Heart n’Balls

Silverstage

24/01/2020

M O Music

Commençons par les choses qui ne vont pas, et vraiment pas. Je suis conscient que pour beaucoup de groupes, la musique prime sur l’image, mais cette image ne doit pourtant pas être traitée à la légère. Et avec une pochette pareille en envoi physique qui plus est, madame et messieurs, vous ne mettez pas tous les atouts de votre côté. Ouvrant l’enveloppe pour découvrir un graphisme Paint pareil, on est rapidement tenté de sceller la dite enveloppe avant de la ranger dans un tiroir fermé avec une clé rouillée. Je dois reconnaître que c’est l’une des plus ratées que j’ai pu « admirer » depuis fort longtemps et qui finira sa course dans les tops des œuvres les plus drôles de ces dix dernières années. Et je trouve fort dommage de faire une si mauvaise première impression lorsque musicalement, on a les arguments de ses ambitions. Ne voyez aucune méchanceté gratuite dans cette introduction, juste de la déception, et un moyen d’attirer votre attention sur un point méchamment faible. Mais heureusement, à l’image du critique littéraire qui ne s’arrête pas à la couverture, le chroniqueur musical ne laisse pas un désastre le détourner de sa mission, et écoute un album avant d’émettre un jugement. Et ce jugement, après ces neufs titres bien tassés est plutôt du genre positif, pas dithyrambique évidemment, mais positif, enthousiaste, face à une musique qui ne ménage pas son énergie. Dans les faits, SILVERSTAGE est un groupe formé en 2013 du côté de Paris, qui a commencé à jouer régulièrement aux alentours de 2016, suite à divers problèmes de line-up. Visiblement, le groupe tape dans la demi-nostalgie. Ils souhaitent en effet rester un pied ancré dans les eighties et l’autre fermement planté en terre contemporaine, pour offrir un crossover d’époques. Mais sans vouloir résumer les choses de façon trop synthétique ou lapidaire, la musique des parisiens n’est rien d’autre qu’un Heavy Rock nerveux, précis dans l’exécution, délicatement passéiste mais volontaire, sans forcément surfer sur la vague old-school actuelle.

Je ne pense pas me tromper en affirmant que le quatuor (Jayd The Bear : guitare/chœurs, Marianne G-Wolf : chant, Lillian Perrin : batterie et Jeff Monaco : basse/chœurs) veut avant tout se faire plaisir et nous faire plaisir avec un Heavy Rock pas si évident qu’il n’en a l’air. Ce premier album a donc bénéficié d’un soin particulier apporté par Marc Varez qui l’a enregistré et mixé au studio La Grange 69, et peaufiné par le mastering de HK Kraus au Vacarama studio (DAGOBA, LOUDBLAST, BLACK BOMB A, LES TAMBOURS DU BRONX). En résulte une œuvre d’apparence simple, aux motifs reconnaissables, louvoyant entre les époques, suggérant le Hard US des années 80 comme la scène alternative des années 90, le tout dopé d’une énergie intemporelle et d’une implication totale des musiciens. Au premier plan, la voix, celle de Marianne G-Wolf qui a souvent des intonations à la Suzy Quatro, et qui fait ce qu’elle peut pour se mettre à la hauteur d’un instrumental nerveux. Certes, le timbre de la belle est un peu systématique dans ses inflexions, mais avouons à sa décharge que les thèmes musicaux ne sont pas non plus des plus variés. Il convient de voir le changement dans les nuances apportées, le rythme étant souvent le même, et les riffs ne cherchant pas forcément la diversité. Et il faut en effet attendre le septième titre pour que l’atmosphère change, avec la demi-ballade « If Your Love Is Pain », très formelle dans les faits, mais qui paradoxalement apporte un peu d’air frais à ce Hard joué Heavy terriblement classique. On peut incriminer la production, un peu trop brute et qui nivelle les titres sur les fréquences les plus hautes et le volume le plus élevé, mais il faut rester honnête et admettre que les structures sont souvent similaires, et que le manque de digressions se fait rapidement sentir. Il y a quelque chose de séduisant dans cette approche frontale, que « All I Need » met admirablement bien en valeur en faisant la tradition avant/maintenant, mais cette naïveté touchante devient vite un handicap lorsque les titres se succèdent sans vraiment chercher l’idée qui leur permettra de se démarquer.

