Si la nuit en bon somnambule, tu recules, ne t’étonnes pas si les loups hululent. C’est un peu la devise qu’il faut tirer de l’intro du premier effort des lusophones de GHÖSTWOLF, qui condamnent donc mon après-midi à rester bloqué sous des auspices lupins. Après avoir traité des obsessions lycanthropiques de THE GROTESQUERY, me voici obligé de faire face aux hallucinations Speed Black des brésiliens de Belém, pas foncièrement plus originales, mais plus proche des racines qui sont miennes. Trio plus underground qu’une démo Thrash islandaise, les GHÖSTWOLF s’articulent donc autour d’une passion conjointe pour le barouf paillard des VENOM, le bordel ludique des WARFARE, et la vilénie des confrères sud-américains. Composé de trois méchants qui maltraitent leurs instruments (Lucas Blanco - guitare/chant, Germano Junior - batterie et Lucas Grinder - basse), ce concept à la pochette délicieusement rétro nous honore donc d’une bonne dose de violence vintage, telle qu’on l’appréciait avant que le Speed ne se perde en route et ne vire Thrash à la bourre. Le souci de ce genre de réalisation, c’est qu’en dépit de ses qualités intrinsèques, l’inspiration écrite pèche, tant on a du mal à trouver les mots une nouvelle fois pour décrire une musique qu’on écoute depuis nos premiers émois. De là, que faire, d’autant plus que les brésiliens ne sont pas vraiment diserts en informations…Torcher le tout en trois lignes chrono en précisant que le KREATOR d’Endless Pain pourrait y retrouver son maniaque à la faux ? Evacuer la problématique en affirmant que le Cronos de Black Metal saurait adouber ces jeunes sauvages décoiffés ? Eluder la question en se montrant fort marri de constater que la vague Crust suédoise pourrait y retrouver ses petits en fouillant les décombres laissées après le passage des SARCOFAGO ? Ce sont des options, qui semblent raisonnables, mais puisqu’il faut bien gloser un peu, autant le faire avec efficience.

En substance, Wild Blood est le genre d’album (ou de EP, vu la durée) qui s’écoute avec plaisir, et dont le but n’est pas de révolutionner l’extrême, mais bien d’en faire perdurer l’esprit le plus traditionnel. Car ces trois jeunes musiciens, en sus de disposer d’un bagage instrumental suffisant amplement à la pratique d’un Speed bestial et fatal, ont le mérite de s’impliquer totalement dans leur art, ce qui confère à ces morceaux une aura malsaine parfaitement délicieuse. Rythmique pédalant parfois dans la semoule, break de basse sur trois notes, riffs qui tranchent un peu rouillé sur les bords, tous les ingrédients sont là pour se replonger dans la barbarie des années 80, agrémentée d’un soupçon de perfection que les ténors de l’époque n’ont fait qu’effleurer. Les titres les plus développés sont d’ailleurs autant d’occasions de planter ses crocs dans l’histoire, comme en témoigne le fulgurant « Ghost of Death », qui fait montre d’une intelligence d’agencement assez captivante, accumulant les ponts, les ruptures, pour éviter la redite de fulgurances en usure. Même constat pour le solide « It’s Coming For You » qui ne se focalise pas sur une paillardise de bon aloi, mais qui cherche à agrémenter son fond d’une forme aux abois. Sinon, pas grand-chose à signaler de vraiment nouveau, mis à part une tendance à l’intensité qui n’est pas forcément l’apanage d’usage de ce genre de réalisation, et qui rapproche les brésiliens d’une scandinavité (néologisme déposé, merci de ne pas y toucher) assez affolée.

Que rajouter à ce constat, si ce n’est pour faire remarquer que pour une autoproduction, le son est plutôt bon et tout sauf brouillon, que la demi-heure passe très vite avec ces nouveaux compagnons, que le design de la cover est délicat, et que des morceaux comme « Wild Blood » justifient cet achat ? Enfin, achat, façon de parler puisque Wild Blood est disponible gratuitement sur le Bandcamp du groupe, et qu’il serait donc inconscient de le laisser là où il est. Ah si, je pourrais aussi dire que les GHÖSTWOLF sont musicalement sympathiques, et que j’aimerais beaucoup voir s’ils restituent cette énergie sur scène, puisqu’en extrapolant un peu, j’ose imaginer leurs concerts explosifs comme pas deux. De là, du Speed joué façon Black, du Thrash traité façon bestiale, un hommage aux scènes suédoise, sud-américaine et même anglaise, Wild Blood est un peu tout ça, autant qu’il n’est sanglant et sauvage. Il mérite donc largement son titre, comme ses concepteurs méritent d’être suivis de près. Attendons de voir si à l’avenir, ils sauront moduler pour ne pas lasser, mais en mettant les hypothèses en pointillés, ce LP est une raison modérée de plus de crier au loup.


Titres de l'album:

  1. The Awakening (Intro)
  2. It's Coming For You
  3. Road To Hell
  4. When The Night Falls
  5. Doomsday
  6. Ghost of Death
  7. Stay Awake
  8. Wild Blood
  9. There Will Be Blood

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 18/05/2018 à 17:57
72 %    190

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
18/05/2018 à 23:07:47
"le barouf paillard des VENOM"
Énorme ! C'est tellement ça Venom ! :D

Ajouter un commentaire


The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Skeletoon

They Never Say Die

Temple Balls

Untamed

Starchild

Killerrobots

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

March Of Ash And Rust

Simony / 11/05/2019
Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)


cool report !

peut etre aussi moins de monde car affiche avec au final tres peu de black comparé aux précédentes éditions j'ai l'impression,mais ca reste plutot bien fat comme affiche ! il va bien falloir que je me deicide a bouger mon boule en Hollande.


ca faisait longtemps que je n'avais pas ecouté Hate, et merdum ? c quoi c'truc tout mou


*que pour les marathoniens


Concernant la bière si il faut choisir oui la Jup c'est mieux que la kro mais bon... on a sans doute trop pris l'habitude des bonnes bières artisanales qu'on trouve partout aujourd'hui ;)
Sinon oui au début (et / ou bourré) la salle c'est un peu Poudlard : quand on prend un escalier on sai(...)


j'aime bien , un album ou on discerne chaque intrument. A retenir dans un coin de la tête pour cet été.


Je n'y étais pas cette année, mais effectivement, très, très bon fest que celui-ci.
- J'ai effectivement entendu dire par quelques comparses qui eux avaient fait le déplacement que c'était l'année où il y avait le moins d'affluence. Bizarre au vu de l'affiche toujours aussi bandante.


Très beau récit, merci ! Cela donne envie. Je ne suis pas étonné de l'apathie du public Néerlandais, il paraît que ce sont les pires à travers toute l'Europe pour ça. Mais cela n'empêche pas de profiter.


Merci pour le report, ça donne envie d'y aller ! :)


Oui la pochette est superbe.


C'est pas mal du tout oui comme BDM ! Et l'artwork tue !


Merci pour les coms ! Et merci Meuleu pour ces précisions !
J'ai voulu demander à l'orga combien ils avaient fait d'entrées, mais c'est pas du genre à répondre...