Lightning in the Ashes

Forged In Black

20/06/2023

Fighter Records

Depuis les années 80, la question du « True Metal » se pose, en opposition au succès du Pop Metal, du Grunge, du Néo-Metal, puis de la vague sauvage des SLIPKNOT et compagnie. Mais qui serait capable de définir ce qu’est vraiment ce fameux « vrai Metal » ? Sur quoi repose l’analyse ? Le look, la musique, les arrangements, la production, le nombre de riffs par chanson ? Suffit-il pour être étiqueté « true » de porter des slips de peau, de brandir des épées en plastique et chanter l’homme partant à la guerre ? D’annuler sa participation à un gigantesque festival pour cause d’exigences de dernière minute ? Ou bien de glorifier les dragons, la rébellion, les décibels, badges, patches, et autres exemples d’un mode de vie adolescent ?

Je ne pense pas. Pour être vraiment Metal, il suffit de jouer dur, solide, et d’être honnête avec soi-même. De fait, n’importe quel groupe, même pratiquant une Fusion étrange (Black/Jazz, Rapcore, Néo-classique Thrash progressif et autres qualificatifs de catalogue de VPC des années 90) peut se revendiquer Metal, ce qui est une bonne chose. Parce qu’on a tous passé l’âge d’aller chasser le dragon en culotte de buffle du côté de Melun ou de San Francisco.

Metal.

Que voilà un terme adapté à la musique jouée par les anglais de FORGED IN BLACK. Accusant aujourd’hui une décennie d’existence, ce quintet de l’Essex (Kieron Rochester – basse/chœurs, Kevin Rochester – batterie, Andy Songhurst – guitare, Chris Stoz Storozynski – chant et Chris Bone – guitare/chœurs) nous en revient avec un deuxième album sous le bras, quatre ans après un Descent of the Serpent qui nous avait méchamment mordu. Nous avions alors découvert un reptile dangereux, sous influences certes, mais aux crocs acérés et à la morsure létale. Et aujourd’hui, c’est encore plus venimeux que la bête revient, avec dix nouvelles attaques dans la gueule.

FORGED IN BLACK, c’est un peu le bréviaire Metal par excellence. Un hommage poussé aux idoles du genre (JUDAS PRIEST, IRON MAIDEN, METAL CHURCH, ICED EARTH, etc…) pour une attitude moderne construite sur une liberté de ton exceptionnelle. Ici, pas de place à l’ennui ou au doute, puisque tous les morceaux fonctionnent d’une manière ou d’une autre. Et que l’ambiance soit pesante et suintante ou agile et rapide, le résultat est le même : le Heavy y trouve ses lettres de noblesse, entre classicisme affiché et légère et allusive modernité.

Car les cinq anglais n’ont pas le médiator dans leur poche. En quatre morceaux, ils parviennent sans effort à résumer quatre décennies de Heavy Metal chantant et puissant, en piochant dans le carquois à riffs le moins utilisé du circuit. C’est ainsi que les deux morceaux d’ouverture, « Be One with Fire » et « Lightning in the Ashes » évoquent autant le SAXON moderne que l’ARMORED SAINT le plus accrocheur. Dissonances, enchaînements d’accords étranges, cette mise en jambes donne immédiatement envie d’en savoir plus, et surtout, si le Heavy traditionnel finira par trouver sa place.

Ce qui est immanquablement le cas.

Il ne faut pas plus de trois titres au groupe pour plonger dans le feu sacré, et nous sortir un bel hommage à la NWOBHM dont les trois-quarts des groupes anglais sont issus, même indirectement ou par le biais d’une autre génération.  « Dark Lord Requiem » et « War Torn Skull » viennent donc très logiquement caresser dans le sens du poil les adeptes de l’église du Heavy des années 80, avec leur tempo lent et lourd, leurs mélodies médiévales, et leurs accents guerriers. Mais attention, pas question ici de nous refiler du ANGEL WITCH ou du WITCHFINDER GENERAL en solde. Non, Lightning in the Ashes n’est pas qu’un reste de casserole réchauffé au micro-ondes, loin de là. Si la nostalgie est une part importante de l’entreprise, elle n’en reste pas moins qu’une composante parmi tant d’autres. Le Heavy proposé pourrait dater de n’importe quelle époque post 1986, et cette atemporalité fait justement le charme de ces chansons crédibles et fédératrices.

On n’empêchera évidemment aucunement les quelques pas de côtés et les facilités d’usage. Bien que la maturation soit presque à terme, ce second long cherche encore quelque peu ses marques, entre démonstration technique et ambiance euphorique, talent individuel et allant collectif. Mais ce qu’on nous expose tient la route, donne un résultat logique, qui peut s’apprécier plusieurs fois d’affilée.

Avec quelques clins d’œil acoustiques qui semblent provenir des douves du château de ce cher Ritchie Blackmore, des montées viriles de testostérone vers un Thrash maîtrisé, et une belle tendance à la constance dans le lâcher de riff habile, FORGED IN BLACK se propose d’incarner le marteau ET l’enclume, pour mieux forger les lames d’acier de la bataille entre le bien (le Metal) et le mal (tout le reste).

L’atout du groupe est de toujours parvenir à trouver une idée originale pour transcender un titre assez conventionnel. Ainsi, « Brother's Keeper » brosse en profondeur et laisse la basse enlever la crasse, tandis que « Hellucinator » se paie le luxe de chœurs braillés Hardcore pour mettre en valeur une suite Hard-Rock de grande classe.

Alors, « true », d’une certaine façon, et sans doute la meilleure. Celle qui consiste à jouer une musique emphatique, inspirée, motivée et bien agencée, et non à se parer d’atours ridicules pour nous faire croire que la fourrure naturelle transforme un homme en bête de guerre.

