Underneath

Code Orange

13/03/2020

Roadrunner Records

Une fois de temps en temps, pas très souvent, un album parvient à synthétiser vingt ans de musique tout en ouvrant des perspectives. On pourrait en citer quelques-uns pour s’amuser, du Sgt Pepper des BEATLES jusqu’à The Fat of the Land de PRODIGY, en passant par SUICIDE, The Downward Spiral de NINE INCH NAILS, mais les exemples sont moins nombreux qu’il n’y parait. Tout simplement parce qu’il n’est pas si simple de regarder en arrière tout en ouvrant le champ des possibles, qu’il n’est pas donné à tout le monde de respecter les codes d’un genre tout en les cassant partiellement pour ouvrir une troisième voie diplomatique. Et en termes de Hardcore moderne, je n’aurais pas parié un chicot d’Harley Flanagan sur les chemises de CODE ORANGE à l’époque de leur éclosion. Il faut dire que les alors encore CODE ORANGE KIDS s’épanouissaient dans un Punk totalement générique, assumé de références toutes plus classiques les unes que les autres (BLACK FLAG, CONVERGE, INTEGRITY), que leurs albums, certes sympathiques ne provoquaient pas de sentiment particulier chez moi (même si je reconnais le début de professionnalisme de I Am King), et que l’aura qui commençait à se dessiner autour de leur destin avait tout d’un deal marketing à la Faust, sans la jeunesse éternelle. Comme tout le monde, j’ai assisté à la montée en puissance commerciale du groupe, j’ai pris acte de leurs accointances avec la WWE, de leurs liens avec les trendy SLIPKNOT, et de la façon dont le deal avec Roardunner les a fait accéder au statut supérieur. Mais aussi spécial et ouvert grand public fut Forever, j’étais encore loin de bombarder les CODE ORANGE employés du mois, leurs tentatives de séduction me rappelant trop de roublardise commerciale du passé pour vraiment voir en eux des musiciens capables de changer les choses.

Surtout que changer les choses en termes Hardcore, c’est soit, soit. Soit, pas grand-chose, mais Underneath a soudainement retenti dans mes oreilles, les laissant en chou-fleur pour le reste de la journée, sans abuser de breakdowns, de gimmicks et autres refrains pour hooligans sevrés de bière bon marché.

On ne va pas se la jouer, CODE ORANGE savait après Forever qu’il ne fallait pas manquer son coup et ne surtout pas parader avec un album moyen ou trop formaté dans les couloirs. Il leur fallait frapper le grand coup, celui qui à l’époque a fait basculer les PRODIGY, SLIPKNOT, LIMB BIZKIT, KORN du bon côté de la barrière de la gloire, et il est assez amusant de constater que les originaires de Pittsburgh ont choisi une intro comme « (deeperthanbefore) » pour entamer cet album. Vous me direz qu’une intro n’est qu’une intro, mais celle-ci louche tellement du côté de celles du KNOT qu’on en vient à se demander si les deux groupes ne sont pas encore plus liés qu’on ne le pensait. Cette voix de petite fille prononçant ce « let’s take a good look at you » sur fond de marasme d’arrangements sombres nous laisse à penser que les dernières productions horrifiques à la mode ne sont pas tombées dans les yeux et oreilles de sourds et aveugles, et on s’attend presque à voir débouler un « (SIC) », tellement l’analogie est frappante. Pourtant ce sont des sons à la SENSER/ATR qui nous bousculent, avec encore une fois, cette formule de Hardcore moderne à la limite du Beatdown qui nous écrase de ses stomps rythmiques et de sa dualité de chant hurlé. Un classique pour commencer, un truc qui ne prend pas trop de risques, parce qu’il faut convaincre le public Metal avant de lancer les œillades aux généralistes mainstream. Mais cumuler les deux, CODE ORANGE sait faire, depuis Forever qui n’hésitait pas à assumer son envie d’être aimé par le plus grand nombre de personnes. Mais si Forever était un brouillon fameux, de ceux que Roadrunner savait encore nous servir dans les années 90, avant de passer à des choses beaucoup plus sérieuses pour la crédibilité (TYPE O, SEPULTURA, FEAR FACTORY), Underneath est un monstre hybride, de ces albums que j’ai mentionnés plus haut, une œuvre violente, viscérale et ambitieuse, qui sans vraiment bousculer l’ordre établi, s’ouvre une quatrième dimension ou l’électronique, les riffs à la COAL CHAMBER, les attaques nivelées et les inserts mélodiques du futur cohabitent, se percutant sans cesse dans un espace-temps différent pour l’inspiration. 

