Si la nuit en bon somnambule, tu recules, ne t’étonnes pas si les loups hululent. C’est un peu la devise qu’il faut tirer de l’intro du premier effort des lusophones de GHÖSTWOLF, qui condamnent donc mon après-midi à rester bloqué sous des auspices lupins. Après avoir traité des obsessions lycanthropiques de THE GROTESQUERY, me voici obligé de faire face aux hallucinations Speed Black des brésiliens de Belém, pas foncièrement plus originales, mais plus proche des racines qui sont miennes. Trio plus underground qu’une démo Thrash islandaise, les GHÖSTWOLF s’articulent donc autour d’une passion conjointe pour le barouf paillard des VENOM, le bordel ludique des WARFARE, et la vilénie des confrères sud-américains. Composé de trois méchants qui maltraitent leurs instruments (Lucas Blanco - guitare/chant, Germano Junior - batterie et Lucas Grinder - basse), ce concept à la pochette délicieusement rétro nous honore donc d’une bonne dose de violence vintage, telle qu’on l’appréciait avant que le Speed ne se perde en route et ne vire Thrash à la bourre. Le souci de ce genre de réalisation, c’est qu’en dépit de ses qualités intrinsèques, l’inspiration écrite pèche, tant on a du mal à trouver les mots une nouvelle fois pour décrire une musique qu’on écoute depuis nos premiers émois. De là, que faire, d’autant plus que les brésiliens ne sont pas vraiment diserts en informations…Torcher le tout en trois lignes chrono en précisant que le KREATOR d’Endless Pain pourrait y retrouver son maniaque à la faux ? Evacuer la problématique en affirmant que le Cronos de Black Metal saurait adouber ces jeunes sauvages décoiffés ? Eluder la question en se montrant fort marri de constater que la vague Crust suédoise pourrait y retrouver ses petits en fouillant les décombres laissées après le passage des SARCOFAGO ? Ce sont des options, qui semblent raisonnables, mais puisqu’il faut bien gloser un peu, autant le faire avec efficience.

En substance, Wild Blood est le genre d’album (ou de EP, vu la durée) qui s’écoute avec plaisir, et dont le but n’est pas de révolutionner l’extrême, mais bien d’en faire perdurer l’esprit le plus traditionnel. Car ces trois jeunes musiciens, en sus de disposer d’un bagage instrumental suffisant amplement à la pratique d’un Speed bestial et fatal, ont le mérite de s’impliquer totalement dans leur art, ce qui confère à ces morceaux une aura malsaine parfaitement délicieuse. Rythmique pédalant parfois dans la semoule, break de basse sur trois notes, riffs qui tranchent un peu rouillé sur les bords, tous les ingrédients sont là pour se replonger dans la barbarie des années 80, agrémentée d’un soupçon de perfection que les ténors de l’époque n’ont fait qu’effleurer. Les titres les plus développés sont d’ailleurs autant d’occasions de planter ses crocs dans l’histoire, comme en témoigne le fulgurant « Ghost of Death », qui fait montre d’une intelligence d’agencement assez captivante, accumulant les ponts, les ruptures, pour éviter la redite de fulgurances en usure. Même constat pour le solide « It’s Coming For You » qui ne se focalise pas sur une paillardise de bon aloi, mais qui cherche à agrémenter son fond d’une forme aux abois. Sinon, pas grand-chose à signaler de vraiment nouveau, mis à part une tendance à l’intensité qui n’est pas forcément l’apanage d’usage de ce genre de réalisation, et qui rapproche les brésiliens d’une scandinavité (néologisme déposé, merci de ne pas y toucher) assez affolée.

Que rajouter à ce constat, si ce n’est pour faire remarquer que pour une autoproduction, le son est plutôt bon et tout sauf brouillon, que la demi-heure passe très vite avec ces nouveaux compagnons, que le design de la cover est délicat, et que des morceaux comme « Wild Blood » justifient cet achat ? Enfin, achat, façon de parler puisque Wild Blood est disponible gratuitement sur le Bandcamp du groupe, et qu’il serait donc inconscient de le laisser là où il est. Ah si, je pourrais aussi dire que les GHÖSTWOLF sont musicalement sympathiques, et que j’aimerais beaucoup voir s’ils restituent cette énergie sur scène, puisqu’en extrapolant un peu, j’ose imaginer leurs concerts explosifs comme pas deux. De là, du Speed joué façon Black, du Thrash traité façon bestiale, un hommage aux scènes suédoise, sud-américaine et même anglaise, Wild Blood est un peu tout ça, autant qu’il n’est sanglant et sauvage. Il mérite donc largement son titre, comme ses concepteurs méritent d’être suivis de près. Attendons de voir si à l’avenir, ils sauront moduler pour ne pas lasser, mais en mettant les hypothèses en pointillés, ce LP est une raison modérée de plus de crier au loup.


