Avec Reconnexion, ELYOSE incarne une touche de glamour à la française sur la scène Metal internationale.   

Cette affirmation n’est pas de mon cru, mais émane de l’agence de promotion du quatuor. Et pour les deux millions de personnes ayant vu et revu le clip de « Redemption » sur YouTube, il n’est pas difficile d’imaginer d’où provient cette touche de glamour dite « à la française ». Alors oui, Justine est belle, très belle même, mais autant dire que ça n’a aucune importance. Car le succès et le talent des parisiens ne doivent rien à la plastique irréprochable de leur vocaliste, mais bien à la somme des talents individuels de l’ensemble. Après tout, on ne publie pas trois LP consécutifs couronnés de louanges pour rien, et si Reconnexion semble saluer la carrière passée du groupe, c’est tout simplement qu’il en incarne un point d’orgue. Evacuons aussi la problématique dite de « l’album de la maturité », même si l’expression consacrée définit à merveille l’œuvre qu’il m’a été donné d’écouter ce soir. Je l’évacue parce qu’elle n’est qu’un cliché de plus, et ELYOSE déteste les clichés. Campagne de crowdfunding pour financer l’album ? Certes, et alors, les fans décident et ils ont justement décidé de faire confiance au groupe à un moment clé de sa carrière. Opportunisme Electro/Indus à l’heure où le vintage est tellement à la mode qu’on reste ébahi de pouvoir tomber sur un concept qui s’en échappe ? La belle affaire, après tout, la création est un processus personnel, et les accointances synthétiques de Justine et Ghislain ne sont plus à démontrer. Pourtant, en dépit de toutes ces exclusions/inclusions, oui, quelque part, Reconnexion EST un cliché. Mais à prendre dans le sens instantané, une image sonore du groupe tel qu’il souhaite être perçu aujourd’hui. A cheval entre avant et maintenant, pour les ambiances, dur, mais caressant, abrupt, mais mouvant. Une conclusion prématurée ? Non, pas de formules faciles pour un LP aussi riche. De l’intérieur, et de l’extérieur.

Un retour tous les trois ans, la régularité en devient si troublante qu’on en vient presque à espérer le proverbial grain de sable dans la machine. Sauf que les grains de sable, ELYOSE les balaie avec les doutes. Cette nouvelle étape est une marche de plus franchie dans l’escalade du professionnalisme, et personne ne pourra mettre en doute les convictions du quatuor. Justine Daaé donc (chant), Ghislain Henry forcément (basse), Marc De Lajoncquière (guitares) et Pat Kzu (batterie), pour une symphonie de violence qui semble remettre le groupe sur les rails d’un Néo-Metal méchamment adapté à son époque. Bien sûr, les tonalités dansantes et autres arrangements Electro sont toujours aussi présents, et la production les met d’ailleurs plus en valeur que jamais. On se retrouve face à une production gigantesque, digne d’un label aux moyens illimités, alors que l'autoproduction fut reine durant le processus. Une bordée de dix morceaux qui s’enchaînent, sans temps mort, mais avec moult temps forts, la plupart du temps axés sur des couplets électroniques dégoulinants de riffs et de tricks sonores futés, mettant admirablement bien en valeur des refrains explosifs, comme aux temps glorieux des SPINESHANK, KILL II THIS et autres valeurs sûres de la scène 2K. Passé, présent, un mélange détonnant ? Oui, mais pas étonnant, puisque Reconnexion trouve parfaitement sa place dans l’œuvre globale.

Justine à toujours cette voix reconnaissable entre mille, qui n’abuse pas des circonvolutions et feule, romance, geint, entre en transe, hurle et recommence, pour nous prendre aux tripes, au cœur, mais aussi aux jambes, qui ondulent sous les pulsions d’une section rythmique qui a adopté le millimétré absolu pour ne manquer aucune double croche. En incarnant une sorte de mix parfait entre NIGHTWISH et OOMPH, saupoudrant le tout d’une touche de KORN à la sauce Skrillex, ELYOSE prend tout le monde à rebours, et nous assène un coup fatal dans les oreilles, nous permettant d’espérer autre chose des nouveautés qu’une remise au goût du jour des vieilleries d’avant-hier. Scène française ? Absolument, mais pas du tout en même temps, même si les MASS HYSTERIA auraient pu se convaincre de ce featuring d’Aurel qui sonne comme un leftover de leur propre nostalgie.  Mais la nostalgie n’a pas lieu d’être ici, et seul l’avenir compte. Celui des parisiens est pavé de bonnes intentions et d’instincts commerciaux solides, comme le démontre sans ambages le morceau d’ouverture choisi comme éclaireur, « Un Autre Eté », chaud comme une canicule de juillet, et torride comme une flambée de STATIC X dans un club de Los Angeles. Phrasé frenchy, pour énergie totalement Electro-Indus sauce mélodique, et la sauce prend justement, faisant monter la mayonnaise d’une découverte en forme de confirmation, celle qui intronise les ELYOSE maîtres de leur propre jeu, qui n’a rien de dupe.

