Garden of Burning Apparitions

Full Of Hell

01/10/2021

Relapse Records

Dès qu’on parle de Grind, on perçoit une certaine condescendance dans le regard de son interlocuteur. Le genre a toujours été assimilé à un simple défouloir pour non-musiciens aussi bruitistes que débiles, et je trouve ce constat affligeant. Certes, le choc 80’s de Scum a été un peu difficile à encaisser, à une époque où le Hardcore se métallisait, et où le Hair Metal dominait la scène. Mais le côté avant-gardiste de la chose et son refus des convenances avait quelque chose de cathartique dans le monde si surfait des musiques amplifiées, qui se contentait alors en surface de donner la becquée à un public peu difficile, et surtout, facilement impressionnable. Alors, oui, Mitch Harris a toujours été un clown rigolo, mais in clown génial. D’accord, tous les musiciens de la scène ont fini par lui tourner le dos pour se lancer dans l’Indus, l’Ambient, l’expérimental où l’avant-garde, ce bon Mitch a fondé SCORN, a collaboré avec le génial et branque John Zorn, mais il n’empêche qu’en 2021, le genre est toujours valide, et plus surprenant, aventureux.

Il faut évidemment s’intéresser au Grind pour le connaître. Mais les fans le savent : cette succession de saynètes rapides et/ou impromptues a du sens, pour peu que la marionnette soit manipulée par un véritable  expert. Et à ce petit jeu de dextérité manuelle et créative, les américains de FULL OF HELL sont toujours sortis grands vainqueurs.    

 

J’ai encore en mémoire tampon le séisme provoqué par le séminal Trumpeting Ecstasy, et sa collaboration improbable avec la poupée blonde Nicole Dollanganger. 2017 n’est pas si loin, et pourtant, depuis, le quatuor d’Ocean City, Maryland a lâché un nombre impressionnant de formats, splits, compilations luxueuses et autres cris primaux que Janov lui-même pourrait leur envier. L’aventure FULL OF HELL a même connu un épisode plus long que d’ordinaire, avec l’ajout d’un quatrième LP en 2019, Weeping Choir qui a du faire pleurer bien des chorales gospel. En à peine douze ans de carrière, le groupe a su s’imposer par une force de caractère incroyable, et par son mélange pas si contre nature de Death, de Grind, de Noise, de Harsh Noise, d’Ambient, et autres trips dont on ne revient jamais indemne. Adeptes des fulgurances qui donnent froid dans le dos, des dissonances et des stridences, mais aussi des évolutions de poche graves comme des hurlements de Lee Dorian, les FULL OF HELL incarnent aujourd’hui le point de jonction le plus parfait entre la scène japonaise la plus infâme et CONVERGE, représentant en quelque sorte l’étape d’évolution du Mathcore la plus crédible. Avec un peu d’imagination évidemment.

Et alors que CONVERGE prépare son nouveau retour, FULL OF HELL grille les feux et la priorité pour imposer ce terrifiant Garden of Burning Apparitions au milieu du trafic. L’analogie routière n’est pas gratuite, puisque ce cinquième album pourrait se concevoir comme le rond-point de la carrière des américains. Celui qui laisse partir dans toutes les directions, mais qui se sa puissance concentrique ramène tout le monde aux origines et à la suite. Il synthétise toutes les tendances, des génériques en longue-durée aux épisodiques en splits ou EP, et présente un reflet assez fidèle de la personnalité de ce groupe unique, que beaucoup ont tenté d’imiter, mais que personne n’est arrivé à égaler. Et en écoutant « Reeking Tunnels », je comprends parfaitement pourquoi. Il n’y a qu’eux pour pondre un titre aussi accrocheur unissant dans la même haine les PIXIES, SONIC YOUTH, CARCASS et DILLINGER ESCAPE PLAN sans avoir l’air populiste ou je-m’en-foutiste. Ce riff en lick gluant et catchy, ce chant sardonique à la CARCASS, ces lignes mélodiques qui évoquent le DEP d’Ire Works, ces petits plans de guitare qui montent et descendent comme une idée Jazz foireuse, tout FULL OF HELL est là, et bien plus encore. A vous de savoir pourquoi, mais pas comment.   

Surtout que le hit de l’improbable est immédiatement suivi par une saillie Noise dont les américains sont spécialistes, encore plus depuis qu’ils ont collaboré avec le taré notoire Masami Akita, tête pensante malade de MERZBOW.

En vingt minutes à peine, Garden of Burning Apparitions n’a rien de surprenant dans l’univers de FULL OF HELL. Il est exactement ce que l’on est en droit d’attendre d’un groupe de cet acabit, et les leaders continuent de l’être, au grand désespoir des suiveurs. Basé sur un principe rythmique éprouvé, animé par une dualité vocale toujours aussi convaincante, chaotique mais logique, il ne fait que creuser le sillon toujours plus profondément pour semer une réputation largement méritée. Alors que la majorité des acteurs Grind se contentent de resucées des classiques en alignant trente morceaux pour quinze minutes de bruit, les américains vont plus loin, défient l’écurie Ipecac sur son propre terrain, et parviennent même parfois à tutoyer Mike Patton lui-même (« Asphyxiant Blessing »).

