Tempered

Big Atlantic

24/03/2017

Autoproduction

Pourquoi, un jour, a-t-on décidé que le Rock serait la bande originale de notre vie ? Quels facteurs ont déclenché cette passion indéfectible qui aujourd’hui encore nous guide parfois, à travers nos choix, et pas seulement musicaux ?

La puissance des rythmiques ? Ces soli flamboyants ? Ces chanteurs à la voix d’airain qui semblaient vouloir mettre le monde à genoux de leurs envolées lyriques ? Le volume sonore bien au-delà du seuil de tolérance du commun des mortels ?

L’imagerie rebelle ? Le look qui ne faisait pas dans la dentelle (enfin pour certains, si…) ?

Un peu tout ça je pense, et nous avons tous commencé par des références, quelles qu’elles soient. Pour moi, SAXON, AC/DC, IRON MAIDEN et METALLICA ont joué le rôle de guides spirituels, pour nos grands frères ce furent KISS, DEEP PURPLE, LED ZEPPELIN, BLACK SABBATH, et pour nos neveux, NIRVANA, KORN, STONE TEMPLE PILOTS ont éclairé la route, que l’on a tous suivie coûte que coûte, jusqu’au bout de la nuit.

Et cette nuit, un groupe l’éclaire depuis 2008, en proposant justement un point de jonction temporel qui semble unir dans une invocation envoutante toutes ces influences, parvenant même par instants à nous faire croire que nous sommes tous de la même génération, que le temps n’a plus cours, et que seule la passion que nous partageons fait avancer les aiguilles…

Son nom ? BIG ATLANTIC. Et croyez-moi, les mecs ne mentent pas. Ils sont énormes, et n’auraient pu voir le jour que de l’autre côté de l’Atlantique justement, sur cette terre Américaine qui a laissé ses rêves exploser dans un déluge de riffs enragés et de Blues possédé.

Les BIG ATLANTIC sont le type même de musiciens que vous croiserez sur une scène dans un bar, un vendredi soir, dans une salle ou sur les planches d’un festival, qui ne paieront pas de mine dans le noir, mais qui s’incrusteront dans votre mémoire. Des musiciens qui ont refusé la facilité de l’esbroufe et l’escroquerie des arrangements tape-à-l’œil, et qui résument au gré de leur inspiration quarante ans de Rock US sans en avoir l’air, connaissant par cœur leurs classiques et les grands rendez-vous de l’histoire musicale nationale.

Des mecs qui ont grandi aux accords de CREEDENCE, de NIRVANA, des STONES TEMPLE PILOTS, de Bob SEGER, de Bruce, mais aussi des héros Anglais, Jimmy Page, les STONES, et finalement, tous les plus grands noms du Rock, du Hard-Rock, de l’Alternatif, du Grunge et du Blues Rock. Des hommes qui se connaissent musicalement par cœur, et qui bourlinguent depuis 2008, avec deux longue durée sous le bras, dont un premier Motive en 2012, et ce treize titres, Tempered, cette année, qui ne fait que confirmer qu’ils sont bien les héritiers des gardiens du temple, sans hésiter.

Tempered, c’est l’union sacrée des guitares enflammées du ZEP, du Blues Rock burné et roots à la CCR, du Post Grunge sevré de STP et ALICE IN CHAINS, mais aussi du Rock tout court, celui de Bob, de John Cougar, du Hard-Rock racé et viril des TESLA, et finalement, de cet art up in your face qui consiste à ne jamais prendre les fans pour des cons, mais pour des amateurs de vraies sensations. Pas de production qui cache les coutures finies à la hâte, pas de bavardage excessif qui meuble les trous laissés par les mites, et surtout, beaucoup de passion, et une foi sans faille en une culture essentielle, celle qui unit dans un même élan la préciosité des héros de RUSH et la virilité transpirée du trappeur Ted NUGENT (« Hail To The Light »).

Tempered, ce sont treize morceaux qui vont droit au but, un peu rustres sur les bords, mais finement ciselés par des instrumentistes à la technique affûtée, qui se permettent de faire se côtoyer des artistes différents sous un même éclairage tamisé, ramenant à la surface des souvenirs le Blues chanté torride de Robert Plant, le velouté de TEXAS, et la rugosité des STONE TEMPLE PILOT (« Battling Chains », et son solo illuminé).