Titres de l'album:

  1. The Awakening (Intro)
  2. It's Coming For You
  3. Road To Hell
  4. When The Night Falls
  5. Doomsday
  6. Ghost of Death
  7. Stay Awake
  8. Wild Blood
  9. There Will Be Blood

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 18/05/2018 à 17:57
72 %    71

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
18/05/2018 à 23:07:47
"le barouf paillard des VENOM"
Énorme ! C'est tellement ça Venom ! :D

Ajouter un commentaire


Birds In Row

We Already Lost The World

Deadline

Nothing Beside Remains

Faustcoven

In The Shadow Of Doom

Confessor Ad

Too Late To Pray

Invocation Spells

Spread Cruelty in the Abyss

Ultra-violence

Operation Misdirection

Droid

Terrestrial Mutations

Witchfyre

Grimorium Verum

Haunt

Burst Into Flame

Funeral Mist

Hekatomb

Tremonti

A Dying Machine

Truchło Strzygi

Pora Umierać

Dee Snider

For The Love Of Metal

Sadraen

Orphan Lord

Drawn And Quartered

The One Who Lurks

Outline

Fire Whiplash

Silence Of The Abyss

Silence Of The Abyss

Lykhaeon

Ominous Eradication of Anguished Souls

Boar

Poséidon

Kingdom

Putrescent Remains Of The Dead Ground

Alcatraz Hard Rock & Metal Festival - Dimanche

JérémBVL / 16/08/2018
Alcatraz Festival

Alcatraz Hard Rock & Metal Festival - Samedi

JérémBVL / 15/08/2018
Alcatraz Festival

Alcatraz Hard Rock & Metal Festival - Vendredi

JérémBVL / 14/08/2018
Alcatraz Festival

Nervosa + Sekator

RBD / 11/08/2018
Black Thrash Metal

Phoenix in Flames + Black Bart

grinder92 / 07/08/2018
Black Bart

Concerts à 7 jours

Sadistic Intent + Pillorian + Toxic Holocaust

18/08 : Sur Hodémont, Méan ()

+ Venom Prison + Goatwhore

18/08 : Le Petit Bain, Paris (75)

Goatwhore + Dying Fetus

18/08 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Là on est vraiment dans une totale ineptie ! Car en allant au bout de la logique, effectivement comment vérifie-t-on que chacun joue? (tout à fait Simony !). Et puis la vidéo ne montre absolument rien, donc on reste dans l’inutilité jusqu'au bout...


Annulé, j'ai vu Jean Michel tout au fond à droite qui faisait semblant de jouer. Honte à toi Jean Michel ! Et pour ton information Sylvie, tu étais à contre-temps sur tout le morceau... j'ai les pistes de chacun de toute façon.... y a pas de quoi vous applaudir. :-)


Repose en paix mon cher frère tu es et restera dans mon cœur à jamais mais on se retrouvera vite la haut je l'espère je t'aime


Bizarrement je trouve un petit feeling Deicide sur ce morceau. Le chant peut être...


Merci pour ce report JérémBVL !
Les photos et le descriptif du fest font que j'me laisserai bien tenter aussi l'an prochain... A voir l'affiche 2019 donc...

PS : Putain ! Louper EXHORDER pour un changement de running order inopiné... J'en aurai bouffer mon slip moi bordel !!!


oh oui oh oui oh oui !!!


Fébrilité bordel !!! L'album que j'attends le plus cette année !!!


J'ai écouté ce morceau pour la première fois il y une semaine ou deux ( m'étant jamais intéressé au groupe). Effectivement très bon morceau.


World... était mauvais


On dirait du Morbid Angel ! Super


Hé ben... Ça fait pas mine ce morceau ! Beaucoup plus Death Metal que Grindcore par contre...


RIP ! Un putain de titre culte !


Merci beaucoup Bones! La suite arrive demain!
Sinon entièrement d'accord avec toi pour la fluidité aux différents stands/WC!
C'est un festival agréable à vivre mais les prix sont assez hallucinants, je ne suis pas allé en festival depuis un moment mais je me rappelle pas de prix au(...)


@beliath : C'est bien pour ça que j'ai mis "selon les dires de Nergal" Parce que je me doutais d'un truc louche ;)
Après je comprend qu'il puisse avoir besoin de justifier ce titre le père Nergal, car au premier coup d’œil, on pense plus à un titre d'album de groupe gothico-ado-marilyn(...)


Un super petit fest qui gagnerait à être connu !
Super affiche, circulation fluide, jamais plus d'une minute d'attente aux jetons, à la bouffe, aux bars ou aux toilettes. J'avais jamais vu ça ! :-))))
Putain ça change des queues interminables au Hellfest ou au Download !


"Celui-ci s'intitulera I Loved You At Your Darkest et sortira le 5 octobre prochain via Nuclear Blast. Ce titre est tiré d'un verset de la Bible selon les dires de Nergal. "C'est même une citation du Christ lui-même" ajoute t-il." FAIL !

C'est ni de Jésus, ni même dans la Bible, du(...)


J'ai entendu THE QUILL quand je distribuais les flyers à l'entrée et ça avait l'air pas mal du tout! Du bon Heavy/Rock 70's avec un excellent chanteur!


Et bien la journée du samedi avec SATYRICON, SOLSTAFIR, UFOMAMMUT et ORANGE GOBLIN avait quand même une sacrée gueule pour moi. Sans parler d'autres sympathiques groupes comme MUNICIPAL WASTE ou ARMORED SAINT... vivement demain du coup !
Par contre, JérémBVL, as-tu entendu un peu THE QUIL(...)


On dirait bien oui! Tout une epoque


On dirait bien oui! Tout une epoque