Malcolm Young est mort. Même écrit, ça fait mal, très mal. Pour plusieurs raisons, la moindre n’étant pas l’émotion. Celle de perdre une sorte d’ami, que l’on connaît depuis toujours au travers de ses riffs inoubliables ayant constellé les albums de son groupe, AC/DC, une légende, presque un mythe. Le discret mais terrifiant de précision guitariste s’en est allé rejoindre son ancien frère d’armes Bon Scott au paradis des rockeurs, qui n’a rien à voir avec celui vendu par une religion en mal d’icônes. Les nôtres, merci, on les garde, ils ont leur endroit à eux, d’où ils font chauffer les amplis, les batteries, les basses et les micros. Celui dans lequel s’éclatent depuis longtemps ou moins nos idoles d’hier et de demain, Lemmy, Bon, Malcolm, Kurt, Layne, et tant d’autres depuis longtemps passés à NOTRE postérité. Parce que celle officielle, ils s’en cognent. Le Rock n’est pas une affaire d’homélies mais bien d’une vie, consacrée à cette putain de musique qui sort des tripes sans que le cerveau ne cherche à comprendre pourquoi ça donne si chaud. Et ce principe, les BLASTWAVE l’ont parfaitement compris. Et assimilé. Et régurgité. Et en écoutant leur second album, inutile de se demander si les Young brothers ont un jour compté. Ils ont compté, plus que tout. Mais pas seulement. Parce que loin d’être des clones à voile et à vapeur, les frenchies font parler la leur. Et faites-moi confiance, elle réchauffe à toute heure. De la nuit de préférence, mais pour ça, c’est vous qui voyez…

Après un introductif Big Bang qui ne faisait pas plus référence à Vulcain qu’un accord de Malcom ou d’Angus au Jazz-Rock, les originaires du Pays Basque nous en reviennent quelques années plus tard avec un second méfait, ce This One Goes To Eleven que j’ai eu l’immense plaisir de me coller entre les deux oreilles, et qui les a satisfaites sans pareil. Pourtant, l’art consommé du Hard Rock de la troupe n’est pas vraiment à classer au rayon nouveauté. Des attaques simples, une rythmique en binaire, un chant écorché qui sans en avoir l’air, nous en donne la chanson, avec une énergie douée de raison. Formé en 2008 par Mélissa Castillon (chanteuse et guitariste) et Fabien Castillon (guitariste soliste), frère et sœur instrumentistes (tiens donc…), le quatuor (Mélissa et Fabien aujourd’hui épaulés de Cédric Etchenagucia à la basse et aux chœurs et de Jérémy Lavialle à la batterie) a évolué au gré des années, pour se stabiliser en 2014. Pas mal de distinctions à leur palmarès, dont une sélection régionale au célèbre Printemps de Bourges, des concerts en compagnie de valeurs établies comme LES TAMBOURS DU BRONX ou MANIGANCE, mais surtout la fidélité d’un public dévoué, qui ne se contente pas de les suivre aveuglément, à contre-courant, mais qui les soutient dans leur démarche de sincérité et de décibels subtilement amplifiés. Je parlais donc d’AC/DC, la référence la plus évidente, mais j’aurais tout aussi bien pu mentionner les ROSE TATOO, KIX, et pourquoi pas les John Cougar MELLENCAMP, Bryan ADAMS, et les TESLA, Jimmy BARNES, tant le Rock des basques respire l’authenticité de centaines d’heures passées à jouer, répéter, et à transpirer pour élaborer un répertoire personnel à l’épreuve des canettes. Et autant être franc, devant un tel déferlement puriste, j’ai été ébloui et ébahi, au point d’avoir cru pendant un instant nos amis d’outre-Atlantique…

Mais voilà, ils sont bien français. Et pourtant, leur musique sent bon le Southern Rock bien tassé, qu’on sert à grandes lampées au bar de l’amitié, comme le démontre avec une fougue incroyable le tube en puissance « Hit The Road », qui a tout pour devenir un énorme classique du genre. On pense à une jam un vendredi soir entre les CREEDENCE, LYNYRD SKYNYRD et les frères Young, à une station US coincée sur une fréquence Classic Rock, en gros, à la quintessence d’un Rock historique, qui n’a oublié ni ses origines, ni son feeling typique. Des guitares qui conversent sans être bavardes, une rythmique souple, et une chanteuse qui donne tout et n’oublie pas sur le tard d’aiguiser son dard sans pour autant piquer tout ce qui bouge. Notons d’ailleurs le formidable travail vocal accompli sur cet album par Mélissa, qui si elle imite Bon à la perfection, sait aussi moduler le ton pour adopter les nuances rauques d’une Pat Benatar ou d’une Suzy Quatro pas avare. Mais les chœurs de ses collègues de travail sont aussi d’importance, et sans piétiner le lead, s’affirment en arrière-plan d’une solennité presque grandiloquente, qui n’enlève pourtant rien au naturel de morceaux tout sauf artificiels. Des soli pas piqué des vers, qui eux aussi ont bien retenu les gammes de maître Angus, mais aussi les déliés de feu son frère, qui serait certainement fier de pouvoir constater que son legs n’est pas tombé dans l’accordeur sourd de gratteux en désamour (« So Deep So Dirty », que mister Scott aurait engloutie d’un grand appétit, « Dream Vs Reality », lourd comme un « T.N.T » qui appelle au secours). Mais loin de se cantonner au rôle de sosie presque parfait, les basques n’hésitent jamais à affirmer leur propre personnalité, qui explose au gré de burners qui osent (« Back To The 70’s », ça sent bon les roadies qui tapent le blues à la fin de la nuit).

