme « du Punk et D-beat sauvages, recouverts de Thrash avec une tranche de Hardcore). En gros, du…Hardcore, surboosté par un jeu puissant hérité des gloires nineties de l’algarade rythmique, pour une union temporelle entre la scène D-Beat/Crust nordique et le Core typique des New-York streets. Et croyez-moi, une fois pris en plein visage, leur barouf laisse des traces et des yeux au beurre noir.

 

INDEMNITY ne fait pas de quartier. Certes, leur musique est à quatre-vingt-dix pour cent constituée de Hardcore teigneux et relevé, mais quelques impulsions nous ramènent en effet en territoire Thrash, un peu comme si les NORMA JEAN taillaient le bout de gras avec une version très remontée des CHANNEL ZERO reprenant SLAYER dans le texte, et légèrement énervés par la tournure que prennent les choses. Vingt minutes à peine de concentré de haine, qui explose à chaque break, à chaque couplet, et qui incendie votre casque ou vos enceintes sans pitié. Sans avoir plus de renseignements à vous prodiguer sur l’enregistrement de ce second-né (la page Facebook du groupe, seule source fiable reste discrète à ce propos), je peux vous assurer qu’il dispose d’une production parfaitement adaptée, aux graves rebondissant et aux aigus caressant, qui assure aux guitares tout le tranchant dont elles ont besoin, tandis que le duo rythmique impose son train, sans que le chant ne se sente trop seul dans son coin. Bel équilibre de mixage donc, pour une belle osmose stylistique de sentiments antagonistes. Colère, rejet, activisme, tout y passe et avec une belle rage de conviction, pour un trait d’union entre la scène Hardcore des 80’s, celle plus Thrash et gonflée des 90’s, le tout enrobé dans une véhémence très actuelle, sans pour autant tomber dans le piège du Metalcore ou dans le plagiat D-beat usuel.

Il faut dire que nos cinq combattants ont agi très intelligemment et ont pris leur temps pour ne pas laisser traîner les choses le moment venu.

Avec des compositions qui ne dépassent que très rarement les deux minutes, et jamais les trois, des intermèdes d’une poignée de secondes (« Controlled » bourrée Thrash à la limite du Crust, comme un DISCHARGE des grands jours), et quelques interventions plus développées qui offrent des thèmes à l’arraché et groovy à souhait (« Left For Dead » et son riff d’intro gluant sur couplets brûlants), Bloody Minded Bullet Headed se pose en archétype de l’album de Hardcore métallisé moderne, sans non plus verser dans le convenu et l’attendu/entendu.

Ce qui est certain, c’est que son message l’est. De l’intro bombardée de lourdeur de « Never Hold Back » qui laisse ses guitares soudainement divaguer d’un D-beat asséné, au véritable final « What You Think » et son riff aussi Thrash qu’un staccato de Jeff Hanneman, le tour de force des INDEMNITY est d’avoir ressui à faire un état des lieux du Hardcore moderne en refusant de se laisser corrompre par ses poncifs les plus éculés.

Alors certes, les figures imposées pointent parfois le bout de leur nez, mais l’originalité d’un Crossover vraiment bien équilibré crève les yeux et les oreilles, ce qui permet à notre quintette de tenter des choses vraiment salement corsées (« You Fucking Disgust Me » et son Thrashcore à la basse claquante, « Eye Of The Storm », concentré de PANTERA, d’URSUT et de MADBALL), ou au contraire d’opter pour des slogans au groove chaloupé (« Drowning at the Gates of Fortress Europe », beat qui évolue sans cesse mais qui balance bien des fesses).

Mais le leitmotiv est clair, la violence, et rien d’autre. Ainsi, le crédo est affiché sans gêne via un « Violence has Never Done Me Wrong » qui ne laisse planer aucun doute de sa charge lourde, et l’album se termine même par une dernière attaque frontale aux blasts Thrashcore fatals (« Onward To Destruction »).

De fait, inutile de dire que les mecs vous ont pris en traitre, puisque personne ne vous croira.

Mais comme je le disais, il y a violence et violence. Celle présentée par Bloody Minded Bullet Headed associe celle de la rue, aveugle et sourde, et celle plus pensée et distillée des groupuscules anarchistes qui préparent toujours bien leurs coups.

Un mélange de blitzkrieg soudain et imprévisible et de manif’ aux slogans bien visibles. Mais il y a toujours plusieurs façons d’exprimer sa contestation. Ce que démontre fort bien ce deuxième album en forme de déclaration d’intention.


