Not let boring controversy begins…

 

C’est ainsi que Chris Welch débutait sa chronique de Sgt Pepper dans le Melody Maker, le 3 juin 1967. Il faut dire qu’à l’époque, dans certains quartiers de Californie, l’album résonnait de fenêtre en fenêtre, comme émanant d’un tourne-disque géant à l’aiguille de diamant. Il y a plus de cinquante ans, le chef d’œuvre ultime des BEATLES donnait lieu à des affrontements de fans et de néophytes, d’amateurs passionnés et de spécialistes, médusés par sa complexité et son désir de fédérer en allant plus loin que n’importe qui jusqu’à lors. Depuis, d’autres sorties, moins iconiques et universelles se sont affrontées sur le terrain de la controverse, le concept dépassant de loin les simples ambitions artistiques. Car il convient de préciser qu’un album, aussi emphatique et dramatique soit-il, aussi énormes soient ses enjeux, n’en reste pas moins au départ une simple affaire de ressenti, d’amour, une déclaration d’intention n’ayant d’autre but que de distraire, d’offrir un peu de plaisir dans un monde ou la joie devient un luxe, et le bonheur une denrée rare qui se paie comptant. Et sans vouloir dresser un historique des groupes qui ont un jour déchaîné les opinions contradictoires, je peux quand même affirmer que le dernier album de GHOST s’apprête à enrichir une liste déjà longue de masterpieces et de tentatives foirées. Mais quel est le véritable problème de GHOST ? Ses certitudes, ses doutes, son décorum, le barnum qui selon certains peine à cacher un manque d’inspiration tenace ? Son concept glorifié qui semble gêner les puristes qui préfèreront toujours le passéisme et la fausse humilité d’une vieille Télécaster directement branchée sur un ampli ? Je n’ai pas de réponse à cette question , mais je peux au moins dire que les suédois ont rejoint au panthéon des ensembles vaniteux les figures pieuses de KISS, de SLIPKNOT, de METALLICA, et de tous ceux qui ont à un moment donné du prouver leur valeur par leur talent, et non leur sens du marketing, bien que les deux ne soient pas incompatibles.

Je ne reviendrai pas ici sur le succès météorique de Meliora, ni sur la refonte totale du scénario, qui a vu deux acteurs majeurs se voir indiquer la porte de sortie sans ménagement. Précisons pour le souci du détail que les deux guitaristes Martin Persner et Simon Soderberg ont quitté (ont été jeté hors ?) du navire par Tobias Forge, et que ce dernier s’est inventé une nouvelle figure centrale, ce Cardinal Copia qui semble tout droit sorti d’un pastiche de Brian De Palma. Mais tout ça, vous le savez déjà, comme vous avez tous déjà vu les clips balancés sur la toile comme autant de teasers d’un film pour les oreilles qui a fait bien plus que mettre en appétit. La curée est lancée depuis des semaines déjà, depuis que le groupe a osé dévoiler une partie de son plan qu’il a mis à exécution le premier de ce mois, et qui sous le titre assez culotté de Prequelle a déjà enflammé la toile. D’où cette pénible controverse qu’il a déjà suscitée, les pro et anti s’affrontant à coups de métaphores usées, de traits d’esprit fatigués, d’hagiographies boursouflées et de dithyrambes lyriques tout aussi déplacées. Car non, Prequelle n’est pas l’épiphanie annoncée par les gnostiques, elle n’est pas non plus le retour du messie crucifié sur l’autel du mercantilisme de la déification artistique, c’est juste un nouvel album, peut-être moins bon que les précédents, mais en tout cas, différent, et ça, que vous fassiez preuve de mauvaise foi du contraire ou non, est révélateur des plus grands, ceux qui refusent de se voir cantonné dans un rôle un peu trop précis, engoncés dans un costume qui n’est pas à leur taille. Car ce nouvel épisode de la saga GHOST est du sur-mesure, et non du prêt-à-porter pour que les masses s’affichent fièrement avec le dernier t-shirt à la mode. Tobias Forge est beaucoup trop intelligent pour céder à la facilité de la séduction de masse, et réserve une fois de plus son goût de l’étoffe aux plus tolérants, aux plus accommodants, et surtout, aux plus ouverts d’entre nous. Non qu’il soit impossible de détester cet album, puisque son auteur lui-même nous donne moult raisons de le haïr. Cette production d’abord, aussi slick qu’un blockbuster ravageant le box-office, et signée Tom Dalgety (Opeth, Royal Blood), polie par un mixage qui l’est trop pour être honnête d’Andy Wallace (Nirvana, Slayer, Bruce Springsteen, Faith No More), celui-là même qui en son temps avait donné cette patine si Pop au Nevermind de qui vous savez et qui avait pourtant réussi à le transformer en machine de guerre pour charts en mal de nouveaux héros.