Tempered, ce sont aussi des instants plus fugaces mais tout aussi efficaces, qui se replongent dans une décennie qui a laissé des traces, des pas Grunge dans l’espace, comme en témoigne ce bref mais distordu «She’s The One », aussi symptomatique des MELVINS que d’ALICE IN CHAINS ou même des STP, once again.

A contrario, ce sont aussi des tentatives beaucoup plus développées, comme ce final « Count Me In », qui fait rouler les dés progressifs sur le tapis du Post Grunge agressif, en un allant aussi intimiste qu’exubérant, avec rythmique mouvante et syncopée, et chant toujours aussi investi et nuancé. De fait, Lee Caruso Jr à son poste de guitariste/vocaliste se pose en nouvelle figure de proue d’un Rock Us en manque de modèles, et module son organe pour évoquer les bonnes sensations, feule, hurle, susurre, murmure, et exhorte la vie par tous les pores, avant de laisser l’instrumental parler à sa place.

L’homme est essentiel à l’alchimie, mais solidement épaulé par une section rythmique de folie, qui elle aussi sait s’adapter, et le duo formé par Jeff Brinkhus (basse) et Nicholas Hufnagel (batterie), loin de se contenter d’un binaire préprogrammé, caresse ses peaux et ses cordes graves avant de faire parler le tonnerre et de laisser éclater la rage sous une pluie de beats et de croches ininterrompue.

De son côté, le poly instrumentiste Jim Zamerski se partage entre guitare et claviers, pour apporter un peu de douceur à des titres gorgés de Soul, de Rock et de Blues, comme cet introductif « Rollin Rich », entremêlant le feeling des BLACK CROWES et l’épaisseur des DEEP PURPLE, et traitant le tout comme un Phillip SAYCE tournant vaudou sur une scène de la Nouvelle Orléans.

Mais à vrai dire, que rejeter de ce second album quasiment parfait ? Rien justement, puisque « Perfection » le résume en émotion et dévotion, se mouvant d’un mid tempo nostalgique porté par une mélodie magique que les SOUL ASYLUM auraient pu nous offrir sur Grave Dancers Union.

A l’autre bout du spectre, « This Life », hymne à la vie sur la route et aux rencontres qui déroutent, et illustré d’une vidéo fleurant bon l’authenticité, se love au creux d’un riff compact qui sinue le long d’un beat appuyé, avant qu’un refrain digne des FOO FIGHTERS ne nous enlève dans une crise d’enthousiasme collégial enflammé.

« Starting Over » confirme l’option Rock alternatif des early 2000‘s, alors que « Nattyudoo Caroline » se souvient des MATCHBOX TWENTY et autres CREED, qu’il expurge de leurs scories les plus mièvres. Nous avons même droit à des choses plus intimistes, à l’image de cet étrange « Inside Your Head », à la syncope synthétique, ou du très BON JOVI contemporain « Already There ».

Mais comme je le disais, les BIG ATLANTIC avec Tempered nous donnent la température de quarante ans de déviances Rock énergique, acoustique, électrique, enfin tout ce qui l’a fait et le fera toujours, envers et contre toutes les modes que ce quatuor s’ingénie à ne jamais suivre.

Allez, installez-vous confortablement dans votre fauteuil, et jouez cet album. Fermez les yeux, et imaginez-vous un samedi soir, dans un bar de Pittsburgh. Le verre à la main et le sourire aux lèvres, visualisez les BIG ATLANTIC monter sur scène.

Vous y êtes ? Eux aussi. Prêts à vous offrir la soirée de votre vie.


Titres de l'album:

  1. Rollin Rich
  2. Battling Chains
  3. Perfection
  4. Dig Deep
  5. Hail to the Light
  6. Show Yourself
  7. She's the One
  8. Inside Your Head
  9. This Life
  10. Nattyudoo Caroline
  11. Already There
  12. Starting Over
  13. Count Me In

Site officiel




par mortne2001 le 16/04/2017 à 17:20
85 %    834

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Open Bar Vol2 : Antoine Perron

Baxter 20/04/2021

Interview

Dirge + Spinning Heads 2005

RBD 05/04/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Frank Arnaud

Jus de cadavre 21/03/2021

Vidéos

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Humungus

"Pire que GUNS N' ROSES" ?!?!Tu pousses là Hoover hé hé hé...

