Curieux patronyme pour un groupe que celui-ci…Au cas où vous ne connaitriez pas l’histoire tragique de la pauvre Аnneliese Мichel, sachez que sa vie servit de trame à des films comme L’Exorcisme d’Emily Rose ou Requiem, et que cette jeune Allemande vécut un véritable calvaire pendant près de dix ans…

Si beaucoup se sont servis de son histoire pour prouver la véracité des cas de possession démoniaque, d’autres y ont vu une tragédie de bigoterie, celle d’une pauvre fille dont les parents aveuglés par leur foi ont préféré confier son destin à des prêtres plutôt qu’à des médecins…

Quoiqu’il en soit, si son histoire vous intéresse, je vous renvoie vers les deux œuvres susmentionnées, ainsi qu’à diverses vidéos disponibles sur internet…La bande audio de son « exorcisme » est aussi écoutable sur YouTube, et reste – en dehors de toute considération d’authenticité – un document assez éprouvant…

Nonobstant cette petite mise en situation, le nom d’АNNELIESE МICHEL sert aussi de baptême à un groupe originaire de Rodnikovy (ou du moins ayant grandi en Biélorussie), qui en ce mois de décembre assez frais nous offre un EP relativement torride…

Ne disposant que d’une page Vk assez sommaire, le groupe n’offre que peu de renseignements sur sa formation (à moins de parler le Russe ou de faire confiance à la traduction online…), ce qui m’empêche de vous en dire beaucoup plus sur le sujet…En espérant que les rares éléments que j’ai utilisés soient vrais (si tel n’était pas le cas, je m’en excuse…), je crois pouvoir aussi affirmer qu’ils ont déjà publié via la distro de Surrogate Records un premier effort en CD, Утро нового дня, un peu plus tôt cette année.  

En dehors de ça, la musique parle d’elle-même, et celle-ci est plus ou moins opaque selon l’angle sous lequel on l’aborde…

Si les rares médias traitant du sujet évoquent un Post Black libre, un Néo Crust assez opaque ou un Screamo générique, il n’est pas vain d’affirmer que les АNNELIESE МICHEL sont un peu tout ça en même temps.

Niveau thématiques, si vous attendiez quelque fascination pour l’occulte, et autre obsession sombre et inavouable, vous en serez pour vos frais.

Le groupe s’est visiblement focalisé sur la nature, et plus particulièrement celle de leur ville natale, ce qui nous aiguille vers la piste d’un Post Black très froid et dense. Et en jetant un coup d’œil à quelques vers semblant mieux traduits que la moyenne, il est en effet raisonnable de penser que les musiciens s’affilient d’eux-mêmes aux thèmes si chers au BM, le froid, la nuit, la solitude, et la majesté de la lande environnante…

Musicalement, l’affaire est plus que solide. En seulement cinq morceaux, Родниковый край propose bon nombre d’idées, mais surtout un son, sec, profond, et glacial. On pense à la scène Anarcho-Core Anglaise des 80’s, mais aussi au Post Black de l’est des années 2000, avec cette touche Crust qui s’incruste via quelques changements de tempo assez vifs.

Les guitares, un peu rachitiques en solo, accentuent cet intimisme écorché, tandis que les riffs semblent muselés par une distorsion un peu capricieuse, alors même que la rythmique en écho donne encore plus d’ombre à l’ensemble, qui semble parfois capté live en répétition dans une vieille cave locale. Et n’y voyez aucune ironie, mais plutôt un constat objectif et assez satisfaisant.

Cinq morceaux donc, dont trois au-dessus des cinq minutes, qui ne se contentent pas du minimum, loin de là. L’entame « Нюлэсмурт » prend son temps pour instaurer l’ambiance, et laisse quelques sons forestiers s’échapper, alors même que des dissonances semblent prendre un malin plaisir à troubler la quiétude champêtre.

Si la guitare peine à faire son entrée sur un riff un peu maigrelet, si la basse fait ce qu’elle peut pour se faire une place, la batterie quant à elle déboule comme une furieuse en lâchant un tempo décalé et épileptique, alors même que le chant blindé de réverb’ couvre le tout de ses intonations caverneuses.

C’est chaotique, assez Black dans le fond et la forme, amateur à n’en point douter, mais délicieusement violent et indéniablement frigorifiant…De nombreux breaks, des mélodies anémiées, un développement logique, pour un Post Black progressif qui prend son temps et ne nous amène pas en plein milieu de nulle part.

« Родниковый край », autre gros morceau, se veut plus posé mais pas moins abrasif, et se traîne le long d’un mid écrasant, semblant porter le poids de l’hiver sur ses épaules Black. Cinq minutes de non variation, avec toujours ce chant à la limite entre le Post et l’Anarcho, tandis que le titre le plus long de cet EP, « Инмар » joue au contraire en épilogue sur un Progressif subtilement 70’s, avec une longue intro mêlant guitare tournoyante (aux boucles rappelant les sonorités des balalaïkas), qui sombre vite dans le Black le plus véhément, suggérant une union entre la scène BM scandinave des early 90’s et le Post Black Russe plus contemporain.