Toute ressemblance avec un groupe bien connu n’est évidemment pas fortuite.  

 


Titres de l'album :

01. Be One with Fire

02. Lightning in the Ashes

03. Dusk Breather

04. Dark Lord Requiem

05. War Torn Skull

06. Chains of the Damned

07. Building a Beast

08. Brother's Keeper

09. Hellucinator

10. Detonation Ritual


Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 08/07/2023 à 17:09
82 %    395

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Hatebreed + Crowbar

RBD 18/06/2024

Live Report

Nostromo + Nwar

RBD 03/06/2024

Live Report

Dvne + My Diligence

RBD 29/05/2024

Live Report

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : ARGILE

Jus de cadavre 12/05/2024

Vidéos

Mercyless + Nervous Decay + Sekator

RBD 08/05/2024

Live Report

Birds in Row + Verdun

RBD 02/05/2024

Live Report

Hexagon Doom Tour

Simony 29/04/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Orphan

Plus vraiment fan du Hellfest depuis longtemps, mais avoir Julie CHRISTMAS à l'affiche c'est royal. D'autant qu'en face c'est Metallica, donc tout les boubourses seront absent.Elle est quand meme à l'origine avec Josh Graham d'une(...)

21/06/2024, 08:55

Humungus

Je pense que DL100 causait du clip...Et là, on peut pas lui donner tort hein... ... ...

19/06/2024, 06:55

Gargan

Plutôt injuste comme commentaire, je m’attendais à qqch de super cheap alors qu’il n’en est rienet musicalement ça se tient (parfois même l’impression d’entendre du Alastis !).

18/06/2024, 22:28

Gargan

La pochette évoque un retour au sources, mais ça ne me fera pas oublier phantoms, qui reste indétrônable.

18/06/2024, 22:20

Kiss the Goat

Un renouveau dans ce qui se fait en français 

18/06/2024, 21:43

DL100

Ah ouais, quand-même... C'est hautement ridicule et pathétique là...

18/06/2024, 12:07

Gargan

Hmmm j'ai tendance à préférer cette version, c'est mal. J'ai le sentiment que c'est plus lisible et pêchu et - heureusement - le son des toms est préservé, le genre de détail qui devait persister. Vont-ils nous refaire le coup po(...)

17/06/2024, 09:04

RBD

C'est une bonne surprise. Kerry n'a eu évidemment aucun mal à bien s'entourer mais ses partenaires ont apporté une pêche supérieure aux derniers Slayer. Ce Thrash à fond est mieux inspiré que celui de "Repentless" sans(...)

16/06/2024, 18:58

Humungus

De ces deux extraits proposés, il ne ressort effectivement pas grand chose...En tous cas, beaucoup moins que sur la réédition de "Morbid visions" qui m'avait bizarrement beaucoup plu l'année dernière.En même temps, et je s(...)

16/06/2024, 08:52

Moshimosher

Franchement, très bonne surprise ! Et vraiment content pour eux qu'ils puissent continuer ! Malgré la vie, la mort continue et c'est bon !!! \m/

15/06/2024, 20:44

Arioch91

L'édition originelle est intouchable, avec un son qui lui est propre et qui l'identifie dès les premières secondes. Sans oublier ce son particulier des toms d'Igor, comme sur le Pleasure to Kill de Kreator.Avec ce réenregistrement, on est loin de (...)

15/06/2024, 19:42

Humungus

Ouais... ... ...Bah à l'écoute de ce titre, cela ressemble comme deux gouttes de foutre à NIFELHEIM hein.Et à du très bon NIFELHEIM qui plus est !De fait, étant über fan de ce groupe, j'attends cette galette avec impati(...)

15/06/2024, 09:11

Moshimosher

Bon, par contre, l'extrait me laisse dubitatif...

15/06/2024, 06:37

Moshimosher

En tant que grand fan, je suis partagé... mais bon, pourquoi pas ! Surtout que j'ai tous les albums d'Edge of Sanity (Until Eternity Ends compris) et une bonne moitié des Nightingale... donc, qui sait... s'ils sont aussi en digital, je pourrais me laisser tenter par c(...)

15/06/2024, 06:33

RBD

Les concerts ne sont qu'une partie de ce petit festival. La dernière fois il y avait des conférences, des "masterclass", un marché aux puces, etc. Ce n'est pas évoqué ici mais je m'attends à retrouver tout cela. La progra(...)

14/06/2024, 11:18

Gargan

Pas un groupe de métal « trad » pour des « états généraux », ça donne vraiment beaucoup d’envie et de crédibilité…

14/06/2024, 07:43

metalrunner

Merci pour la redécouverte Ravage in peace c est trop bon

13/06/2024, 20:13

LeMoustre

Oh la torgnole thrash !Ah oui on sent bien l'influence du Dark Fuckin' Angel période Don Doty a plein nez. Le tempo effréné, les vocalises dans l'esprit. Parfait Achat direct cash de chez cash.J'adore, tout a fait pile poil ma cam(...)

11/06/2024, 20:30

Arioch91

Écouté ce matin en mode découverte tout en bossant, pas l'idéal mais pas le choix.Au premier ressenti, j'ai pensé à un croisement endiablé entre le Darkness Descends de Dark Angel et le Pleasure to Kill de Kreator. On a connu pire (...)

11/06/2024, 12:28

Humungus

"System Shock est un sérieux prétendant au titre d’album Thrash de l’année"Itou mec !!! !!! !!!Pour ma part, je vois plus dans ce superbe album la patte des "Trois Grands Teutons" (KREATOR, DESTRUCTION &(...)

11/06/2024, 11:01