Mais alors, qu’est ce qui coince sur ce disque, qui finalement, n’est pas forcément si éloigné que ça dans le temps et l’espace des travaux antérieurs du suédois chapeauté ? Sa brillance qui fait reluire les idées les plus putassières ? Sa facilité déconcertante à brouiller les frontières entre la Pop et le Rock, entre les dancefloor et le béton des usines abandonnées dans lesquelles ont vient achever les traîtres ? Son génie harmonique qui dévie des dogmes si respectés dans un style Hard-Rock la plupart du temps trop cloisonné pour accepter de se fondre dans des possibilités moins rigides ? Non, car ça, la centaine de musiciens suédois en activité ces dix dernières années s’en sont déjà chargés, et nous ont fait comprendre que le Rock, aussi aride soit-il s’accommode toujours aussi bien d’harmonies célestes et de compromis. Sont-ce donc ces ballades récurrentes qui rapprochent le groupe d’une décalque à peine déguisée de monstre des 70’s en pleine crise de romantisme ? Ce « Pro Memoria », empreint de tristesse et de perte des héros passés, les Lemmy, les Prince, les Bowie qui resteront éternellement des Dorian Grey sans rides et sans cicatrices, le visage reflété par le miroir de leur propre audace ? Ça pourrait être tout ça, cette direction générale qui privilégie le doux aux aspérités, cette façon de concevoir l’avenir comme un faux miroir du passé, mais surtout, le fait que les GHOST et Tobias plus précisément se foutent complètement de ce qu’on pourrait penser d’eux, et qui se livrent à une des manipulations les plus intelligentes du business depuis le séminal Imagine de Lennon. Une manière à peine cachée de nous envoyer nous faire foutre en décidant de jouer la carte de la simplicité la plus fourbe qui soit, et de refuser le magnum opus en lui privilégiant la sincérité. Ou mieux, comme John il y a plus de quarante ans, d’enrober le message nihiliste dans une épaisse couche de sucre pour que les masses acceptent la dime comme une confiserie qui s’avère plus acide au palais qu’une dose de poivre avalée d’un trait (« Witch Image », plus proche de la perfection tout en assumant sa trahison, c’est impossible, et avec de bonnes raisons…).

Alors certes, « Rats » et sa démarque de MAIDEN version HELMET, le tout frappé du sceau THE NIGHT FLIGHT ORCHESTRA produit par Giorgio Moroder, c’est malin, mais classique. Alors oui, le faux Doom disco de « Faith » n’est qu’une habile manière de capitaliser sur un glorieux passé pour s’assurer un futur live des plus sombres. Mais comme Tobias l’a affirmé, cet album, c’est aussi une façon de percer les ténèbres pour y voir la lumière, sauf que derrière la pénombre, il y a plus qu’une simple lampe de chevet divine répandant sa chaleur à quelques centimètres à la ronde. Il y a une énorme boule à facettes qui dévoile par énigmes l’identité d’un concept beaucoup plus intelligent qu’il n’y parait. Pour le prouver, je pourrais citer le Hard-Rock faussement sale de démiurge de « Dance Macabre », l’un des trucs les plus volontairement populaires du lot. Ou les deux succulentes reprises qui clôturent l’effort, et qui permettent aux PET SHOP BOYS et à COHEN de se refaire une place dans une actualité qu’ils auraient pu apprécier, d’autant plus que ces deux réappropriations, plus que des astuces, sonnent comme de véritables hommages. Mais le plus honnête serait sans doute possible de vous aiguiller vers une petite pépite, qui au prime abord ne paie pas de mine, et qui se cache à mi-parcours, comme pour ne pas être repérée trop vite. Cet instrumental qui semble servir de transition, mais qui finalement est le véritable pivot de l’album, celui qui prouve que l’ombre de Michael Mann et du YES des années 80 plane sur cette réalisation un peu plus bas qu’on ne pensait. Ce petit miracle d’ambitions progressives, qui profite d’une rythmique synthétique mais foncièrement Pomp pour faire le job, et repasser les nouveaux costumes à la blancheur immaculée, et qui juxtapose l’insouciance crasse d’une décennie acclamée et devenue une référence, et le réalisme d’un nouveau siècle qui a compris que la nostalgie n’était pas qu’un argument de vente, mais bien un aveu quelque part. Car « Miasma » est sans doute la plus belle progression dramatique que vous pourrez entendre cette année, et même l’année prochaine. Avec ses claviers tendant des perches flagrantes reliant les news romantics aux chantres du Hard-FM, avec son saxo exhumé d’une nuit sans brouillard filmée en pellicule, du 16mm gonflé en 35, et son final en baiser volé au coin d’une rue de passe près d’un hôtel borgne, « Miasma » justifie à lui-seul l’achat de cet album, trop intelligent pour nous laisser dupe, mais suffisamment naïf pour faire fondre les sceptiques.

