Stoner, Doom, Sludge, les lenteurs, les obsessions, les redondances, le côté Heavy exagéré pour flatter les fans du SAB dans le sens de la croix inversé, tout ça, on connaît depuis si longtemps qu’on en a presque oublié pourquoi on écoutait encore. S’il est certain que les aspects essentiels de ces trois sous-genres ne sont plus des mystères depuis les deux doigts perdus par Tony Iommi, certains artistes parviennent toujours à les accommoder et les arranger à leur sauce, pour nous faire croire que les choses peuvent encore avancer, malgré un statisme constaté. On ne reviendra pas une fois encore sur la pertinence éventuelle de la démarche, et on se concentrera plus volontiers sur les artistes capables de proposer des pistes sinon novatrices, du moins convaincantes, ce qui est assurément le cas de nos américains du jour. Ces amis obsédés par la lancinance, la latence, la résilience et l’oppression se proposent donc d’incarner un nouveau visage du Sludge/Stoner contemporain, et s’échinent à nous le démontrer depuis leur émergence en automne 2013. Nous en venant de Cleveland, Ohio, ce quatuor (Nick Koeth - guitare/chant, Todd Marshall - basse/chœurs, Andy Johnson - batterie/synthés et Kyle Martinac - guitare) a déjà sorti deux longue-durée, en 2014 (Blackwater) et en 2015 (Beyond The Swamp), histoire de démontrer que leur fascination pour la lourdeur était justifiée, et c’est donc auréolés d’une certaine réputation qu’ils nous en reviennent avec un troisième long, qui ne dément en rien leur fascination. Et si celle-ci  s’articule autour des principes séculaires de mélange des genres, elle n’en reste pas moins formellement très efficiente, malgré quelques automatismes flagrants et quelques redites encore un peu encombrantes. Mais sans les placer sur un piédestal qui ne leur est pas encore destiné, Good As Evil représente en quelque sorte une espèce de synthèse géante de tout ce que les sous-genres précédemment énoncés peuvent offrir de plus fertile et créatif, ce qui place d’emblée cette œuvre sous des auspices d’intérêt général.

Pourtant, on connaît la méthode, et ce, depuis l’émergence à l’orée des années 2000 des meilleurs représentants du style. Mais beaucoup plus lourds, beaucoup moins concentriques que les KYUSS et autres ORANGE GOBLIN, et à cent lieues des boucles de torture d’un CATHEDRAL, les BLACKWATER se rapprocheraient donc plus d’un hybride southern des capacités groove les plus flagrantes de CORROSION OF CONFORMITY et des dérives spatiales de MASTODON elles-mêmes inspirées par le HAWKWIND le moins stellaire. Et c’est leur optique progressive qui fascine le plus, puisque loin de se contenter du tout-venant, ces quatre animaux-là cherchent à explorer des pistes aux confins d’un cosmos Heavy, plaçant en bons malins qu’ils sont les entrées les plus évidentes en début de parcours. Et si ces deux amuse-gueules ne sont pas sans intérêt, ce sont bien les deux longues et envoutantes pistes centrales qui suscitent le plus de curiosité. Sous un artwork de Grant Taylor, et dopé par une production signée Dane Whalen et Chris DiCola aux studios Atomic House et Signal Flow, Good As Evil est en effet le bien qui fait du mal, ou l’inverse d’ailleurs, et une digression très intéressante sur des thèmes connus, mais qui trouvent ici une lumière tamisée moderne ne crachant pas sur un brin d’ambition. Sans se départir d’influences qu’ils ne prennent pas la peine de nommer mais qui restent évidentes pour les fans, les BLACKWATER brodent des thèmes spatiaux et lysergiques qui nous entraînent dans une transe assez prenante, spécialement lorsqu’ils abandonnent la narration linéaire pour se jeter corps et âme dans un délire instrumental aux contours flous, mais aux données précises. Ainsi, « A Comatose Adventure » n’est pas sans rappeler les délires free des seventies, ou même de la fin des sixties, lorsque les musiciens découvraient les possibilités créatives d’un esprit soudainement perméable aux substances chimiques, et HAWKWIND, CACTUS, OS MUTANTES, 13TH FLOOR ELEVATORS, C.A. QUINTET de s’inviter aux agapes de SIR LORD BALTIMORE, ST VITUS, pour un trip intégral bourré de riffs et de mélodies, de breaks infinis et d’ad-lib maîtrisés. Ce morceau peut être vu comme le point d’orgue d’un album qui pousse tous les principes dans leurs derniers retranchements, et incarne certainement le pinacle d’une jeune carrière qui n’hésite pas à chercher plus loin que les redondances systématiques de quoi alimenter son inspiration.  