« Silverstage », et ses deux petites minutes met heureusement l’emphase sur la puissance et laisse un chant masculin nous souffler un air moins confiné, flirtant avec un Thrash à la FAITH NO MORE de « Surprise You’re Dead », tandis que le final « Back From Cali » alourdit un peu le propos pour jouer le Blues façon Stoner, tout en restant fidèle à des principes de Hard Rock. Je dois l’avouer, la production m’a souvent empêché d’apprécier pleinement des morceaux qui doivent prendre leur ampleur sur scène, une production qui certes laisse de la place à tout le monde, mais qui hésite encore entre amateurisme éclairé et professionnalisme light. Les soli ne sont pas non plus fondamentaux, encore un peu trop timides, tandis que le classicisme des riffs pâtit justement de ce traitement sonore un peu trop massif, ce qui aboutit à une homogénéité qui tend vers l’uniformisation. De plus, le groupe a le malheur de laisser traîner son inspiration un peu trop généreusement, et les deux ou trois premiers morceaux auraient gagné à être concentrés en trois minutes et quelques secondes pour sonner moins redondant. Nonobstant ces reproches objectifs et ne faisant pas état d’une quelconque condescendance, lorsque la machine avance, elle avance bon train et se montre entraînante, à l’image de la première moitié de « Want You Dead », l’un des plus efficaces du lot. Mais pour appréhender ce premier album de la bonne manière, il convient de s’en remettre à son titre. Du cœur et des « boules », une musique jouée avec les tripes, encore un peu trop convenue et répétitive, mais qui en gagnant en maturation pourra proposer une piste intéressante. D’ailleurs, lorsque les plans se contentent d’être efficaces et concis, le résultat est plutôt convaincant, à l’image du burner explosif « Come Back » au délicat parfum punky et punchy. Quelques déliés bluesy, des cassures, des ruptures de rythme, pour un hymne qui en dit long sur les capacités et qui nous renvoie à la jeunesse dorée des RUNAWAYS.

Encore des progrès à faire, mais SILVERSTAGE mérite le soutien que vous pourrez lui accorder. Mais par pitié, la prochaine fois, faites plus attention à votre pochette qui risque de vous faire perdre quelques fans potentiels. Ça peut sembler mesquin et anecdotique, mais dans une époque où l’information est plus rapide que la lumière, il convient de ne commettre aucun faux-pas sous peine de rester dans l’ombre.    

                                 

Titres de l’album :

                           1. All I Need

                           2. Want You Dead

                           3. Rise

                           4. Come Back

                           5. For The Light

                           6. Can't Live Without

                           7. If Your Love Is Pain

                           8. Silverstage

                           9. Back From Cali

Facebook officiel


par mortne2001 le 21/02/2020 à 15:00
70 %    447

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview

Welcome To My Nightmare

mortne2001 26/12/2020

From the past

IXION : entretien avec Julien

JTDP 16/12/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Moshimosher

A écouter ce morceau, j'ai tous les poils du corps qui me flagellent ! Je crois que ma crinière et cette musique ont une mauvaise influence sur eux !

20/01/2021, 01:20

Moshimosher

What a beautiful corpse! Franchement, du son putréfié comme je l'aime ! Achat sanctionné de mon sang corrompu ! Faites rouler le cercueil !

20/01/2021, 00:22

Adolf benssoussan

Ça sent la tôle tous ses chefs d’accusation, il a a au moins les couilles de défendre ses idées pas comme ici ou c’est devenu tarlouze land. 