Loin de se désincarner et de disparaître dans les tréfonds des effets de mode éphémères, GHOST se réincarne, troque sa papauté de clinquant en vous forçant à cliquer pour des deals de gangster à la petite semaine, mais réalise le plus gros hold-up jamais commis en plein jour. En guise de Hard Rock léché et harmonique, il vide les coffres et n’y laisse qu’un tableau de Synth-Pop spectrale à peine emballé dans un joli paquet de riffs policés et soignés comme un dernier Noël de condamné. Nous aurions beau jeu de préparer la sépulture pour une mise en terre prématurée, mais la vie qui anime les sillons de ce nouveau bébé en font plus une créature divine qu’un mort-né promis aux bidons de matières organiques dangereuses pour la santé. Une Prequelle qui laissera bien des séquelles dans les esprits chagrins et dans le cœur des pourfendeurs de grandes causes. Mais les causes les plus anecdotiques sont souvent les plus nobles. Alors, laissons la controverse mourir de sa belle mort. Puisque GHOST est sans aucun doute possible le plus grand groupe mineur d’une époque de nostalgie majeure.                               

     

Titres de l'album:

                         1. Ashes

                         2. Rats

                         3. Faith

                         4. See The Light

                         5. Miasma

                         6. Dance Macabre

                         7. Pro Memoria

                         8. Witch Image

                         9. Helvetesfonster

                        10. Life Eternal

                        11. It's A Sin (Pet Shop Boys cover, deluxe edition)

                        12. Avalanche (Léonard Cohen cover, deluxe edition)

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 06/06/2018 à 14:41
88 %    544

Commentaires (6) | Ajouter un commentaire


Simony
membre enregistré
06/06/2018 à 14:56:49
Quelle chronique ! Bravo Mr mortne2001, quel plaisir à lire. Par contre sur ma décision de l'acheter ou pas... aucune incidence puisque je l'ai déjà commandé... suis en attente de sa réception pour la découverte.

Arno S.
@78.208.209.101
06/06/2018 à 16:43:57
Amen !

JérémBVL
membre enregistré
06/06/2018 à 17:00:15
Chronique magnifique et juste! Merci encore de partager ton talent d'écriture mon pote!

youpimatin
membre enregistré
06/06/2018 à 21:37:58
C'est Abbey Road, le chef d'oeuvre ultime des Beatles hein ?

BozKiller
@195.94.111.1
07/06/2018 à 09:49:10
Ghost, c'était mieux avant :P

j'accroche pas à ce nouvel album ...

Humungus
membre enregistré
07/06/2018 à 11:43:09
BozKiller + 1.
Hormis "Opus eponymous" et le live "Ceremony and devotion" (parfaite compile), les diverses réalisations du groupe m'en touche une sans faire bouger l'autre comme dirait le penseur. En moyenne deux titres magnifiques sur chaque album, le tout baignant dans la redite et la guimauve de mauvais goût.
Depuis belle lurette, GHOST est pour moi à la recherche de toucher le plus large public et de fait son bel argent sonnant et trébuchant. Lorgnant pour cela vers la Pop et le mainstream comme c'est pas permis de le dire. En ça, la comparaison avec les BEATLES est juste parfaite.
Comme le disait il y a peu JérémBVL "C'est la suite logique de l'évolution musicale de Ghost"... Bah c'est bien ce que je lui reproche !!! A quand un album à la Slimane ?
"Car ce nouvel épisode de la saga GHOST est du sur-mesure, et non du prêt-à-porter pour que les masses s’affichent fièrement avec le dernier t-shirt à la mode"... Mais c'est tout l'inverse !!! S'ils voulaient nous pondre du sur-mesure, ils nous chieraient un truc bien crade et lourdingue histoire de prouver à tous qu'ils en ont encore dans le calbute et par la même révulser tous les beaufs, fans du groupe uniquement parce qu’ils ont vu leur logo porté par je ne sais quelle « star » de télé.
Pis le coup du saxo sur l’infame "Miasma"... La goutte d'eau quoi... Pourtant dieu seul sait que cet instrument peu en amener de la qualité au Metal (cf. CARPATHIAN FOREST et bien d’autres)… Mais là… "Joe le taxi" me fait moins mal musicalement parlant.
Le seul élément positif de cette galette, comme à leur habitude, c'est la pochette. Toujours aussi chouette. Certains feraient bien pour le coup d'en prendre de la graine.

PS : Par contre, je me joins à mes prédécesseurs en ce qui concerne les louanges de ta prose mortne2001... Une merveille... Peut-être la plus belle chronique qu'il m'ait été donné de lire ici.

