The End, So Far

Slipknot

30/09/2022

Roadrunner Records

Avant de revenir, ils nous avaient donné deux ou trois trucs à bouffer, de la nourriture pour les sens et l’esprit, mais qui finalement, n’a rassasié que les die-hards, toujours friands des croquettes balancées par leur groupe  fétiche. Alors, nous avions gouté à deux morceaux, histoire d’anticiper la saveur globale d’un septième album de SLIPKNOT, le groupe que l’on déteste aimer et que l’on adore détester. Je n’ai jamais eu le moindre problème de positionnement, j’ai adhéré à la secte dès le départ d’un album éponyme devenu culte depuis longtemps, et j’attendais beaucoup de ce nouveau chapitre de la saga de Des Moines. En tout cas, plus que ces deux singles que sont « The Chapeltown Rag » (évident et passéiste) et « The Dying Song (Time To Sing) » (plus modulé mais pas moins prévisible). Mais est-il encore possible d’attendre quelque chose d’un groupe qui est devenu un monstre avec les années, un monstre qui n’appartient plus à ses créateurs, mais au public, aux chiffres de vente de billets de tournée, et aux magazines qui s’échinent à vouloir classer les musiciens dans une de leur fameuse « petite case » ?

Fuck it all. Fuck this shit

Débarrassons-nous pour le principe de deux ou trois évidences connues de tout le monde. The End, So Far est donc le septième album studio de SLIPKNOT. Il est éventuellement un concept album, et selon Corey, « une version plus Heavy de Vol.3 ». C’est aussi, selon son titre, le dernier à sortir sous les couleurs de Roadrunner, le label historique du groupe. Il a été enregistré sur une période d’un an et quelque, et a été produit par le groupe lui-même, épaulé par Joe Barresi. Mais niveau son, pas de changement global, ni dans les détails. C’est du SLIPKNOT du début à la fin, qui passe de la facilité déconcertante et rassurante à la prise de risque mélodique, voire…progressive.

Un album de SLIPKNOT ne s’est jamais digéré en une heure ou deux. A part le premier éponyme peut-être, le plus facile avec ses tubes qui sont devenus des chevaux de bataille live, mais depuis Iowa, l’hydre se livre à un petit jeu de cache-cache, avec du surplace qui peine à cacher l’originalité des nouvelles pistes. Et de nouvelles pistes, The End, So Far en suit quelques-unes.

Quelques news pas réellement cruciales à placer ici. Ce nouveau-né est le premier à accueillir le nouveau percussionniste Michael Pfaff. Et l’album sera décliné en version collector neuf volumes, chacun arborant le visage de votre KNOT préféré sur la pochette. Voilà pour ces quelques détails sans réelle importance. Mais un peu quand même.

On a beau s’attendre à tout, se faire cueillir à froid par une entame comme « Adderall », donne des suées, et hérisse les poils sur les bras. En choisissant d’éviter la confrontation immédiate en nous proposant une comptine à l’onirisme pur, SLIPKNOT joue encore une fois les mouches du coche, et permet à Corey de placer une ligne de chant immaculée sur coulis de chœurs angéliques. On se demande quel cauchemar pourrait débuter sous des auspices aussi paisibles, et pourtant on sent en filigrane que le monstre ne va pas tarder à sortir du placard. Mais le monstre a changé, s’est adapté à son époque, ne se cache plus sous le lit, mais in plain sight. Tel un boogeyman moderne, le KNOT se balade dans les rues de la mémoire certes masqué, mais le pas tranquille et l’observation pointue.

On le reconnaît d’ailleurs assez bien sur les évidences les plus frappantes. Sur « Hivemind », qui fait le lien avec l’ADN du groupe depuis son émergence et qui s’énerve de son propre classicisme. Sur « Warranty » qui louche sévère du côté de l’album mal-aimé All Hope is Gone. Et plus clairement, en prenant note de cette nouvelle alternance entre intimisme et explosion de haine, entre des morceaux à ambiances qui en révèlent peu sur les membres, et ces coups de poing dans la gueule qui nous brisent l’arête du nez depuis la fin des années 90. Le groupe n’a évidemment rien perdu de son punch, Jay Weinberg a totalement phagocyté le jeu de feu Joey Jordison, qui nous a quittés l’année dernière, et si les percussions s’intègrent beaucoup plus intelligemment qu’aux débuts du groupe, on aurait beau jeu de croire que la maturité a quelque chose à voir là-dedans.

