This One Goes To Eleven

Blastwave

04/11/2017

Autoproduction

Malcolm Young est mort. Même écrit, ça fait mal, très mal. Pour plusieurs raisons, la moindre n’étant pas l’émotion. Celle de perdre une sorte d’ami, que l’on connaît depuis toujours au travers de ses riffs inoubliables ayant constellé les albums de son groupe, AC/DC, une légende, presque un mythe. Le discret mais terrifiant de précision guitariste s’en est allé rejoindre son ancien frère d’armes Bon Scott au paradis des rockeurs, qui n’a rien à voir avec celui vendu par une religion en mal d’icônes. Les nôtres, merci, on les garde, ils ont leur endroit à eux, d’où ils font chauffer les amplis, les batteries, les basses et les micros. Celui dans lequel s’éclatent depuis longtemps ou moins nos idoles d’hier et de demain, Lemmy, Bon, Malcolm, Kurt, Layne, et tant d’autres depuis longtemps passés à NOTRE postérité. Parce que celle officielle, ils s’en cognent. Le Rock n’est pas une affaire d’homélies mais bien d’une vie, consacrée à cette putain de musique qui sort des tripes sans que le cerveau ne cherche à comprendre pourquoi ça donne si chaud. Et ce principe, les BLASTWAVE l’ont parfaitement compris. Et assimilé. Et régurgité. Et en écoutant leur second album, inutile de se demander si les Young brothers ont un jour compté. Ils ont compté, plus que tout. Mais pas seulement. Parce que loin d’être des clones à voile et à vapeur, les frenchies font parler la leur. Et faites-moi confiance, elle réchauffe à toute heure. De la nuit de préférence, mais pour ça, c’est vous qui voyez…

Après un introductif Big Bang qui ne faisait pas plus référence à Vulcain qu’un accord de Malcom ou d’Angus au Jazz-Rock, les originaires du Pays Basque nous en reviennent quelques années plus tard avec un second méfait, ce This One Goes To Eleven que j’ai eu l’immense plaisir de me coller entre les deux oreilles, et qui les a satisfaites sans pareil. Pourtant, l’art consommé du Hard Rock de la troupe n’est pas vraiment à classer au rayon nouveauté. Des attaques simples, une rythmique en binaire, un chant écorché qui sans en avoir l’air, nous en donne la chanson, avec une énergie douée de raison. Formé en 2008 par Mélissa Castillon (chanteuse et guitariste) et Fabien Castillon (guitariste soliste), frère et sœur instrumentistes (tiens donc…), le quatuor (Mélissa et Fabien aujourd’hui épaulés de Cédric Etchenagucia à la basse et aux chœurs et de Jérémy Lavialle à la batterie) a évolué au gré des années, pour se stabiliser en 2014. Pas mal de distinctions à leur palmarès, dont une sélection régionale au célèbre Printemps de Bourges, des concerts en compagnie de valeurs établies comme LES TAMBOURS DU BRONX ou MANIGANCE, mais surtout la fidélité d’un public dévoué, qui ne se contente pas de les suivre aveuglément, à contre-courant, mais qui les soutient dans leur démarche de sincérité et de décibels subtilement amplifiés. Je parlais donc d’AC/DC, la référence la plus évidente, mais j’aurais tout aussi bien pu mentionner les ROSE TATOO, KIX, et pourquoi pas les John Cougar MELLENCAMP, Bryan ADAMS, et les TESLA, Jimmy BARNES, tant le Rock des basques respire l’authenticité de centaines d’heures passées à jouer, répéter, et à transpirer pour élaborer un répertoire personnel à l’épreuve des canettes. Et autant être franc, devant un tel déferlement puriste, j’ai été ébloui et ébahi, au point d’avoir cru pendant un instant nos amis d’outre-Atlantique…