21/04/2021, 10:10

Humungus

Oh mais je ne sais que trop bien que les premiers DIMMU sont typés "vrai"...(Une fois de plus, mon intervention précédente n'était en réalité que boutade chers amis)Mais même à l'époque de leurs sortie(...)

21/04/2021, 10:07

Humungus

Putain...Après la box "Paranoid" et "Vol 4", encore une qu'il va me falloir acheter...Font chier à en sortir autant bordel ! J'suis pas Crésus moi merde !PS : Par contre, j'comprends pas trop leur façon(...)

21/04/2021, 10:02

Hoover

Je ne comprendrai jamais l'intérêt pour ce groupe. Pour moi tout l'apport de Fear Factory tient en deux ou trois morceaux sur Demanufacture plutôt sympathiques en dépit d'une durée de vie très faible (vraiment le genre dont je me désin(...)

21/04/2021, 08:29

Arioch91

Bien plus convainquant sur album que sur l'EP partagé avec Vektor.Ca donne envie de s'y pencher !Merci pour la chro :)

21/04/2021, 08:25

Hoover

Le black n'est certainement pas mort car il y a énormément de gens qui y sont extrêmement attachés et continuent à le faire vivre, et j'ai énormément de respect pour eux. Par contre pour quelqu'un comme moi dont les goûts dans l(...)

21/04/2021, 08:23

Hoover

L'album que j'aime le moins des 7 premiers Sabbath: c'est vraiment pas fait pour moi!

21/04/2021, 08:15

Rotten Tooth

Y sont sacrément bons ces gars là ! Et ils ont le don de faire dans la surprise ! Nu Black sous le papier cadeau cette fois ! Je passe mon tour sur ce coup mais je serai là au prochain tirage !

20/04/2021, 20:06

Saddam Mustaine

Les premiers albums de Dimmu sont du "true black".Comme Behemoth si l'on veut, j'aurais du aller plus loin.Le Black type année 80 mi-90 quoi (meme si Dimmu est arrivé plus tard mais les premiers sonnes dans le genre).

20/04/2021, 19:47

Seb

C'est vraiment mauvais ...

20/04/2021, 15:05

JTDP

En tout point d'accord avec cette (belle) chronique ! Cet album fut une vraie belle surprise de l'année passée. 

19/04/2021, 21:28

Buck Dancer

J'ai jamais vraiment accroché a Pestilence, mais ce morceau est loin d'être degueu. Comme dit Simony, bien meilleur que les précédentes sorties récentes du groupe. 

19/04/2021, 10:49

Arioch91

+1Je n'ai pas aimé Resurrection Macabre, à tel point que je n'ai pas posé une oreille sur Doctrine et Obsideo.Hadeon, je l'ai écouté uniquement parce qu'une interview de Mamelick disait qu'il revenait sur le passé d(...)

19/04/2021, 10:24

Simony

Ca me semble quand même bien plus intéressant que ce qu'ils ont produit depuis leur retour aux affaires.

19/04/2021, 09:59

Arioch91

Oups ! J'étais totalement passé à côté de cette chronique ! Merci @mortne2001 pour l'avoir rédigée !

19/04/2021, 08:48

Arioch91

OK, on reprend les bonnes vieilles recettes visibles sur Hadeon : on prend Testimony, on mélange avec Spheres et ça donne Hadeon et semble-t-il Exitivm.A voir.

19/04/2021, 08:44

metalrunner

Une sacrée bonne surprise de l énergie de l innovation le futur quoi ..Dommage que la tournée de juin soit annulée

18/04/2021, 19:48

RBD

Je réagis plutôt comme Buck Dancer. Mes attentes envers FF sont basses depuis longtemps. Je n'espère plus de grands titres comparables à ceux qui remontent aux années 90 (formulé comme ça, c'est encore plus dur). Si tout est à l&apo(...)

18/04/2021, 12:39

yul

Rien de bien intéressant ici.

18/04/2021, 11:57

Gargan

Tu n’es donc pas optimiste.

18/04/2021, 08:15