Je crois (sans pouvoir l’affirmer), que les Japonais fans d’extrême se sont trouvé un groupe à la hauteur de leur excentricité notable. Un groupe capable de transcender les influences et de faire chuter les cloisons de style, mais en gardant cette cohérence bruitiste typique des courants du soleil levant.

Certes, l’exercice dans la douleur n’atteint pas encore les sommets traumatiques d’un MERZBOW, la gloire locale depuis des décennies, mais dans un créneau de crossover sans pitié et bruitiste assumé, les ENDON n’ont pas grands rivaux dans leur contrée, et très peu à une échelle plus agrandie.

Depuis ses débuts, le quintette n’a eu de cesse de brouiller les frontières entre Black, Indus, Ambient, Drone, Noise, Post Grind et tout autre balise de bruit, et il atteint aujourd’hui une sorte d’apogée dans l’horreur de déconstruction d’un Metal qui n’en est pas vraiment, pour flirter avec les limites de la perception et de la tolérance.

Pour autant, leur dernière œuvre est tout sauf du grand n’importe quoi. Through The Mirror est en effet un sacré trip de l’autre côté du miroir, avec une Alice en train de se taillader les veines à côté du Chapelier hilare. Une version traumatique et Manga de Lewis Carroll, version nipponne mais pas vraiment friponne, qui serpente, adopte une posture de biais, et regarde le monde à l’envers voir si les choses ne sont pas encore plus absurdes en refusant le stoïcisme et la logique.

Mais le pire, c’est que ça marche.

Alors, si Acme Apathy Amok en 2011 avait mis le feu aux barils de poudre, si ces derniers avaient explosé à l’occasion de la détonation Mama en 2014, gageons que la terre désolée ayant survécu aux séances de désherbage façon agent orange ne sera plus qu’un amas de décombres fumants lorsque la méthode radicale et définitive de ce second effort sera appliquée.

Les ENDON ne sont pas seuls sur ce coup-là, et se sont vus épaulés par l’incontournable et sadique Kurt Ballou dans leur entreprise de démolition générale.

Flairant toujours le bon coup avant qu’il ne s’ébruite, monsieur CONVERGE a offert aux Japonais traumatisés et traumatisants une production à la hauteur de leur déflagration, les rapprochant d’ailleurs parfois de ses œuvres personnelles, lorsque les délires se recentrent et que le Hardcore chaotique se fraie un chemin entre les rangs serrés du Post Black infesté.

Mais est-il pour autant possible de situer avec plus de facilité les méthodes désorganisées étalées sans complexe sur ce second effort, encore plus disparate et décontenançant que le premier ? La réponse est clairement non, et les ENDON viennent avec Through The Mirror de donner un nouveau sens au terme « Crossover », en l’élargissant, et en refusant d’occulter des influences a priori contraires, mais finalement assez cohérentes dans leur désir de repousser les limites du chaos une fois associées.

En gros, une assemblée de bourrins aussi accros à la fureur des FULL OF HELL qu’à celle de CONVERGE, tout en gardant l’indépendance de pensée des expérimentateurs de l’extrême qui ouvrent des portes qu’on aurait préféré garder fermées.

Entre des traces de Jazzcore palpables, une désorganisation du Hardcore pour le radicaliser d’un Ambient avant-gardiste sublime de ridicule (dans le bon sens du terme), quelques pas sur les plates-bandes de Post Rock affranchi de toute obligation musicale, et des accès de rage Grind absolument terrifiante, ce second album des Japonais risque fort de se retrouver coincé sur les étagères de l’inclassable, entre une version atroce et gore de l’enfer de Dante vu par les RESIDENTS, et les exactions littéraires et musicales abominables de BORIS.

Si vous avez de vous-même saisi la terreur qui vous tétanisera à l’écoute de ces huit nouvelles pistes qui n’en sont pas vraiment, attendez-vous à leur écoute à vous perdre l’esprit dans la forêt des suicides d’Aokigahara, encerclé par des esprits malins ancestraux, vous poussant à nouer un peu plus fort la corde qui vous reliera à jamais à un arbre de tristesse…

Pour beaucoup, voire la plupart d’entre vous, tout ceci tiendra du bruit exagéré et à peine organisé, et le débat sera clos avant les premiers arguments avancés.

Pour les autres, rompus et repus de figures de styles extrêmes, ce second album tiendra d’une épiphanie de violence sourde et sans compromis, et deviendra de fait leur nouvel album de chevet, reléguant presque les postulats Suicide et The Downward Spiral au rang de comptines pour endormir les bambins revenus de la cantine de la joie.

En route pour la joie, justement ?

Pas vraiment, mais pour faire court, tâtez du cauchemar « Perversion ‘Till Death », qui relègue toutes les images les plus barbares du Post Sludge à tendance Black au rang de simples vignettes de bonne conduite à l’usage des gens polis et éduqués.