Titres de l'album:

  1. Never Hold Back
  2. Slavery
  3. You Fucking Disgust Me
  4. Drowning at The Gates Of Fortress Europe
  5. Religion Means War
  6. Controlled
  7. Eye Of The Storm
  8. Violence Has Never Done Me Wrong
  9. Rotting Away
  10. Left For Dead
  11. What You Think
  12. Onward To Destruction

Facebook officiel


par mortne2001 le 21/05/2017 à 13:40
75 %    406

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Asphodèle

Jours Pâles

Picture

Wings

Birdeatsbaby

The World Conspires

Airbourne

Boneshaker

The Deathtrip

Demon Solar Totem

Shadow Limb

Burn Scar

Denner's Inferno

In Amber

Sorcery

Necessary Excess of Violence

Voyager

Colours In The Sun

Cyhra

No Halos In Hell

Mur

Brutalism

Nocturnal Breed

We Only Came for the Violence

Work Of Art

Exhibits

Deceitome

Flux of Ruin

Risen Prophecy

Voices from the Dust

Desolation

Screams of the Undead

Une Misère

Sermon

Aro Ora

Wairua

White Mantis

Sacrifice Your Future

Hatred Dusk

Hatred Dusk

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

MORTUARY, Interview avec Patrick (Chant) et Jean-Noël (Basse)

youpimatin / 05/11/2019
Brutal Death Metal

Nesseria + Stuntman

RBD / 01/11/2019
Hardcore

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

+1.


Enorme la pochette. Et l'album sans être une tuerie, s'écoute ma fois sans sourcilier...


JTDP +1.
Tu m'as d'ailleurs devancé de quelques minutes car tu as posté pendant que j'écrivais justement ceci :
Limite surprenant que l'on déblatère autant de la presse papier spécialisée sur la toile non ?
Preuve que cette dernière a encore tout son sens je trouve.
P(...)


Dernière phrase pleine de bon sens, mon cher. C'est quand tu vois les mags étrangers que tu comprends mieux les écarts.


"Bon, en même temps, pas simple de faire déplacer des mecs qui doivent pas se payer des masses"

Ah ben, je crois même que la grande majorité ne se payent pas du tout...

Pour Rock Hard et la "Metaltèque Idéale", si je ne me trompe pas, c'est surtout une opération com(...)


Clair que les 2 points faibles de Metallian sont la compétence des chroniqueurs et les questions aux ITW, faites par mail à 90%. Bon, en même temps, pas simple de faire déplacer des mecs qui doivent pas se payer des masses. Pour les kros, c'est pourtant pas compliqué en quelques lignes (d'aille(...)


@JTDP, +1 concernant Metallian et son aspect fanzine.

C'est clair que certaines interviews sont mal branlées et que celles du ou des groupe(s) en tête d'affiche ne sont pas plus volumineuses que d'autres.

Ce qui me dérange le plus, ce sont les chroniques d'albums.
(...)


Dans l'éternel débat des mag' papiers encore existant, de mon côté, New Noise et Rock Hard sont le haut du panier.
New Noise pour leur éclectisme qui fait vraiment du bien (j'ai, par exemple, découvert BRUTUS grâce à eux, une de mes plus belle rencontre musicale et mon meilleur concer(...)


Perso je trouve les premieres années de Rock Hard vraiment excellente, apres le magazine n'a plus innové.


J'ai acheté Metallian il y a quelques mois. Des années que je n'avais acheté un magazine papier. J'y ai lu 3 ou 4 interviews corrects (les groupes que j'aime). Ce torchon, bien fichu, a toujours le chic pour interviewer les groupes les plus nazes de la scène métal. Il empeste toujours l'extensi(...)


S'il n'y avait que l'alcool hein...


Hard Force, Hard N Heavy et Hard Rock mag c'était de la bombe dans les années 90.

Rock Hard c'était genial dans les années 2000.

Aujourd'hui Rock Hard et Metallian sont les survivants et fond le minimum je trouve, mais vu qu'il n'y a plus que eux...


Je comprends pas ce qu'il fou, il commence à jouer pour aller ensuite dans le public WTF...

Ca va mal.


Ouais une grosse pensée pour l'équipe qui tourne avec lui et qui subi cela, c'est vraiment triste.


Une vidéo du naufrage... https://www.youtube.com/watch?v=uYzzyxDHkc0


Les mags étrangers, lisant difficilement l'anglais, tu comprendras que je m'en cogne avec une certaine force.

Oui j'ai connu Noise Mag', du temps d'Alex Citram mais je préfère RockHard, même si sa ligne éditoriale penche il est vrai trop sur un certain Hard Rock provenant d'Austral(...)


Ça n'étonnera personne. Ça devait bien arriver un jour. J'ai pas vu d'image mais apparemment il serait carrément tombé de la scène... franchement c'est une bonne chose, c'était au delà du pathétique sur scène (déjà au Motoc l'année dernière). En espérant qu'il soigne vraiment son turb(...)


Ah ben faut pas être trop difficile, à mon humble avis, surtout si on compare avec les mags étrangers (purée, z'avez lu Deaf Forever, Legacy mag, voire en France Noise mag, bien plus complet, même si ça cause pas de metal exclusivement loin de là ? C'est autre chose, niveau qualité et conten(...)


Non, du tout. Les deux groupes se partagent la couverture, c'est tout.


Trust a fait un truc avec Airbourne j'ai pas suivi ?