Et après avoir encaissé en pleine face « In Fear », on comprend bien que le but des américains n’était pas d’enregistrer un quatrième album. Mais bien d’enregistrer L’album, avec un L. Bien vu.

Les puristes du Hardcore se demanderont si j’ai perdu la raison, peut-être à juste titre, mais les puristes du Hardcore n’ont rien à faire ici et pour cause : ils ne sont pas concernés. CODE ORANGE avait beau citer les BLACK FLAG à l’orée de leur carrière, ils n’ont plus aucun lien aujourd’hui avec la scène, ressemblant plutôt à un groupe de Néo-Metal jeté dans les affres du Breakcore. J’exagère un peu l’image et veuillez m’en excuser, mais je peine à trouver des labels à coller sur leur dos. Avec des tueries comme « You and You Alone », on se joue des étiquettes, profitant d’un son énorme concocté par Jami Morgan épaulé par Nick Raskulinecz et Will Yip, Underneath sonne comme le monstre qu’il est vraiment. Alors bien évidemment, on peut légitimement se montrer agacer par la surdose d’effets électroniques et de breaks qui sifflent comme des balles dans un FPS. On peut se demander si les américains n’ont pas complètement cédé aux sirènes du succès quand on tend les oreilles sur « Who I Am », radouci de la voix de Reba Meyers. On peut aussi se dire qu’on a déjà entendu un truc comme « The Easy Way » chez LINKIN PARK, CROSSBREED, SPINESHANK ou SENSER. On peut aussi affirmer que les riffs utilisés sonnent tous génériques et Metalcore, sauvés de leur linéarité par des structures mouvantes et des arrangements finauds. Mais il est aussi possible de se dire que « Erasure Scan » redéfinit le Hardcore de papa et tonton en passant les MADBALL au prisme du vingt-et-unième siècle. Ou plutôt, en réconciliant les AGNOSTIC avec la génération SLIPKNOT, dont ceux-là font clairement partie. Mais ne négligeons pas le sens de l’équilibre et la surdose de testostérone de « Cold.Metal.Place », sur lequel Eric Balderose hurle jusqu’à se cramer le larynx. Et n’oublions pas aussi qu’un album qui désire explorer le futur tout en avalant le passé par la bouche du présent passe par des cases plus prévisibles et doit rependre des risques inconsidérés pour se distinguer de la masse. Quitte à se vendre. Quitte à vendre.

Pour autant, les CODE ORANGE sont-ils des vendus quand ils accommodent la sauce Post-Grunge au Hardcore plus posé via « Autumn and Carbine » ? Pour autant, la violence très « Get This » de « Back Inside the Glass » ne réconcilie-t-elle pas les maggots avec ATARI TEENAGE RIOT ? Mais faisons plus court finalement, le consensus n’ayant aucune chance de se dégager, spécialement dans une communauté aussi divisée que celle du Metal. Underneath est un album à part, une sorte de Music for the Jilted Generation abreuvé de Sense8, de Devs, de genres flous, et de cyberespace. Ce quatrième long de CODE ORANGE est une sorte de Cloud mondial, qui accumule les données, et les redistribue à sa façon. A vous de voir si votre connexion interne vous autorise un tel débit.

                                                        

Titres de l’album :

01. (deeperthanbefore)

02. Swallowing the Rabbit Whole

03. In Fear

04. You and You Alone

05. Who I Am

06. Cold.Metal.Place

07. Sulfur Surrounding

08. The Easy Way

09. Erasure Scan

10. Last Ones Left

11. Autumn and Carbine

12. Back Inside the Glass

13. A Sliver

 14. Underneath


Site officiel

Facebook officiel



par mortne2001 le 25/04/2020 à 18:04
90 %    435

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Jon _ interview d'un homme multi-facettes

Simony 23/11/2020

Interview

Future World

mortne2001 23/11/2020

From the past

Voyage au centre de la scène : les fanzines

Jus de cadavre 22/11/2020

Vidéos

Rammstein 2005 (Volkerball)