Cohérence, cohésion, puissance, raison, telles sont les forces de ce nouvel album qui n’hésite pas à forcer les guitares à hurler au loup pour ne pas rester un simple mouton. Panurge n’a pas d’urgence, les suiveurs font le jeu des pseudos-sauveurs, et « Psychosis » en collaboration étroite avec Mark Jensen (EPICA) prouve que les leaders sont toujours suivis par les leurs, en juxtaposant un couplet élastique avec un refrain fantastique, durant lequel la voix du tempétueux guitariste fait merveille de son ton Rock, qui contraste avec les volutes ouvertement provocantes de Justine. Chanteuse qui n’a pas peur de partager la vedette, puisqu’elle éclipse de sa lumière toute l’ombre d’une musique sombre, évoluant en terrain tout sauf neutre, entre les obstacles RAMMSTEIN, MUSHROOMHEAD (par petites touches), LACUNA COIL ou THE BIRTHDAY MASSACRE. Les tournées, les clips, et plus simplement l’expérience parlent, comme en témoigne le plus simple et direct « La Veuve Noire », à l’ambiance moite et aux allusions troubles. On apprécie toujours ce mélange des langues musicales qui se délient dans la fusion des genres jusqu’à la lie, et finalement, ni féminin, ni masculin, ELYOSE incarne une sorte de créature transgenre, au-delà des conventions et des cloisonnements. Une créature capable de sinuer avec un charme vénéneux dans les méandres d’un Heavy moderne et mélodique (« Les Mots Qui Me Viennent »), de jouer avec les mots pour déjouer les maux (« Folle Alliée », que MANSON et ZOMBIE auraient pu célébrer ensemble), tout en acceptant les accalmies des sens lorsque l’innocence se frotte au péché lyrique par essence (« A Cœur Perdant »).

Alors, cette fameuse touche de glamour à la française était-elle l’argument à mettre en avant pour attirer les regards et les ouïes en direction d’ELYOSE ? Non, il eut suffi de s’en remettre à la qualité d’un disque auquel la production massive de Frédéric Gervais rend définitivement hommage, le polissant au-delà de toute aspérité, sans lui gommer les défauts d’un excès de vie. Un disque qui respecte la logique, qui continue sur la lancée héroïque, et qui impose un groupe à part sur la scène mondiale.  

 

Titres de l'album :

                         01. Un Autre Eté

                         02. Psychosis (feat. Mark Jansen)

                         03. De Tout Là-haut

                         04. Asymétrie (feat. Raf Pener)

                         05. Folle Alliée

                         06. Mes 100 Ciels (feat. Aurélien Fouet-Barak)

                         07. À Coeur Perdant

                         08. La Veuve Noire

                         09. Les Mots Qui Me Viennent (feat. Flo Lemonnier)

                         10. Contretemps (Acoustique)

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 12/09/2018 à 17:22
85 %    355

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Maligner

Attraction To Annihilation

Black Bart

Casnewydd-Bach

Obszön Geschöpf

Master Of Giallo

Azusa

Heavy Yoke

Soulfly

Ritual

The Struts

Young & Dangerous

Northward

Northward

Malm

Kollaps

Bonehunter

Children Of The Atom

Amaranthe

Helix

Gaslarm

Dusk Mothers Children

Tourniquet

Gazing At Medusa

W.m.d.

Lethal Revenge

Daeria

Fenix

Antagonism

Thrashocalypse

Newbreed

Law

Khandra

There is no Division Outside Existence

Riser

Temple of Addiction

Chthonic

Battlefields Of Asura

Cor Serpentii

Phenomankind

Interview AZUSA (Eleni Zafiriadou)

mortne2001 / 11/11/2018
Azusa

Cortez + Stuntman

RBD / 10/11/2018
Hardcore

The Studio Experience #3

grinder92 / 08/11/2018
Benighted

Photo Report - Garmonbozia 20 ans !