Mais alors, en étant objectif, qu’apporte The End, So Far à l’histoire de SLIPKNOT, groupe le plus décrié de sa génération, mais qui continue de fasciner tous ceux qui ont mis de côté les gimmicks pour s’intéresser à cette musique unique ?

Une stabilité, des ouvertures, des interstices mêmes qui laissent filtrer une lumière différente, celle qui brule la peau sur le monstrueux « Medicine For The Dead », titre qui évidemment fait la part belle à une gravité de circonstance, mais qui démontre aussi que l’octet ne s’est pas perdu dans ses propres données pour laisser les bits faire la loi. On reconnaît bien là l’envie évolutive qui pousse vers le Metal progressif le plus violent et insistant, et judicieusement placé en milieu d’album, ce morceau renforce les liens, et nous fait réaliser à quel point le chemin parcouru a été long et semé d’embuches…

…que le groupe a toujours évitées.

Il n’y a pas à chercher la petite bête en se perdant dans les considérations futiles du « meilleur album ». Nous allons mettre un point final à ce faux questionnement en affirmant qu’Iowa ne sera jamais détrôné, et qu’il représentera toujours la quintessence d’une démarche artistique enragée, que personne n’a pu dupliquer jusqu’à lors…même pas SLIPKNOT lui-même. The End, So Far, en bonne fin provisoire, ne dévoile rien sur l’avenir, mais insiste sur le présent, un présent marqué par des hits incroyables, comme ce psychédélique et amer « Acidic », ou comme ce terrifiant « Heirloom » au feedback menaçant.

Conscients que chaque étape est attendue par les fans comme une révélation sur le chemin d’un Damas délocalisé à Des Moines, Corey et les siens ont tout peaufiné, les intermèdes formels (« H377 »), les dérivations Heavy symptomatiques de nineties en perdition d’espoir (« De Sade »), et l’indispensable clôture qui laissera la dernière note dans les oreilles (« Finale », du STONE SOUR avec un brin pas désagréable d’orchestration riche et de chœurs évanescents).

Alors…

Alors ?

Alors rien, SLIPKNOT ne se renie pas, et continue son chemin comme si de rien n’était. On prendra note de ce divorce avec Roadrunner comme une simple fin de contrat non renouvelé, et de cette inspiration qu’on pensait tarie par les années, mais qui cache encore des trésors d’ingéniosité pour broder sur d’anciens thèmes. Comme ça, à la volée, The End, So Far sonne comme le travail le plus varié et accompli de la bête. Un regard vers avant-hier pour mieux préparer demain, à condition qu’il existe un lendemain. Mais ce septième album se range aux côtés de ses aînés très logiquement, et tapera dans le haut du panier dans quelques mois, une fois ingurgitée la somme d’idées et de directions possibles.  

    

Et puis, bla, bla…Les détracteurs continueront de cracher sur le groupe, les adorateurs à le vénérer comme le veau d’or qu’il est, mais finalement, on se fout des deux camps comme de l’an 1998. La fin, jusqu’à maintenant. Les deux mots sont importants. Mais comme dirait Dave Mustaine, très en forme ces temps-ci…

…so far, so good, so…what ?

     

    

Titres de l’album :

01. Adderall

02. The Dying Song (Time To Sing)

03. The Chapeltown Rag

04. Yen

05. Hivemind

06. Warranty

07. Medicine For The Dead

08. Acidic

09. Heirloom

10. H377

11. De Sade

12. Finale



par mortne2001 le 19/09/2022 à 17:03
90 %    314

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

MALEMORT: les fantômes d'Hérouville.

mortne2001 27/09/2022

Interview

Obscura + Persefone + Disillusion

RBD 26/09/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : CARDIAC CEASE

Jus de cadavre 25/09/2022

Vidéos

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 4

mortne2001 04/09/2022

La cave

MOTOCULTOR 2022 / XIII édition

Jus de cadavre 30/08/2022

Live Report

Obscene Extreme 2022

Mold_Putrefaction 16/08/2022

Live Report

J'irai Mosher chez vous ! Episode 4 : Seattle

Jus de cadavre 12/08/2022

J\'irai mosher chez vous
Concerts à 7 jours
The Vintage Caravan + Volcanova 08/10 : Espace Solana, Chalons-en-champagne (51)
Cult Of Luna + Caspian + Holy Fawn 11/10 : Stereolux, Nantes (44)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
senior canardo

cool ! je connais maintenant 2 groupes Bulgares ! pour ceux qui connaissent pas, ya Terravore qui fait du bon thrash ;)

06/10/2022, 10:49

NecroKosmos

Le seul intérêt de ce concert, c'est la première partie. RAVEN : un groupe fantastique sous-estimé.