Mais voilà, ils sont bien français. Et pourtant, leur musique sent bon le Southern Rock bien tassé, qu’on sert à grandes lampées au bar de l’amitié, comme le démontre avec une fougue incroyable le tube en puissance « Hit The Road », qui a tout pour devenir un énorme classique du genre. On pense à une jam un vendredi soir entre les CREEDENCE, LYNYRD SKYNYRD et les frères Young, à une station US coincée sur une fréquence Classic Rock, en gros, à la quintessence d’un Rock historique, qui n’a oublié ni ses origines, ni son feeling typique. Des guitares qui conversent sans être bavardes, une rythmique souple, et une chanteuse qui donne tout et n’oublie pas sur le tard d’aiguiser son dard sans pour autant piquer tout ce qui bouge. Notons d’ailleurs le formidable travail vocal accompli sur cet album par Mélissa, qui si elle imite Bon à la perfection, sait aussi moduler le ton pour adopter les nuances rauques d’une Pat Benatar ou d’une Suzy Quatro pas avare. Mais les chœurs de ses collègues de travail sont aussi d’importance, et sans piétiner le lead, s’affirment en arrière-plan d’une solennité presque grandiloquente, qui n’enlève pourtant rien au naturel de morceaux tout sauf artificiels. Des soli pas piqué des vers, qui eux aussi ont bien retenu les gammes de maître Angus, mais aussi les déliés de feu son frère, qui serait certainement fier de pouvoir constater que son legs n’est pas tombé dans l’accordeur sourd de gratteux en désamour (« So Deep So Dirty », que mister Scott aurait engloutie d’un grand appétit, « Dream Vs Reality », lourd comme un « T.N.T » qui appelle au secours). Mais loin de se cantonner au rôle de sosie presque parfait, les basques n’hésitent jamais à affirmer leur propre personnalité, qui explose au gré de burners qui osent (« Back To The 70’s », ça sent bon les roadies qui tapent le blues à la fin de la nuit).

Sur des textes assez directs (« Huge Crap », sorte de Blues boogie pataud et crépusculaire, « Forget Everything And Scream » et son intro qui sent bon l’Australie d’avant-hier), le groupe brode des thèmes parfois plus nuancés, qui n’hésitent pourtant jamais à provoquer les déhanchés, comme cet infernal « Keep On Rockin’ », qui ne nous laisse d’autre choix que de headbanguer, au rythme d’un up tempo épileptique, qu’on imagine surpuissant en concert et capable de redonner de l’énergie à un public chancelant. Mais peut-on faiblir en ingurgitant une telle dose de grisant ? La donne parait impossible, et ça n’est certainement pas l’hommage « Bon Scott » qui va me contredire, de ses allusions énamourées envers un musicien qui avait su fédérer les rockeurs, les lovers, les amateurs de graisse en musique et de bars interlopes aux clients atypiques, sans se départir de son charme et de sa gouaille naturels. Pour autant, ne vous attendez pas à des accents larmoyants, là n’est pas le genre de la maison, qui préfère honorer le Rock en le jouant Hard, l’écume aux dents et la hargne en dedans. Apprécions d’ailleurs dans ces moments-là les caresses vocales de dame Mélissa, qui nous enchante de son timbre chaud et séduisant, prouvant qu’elle est bien plus qu’une simple hurleuse à l’avenant.

Une écoute, puis deux, trois, dix, et je suis toujours convaincu d’avoir fait le bon choix, sans passer pour un têtu. Les BLASTWAVE signent avec This One Goes To Eleven un album sous influence incroyable de maturité, témoignage de ces longs voyages pour venir vous retrouver, et vous ensorceler de leur Hard Rock bluesy enflammé. Un disque qui exsude la passion par tous les sillons, et qui va prendre toute son ampleur en situation, celle du live, qui reste leur passion. Je citais Malcolm en introduction, mais gageons que le guitariste, de son Eden de trublion, sera fier de ses rejetons. Ceux qui ont compris comme lui, que le Rock se vit, et ne se compte pas en biffetons. La sueur restera toujours la seule monnaie d’échange des vainqueurs. Mais si vous avez quelques deniers à consacrer à un LP vraiment bien emballé, n’hésitez pas, et claquez les à point nommé. Ces quatre-là les méritent plus que quiconque, c’est juré !


Titres de l'album:

  1. My Little Devil Love
  2. So Deep So Dirty
  3. Dream Vs Reality
  4. Hit The Road
  5. R.O.L (Rockin' Out Loud)
  6. Back To The 70's
  7. Forget Everything And Scream
  8. Huge Crap
  9. Keep On Rockin'
  10. Meowings
  11. Bon Scott

Site officiel


par mortne2001 le 10/12/2017 à 14:16
85 %    809

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview

Welcome To My Nightmare

mortne2001 26/12/2020

From the past

IXION : entretien avec Julien

JTDP 16/12/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
jtdef

Avec Joe Bidon et l'imposteur Harris ils sont mal barrés.

