Si la nuit en bon somnambule, tu recules, ne t’étonnes pas si les loups hululent. C’est un peu la devise qu’il faut tirer de l’intro du premier effort des lusophones de GHÖSTWOLF, qui condamnent donc mon après-midi à rester bloqué sous des auspices lupins. Après avoir traité des obsessions lycanthropiques de THE GROTESQUERY, me voici obligé de faire face aux hallucinations Speed Black des brésiliens de Belém, pas foncièrement plus originales, mais plus proche des racines qui sont miennes. Trio plus underground qu’une démo Thrash islandaise, les GHÖSTWOLF s’articulent donc autour d’une passion conjointe pour le barouf paillard des VENOM, le bordel ludique des WARFARE, et la vilénie des confrères sud-américains. Composé de trois méchants qui maltraitent leurs instruments (Lucas Blanco - guitare/chant, Germano Junior - batterie et Lucas Grinder - basse), ce concept à la pochette délicieusement rétro nous honore donc d’une bonne dose de violence vintage, telle qu’on l’appréciait avant que le Speed ne se perde en route et ne vire Thrash à la bourre. Le souci de ce genre de réalisation, c’est qu’en dépit de ses qualités intrinsèques, l’inspiration écrite pèche, tant on a du mal à trouver les mots une nouvelle fois pour décrire une musique qu’on écoute depuis nos premiers émois. De là, que faire, d’autant plus que les brésiliens ne sont pas vraiment diserts en informations…Torcher le tout en trois lignes chrono en précisant que le KREATOR d’Endless Pain pourrait y retrouver son maniaque à la faux ? Evacuer la problématique en affirmant que le Cronos de Black Metal saurait adouber ces jeunes sauvages décoiffés ? Eluder la question en se montrant fort marri de constater que la vague Crust suédoise pourrait y retrouver ses petits en fouillant les décombres laissées après le passage des SARCOFAGO ? Ce sont des options, qui semblent raisonnables, mais puisqu’il faut bien gloser un peu, autant le faire avec efficience.

En substance, Wild Blood est le genre d’album (ou de EP, vu la durée) qui s’écoute avec plaisir, et dont le but n’est pas de révolutionner l’extrême, mais bien d’en faire perdurer l’esprit le plus traditionnel. Car ces trois jeunes musiciens, en sus de disposer d’un bagage instrumental suffisant amplement à la pratique d’un Speed bestial et fatal, ont le mérite de s’impliquer totalement dans leur art, ce qui confère à ces morceaux une aura malsaine parfaitement délicieuse. Rythmique pédalant parfois dans la semoule, break de basse sur trois notes, riffs qui tranchent un peu rouillé sur les bords, tous les ingrédients sont là pour se replonger dans la barbarie des années 80, agrémentée d’un soupçon de perfection que les ténors de l’époque n’ont fait qu’effleurer. Les titres les plus développés sont d’ailleurs autant d’occasions de planter ses crocs dans l’histoire, comme en témoigne le fulgurant « Ghost of Death », qui fait montre d’une intelligence d’agencement assez captivante, accumulant les ponts, les ruptures, pour éviter la redite de fulgurances en usure. Même constat pour le solide « It’s Coming For You » qui ne se focalise pas sur une paillardise de bon aloi, mais qui cherche à agrémenter son fond d’une forme aux abois. Sinon, pas grand-chose à signaler de vraiment nouveau, mis à part une tendance à l’intensité qui n’est pas forcément l’apanage d’usage de ce genre de réalisation, et qui rapproche les brésiliens d’une scandinavité (néologisme déposé, merci de ne pas y toucher) assez affolée.

Que rajouter à ce constat, si ce n’est pour faire remarquer que pour une autoproduction, le son est plutôt bon et tout sauf brouillon, que la demi-heure passe très vite avec ces nouveaux compagnons, que le design de la cover est délicat, et que des morceaux comme « Wild Blood » justifient cet achat ? Enfin, achat, façon de parler puisque Wild Blood est disponible gratuitement sur le Bandcamp du groupe, et qu’il serait donc inconscient de le laisser là où il est. Ah si, je pourrais aussi dire que les GHÖSTWOLF sont musicalement sympathiques, et que j’aimerais beaucoup voir s’ils restituent cette énergie sur scène, puisqu’en extrapolant un peu, j’ose imaginer leurs concerts explosifs comme pas deux. De là, du Speed joué façon Black, du Thrash traité façon bestiale, un hommage aux scènes suédoise, sud-américaine et même anglaise, Wild Blood est un peu tout ça, autant qu’il n’est sanglant et sauvage. Il mérite donc largement son titre, comme ses concepteurs méritent d’être suivis de près. Attendons de voir si à l’avenir, ils sauront moduler pour ne pas lasser, mais en mettant les hypothèses en pointillés, ce LP est une raison modérée de plus de crier au loup.