Et celle-ci est plurielle, comme le démontrent les deux premiers actes de cette pièce en liberté créative majeure. « Sabbath Daze », malgré le clin d’œil assez évident de son intitulé, nous enivre de la vague NOLA, tout en gardant l’âme fixée sur un psychédélisme de surface, pour entremêler le meilleur des CORROSION OF CONFORMITY et l’efficacité des KYUSS, sous couvert d’un riff pachydermique plutôt formel, mais diablement efficace. Les musiciens sont en place, le déroulé est traditionnel mais la progression est tenace, et on se retrouve près des marais, à regarder le temps qui passe avec quelques bières à écluser, sans que l’affaire ne tombe dans la grossièreté d’un Rock un peu trop typé aux effluves prononcées. D’ailleurs, « Witching Hell » met les choses au point de sa vivacité, et emballe le propos, pour un Hard-Rock délicieusement seventies et nerveux comme un Jimmy Page ne retrouvant plus son archer. Quelques erreurs de précision qui ajoutent du naturel à la chose, et une voix, planante, mais pugnace, celle de Nick Koeth, un peu noyée dans le mix mais prenante et fluctuante, et surtout, un duo de guitares efficientes, qui manipulent le riff avec foi, et le solo avec fougue. C’est percutant, sans prétention, mais c’est aussi une façon d’équilibrer les données pour que les fans d’un Rock plus direct ne se sentent pas largués. Ceux-ci lâcheront un peu prise à l’occasion de «The Beckoning/Stigma », premier gros pavé de plus de douze minutes, qui se permet le luxe de multiplier les allusions contraires, en flirtant avec l’alternatif des PUMPKINS sans perdre de vue la romance Sludge et Stoner. D’ailleurs, c’est dans ces moments d’hybridation que le groupe se montre le plus convaincant, le format long leur convenant à merveille, et leur permettant d’explorer leurs idées les moins conscrites dans un plan bien défini. Cette recherche ne sacrifie pas le feeling sur l’autel de la pluralité, et le groove ambiant est suintant de naturel, ce qui permet de s’immerger sans vraiment être un spécialiste de la cause. Une vulgarisation pour acceptation des masses ? En partie, mais il n’y a pourtant rien de trivial dans les musique des BLACKWATER, que les puristes pourront apprécier à sa juste valeur.        

Sans tomber dans l’excès de compliments, autant préciser que ce troisième album saura plaire aux adeptes comme aux néophytes, de par sa volonté d’échapper à toute catégorisation trop poussée. Et peu importe que les morceaux médiums recyclent des idées déjà exprimées par Pepper Keenan sur des albums comme Blind ou Deliverance, peu importe que la tonalité globale reste ancrée dans une tradition assumée, on sent comme un vent de liberté nous fouetter les ouïes à l’écoute de ce Good As Evil qui honore sa propre cause et qui valide cette célèbre réplique de Mae West.

« When I’m good, I’m bad, but when I’m bad, I’m better »

                      

Titres de l'album :

                      1.Sabbath Daze

                      2.Witching Well

                      3.The Beckoning/Stigma

                      4.A Comatose Adventure

                      5.Labyrinth of the Damned

Facebook officiel

Bandcamp officiel 


par mortne2001 le 12/02/2019 à 18:42
78 %    159

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

D.a.d

A Prayer for the Loud

Death Angel

Humanicide

First Signal

Line of Fire

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Ministry

18/06 : La Laiterie, Strasbourg (67)

Photo Stream

Derniers coms

Haha, ouais. Bon en même temps, fallait pas s'attendre à voir autre chose venant d'eux.