Simony / 06/11/2018
Anniversaire

Concerts à 7 jours

+ Venenum + Slægt

16/11 : Le Mondo Bizarro, Rennes (35)

Samavayo + Greenleaf

16/11 : Le Glazart, Paris (75)

Watain + Rotting Christ + Profanatica

16/11 : Cc John Lennon, Limoges (87)

Watain + Rotting Christ + Profanatica

17/11 : Le Trabendo, Paris (75)

Omnium Gatherum + Wolfheart + Nothgard

19/11 : Le Petit Bain, Paris (75)

Sick Of It All + The Worst Doubt + Lugosi

19/11 : Espace Icare, Issy-les-moulineaux (92)

Photo Stream

Derniers coms

Pauvre Abbath... lui qui a dû se sentir comme un couillon après l'écoute du dernier Immortal. "Personne n'est irremplaçable" est une phrase qui lui sied à la perfection désormais !


Un nouvel album, donc ensuite une tournée... Ça promet donc encore de grands moments de solitudes pour les musiciens qui l'accompagneront sur scène ! :D


Don't feed the troll.


Je vous rejoins assez tout les deux (notamment pour les truc prog' machin et le côté mainstream) mais avec un bémol tout de même : la chronique de Charlélie Arnaud qui, en plus de nous faire découvrir des pépites méconnus, le fait avec un ton, une plume et une passion qui font plaisir à lir(...)


Oui c'est vrai que je me base sur l'ensemble de leurs parutions et ce qui était vrai à leurs débuts ne l'est plus forcément. De mon côté, je me disais que c'était moi qui avait des goûts peut-être de moins en moins "mainstream" et y trouvais de moins en moins mon compte, mais je vois que je(...)


P'tite erreur dans la news, les gars : Schammasch vient de Suisse et Der Weg einer Freiheit d'Allemagne :-)


Mouais, moyennement d'accord avec la dernière partie de la phrase de Simony, la ligne éditoriale de ce magazine étant clairement orientée prog/mou du genou et délaisse quasiment toute la scène extrême / true / thrash. S'il y a trois chroniques par numéro sur ces scènes, c'est le maximum. Au(...)


Juste monstrueux ce morceau... comme tout l'album en fait !!!


Malheureusement, c'est le genre de une qui fait vendre. Rock Hard a déjà maintes fois expliqué le dilemme auquel ils sont confrontés pour trouver le juste milieu entre coup de cœur et aspect purement mercantile, reste qu'à l'intérieur la mise en avant de certains groupes encore obscurs est to(...)


Metallica qui ressort son dernier album potable en remaster. Et cover. Décidemment la presse n'a pas fini de se prostituer pour sauver ses miches.


Merci beaucoup !
Quel talent !


Merci beaucoup !
Quel talent !


@meloman , et si tu t’asseyai un peu sur tes doigts, ça te ferait du bien non ?
Et au passage va faire un tour ailleurs, pas besoin de pleureuses comme toi au propos totalement inutiles.


Excellente affiche également que voilà là !


@ meloman : euh... la bière "de la merde" une "idée stupide" ? On a pas les mêmes valeurs :D !
Faut se détendre hein... quand Opeth sortira quelques choses musicalement t'en fais pas on en parlera.


@Meloman: on se détend, pourquoi tant d'agressivité? Tu es certain de ne pas déjà avoir un gode Lordi coincé quelquepart?


Je vois le nom Opeth, je me dis que c'est une new musicale concernant le groupe en question...mais non ça parle de bières, bientôt le groupe sortira des godemichets à son effigie et vous vous empresserez de publier tout ça avec photo à l'appuie...évidemment.

J'appelle ça de la(...)


Merci pour ce récit très instructif, qui complète ce qu'on peut capter du processus en regardant les DVDs de studios-reports qui sont parfois joints aux albums. Effectivement une réactualisation s'imposait, tant l'évolution est allée vite.
On comprend comment le Metal extrême est devenu(...)


Superbe affiche une fois de plus ouais (BETHLEHEM !!!)...
Malheureusement, cette année, cela sera sans moi (sob).


Ouais, ça va saigner !