Lorsque les membres d’un groupe ne s’entendent plus, ils splittent. Lorsque deux groupes s’entendent bien, ils splittent.

Les premiers le font pour des questions d’argent ou de divergences musicales, les seconds pour une question d’argent et de convergence musicale.

C’est marrant la sémantique en fait…

Qui dit split, dit union entre plusieurs combos pour partager des vues différentes et/ou similaires sur un même/plusieurs styles musical(aux). C’est de plus en plus répandu, spécialement au sein d’un courant plus ou moins extrême ou underground, et ça satisfait à peu près tout le monde. Encore faut-il que l’auditeur potentiel s’y retrouve, et aime autant l’un que l’autre.

Mais si l’un des deux joue une musique qui ne vous satisfait pas, il vous reste quand même une bonne moitié à apprécier.

Et dans le cas de ce split Franco-Japonais, vous n’avez pas d’inquiétude à avoir, les deux vont certainement vous combler de joie.

La France d’un côté avec les HANGMAN’S CHAIR, des Parisiens pur jus qui agitent la scène depuis 2009, et qui semblent avoir une existence féline, marqué par plusieurs renaissances. Plusieurs sorties à leur actif, Leaving Paris en 2009, Hope/Dope/Rope en 2012, et le très acclamé This Is Not Supposed To Be Positive il y a deux ans.

Le Japon de l’autre, avec les GREENMACHINE, et leur nom tiré d’un morceau de KYUSS, qu’ils semblent vénérer. Une carrière un poil plus longue et dominée par des tonalités plus obscures, entamé en 1995 avec un premier LP, D.A.M.N, suivi de The Earth Beater en 1997. Puis…split, et résurgence en 2003 avec un nouveau line-up et un The Archives Of Rotten Blues, qui une fois de plus, les mena à l’impasse.

Depuis, des réunions, des concerts, un nouvel EP, et un morceau unique que l’on retrouve ici. En gros, deux trajectoires différentes, deux univers qui ne le sont pas moins, et deux conceptions d’une musique relativement sombre, plutôt mélancolique dans le cas des Parisiens, et résolument hermétique dans celui des originaires de Kanazawa.

Ce split est une œuvre d’art à part entière. Musicalement bien sûr, puisque son contenu est d’importance, mais aussi artistiquement, dans une splendide version vinyle que je vous conseille de vus procurer le plus rapidement possible avant qu’elle ne devienne un collector très prisé et hors de prix.

Deux versions sont proposées, l’une en Europe via le label des HANGMAN’S CHAIR, Music Fear Satan, l’autre CD en Asie, par l’intermédiaire de Daymare Recordings. En gros, deux moyens de se procurer le nouveau témoignage de deux groupes d’importance, chacun isolé dans son créneau, mais réunis dans un même élan de créativité qui permet à cette sortie de se différencier de la kyrielle de publications qui inondent l’underground un peu plus chaque jour.

Pochette sublime, packaging soigné, et surtout, des compositions qui valent la peine d’être écoutées et disséqués, et qui révèlent deux caractères farouchement opposés qui se rejoignent pourtant sur certaines inflexions.

Lesquelles ?

Celles d’un Metal vintage, assez Stoner et harmonieux pour les HANGMAN’S CHAIR, et Sludge/Stoner poisseux et Doom capiteux pour les GREENMACHINE.

Il y en a donc pour tous les goûts, alors servez-vous, une face, l’autre, ou les deux, c’est selon.

D’abord, nous traînons avec Cedric Toufouti (chant), Mehdi Birouk Thépegnier (batterie), Clément Hanvic (basse) et Julien Chanut (guitare) pour qu’ils nous racontent leurs deux histoires, « Give & Take » et « Can’t Talk » en face A, et un sacré voyage en terre 90’s, avec des références inévitables aux influences CROWBAR, ACID BATH et autres décalés d’un Rock pas vraiment fermé, mais pas totalement ouvert non plus.

Un gros son, des compositions qui mélangent lourdeur emphatique et harmonies lymphatiques, truffées de clins d’œil à ALICE IN CHAINS, à la scène Stoner des nineties, mais aussi à leurs confrères de 7 WEEKS, dans une version plus pesante et éprouvante, sans se départir d’une légèreté d’interprétation indéniable.

Ces deux morceaux sont assez symptomatiques de leur démarche depuis leurs débuts, mais se veulent séduisants dans la résignation, un peu comme si une forme de Stoner introspectif affrontait les traumas d’un Post Grunge encore plus larvé que pendant ses heures de gloire furtives.