Titres de l'album:

  1. The Awakening (Intro)
  2. It's Coming For You
  3. Road To Hell
  4. When The Night Falls
  5. Doomsday
  6. Ghost of Death
  7. Stay Awake
  8. Wild Blood
  9. There Will Be Blood

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 18/05/2018 à 17:57
72 %    47

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
18/05/2018 à 23:07:47
"le barouf paillard des VENOM"
Énorme ! C'est tellement ça Venom ! :D

Ajouter un commentaire


Abortion

All You Need Is Hate (2017-2018)

Hostia

Hostia

Motor City Mayhem

Shitfaced and Outta Luck

Injector

Stone Prevails

Human Cull

Revenant

Nervosa

Downfall of Mankind

Mx

A Circus Called Brazil

Panegyrist

Hierurgy

Unending Fury

Negative Peace

Infrared

Saviours

Kaya

Life Is Trivial

Monument

Hellhound

Imperium

Beyond the Stars

Zoebeast

Zoebeast

Trauma

As the World Dies

Nequient

Wolves at the Door

Discomfort

Fear

Suffocation Of Soul

Macabre Sentence

Unitra

Lock Up Your Daughters

Conviction

youpimatin / 18/06/2018
Doom Metal

Bastard Grave [SWE] / Destroyed Bastards

Simony / 15/06/2018
Death Metal

Tour-Report VERDUN : Russia Tour 2018 !

Jus de cadavre / 13/06/2018
Tournée

Young Gods + Horskh + Wheelfall + Thot

RBD / 12/06/2018
Post Rock

Welcome To Inferno I

Jus de cadavre / 08/06/2018
Death Metal

Concerts à 7 jours

Crowbar + Europe + Malemort

22/06 : Clisson, Clisson (44)

+ Meshuggah

23/06 : La Rodia, Besançon (25)

Overcharger + Meshuggah

23/06 : La Rodia, Besançon (25)

Avenged Sevenfold + Watain + Oranssi Pazuzu

23/06 : Clisson, Clisson (44)

Exodus + Plebeian Grandstand + The Bronx

24/06 : Clisson, Clisson (44)

Exodus + Sublind

26/06 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)

Hell Gate + Je + Anozel

29/06 : Le Riveter, Nancy (54)

Fractal Universe + Soulfly

29/06 : La Souris Verte, Epinal (88)

Photo Stream

Derniers coms

Hâte de lire ton retour sur Demolition Hammer !


Un certain Iver est le remplaçant...


Aaaah, oui l'équipe est sur place et bien évidemment c'est le programme de demain vendredi et non d'aujourd'hui jeudi... œil de lynx Humungus... œil de lynx !


(...) s le contredire hein !


Bon ITW et surtout bon groupe.
Hâte d'entendre ça moi aussi sur album avec un "vrai" son. Même si celui des deux premières réalisations était plus que convenable en ce qui me concerne.
Perso, je ne trouve pas que CONVICTION soit aussi référencé à CATHEDRAL mais bon... Si l eMa(...)


Aujourd'hui ???
Vous êtes donc si impatient que ça les gars hé hé hé !


Je les ai vues il y a deux ans. Il y avait encore de la fraîcheur. Le style n'a pas fondamentalement changé à ce que je vois, ce thrash à l'allemande un peu kitsch.


Ah le blaireau que je suis... en effet 18€ c'était plus que donné. Merci de votre vigilance cher Humungus.
En tout cas, possible que j'y sois, affiche ultra alléchante. Et pour ceux qui veulent plus d'infos sur ce fest, rendez-vous en page agenda concerts.


Erratum cher Simony :
18 euros la place... Si seulement !
Le billet est à environ 35 euros. Ce qui est déjà peu au vu de la programmation.
J'en profite d'ailleurs pour mettre également en exergue SADISTIC INTENT et TOXIC HOLOCAUST présents eux aussi sur ce fest.


Perso j'avais plus entendu parlé du groupe depuis The Waiting Room de 2011, j'étais persuadé que le groupe avait splitté d'ailleurs. Content de voir que ce n'est pas le cas.


Excellent, merci pour le partage. Un groupe qui a su se créer sa propre identité. J'aime beaucoup ce dernier album


Je vais aller découvrir ça sans faute ! Du Doom trad ça cours pas les rues en France !


Certainement la meilleure affiche que ce fest n'ait jamais connue...


Doivent être content les gars...
Exactement ce qu'ils recherchent depuis des années :
Le mainstream...
Et donc les ventes...
Et donc la tune.


ISON pas honte !


Fut un temps où une expédition punitive plus tard largement romancée dans un bouquin aurait été menée ! Hi hi hi


"Merci de m’avoir lu"...
Merci d'avoir écrit surtout !
J'adore vraiment toutes ces histoires de tournées in situ.
Alors groupes de France et de Navarre, n'hésitez surtout pas à suivre le conseil de grinder92... ... ...


mouais... pour un groupe de black je pensais que ce genre de problémes se réglaient directement entre eux via un bon coup de surin et pas par label et avocats interposés. Tout fout l'camp ma bonne dame !


lamentable d'associer le metal à cette daube de jeu video... désolant


Les copains ! Cela fut encore bien plus folklorique que les échos que j'ai eu de vive voix.