RBD 16/11/2020

Live Report

At The Mill _ Live Stream Performance

Simony 07/11/2020

Live Report

Dahey OWM

Simony 01/11/2020

Interview

Fear Factory + Misery Index 2006

RBD 28/10/2020

Live Report
Concerts à 7 jours
Saor + Borknagar + Cân Bardd 01/12 : Le Petit Bain, Paris (75)
Saor + Borknagar + Cân Bardd 02/12 : Le Rex, Toulouse (31)
Saor + Borknagar + Cân Bardd 05/12 : Cco, Villeurbane (69)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
POMAH

J'avais bien compris Humungus, je voulais pas t'induire en erreur. ;)Par contre le reste de l'album je suis pas plus emballé. Première galette du groupe que je trust pas complètement...

28/11/2020, 12:55

metalrunner

Leur meilleur album un sacré souvenir.

28/11/2020, 10:47

Humungus

Je ne connais que le premier et dernier nominé...Sans conteste (malgré toute l'admiration que j'ai pour Mr Ice T), mon vote va vers POWER TRIP.LE titre cassage de gencive !

28/11/2020, 10:27

Humungus

Attention hein ! Je n'ai absolument rien contre "les synthés sous champi" (bien au contraire d'ailleurs). Le reste de l'album en usant avec splendeur, mais sur ce titre, la mélodie, comme je le disais au dessus, est bien trop teinté Prog'. Et com(...)

28/11/2020, 10:24

POMAH

Assez d'accord avec Humungus, j'ai un peu de mal aussi avec le synthé sous champi quoi... Elle est ou la puanteur rampante d'Apparitions ... ?

27/11/2020, 21:30

Oliv

Oui ça va 5 mn les concerts a la tv , halte a l’entrave aux libertés et on ressortira la guillotine pour couper quelques têtes, ça fera une animation supplémentaire. 

27/11/2020, 19:00

Humungus

Le moins bon morceau à mon sens de l'album.Ce synthé Prog me dérangeant énormément...

27/11/2020, 13:51

Gargan

Premier morceau terrible, avec LE son de synthé spatial 70/80s. Tu prends ton jetpack direction les étoiles après quelques IPA.

27/11/2020, 10:05

Jefflonger

Une belle époque les premiers albums de Nightfall. J'ai re écouté mes vieilles k7 à l'annonce de ces rééditions cd et vinyles,  et les imperfections des 2 premiers conservent un petit charme pas trop suranné 

26/11/2020, 21:38

Moshimosher

Bon, je viens de me voir le premier épisode... et c'est vraiment prometteur !

26/11/2020, 16:57

Iron flesh

Merci pour les bon retours ! Hâte d' envoyer ça en live ! 

26/11/2020, 16:14

Moshimosher

Cool ! Je vais me regarder ça ! 

26/11/2020, 16:12

Simony

Voici un lien qui fonctionne pour la vidéo : 

26/11/2020, 14:08

Kamel

La vidéo ne fonctionne pas... Agréable rappel de Civilization One! Jamais réussi a mettre la main sur le second album :-(...

26/11/2020, 14:03

Gargan

Ahh mais ça marche très bien les propositions de news !Docu excellent (bon, ça fait un peu bizarre les pubs norvégiennes comme si de rien n'était en intro), dont je me suis véritablement délecté. Tu rentres vraiment dans l'i(...)

26/11/2020, 13:59

RBD

J'avais reçu exactement comme toi le premier album, dont j'attendais beaucoup à l'époque à l'instar de tout le monde vue l'équipe. Je partage donc hélas ce point de vue sur ce qui reste à ce jour le seul groupe de Marc Grew(...)

25/11/2020, 20:55

el bifflardo

 une decourverte qui fait prezir ... toudoum tss

25/11/2020, 09:35

Gargan

Juste un running gag avec un commentaire précédent, d'où le gif. Ils ont joué en live avec Mgla ceci dit hehe

25/11/2020, 08:57

Bones

Le délire ! 26 ans plus tard, retrouver un vieux dessin signé bibi dans l'un des fanzines de cette vidéo !  Une sombre merde dont j'étais hyper fier à l'époque.

24/11/2020, 23:14

RBD

Jolie plongée nostalgique dans cet univers des premiers passionnés, plus libre que celui des premiers magazines bien que certains s'en rapprochaient dans la forme. Les fanzines faisaient le lien au sein des scènes locales d'un même secteur, à une &eacut(...)

24/11/2020, 23:01