Je comprends tout l’amour que j’ai pour ce groupe lorsque je constate une fois encore que chaque morceau a sa propre identité. Loin d’une simple suite d‘humeurs plus ou moins badines, ce nouvel album parvient à repousser les limites en faisant mine de ne pas s’en approcher, mais des crises de colère comme « Murmuring Foul Spring », des mines anti-personnel aussi solides et incendiaires que « Eroding Shell » démontrent que le Grind a encore quelque chose à dire, pourvu qu’il ne soit pas qu’un simple prétexte.

Totalement irrésistible, ce résumé court du long parcours du groupe est un ajout de taille à l’œuvre. Il permet de l’envisager sous tous les angles, et de parvenir à cette conclusion inéluctable : les FULL OF HELL sont tellement en avance sur leur temps qu’ils vont finir par être en retard sur le passé. Ça ne veut probablement rien dire, mais j’ai trouvé que ça sonnait bien dans le contexte.

 

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Guided Blight

02. Asphyxiant Blessing

03. Murmuring Foul Spring

04. Derelict Satellite

05. Burning Apparition

06. Eroding Shell

07. All Bells Ringing

08. Urchin Thrones

09. Industrial Messiah Complex

10. Reeking Tunnels

11. Non-Atomism

12. Celestial Heirarch


Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 14/10/2021 à 14:53
85 %    291

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Fuzz in Champagne - épisode 2

Simony 27/11/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Archives MORTUARY

Jus de cadavre 14/11/2021

Vidéos

Chiens + Unsu + BMB

RBD 09/11/2021

Live Report

Lofofora + Verdun

RBD 01/11/2021

Live Report

Fuzz in Champagne - épisode 1

Simony 26/10/2021

Live Report

Fange + Pilori + Skullstorm

RBD 25/10/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
grinder92

Tant que c'est Bill Steer à la guitare, ça apportera quelque chose...Surgical et Torn ne sont pas révolutionnaires. Apportent-ils quelque chose comme avaient pu le faire Necroticism et Heartwork ? Personnellement, je ne pense pas. Fallait-il s'abstenir ? (...)

01/12/2021, 18:39

Johnny KKmetal

Oui le dernier Carcass semble diviser les gens.Même si c'est un bon disque, je suis de l'avis de Korgull en pensant qu'il n'apporte rien 

01/12/2021, 18:05

Simony

Bien sur cher Hummungus !

01/12/2021, 17:30

PORNOPUTE

Les mémoires d'un escroc ! Race maudite!

01/12/2021, 16:57

RBD

Boucherie ou pas, les avis sont tranchés en tout cas.

01/12/2021, 14:11

JOhnny KKmetal

Un grand merci à Simony pour le partage

01/12/2021, 13:50

Humungus

En son temps, pourras-tu STP annoncer dans les news la date du futur show ?

01/12/2021, 11:33

Humungus

Malheureusement pour moi, tout comme le précédent album, c'est je trouve pas assez Doom...Mais bon... C'est quand même bien torché hein.

01/12/2021, 11:29

@Arioch91

@LeMoustre, moi c'est tout l'inverse. Blood In m'a laissé de marbre complètement. Même le morceau avec Kirk Hammett ne m'a laissé rien de mémorable. Mais ce Persona Non Grata, c'est déjà mieux.Bon après... Gary(...)

01/12/2021, 08:52

Arioch91

<MAUVAISE_LANGUE>Les Mémoires de Paul Stanley ? 608 pages ?Vu tout ce qu'il a dû se sniffer, je suis surpris que ça tienne en autant de pages !

01/12/2021, 08:47

Satan

Assurément la pochette la plus chère de l'Histoire!

29/11/2021, 12:11

LeMoustre

Très déçu au final, Blood In Blood Out est tellement plus sympa que ce disque qui ne m'a fait ni chaud ni froid

29/11/2021, 11:51

dafa

quelle daube

28/11/2021, 19:47

RBD

Je suis en retard, mais c'est un document précieux pour son authenticité. Ce type d'interviews dérapantes sur des radios associatives étaient la règle à cette époque pour les groupes de cette première vague du Death français(...)

27/11/2021, 14:38

Mamoushka

Si Vivian Slaughter est UN MUSICIEN, le rédacteur est UNE TRUITE

26/11/2021, 19:05

Humungus

J'étais passé totalement à côté de cette "news"...J'aurais dû poursuivre sur ma lancée.

26/11/2021, 08:38

Humungus

Erratum : Vivian Slaughter est une femme.(C'est d'ailleurs la femme de Maniac)

26/11/2021, 08:32

Eric

Merci du plaisir d écouter cette musique

25/11/2021, 17:59

Saddam Mustaine

Meme Hellhammer a laissé les parties de Varg sur le premier album de Mayhem, le pere Mustaine c'est le mec le plus rancunier au monde mdr obligé Ellefson lui a fait une crase qu'on ignore. 

24/11/2021, 18:26

Chemikill

Oui c'est en tout cas lui qui a fait la tournée avec eux. 

24/11/2021, 14:02