24/01/2021, 21:11

Gargan

J'étais sur la défensive, le hard français des 80s étant pour moi ce que l'ail est à la mauvaise haleine, mais là, effectivement, c'est nase.

24/01/2021, 20:39

Gargan

HumHUM... On en parle du clip de sors immanis ? 

24/01/2021, 20:17

Jus de cadavre

Encore une putain de sortie signée Iron Bonehead...Du Death de puriste. Les mecs sont restés bloqués dans une faille temporelle. Excellent.

24/01/2021, 16:12

Kairos

Si tu veux pas passer pour un connard prétentieux, fais l'effort d'expliquer ce que moi pauvre idiot n'ai pas compris, mais de façon courtoise, sinon je t'invite juste à fermer ta gueule

24/01/2021, 14:08

Orphan

Kairos, tu ferais mieux de fermer ton claque merde et en rester au métal.La politique Américaine, et manifestement la population de banlieue et ce qu'il s'y passe, tu ne maitrise pas !Et toi qui parle de lumière à tout les étages....

24/01/2021, 11:30

Invité

En soi le morceau est correct, mais j'ai juste attendu 4'50 un break guerrier qui te roule dessus et que ça parte...

24/01/2021, 10:39

Invité

Le kitsch et le ringard Made in France. Jamais copié, jamais égalé. Manque plus qu'un guest de Renaud Hantson et on coche toutes les cases du Hard à la Française des années 80.

24/01/2021, 10:33

Bones

Acheté ce matin en version simple (le digibook propose en bonus un DVD live qui ne m'intéressait pas plus que ça - youtube regorge de ce genre de trucs, ça ne vaut plus vraiment le coup de casquer pour des captations vidéo). 2 premières &(...)

23/01/2021, 23:25

Satan

A Simony : Je suis bien d'accord concernant "Alpha Noir" (mais n'oublie pas "White Omega" qui lui est beaucoup plus intéressant je trouve, avec ce côté Type O hyper assumé) et "1755" qui sont de vrais ratages. Surtout ce dernier q(...)

23/01/2021, 21:54

totoro

De manière générale, j'aime beaucoup Moonspell. Et je rejoins tout à fait l'avis de Satan sur les albums "cultes" du groupe. Et Simony, on a le même parcours concernant les lisboètes. Découverts avec "Sin/Pecado" qui re(...)

23/01/2021, 20:18

Simony

Idem, j'ai tous les albums jusqu'à Extinct et je suis assez d'accord sur Darkness And Hope, The Antidote. J'aime beaucoup The Butterfly Effect par exemple, Memorial, Night Eternal, Extinct tous ces albums sont très bons pour moi, avec Alpha Noir c'est d&eacu(...)

23/01/2021, 18:47

PtiMich

Ca fait du bien de revoir des trombines de l'époque !Faut absolument faire une émission sur NYHC* de l'époque ! (NancY Heavy Clan*)

23/01/2021, 17:48

Buck Dancer

Toujours une bonne nouvelle la sortie d'un nouveau Memoriam!!! 

23/01/2021, 15:39

RBD

Ils avaient collaboré avec les Krupps, aussi. À défaut d'être parmi les meilleurs dans un pays où la concurrence était relevée, ils étaient assez passionnés pour se reformer quand le revival Thrash est arrivé.

23/01/2021, 14:57

Moshimosher

La lecture de ces runes ne me semble pas très orthodoxe... pas inintéressant mais ça ne me semble pas si folk que cela... même si ce n'est pas complètement hors-sujet non plus...

23/01/2021, 14:41

Moshimosher

Ah... la douceur d'occire ! Reposons En Guerre avec Memoriam ! \m/

23/01/2021, 14:05

Humungus

Hâte d'entendre tout l'album pour me faire un avis plus éclairé.Quoi qu'il en soit, la voix du Bobby me fout toujours les poils et si la galette est à l'instar de ce titre, achat obligatoire !

23/01/2021, 13:10

Humungus

!!! BOLT THROWER est mort !!!!!! !!! !!! Vive MEMORIAM !!! !!! !!!

23/01/2021, 13:02

Humungus

1) Pardon, en me relisant, je me rend compte que je me suis très mal exprimé :J'adore MOONSPELL jusqu'à "Irreligious" inclus."Sin peccado", quoi que encore écoutable, c'est pour moi le début de la fin.2) Sa(...)

23/01/2021, 13:01