Oracle

Northern Lights

20/01/2023

Autoproduction

Voici une petite friandise au goût très épicé qui devrait combler les fans de Metal moderne et de Metalcore. Quelques années après avoir publié un premier album, le quintet NORTHERN LIGHTS revient avec un nouvel EP dans sa besace, et autant dire qu’il n’a pas été conçu dans un désir de discrétion et d’intimisme.  

NORTHERN LIGHTS a déjà une jolie petite expérience derrière lui. Participation au Hellfest, premières parties notables, following grandissant, et appétit de décibels persistant. Si l’ancrage de l’inspiration se situe évidemment dans le domaine du Metalcore agressif et mécanique, les musiciens ne rechignent pas à s’ouvrir au champ des possibles pour enrichir leur musique, et lui conférer une patine plus personnelle. Et Oracle se veut le chantre de cette philosophie renouvelée.

Luca Depaul (chant), Jonathann Colas (guitare), Alexis Schneider (guitare, chant), William Martin (basse) et Jeffrey Lassere (batterie, chant) nous proposent donc cinq nouveaux morceaux explosifs, qui en disent long sur l’envie d’occuper le terrain avec fermeté. Mais Oracle est bien plus qu’un simple intermède ou une remise en forme. Cet EP a été conçu en tant que concept, et se propose de revisiter les arcanes du tarot de Marseille, et d’aborder quelques points de littérature importants. C’est ainsi qu’on trouve des allusions au Mythe de la Caverne de Platon, au Portrait de Dorian Gray d'Oscar Wilde ou encore au Horla de Guy de Maupassant.

Le tarot de Marseille et la littérature se complètent donc pour que l’auditeur fasse son analyse poussée, et se demande si le destin régit sa vie comme les cartes du tarot annoncent l’avenir. On saluera donc ce gros travail de fond, qui s’accompagne d’une bande instrumentale rageuse et perfectionniste, quelque part entre les influences citées par l’agence de promotion.

Mais je pense pouvoir affirmer qu’en 2023, les NORTHERN LIGHTS se dispensent très bien de tutelle pour suivre leur propre chemin. Si évidemment les structures et progressions sont fidèles aux préceptes énoncés par le Metalcore moderne des années 2010, les nombreuses mélodies amères, les cassures au biseau et les lignes de chant évanescentes contribuent à insuffler une originalité de fond qui transforme un simple exercice de style en travail complet. Sans se refaire la façade ou céder aux sirènes de la chirurgie musicale esthétique, Oracle offre les contours d’un physique surgonflé aux muscles saillants, et la puissance d’une personnalité ayant gagné en indépendance.

Oracle amorce un tout nouveau chapitre de l'histoire de NORTHERN LIGHTS, comme le début d'une sortie de mue pour le groupe  

Une mue qui se remarque en effet. Mais une mue discrète, qui s’attache aux détails sans remettre en cause les fondements. L’osmose entre les musiciens est palpable et semble même devenir entité indépendante en sortant des oreillettes du casque, l’EP bénéficiant d’une gigantesque production transformant la batterie en frappe air/sol tactique et les guitares en scalpels effilés qui coupent les chairs à vif. Les lignes de chant, vociférés, chantées, hurlées, la précision dans les mesures, et l’attachement aux valeurs d’efficacité sont autant d’atouts classiques pour un EP d‘obédience traditionnelle, mais l’impressionnante énergie déployée parvient à transcender ces figures imposées pour les transformer en ornementations de valeur.

Le résultat : un barouf d’enfer, mais un boucan intelligent. Si l’on ne peut nier le classicisme de l’affaire, on ne peut d’un autre côté renier son rendement impressionnant. Et alors que Luca Depaul se sort les tripes et met son âme à nu, Jeffrey Lassere martèle comme un damné, et interprète le tirage des cartes à sa guise, nous prédisant un chaos à venir peu rassurant.

Entre le fatalisme d’un destin inéluctable et l’espoir d’un choix personnel raisonnable, NORTHERN LIGHTS louvoie avec beaucoup de lucidité, et prépare une rentrée live qui s’annonce tonitruante. Il est évident que ces cinq morceaux vont prendre toute leur ampleur en concert, terrain de jeu favori du quintet, et permettre au groupe de défier les grandes références du créneau sans craindre une comparaison défavorable. De l’énervement, des ambitions, une charge musicale optimale pour un feu d’artifices explosant en plein ciel chargé.

