Ossuarium Silhouettes Unhallowed

Hooded Menace

26/01/2018

Season Of Mist

HOODED MENACE était jusque là le jouet de Lasse Pyykkö, guitariste, bassiste, chanteur en studio, celui là même qui se cache derrière le groupe de Death Metal, CLAWS. Avec Darkness Drips Forth, le Finlandais avait commencé à ouvrir la voie à une collaboration plus générale et non plus cantonnée au batteur avec le fidèle Pekka Koskelo et le résultat s'en trouvait foncièrement différent de ce que propose le groupe habituellement à savoir un Doom Death Metal assez rythmé, bien cradingue sur lequel se plaquent des leads imparables avec des lignes mélodiques entêtantes, le parallèle avec PARADISE LOST est tout trouvé. 

Alors pas que le précédent album sorti en 2015 était mauvais, il était juste différent, comme si Lasse se sentait prisonnier d'un style l'enfermant comme dans un carcan dont il voulait s'échapper et en ce sens Darkness Drips Forth est plutôt une réussite, de quoi remettre les bases saines et bien à plat pour mieux repartir de l'avant, regagner les abîmes faussement lumineuses comme HOODED MENANCE aime nous les dépeindre. Mais avec Ossuarium Silhouettes Unhallowed, cinquième et nouvel album du groupe, les Finlandais reviennent à ce côté mélodique qui matche de nouveau sans problème. L'introduction de "Sempiternal Grotesqueries" résonne comme un classique du Doom Death Metal, ligne mélodique pure avec une mélancolie propre à la musique Métal Finlandaise et que penser alors de cette figure sur la fin d'"In Eerie Deliverance", là aussi on pense à PARADISE LOST et cette touche légèrement New Wave / Dark Wave plutôt dansante, une danse macabre c'est certain ! 

On pense que "Cathedral Of Labyrinthine Darkness" va nous ramener vers l'album précédent, mais de nouveau un lead de guitare très éthéré se fait entendre alors que le mur gras continue de sonner derrière, comme une menace rampante, toujours vivace même lorsqu'elle se fait moins sentir au premier abord, ce morceau nous plonge alors dans une léthargie glaciale. Et ce n'est pas un hasard si cela sonne si froid, le traitement insufflé à la batterie est également froid, les cymbales sonnent sèchement, implacable, de même que cette caisse claire d'où ne se dégage qu'un sentiment moribond alors que les guitares et la basse vous font remonter cette noirceur des abîmes, comme si la Terre possédait un cœur gelé et que HOODED MENACE vous le remontait à travers les veines et lorsque la noirceur commence un peu trop à prendre le dessus, un sursaut faussement lumineux vous ramène à la vie, un électrochoc Doom Death Metal en quelque sorte. 

Et Lasse de s'amuser à vous plonger la tête dans la crasse poisseuse, vous la ressortir à l'air presque respirable pour vous replonger dans cette crasse encore plus poisseuse, ce jeu de changement d'ambiance incessant entre riffs Doom Death Metal et leads mélodiques à grand coups de cassure comme respiration salvatrice pour mieux replonger, ce petit jeu sadique s'avère totalement pertinent, on y retrouve ce sens de l'arrangement fin, de la composition à deux guitares. La véritable nouveauté est donc le chanteur, Harri Kuokkanen, batteur, chanteur, des géniaux HORSE LATITUDES, dont la voix Death ne surprendra pas les fans de la première heure d'HOODED MENACE et ce batteur, Otso Ukkonen qui là également, ne fera pas injure à ses prédécesseurs, son rôle principal étant de faire le moins vivant possible, ce qu'il arrive à faire sans problème, tout en étant percutant, comme des coups de pics à glace.

Une nouvelle fois, sans grande originalité mais avec un sens de la composition dans un style Doom Death Metal immédiat, HOODED MENACE réussit à faire de ces 40 minutes une décadence maitrisée, une production de plus en plus pertinente en évitant soigneusement de sonner trop lisse, un artwork une nouvelle fois réussi, signé Adam Burke (PILGRIM, PERDITION TEMPLE, MARE COGNITUM). Ceux qui ont découvert le groupe à leurs débuts regretteront peut-être cet abandon d'un style plus rentre dedans, des parties plus foncièrement Death que Doom en rythmique qui donnait une certaine originalité aux Finlandais et un goût de naïveté aux premiers opus. Les finlandais ont assombri leur propos et avec un Ossuarium Silhouettes Unhallowed comme plaidoirie, difficile de leur en tenir rigueur, mais surtout, Lasse a réussi à s'entourer de musiciens qui partagent sa vision du Doom Death car lorsque l'on voit le pedigré des gaillards, cela installe une légitimité intuitive. Enfin, pour les amateurs sachez que la version digipack contient la reprise du "Sorrows Of The Moon" de CELTIC FROST en bonus avec une production bien différente du reste de l'album, une cover qui leur va plutôt bien et qui nous ramène justement vers les débuts du groupe et qui n'est pas présente sur la version LP.