Pour compléter un panorama déjà relativement large, « Вожо » tente l’agression Crust teintée de Hardcore underground bien méchant, ce qui confère à Родниковый край une aura assez particulière, emprunte de versatilité et d’hétérogénéité très séduisante.

Difficile à situer, les АNNELIESE МICHEL sont une belle découverte qui butine les fleurs de l’extrême de l’est, en restituant des impressions tangibles de misanthropie.

Se nourrissant de divers courants, ce nouvel EP est suffisamment varié pour titiller votre curiosité, mais assez carré et professionnel pour inspirer le respect.

Il est certain que le son risquera de rebuter certains d’entre vous, tandis que d’autres y verront une transposition du contenu au contenant, mais impossible de rester de marbre à l’écoute de ces cinq compositions créatives et logiques.

 On attend la suite avec impatience, et surtout, une distribution digne de ce nom.


Titres de l'album:

  1. Нюлэсмурт
  2. Вумурты
  3. Родниковый край
  4. Вожо
  5. Инмар

Page Vk


par mortne2001 le 09/01/2017 à 14:54
70 %    417

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Babymetal

Metal Galaxy

Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Klone

Le Grand Voyage

The Neptune Power Federation

Memoirs of a Rat Queen

Hatriot

From Days Unto Darkness

Throes

In The Hands Of An Angry God

Enforced

At The Walls

Exhumed

Horror

Sekkusu

Satyromania

Soren Andersen

Guilty Pleasures

Kadinja

DNA

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

BEHIND THE DEVIL #9 - Interview avec Laurent de MYSTYK PROD.

youpimatin / 09/10/2019
Behind The Devil

Concerts à 7 jours

Chaos E.t. Sexual + Moonskin + Barabbas

19/10 : Le Klub, Paris (75)

+ Gutalax + Spasm

21/10 : Le Glazart, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Pareil que Kerry King, je reste sur Burn My Eyes (vus pour ma part avec Emtombed début années 90) et The Blackening qui reste un excellent disque. Pour le reste, je passe mon tour, mais live, ça sonne différemment en fonction de l'orientation de l'album en promotion. La tournée Locust fut bien (...)


Pareil vinyle d'époque et compile d'Agressor sortie il y a peu pour la version CD. Bon, les morceaux inédits, ce sont les démos ?


Ils ont pas dû aimé Secondé B...


C'est parce que j'ai loupé cette tournée à l'époque que j'ai la motivation dès que le Flynn Band passe dans mon périmètre.

Machine Head est en pleine refondation. C'est un moment très ressemblant, en plus important, à la période de gestation de "Through the Ashes...". Ce titre(...)


Morceau pas terrible voire assez ridicule, mais je serai à Lyon et pourtant j'ai bien plus de 25 ans. Ça me rappellera leur tournée avec meshuggah et mary beats jane.


J'aime et j'aime pas Machine Head suivant les albums, mais en live c'est très bon.


Très belle pochette.


Machine Head a quand meme m'y un bon coup de pied au cul a pas mal de monde sur Burn My eyes.

Le reste n'a rien d'extraordinaire, sauf le second et the blackening qui sont de bon défouloir.

Les deux albums Neo c'est du pompage pour surfer sur la vague.


Machine Head a quand meme m'y un bon coup de pied au cul a pas mal de monde sur Burn My eyes.

Le reste n'a rien d'extraordinaire, sauf le second et the blackening qui sont de bon défouloir.

Les deux albums Neo c'est du pompage pour surfer sur la vague.


Excellente nouvelle


Arrêtez, merde, je me prends un sale coup de vieux à cause de vous ! ^^


Il était meilleur dans VIO-LENCE, c'est clair...


Achat obligatoire !! Même si je l'ai en vinyle d'époque, hé, hé...


AH AH AH !!!
Superbe vanne de quarantenaires effectivement...


Buck Dancer + 1.


J'ai jamais aimé, ni même en encadrer Machine Head et j'ai pourtant essayé. En plus Robb Flynn me paraît insupportable sur scène.... Mais 3h30 de concert et ça sur quasiment toute les tournées c'est RESPECT.


Merci pour la piqûre de rappel sur la sortie de ce nouvel album, dont j'étais passé à côté. A l'écoute du titre sorti il y a quelques semaines, Chritus manquait, mais le côté un peu plus direct du morceau n'était pas fait pour me déplaire. J'espère, en tout cas, un aussi bon album que le(...)


Mon bientôt futur pays d'adoption ! ( 3615 My life) J'espère y faire quelques concerts bien cool. Ça risque d'être intense


J'avais oublié. Du reste je ne suis pas certain qu'il ait été diffusé près de chez moi. Il y a une quantité certaine de titres déjà apparus dans le premier essai avec Michael Kamen, mais si on nous dit que les arrangement sont très différents, pourquoi pas. J'aime vraiment bien celui qui e(...)


Alors là tous les moins de 30 ans ne savent pas de quoi tu parles JTDP... peut-être même les moins de 40 ans.