06/10/2022, 05:51

Satan

C'est terrible... Et puis, quel groupe d'exception, ça me fait mal au cœur pour eux.

05/10/2022, 21:22

Arioch91

Un concept album sur un écrit de Lovecraft ? Ok je prend direct !

05/10/2022, 20:41

VonDerKrieg

A noter que tout vient du compte twitter d'un certain "Alex", qui après avoir envoyé au maire de la ville de Bessancrout plusieurs messages publiques remplis de conclusion hâtives et de liens à l'emporte piéce quant au passé de certains(...)

05/10/2022, 18:36

Gargan

Je m'attendais à du très bon, tout sauf déçu. J'espère qu'ils vont percer au-delà de l'hexagone, car ils le méritent amplement.

05/10/2022, 09:18

Sadam Mustaine

Le reproche que je fais a Metallica c'est de vivre sur ses lauriers depuis 30 ans et de vivre sur 10 grandes années de carrière pour depuis faire des albums de la qualité d'un groupe qui remplirai tout juste des petites salles 

04/10/2022, 23:31

Adolpho Ramirez

L'orga qui réagit comme des grosses pédales en chouinant sur Internet et en faisant une cagnotte (qui a été supprimé LOL), au lieu d'aller directement confronter le cuck soyboy à l'origine de l'annulation. Finalement, si ça peut(...)

04/10/2022, 22:00

Alex fan

Magnifique retour aux sources de ma jeunesse 

04/10/2022, 19:17

Jus de cadavre

Le type à l'origine de ce merdier est un gars de la scène. Qui en son temps fut pris en photo avec des tshirts tendencieux de BM. Le monsieur veut sans doute se racheter ?Pathétique.

04/10/2022, 14:11

Jus de cadavre

Metallica n'oublie clairement pas d'ou ils viennent. Les premiers mecs / roadies du fan club recoivent encore aujourd'hui des invitations pour les concerts dans leurs villes.Juste mega respect.

04/10/2022, 14:06

Simony

Pseudo-nazi de ce que j'ai compris.

04/10/2022, 11:17

Humungus

Et l'hurluberlu dénonçait quoi exactement ?Une imagerie satanique ou une accointance pseudo-nazi ?

04/10/2022, 10:12

Humungus

Bordel !Avant de lire ton commentaire Simony, c'est exactement ce que je m'apprêtais à poster...METALLICA = Le groupe que l'on ne peut pas complétement détester.

04/10/2022, 10:08

Simony

On peut dire ce que l'on veut sur ce groupe que je ne suis plus depuis de nombreuses années mais c'est encore un des rares à faire ce qui leur chante et avoir ce genre d'attention envers ceux qui les ont aidé et leurs fans, musicalement ça ne me parle pl(...)

04/10/2022, 09:10

Simony

Pression d'un illuminé sur la localité qui accueillait l'évènement quand à la présence d'un groupe de Black Metal. Je ne sais pas quel groupe était visé par cette action remplie de courage mais il a eu gain de cause puisque le(...)

04/10/2022, 09:07

Humungus

Tout cela ne me donne toujours pas les raisons de l'annulation...

03/10/2022, 23:41

Simony

Pour ceux que ça intéresse, opération d'ANTIQ LABEL en soutien au festival,SPECIAL SALE / VENTE SPECIALEEn soutien au

03/10/2022, 22:34

Satan

Et après on dit que l'extrême-droite est le danger suprême, alors que l'extrême-gauche est en train d'installer en sous-pente la dictature. Taake et ensuite ça.... on n'est pas dans la merde avec des pignoufs pareils.

03/10/2022, 22:22

Orphan

Ils n'ont qu'à faire un "RAP FEST" avec l'idéologie nauséabonde qui va avec.

03/10/2022, 14:16