19/01/2021, 22:35

LeMoustre

Comme KKing dit, il a fait une connerie, ben il assume, basta. Irreconcilables, ces deux Ameriques, en effet. Bah, lui il fera un peu de taule ou qques semaines d'intérêt general. Et franchement, les thèmes du groupe et cette connerie, je vois moye(...)

19/01/2021, 19:23

Kerry King

L'idée du test a l'entrée est la meilleure idée.48/72 heures avant, et comme on dit "l'amour du risque".

19/01/2021, 18:32

Gargan

 "no present for christmas" pour  Bones 

19/01/2021, 18:23

Kerry King

Iced Earth c'est Jon Schaffer est rien d'autre actuellement on ne va pas se mentir, la formation actuel est loin de la glorieuse de l'époque et les membres sont tous arrivé il y a moins d'une décennie, sauf le batteur qui le suit depuis pas mal d'ann&(...)

19/01/2021, 18:18

Bones

Bien vu pour le Deicide. :-)... ou un petit "Slaughter in the Vatican".  Cathartique.  :-)

19/01/2021, 17:45

Jus de cadavre

Assez d'accord avec Moshi concernant la réaction des autres membres du groupe. Personnes ne pouvait s'être préparer à une telle situation

19/01/2021, 17:23

poybe

Sérieusement, quand on s'intéresse un peu aux thèmes développés par le groupe ... et donc leur leader, ça n'a rien de très surprenant de le retrouver là dedans. Il a choisi de se rendre et d'assumer les conséquences de (...)

19/01/2021, 17:15

Moshimosher

Perso, qu'ils partagent ou non ses idées, je comprends la réaction des autres membres du groupe... Il font tranquillement leur musique, sans embêter personne (enfin, je crois), et, tout d'un coup (ou pas) en voilà un (et le leader en plus !) qui se met à(...)

19/01/2021, 16:26

Laurent

Qu'ils rouvrent déjà les cafés concert, les concerts devant un écran géant il n'y a pas urgence

19/01/2021, 15:38

Buck Dancer

Message coupé que je continue...Écoute toi un petit Deicide ça ira mieux   

19/01/2021, 15:34

Buck Dancer

Bones, dans ces conditions je comprends mieux

19/01/2021, 15:32

RBD

La différence de traitement entre Noël et le 31 décembre m'a également surpris. J'y vois d'abord une justification sanitaire (discutable) : le soir de Noël les familles ce sont plutôt les familles qui se rassemblent tandis que le 31 ce sont plut(...)

19/01/2021, 15:21

Bones

Désolé, je suis un peu raide sur la question mais j’ai été traumatisé par une famille trèèèès portée sur la religion. Depuis je bouffe un peu du curé et je vois des calotins partout, ne m’en voulez pas. :-)

19/01/2021, 15:15

Buck Dancer

Bones, peut-être parce que Noël se fête traditionnellement en famille et à la maison, alors que le 31 tout le monde est dehors à faire la fête ( et les cons)? Noël, ouvertement catho ? Pas dans mon monde moi, désolé.... 

19/01/2021, 14:47

Humungus

Je rejoins forcément totalement mon coreligionnaire du dessus !L'ajout de vidéos d'antan, c'est juste génial !PS : "Voyage au centre de la scène - Les 30 ans de CYTTYOLP !"...Putain, David, t'as fait tr&egra(...)

19/01/2021, 14:03

Humungus

Pas mal du tout VAISSEAU.Classique dans l'ensemble mais bien torché.Par contre, L'Apache, je ne vois pas ce que cela à de Doom... Hormis la pochette bien sûr (superbe au demeurant).

19/01/2021, 13:26

JTDP

J'avoue. Ecouté distraitement il y a quelques jours, je suis pressé de me replonger dedans, tant il m'avait déjà bien accroché !

19/01/2021, 12:39