Sur des textes assez directs (« Huge Crap », sorte de Blues boogie pataud et crépusculaire, « Forget Everything And Scream » et son intro qui sent bon l’Australie d’avant-hier), le groupe brode des thèmes parfois plus nuancés, qui n’hésitent pourtant jamais à provoquer les déhanchés, comme cet infernal « Keep On Rockin’ », qui ne nous laisse d’autre choix que de headbanguer, au rythme d’un up tempo épileptique, qu’on imagine surpuissant en concert et capable de redonner de l’énergie à un public chancelant. Mais peut-on faiblir en ingurgitant une telle dose de grisant ? La donne parait impossible, et ça n’est certainement pas l’hommage « Bon Scott » qui va me contredire, de ses allusions énamourées envers un musicien qui avait su fédérer les rockeurs, les lovers, les amateurs de graisse en musique et de bars interlopes aux clients atypiques, sans se départir de son charme et de sa gouaille naturels. Pour autant, ne vous attendez pas à des accents larmoyants, là n’est pas le genre de la maison, qui préfère honorer le Rock en le jouant Hard, l’écume aux dents et la hargne en dedans. Apprécions d’ailleurs dans ces moments-là les caresses vocales de dame Mélissa, qui nous enchante de son timbre chaud et séduisant, prouvant qu’elle est bien plus qu’une simple hurleuse à l’avenant.

Une écoute, puis deux, trois, dix, et je suis toujours convaincu d’avoir fait le bon choix, sans passer pour un têtu. Les BLASTWAVE signent avec This One Goes To Eleven un album sous influence incroyable de maturité, témoignage de ces longs voyages pour venir vous retrouver, et vous ensorceler de leur Hard Rock bluesy enflammé. Un disque qui exsude la passion par tous les sillons, et qui va prendre toute son ampleur en situation, celle du live, qui reste leur passion. Je citais Malcolm en introduction, mais gageons que le guitariste, de son Eden de trublion, sera fier de ses rejetons. Ceux qui ont compris comme lui, que le Rock se vit, et ne se compte pas en biffetons. La sueur restera toujours la seule monnaie d’échange des vainqueurs. Mais si vous avez quelques deniers à consacrer à un LP vraiment bien emballé, n’hésitez pas, et claquez les à point nommé. Ces quatre-là les méritent plus que quiconque, c’est juré !


Titres de l'album:

  1. My Little Devil Love
  2. So Deep So Dirty
  3. Dream Vs Reality
  4. Hit The Road
  5. R.O.L (Rockin' Out Loud)
  6. Back To The 70's
  7. Forget Everything And Scream
  8. Huge Crap
  9. Keep On Rockin'
  10. Meowings
  11. Bon Scott

Site officiel


par mortne2001 le 10/12/2017 à 14:16
85 %    367

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Peacemaker

Concrete and Terror

Maligner

Attraction To Annihilation

Black Bart

Casnewydd-Bach

Obszön Geschöpf

Master Of Giallo

Azusa

Heavy Yoke

Soulfly

Ritual

The Struts

Young & Dangerous

Northward

Northward

Malm

Kollaps

Bonehunter

Children Of The Atom

Amaranthe

Helix

Gaslarm

Dusk Mothers Children

Tourniquet

Gazing At Medusa

W.m.d.

Lethal Revenge

Daeria

Fenix

Antagonism

Thrashocalypse

Newbreed

Law

Khandra

There is no Division Outside Existence

Riser

Temple of Addiction

Chthonic

Battlefields Of Asura

Interview AZUSA (Eleni Zafiriadou)

mortne2001 / 11/11/2018
Azusa

Cortez + Stuntman

RBD / 10/11/2018
Hardcore

The Studio Experience #3

grinder92 / 08/11/2018
Benighted

Photo Report - Garmonbozia 20 ans !