Qu’annonceront les cartes une fois les morceaux repris en chœur par une foule dégoulinant de sueur ?    

  


Titres de l’album :

01. House Of God

02. Judgement

03. Temperance

04. The Moon (ft. Flo(Void)Curatt)

05. The Game


Facebook officiel


par mortne2001 le 19/01/2023 à 17:33
78 %    438

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Arthur
@37.166.10.91
19/01/2023, 20:01:28

Sacré découverte, entre mélodie et brutalité on est servi !!!

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Crisix + Dead Winds

RBD 20/02/2024

Live Report

Abbath + Toxic Holocaust + Hellripper

RBD 21/01/2024

Live Report

1984

mortne2001 10/01/2024

From the past

SÉLECTION METALNEWS 2023 / Bonne année 2024 !

Jus de cadavre 01/01/2024

Interview

Show No Mercy

mortne2001 03/12/2023

From the past
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
senior canardo

je suis entré dans la file d'attente 122000eme ....j'ai fermé l'onglet et choppé mon pass pour le ThroneFest ;)

21/02/2024, 09:33

LeMoustre

Pas mal du tout. En effet Whiplash rôde.Beau papier aussi lol la phrase des vautours, excellent.Merci

20/02/2024, 07:31

LeMoustre

Comme d'habitude agressif et sans surprise. Immuable.

20/02/2024, 07:28

Badinter en enfer

oui

17/02/2024, 22:18

Bong Joon Whore

wow Badinter en enfer, c'est David?

17/02/2024, 16:16

Benstard

Méchante ambiance. 

17/02/2024, 14:19

Benstard

Méchant son de basse et simpa les soli. Ça groove en mode papi. Mais c'est cool qu'ils continuent. 

17/02/2024, 14:16

je te pisse dans le cul, ça fait un bubble tea

Groupe de boomers avec des tarifs pour boomers. Les mêmes qui viendront chialer que les légumes, c'est cher et chouiner que le prix de l'essence augmente.

17/02/2024, 07:08

Bille Baroud

Si la musique est toujours aussi bien pour un vieux groupe, genre dont il ne reste pas tellement de représentants pour assurer, tant pis pour l'artwork, je crache la thune.

16/02/2024, 20:36

Tourista

Humungus, t'es fan d'AC/DC et de coquillettes ?  

16/02/2024, 17:49

Saddam Mustaine

Faut payer l'ehpad du père Brian 

16/02/2024, 16:39

Humungus

"84 euros la dragée"...Si seulement...152,85 € le bifton en ce qui me concerne.J'avoue que ça pique un chouille bordel... ... ...

16/02/2024, 13:02

Badinter en enfer

D'un coté, si ça fait chier les sacs à merde parasitiques comme Valnoir ou Fortifem, je suis 1000% à fond pour l'usage de l'IA. Le problème, c'est que ça impacte aussi les artistes honnêtes et qui ne se servent pas leur activit&e(...)

16/02/2024, 06:10

Buck Dancer

Très bon ! (par moment ça me fait penser à Pantera, A New Level) 

16/02/2024, 05:15

Solitary Sabred

Merci, thanks for the support!!

16/02/2024, 05:09

Tourista

Bien sûr, les ventes physiques s'effondrent, pourquoi se casser le cul et investir ?  Ca va être simple pour bibi : IA sur la pochette, je laisse ma carte bleue à l'ombre. Technophobe ?  MMMMmmOUI.J'ai bossé modestement dans la(...)

15/02/2024, 19:46

Amer Smashed Pils

Miam miam maim ! Crado à souhait !

15/02/2024, 19:11

Jus de cadavre

@ Tourista : c'est exactement ce que je me suis dit... Quelle misère... Mais j'imagine que pour les label c'est vite vu niveau $$$ (gratos, pas de délais, etc...). Autant pour les petits groupes sans un rond je peux comprendre, mais là, merde, pour (...)

15/02/2024, 18:38

Tourista

Il va falloir s'habituer à ces pochettes de merde sous IA.   Et c'est que le bédut.Le Tricatel de l'artwork.  

15/02/2024, 18:31

Humungus

Je prends aussi !

15/02/2024, 06:49