Artistiquement, le pari relevé par Through The Mirror est gagné haut le moignon. Sonder les abysses de l’horreur musicale tout en restant un tantinet musical. D’ailleurs, tout commence par un plongeon au purgatoire des illusions avec un terrifiant « Nerve Rain », sorte de mantra diabolique pour atteindre un niveau de conscience inférieur, via une itération rythmique dronique assourdissante d’Industriel.

Et si « Your Ghost Is Dead » joue la carte du Post BM tendance Core, c’est pour mieux adapter les règles du Mathcore à celles de l’expérimental bruitiste qui vous trompe de quelques mélodies fourbes.

D’ailleurs, « Born In Limbo » ne fait même plus semblant de se raccrocher à la corde de la musicalité, et mélange des plans Post Rock, des inflexions Indus, des sudations Ambient, pour une sorte de Rock Japonais traumatique et légèrement Psycho Surf.

« Postsex », c’est la cigarette écrasée sur la peau après l’amour, celle qui vous fait hurler du FULL OF HELL dans les oreilles de votre dulcinée calcinée.

Quant à « Torch Your House », c’est un peu le trou noir après une nuit de déviance totale. On ne sait plus où on en est, et finalement, on pourrait bien être en enfer pour le peu que ça nous concerne.

Quand les cerisiers sont en fleur du côté d’Osaka, le spectacle est magnifique. Mais ici, on n’est pas à Osaka, et rien n’est beau. Et rien ne sent bon.

Tout sent la mort en fait. Mais une mort sale, douloureuse. Pas vraiment en musique d’ailleurs. ENDON, ou la mise en terre de la logique agressive dans une optique de sadisme radical.

Ou l’ultime chute dans les entrailles de la terre, le petit doigt coupé pour avoir voulu révéler au monde qu’il existait un monstre encore plus terrifiant que la mort elle-même.


Titres de l'album:

  1. Nerve Rain
  2. Your Ghost Is Dead
  3. Born In Limbo
  4. Penseum
  5. Postsex
  6. Perversion ‘Till Death
  7. Through The Mirror
  8. Torch Your House

Site officiel



par mortne2001 le 02/04/2017 à 16:31
85 %    340

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Lowest Creature

Sacrilegious Pain

Wretch

Man or Machine

Sabaton

The Great War

Pendulum Of Fortune

Return To Eden

Horndal

Remains

Protector

Summon the Hordes

Majesty

Legends

Dead Horse

Horsecore: An Unrelated Story That's Time Consuming

Затемно (zatemno)

В петле

Hollow Haze

Between Wild Landscapes and Deep Blue Seas

Nyss

Dépayser

Shit Life

Reign In Bud

Teleport

The Expansion

Alcotopia

It Hits the Spot

Pounder

••

Night Screamer

Dead of Night

No Sun Rises

Ascent/Decay

Vilest Breed

Live Fuck Die

Riot City

Burn the Night

Combichrist + Terrolokaust

RBD / 17/07/2019
Electro

Live-report - Impetuous Ritual / Ascended Dead / Scumslaught

Jus de cadavre / 14/07/2019
Death Metal

Napalm Death + A.C.O.D.

RBD / 12/07/2019
Black Metal Symphonique

Municipal Waste + Terror Shark + Dirty Wheels

RBD / 10/07/2019
Hardcore Metal

Live-report HELLFEST 2019 / Dimanche

Jus de cadavre / 07/07/2019
Hellfest Open Air

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

ce type de groupe n'a pas fini de nous plonger dans les abysses du ridicule


J'ai l'impression que le précédent était sorti avant-hier, ils tiennent le rythme ceux-là !


Aaaaaaahhh !!!
C'était le bon vieux temps tout de même hein…
(Vieux con speaking)


dégageait*


Kerry King + 1.
C'est vrai que leur show dégagé pas mal.
J'en ai été d'ailleurs le premier surpris sur le moment...


Je viens de me choper le Pantera. Que j'avais en fait déjà en bootleg sous le nom de "Black Tooth" !
Tant pis... un énorme live en tout cas ! Ultra bourrin !


Magique


ah ouais ? le pantera me fait bien envie aussi ! je l'ai qu'en bootleg degeu et pas complet...


Rien à voir, mais j'ai le Nailbomb en CD du Dynamo...


ce live est sortit ya quelques semaines deja ;) dans la meme serie il y a aussi le live de testament de la meme année.


ah le bon vieux groupe en carton


très mou


Oui, belle pochette !! :)


Je n'aurais jamais cru qu'un jour un groupe ose s'arroger ce nom sacré...


Voilà la meilleure pochette de tous les temps !!


Mou ?!!! Euh...


Un autre groupe qui a tout démonté sur ce Hellfest c'est Anthrax !

Bordel encore furieux ça vieillit pas, putain de patate.

https://www.youtube.com/watch?v=pHKTjsYlNh0


+ 1 bordel !!!
(Comme souvent avec Sieur Jus de cadavre...)


Indifférence générale !


Meilleur concert du Hell, un groupe fou ! J'aimerais vraiment les voir dans une petite salle chauffée à blanc... ça doit faire encore plus mal !