Ca paiera les soins de Mustaine, touché par un cancer de la gorge. En espérant un prompt rétablissement au divin rouquin.
Endgame reste leur meilleur album depuis... Rust In Peace, et le plus agressif aussi.


Courage a ce monstre du Metal.


Ah bah merde ! J'étais content de pouvoir revoir le père Wino sur scène... Grand souvenir avec Spirit Caravan il y a quelques années sur cette même scène.


Ah merde Humungus, ce qui me plaît surtout dans le dernier Vltimas, c'est les influences orientales...Le mash-up Faudel/David Vincent m'a tellement fait rêver ! :)


Il a survécu à la dope, à l'alcool, à dieu et à Metallica en écrivant les plus belles pages du Heavy/Thrash alors je pense qu'il survivra à ce putain de cancer ! Pour moi, le Metal God, c'est lui. Le meilleur guitariste du Metal c'est lui, alors il ne peut pas mourir. Dave Mustaine ne mourra (...)


Vas y Dave, nique lui la gueule à ce putain de cancer.


Tout simplement parce qu’ils sont pourris...


Eh ben...
Fucking hook in mouth.... :-(


@humungus : tout à fait d'accord ! ;-)


En fait, je pensais que tu faisais une vanne et que tu sous entendais par là que c'était le meilleur fest d'Europe…
Alors, pour corriger "réellement" l'ensemble, le HELLFEST c'est :
L'un des plus grands d'Europe, le plus grand de France et le meilleur au monde mondial au niveau des (...)


Détrompe toi Humungus, on ne s'en branle absolument pas, c'est justement pour partager les attentes de chacun et pourquoi pas donner envie à ceux qui hésitent d'aller voir tel ou tel groupe. Et ton R.O. est plus que solide dites donc, je m'y reconnais assez !
Et pour "le plus grand festival(...)


J'imagine que tout le monde s'en branle, mais y'a pas de raison qu'il n'y ait que les chroniqueurs qui vous fassent part de leur destinations sur le fest (merde quoi !) :
- Vendredi : CONAN, POWER TRIP (jamais vu. Hâte de voir ça sur scène et surtout dans le pit hé hé hé), DIAMOND HEAD ((...)


Ah merci totoro !
Je ne suis donc pas le seul à penser qu'il n'y a pas plus de Crust là dedans que de références Raï dans le dernier VLTIMAS.


De mon coté j'y serais aussi pour le zine'... Mon RO du coup : Slayer, Slayer et Slayer (en gros quoi). Plus sérieusement y'a de quoi faire encore cette année ! Mais pour moi ça se passera, comme depuis des années maintenant, quasi uniquement sous les tentes... A part pour Slayer, Gojira et 1 o(...)


J'avais peur après "LIFAD" que je n'aime pas (trop facile, pas assez martial, aux chansons loin d'être inoubliables, à part "Waidmanns Heil"). Rassuré par l'énormissime "Deutschland" et "Radio", c'est désormais tout l'album qui me fait plaisir. Rammstein ne change pas vraiment mais a trouvé u(...)


Je n'entends pas du tout le truc Crust dans ce disque... Par contre, c'est un sacré putain de bon disque, avec un nombre de riffs qui tuent complètement affolant ! Entre Death Mélo et Dark Metal suédois. On oscille pour ma part entre du Tribulation plus vénère, moins prog' et du Dissection pé(...)


"Ils ont enfin sorti un album potable depuis 1988 ? Ah non après vérif ' leur dernière crotte reste Hardwired."

1988 soit 30 ans passé.

Oui ils ont quand même sorti un très bon album depuis indiscutable depuis...Le Black Album ! Il y a 28 ans...

-
<(...)


Voir un groupe aussi lourdaud que le Metallica actuel reprendre Thin Lizzy c'est quand même la honte. Finalement Jojo c'était parfait pour eux.


Hate d'écouter la suite un groupe que je trouve vraiment excellent dans le style...bref un beau voyage auditif pour moi.