Track-listing :

  1. Sempiternal Grotesqueries
  2. In Eerie Deliverance
  3. Cathedral Of Labyrinthine Darkness
  4. Cascade Of Ashes
  5. Charnel Reflections
  6. Black Moss

Facebook


par Simony le 02/02/2018 à 07:37
85 %    1059

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Enslaved + Svalbard + Wayfarer

RBD 20/03/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : BLOODY RITUAL

Jus de cadavre 17/03/2024

Vidéos

Crisix + Dead Winds

RBD 20/02/2024

Live Report

Abbath + Toxic Holocaust + Hellripper

RBD 21/01/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Gargan

Faudrait descendre un peu et faire la prochaine édition au stade rochelais   

16/04/2024, 08:30

Tourista

Au delà du commerce qui brûle, ce qui est ÉVIDEMMENT regrettable pour l'entrepreneur et la clientèle, il est difficile de ne pas voir le côté comique de l'événement... Au pays des clochers qui ont servi si souvent de barbecues.  (...)

15/04/2024, 18:21

Simony

Oh ça va on rigole ! Pour une musique qui se dit en désaccord avec le concept de religion, je trouve que l'on sacralise et idolâtre un peu trop de choses dans cette scène.C'est dommage c'est sur mais c'est que du matériel, ça va !

15/04/2024, 16:14

Labbé

je plussoie ! cet album est effectivement fort fort bon... mention spéciale pour Howl of Gleaming Swords. Merci pour la découverte ! 

15/04/2024, 15:01

LeMoustre

Le niveau des commentaires ici ça fait peur

15/04/2024, 14:25

LeMoustre

Oh purée !!! Merde !Moi qui ai eu la chance de pouvoir y trainer une demi journée entière (il les fallait) a la recherche de perles d'époque, émerveillé par ce magasin-musée, c'est bien fâcheux cette news.U(...)

15/04/2024, 13:47

Humungus

Y'a des gens ici qui sont trop "Trve".

15/04/2024, 06:54

Satan

Y a des gens ici qui n'ont aucun sens de l'Histoire et un sens de l'humour franchement bas-de-plafond.

14/04/2024, 23:29

azerty666

Résidu de Slayer, mouhahahahahaaaa ^^

14/04/2024, 20:10

Tourista

Un beau black friday.

14/04/2024, 15:48

Benstard

Putain ça me fait mal comme c'est en bois.

14/04/2024, 08:21

Humungus

Ah mais ouais !!!Il m'a fallu 24h pour comprendre... ... ...

14/04/2024, 06:55

Tourista

J'ai mis du temps à capter !! 

14/04/2024, 05:40

Tourista

14/04/2024, 05:39

Saul D

Jinx, j'y ai pensé, mais ils chantent en anglais je crois.... ( "stand up for rock'n'roll power", si je ne me trompe pas...)...je pensais sinon à un groupe entre Trust et Satan Jokers ( pour le son), Attentat Rock, c'est plus rock'n'roll que h(...)

13/04/2024, 16:44

Tourista

Fan service. La voix me fait chier d'une force, par contre... Clairement ce ne sera pas un album pour mézigue. Je comprends mieux pourquoi je n'ai jamais accroché à Death Angel, et c'est pas faute d'avoir essayé depuis 35 piges.

13/04/2024, 10:31

Rudy Voleur

13/04/2024, 06:59

Arioch91

on veut du sonOu pas   

11/04/2024, 20:01

Moshimosher

Cool ! Une avant-première du prochain Burzum ! Maintenant qu'on a la pochette, on veut du son !!!

11/04/2024, 18:49

Simony

On sait où était Varg Vikernes à ce moment là ?I'm on my way to burn the shop....

11/04/2024, 15:52