Simony / 06/11/2018
Anniversaire

Concerts à 7 jours

+ Venenum + Slægt

16/11 : Le Mondo Bizarro, Rennes (35)

Samavayo + Greenleaf

16/11 : Le Glazart, Paris (75)

Watain + Rotting Christ + Profanatica

16/11 : Cc John Lennon, Limoges (87)

Watain + Rotting Christ + Profanatica

17/11 : Le Trabendo, Paris (75)

Omnium Gatherum + Wolfheart + Nothgard

19/11 : Le Petit Bain, Paris (75)

Sick Of It All + The Worst Doubt + Lugosi

19/11 : Espace Icare, Issy-les-moulineaux (92)

Photo Stream

Derniers coms

Excellent mec, merci !


Depuis le temps que j'entends parler de New noise (et très souvent en bien) va falloir y jeter un coup d'oeil quand même... merci pour les coms !


Pas totalement metal, mais New noise est pour moi le seul bon mag aujourd'hui. De part sa ligne éditoriale ( même si on retrouve toujours un peu les mêmes groupes avec le temps) et dans lequel on retrouve souvent des dossiers ou interviews ( d'anciens de la scène, boss de label...) vraiment int(...)


Impeccable papier qui, avec un avis sur un autre site couplé à l'écoute de cet extrait, a dévié très vite vers une commande sur le site du label.
Au passage, bien vu les différences entre thrash/death et l'inverse. ici, c'est bien du thrash/death, et l'affiliation avec Scott LaTour (In(...)


C'est ça, ou faut aller sur les fanzines qui arrivent à subsister, fait par des fans pour des fans, chacun pourra trouver chaussure à son pied sur les différentes distros disponibles. Snakepit et ses ersatz (dont le Français Metal Titans au passage) dans plein de genres sont là pour ça. A un (...)


Totalement d'accord avec toi LeMoustre pour le coup. La seule chose qui m'intéresse encore dans les magazines c'est les itw pour la raison que tu donnes. Aujourd'hui y a plus vraiment de mag (metal) qui propose de bonnes chroniques... ou du moins des chroniques un peu développées. Parce qu'en 10 (...)


Sur les chroniques, et leurs vérités assénées comme étant la divine parole. ce qui est intéressant en itw avec ce type de mag, c'est qu'ils ont souvent l'artiste en face, ou au tél, alors que les fanzines/webzines c'est plus par mail, empêchant tout rebond intéressant à un propos précéde(...)


Ca c'est la bonne nouvelle du jour. Le dernier triple album était excellent.
A noter que le label finlandais Svart Records va rééditer tous les album de Swallow the sun en vinyl et ça c'est cool ;)


Pauvre Abbath... lui qui a dû se sentir comme un couillon après l'écoute du dernier Immortal. "Personne n'est irremplaçable" est une phrase qui lui sied à la perfection désormais !


Un nouvel album, donc ensuite une tournée... Ça promet donc encore de grands moments de solitudes pour les musiciens qui l'accompagneront sur scène ! :D


Don't feed the troll.


Je vous rejoins assez tout les deux (notamment pour les truc prog' machin et le côté mainstream) mais avec un bémol tout de même : la chronique de Charlélie Arnaud qui, en plus de nous faire découvrir des pépites méconnus, le fait avec un ton, une plume et une passion qui font plaisir à lir(...)


Oui c'est vrai que je me base sur l'ensemble de leurs parutions et ce qui était vrai à leurs débuts ne l'est plus forcément. De mon côté, je me disais que c'était moi qui avait des goûts peut-être de moins en moins "mainstream" et y trouvais de moins en moins mon compte, mais je vois que je(...)


P'tite erreur dans la news, les gars : Schammasch vient de Suisse et Der Weg einer Freiheit d'Allemagne :-)


Mouais, moyennement d'accord avec la dernière partie de la phrase de Simony, la ligne éditoriale de ce magazine étant clairement orientée prog/mou du genou et délaisse quasiment toute la scène extrême / true / thrash. S'il y a trois chroniques par numéro sur ces scènes, c'est le maximum. Au(...)


Juste monstrueux ce morceau... comme tout l'album en fait !!!


Malheureusement, c'est le genre de une qui fait vendre. Rock Hard a déjà maintes fois expliqué le dilemme auquel ils sont confrontés pour trouver le juste milieu entre coup de cœur et aspect purement mercantile, reste qu'à l'intérieur la mise en avant de certains groupes encore obscurs est to(...)


Metallica qui ressort son dernier album potable en remaster. Et cover. Décidemment la presse n'a pas fini de se prostituer pour sauver ses miches.


Merci beaucoup !
Quel talent !


Merci beaucoup !
Quel talent !