Ajouter un commentaire


Cold As Life

The Things We Can't Stop

Sign X

Like a Fire

A New Tomorrow

Universe

Red Death

Sickness Divine

Black Pistol

Sins of the Father

Edge Of Forever

Native Soul

Tom Keifer

Rise

House Of Shakira

Radiocarbon

Crypter

Crypter

Unhold

Here Is The Blood

Lovekillers

Lovekillers feat Tony Harnell

Atomic Cretins

Spiritual Cancer

Maelstrom Vale

Silhouettes

Brain Stroke

Brain Stroke

Hellsodomy

Morbid Cult

Anal Slave Of Satan

Anal Slave of Satan

Detherous

Hacked to Death

Grand Slam

Hit The Ground

Lindemann

F & M

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Pfiouuuu !
Et oui 20 ans...
Effectivement, album qui avait divisé (une fois de plus !) le petit monde ostracisant du Black Metal.
J'étais bien plus élitiste et "Trve" à l'époque (aaaaaahhh la jeunesse !) mais ayant déjà une certaine ouverture d'esprit, j'avais adoré cet alb(...)


Attention, étant donné que c'est un titre diffusé via DECIBEL, c'est souvent un titre qui ne paraitra pas sur un album, il faut le considérer comme un petit bonus et non une piste de ce à quoi pourrait ressembler le prochain album.


Le batteur de Bloody Sign avait aussi fait un intérim chez Incantation, je l'avais vu en concert avec le groupe à cette époque.

J'avais vu Brutal Rebirth dans un festival non réédité à l'époque de cet album. C'était bien, alors qu'ils passaient entre Waking the Cadaver, Immola(...)


Sinon moi y a 20 ans j’étais en 1999
C’est bien la vie en 2039?


Tout d'accord avec vous. Mais au delà du côté Swamsong énervé c'est surtout l'impression de " déjà entendu" qui, pour l'instant, me dérange un peu.


Oui, j'ai écrit plusieurs fois un commentaire que je n'ai pas posté, car... bon... en fait perso, je ne sais pas quoi en penser...
Y'a du Swansong dans le groove mais avec un son plus brutal quand même...
La construction du morceaux est originale avec pas mal de changements de rythmes(...)


Bah alors ?! Y a Carcass qui sort un nouveau morceau et y a pas de réaction ici ?! Ça m'étonne xD !
Je lui trouve une petite saveur époque Swansong de mon coté, en plus extrême quand même... Mais c'est pas mal !


COMO MUERTOS aussi c'était excellent. Jamais écouté l'album mais je les ai vus une fois en concert lors d'une des premières éditions du Motocultor et j'en garde un très bon souvenir. Ils avaient vraiment du potentiel.


Dévorée par un gremlin géant, quelle horrible fin ! Plaisanterie à part ce n'est pas mal, et ce n'est pas typé Death latino.


Rubrique très sympa. Je retiens Bloody Sign, notamment. Eh oui, les catalogues Holy Records, souvenirs émus...


Vu aussi sur scène à Chaulnes (le "Killer Fest" si mes souvenirs sont bons !) en... 2005 ! Oh bordel ça nous vieillit ça !
C'était carrément bien sur scène, mais en effet pas très suivi. En tout cas ce fest était génial, de bien bons moments !


J'ai vu deux fois il y a bien longtemps GARWALL en concert. Ca tenait bien la route mais le public n'a pas accroché et a pas mal critiqué le groupe pour des raisons que j'ai oubliées. Dommage...


Mark Evans (ex-AC/DC) à la basse exact.


Avec eb plus Mark Evans de AC/DC à la basse je crois , toujours là ce furieux de Angry


Effectivement, je trouve ça toujours bien trouvé de "cacher" quelques références bien senties.
Perso, je préférais la mouture de Hard N Heavy avec le logo précédant celui-ci...
Aaaahhh les fameuses fiches biographiques de groupes... ... ...


Celui là il prend direct une option pour les tops albums de 2020 (alors que les tops 2019 sont même pas encore bouclés xD) ! Les deux extraits sont juste terribles...
Je l'attend, c'est peu de le dire !
Et artwork excellent au passage ! Vivement !


C'est exactement ça :) c'est un des magazines qui a monté ma culture métallique, je trouvais ça cool de faire un petit clin d'oeil de la sorte en mode extrême ahahaha


Très bonne nouvelle !!! :)


Vivement ! Déjà six ans que nous, ouailles de l'Eglise du Saint-Riff Rédempteur, attendons la venue de ce nouveau Messie sonore... Il était temps !


Pis histoire de me faire encore plus regretter la bazar, cerise sur le milk shake de l'infortune y'a COUNTESS aussi sur l'affiche...
AAAAAAAARRRRRRGGGHHH !!! !!! !!!