Sept minutes et quelques pour le premier, qui offre une très jolie progression marquée par de nombreuses évolutions rythmiques, et une avancée qui se termine dans un écoulement harmonique subtil et fragile, poétiquement admirable et presque Post Metal, et musicalement apaisé. Chant en volutes de falsetto, dédoublement vocal et grondement en arrière-plan qui s’accroche à un Sludge compact et grondant.

Plus concis, « Can’t Talk » ne parle effectivement pas, mais joue, un peu NEUROSIS dans la bande son, mais toujours très contemplatif et éthéré dans le ton. Bonne opération pour les Parisiens qui tirent leur épingle du jeu et confirment tout le bien qu’on pense d’eux.

B-side, et nous retrouvons Datsu (batterie), Monzawa (chant, guitare), Yoshikawa (basse) et Max (guitare), pour une seule entrée qui ne fera pas exception à la règle de leur carrière.

« Red Eye », et ses onze minutes et onze secondes de litanie Sludge/Doom/Stoner s’inscrit dans la plus droite lignée de leurs publications antérieures, même si l’emphase est mise sur la puissance énorme d’un moteur de riffs qui perforent le silence.

Complémentaires de nos frenchies, mais beaucoup plus absolus, les Japonais de GREENMACHINE ne font pas dans la demi-mesure et provoquent le spectre d’une lourdeur extrême, traînant ses chaînes dans les corridors d’un château hanté par les esprits des SOILENT GREEN, de SLABDRAGGER et autres EYEHATEGOD.

C’est évidemment pesant mais pas inamovible, et d’une musicalité certaine, malgré la moiteur ambiante assez éprouvante qui n’épargne pas les coups de colère en coups de boutoir qui malmènent nos cervicales. Epais, lourd mais conséquent, et surtout, suffisamment mouvant et hurlé pour ne jamais lasser, malgré le timing desserré. Cassure acoustique et final dantesque, dans une dernière poussée de nihilisme Doomcore. Une belle carte jouée par les Japonais qui ont capitalisé sur leur créativité pour s’imposer.

Mais le match est nul. Non qu’il n’ait eu aucun intérêt, mais aucun gagnant ne s’est imposé. Et finalement, le vainqueur c’est toi cher auditeur qui te repaît d’une bonne dose d’underground bien tassé, te permettant de te faire une idée sur une scène si vaste qu’elle peut relier Paris à Kanazawa en un seul disque pas si pressé que ça..

Qui ne provoquera aucun split entre toi et ta passion pour un genre de Stoner/Sludge en fusion.


Titres de l'album:

  1. Hangman's Chair - Give & Take
  2. Hangman's Chair - Can't Talk
  3. Greenmachine - Red Eye

Hangman's Chair Facebook

Greenmachine Facebook


par mortne2001 le 31/03/2017 à 17:23
75 %    650

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Religious Observance

Utter Discomfort

Visavis

War Machine

Cemetery Urn

Barbaric Retribution

Nekrofilth

Worm Ritual

Of Hatred Spawn

Of Hatred Spawn

Wyrms

Altuus Kronhorr - La Monarchie Purificatrice

Barshasketh

Barshasketh

Ravenface

Breathe Again

Blosse

Era Noire

Perversor

Umbravorous

Calcined

Discipline

Devil On Earth

Kill The Trends

Skald

Le Chant des Vikings

Cosmic Atrophy

The Void Engineers

Pissgrave

Suicide Euphoria

Blood Feast

Chopped, Sliced and Diced

The Intersphere

The Grand Delusion

Nachtmystium

Resilient

Billy Bio

Feed the Fire

Sacrosanct

Necropolis

Powerwolf + Amaranthe + Kissin' Dynamite

JérémBVL / 18/01/2019
Powerwolf

Klone unplugged

RBD / 17/12/2018
Acoustique

Brutal Metal DTP Gig

Simony / 12/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

+ Venefixion + Defenestration

19/01 : Brasserie Bleizi Du, Morlaix ()

Photo Stream

Derniers coms

Oui mercato réussi.


Ça ressemble à un record de coms ça !


Oui je trouve aussi. Fiable quoi.


Cela semble être une bonne idée...


Je n'ai pas lu le livre de Moynihan qui est, paraît-il, plutôt complaisant avec tout l'ensemble y compris ce qu'il y a de plus inacceptable. Au-delà de ce que je rejette très fermement les meurtres et incendies de lieux de culte, je ne me suis jamais reconnu dans le Black Metal même sous un sim(...)


On a vraiment lu tout et son contraire sur ces histoires, sans compter le mystère entretenu par les protagonistes de l'époque. J'ai beau essayé de faire le blasé, de me dire que c'était que des "petits cons", des abrutis, que le bouquin n'est qu'un torchon un peu trop orienté, il n'empêche qu(...)


Excellente chronique... j'avais découvert avec l'album précédent sans approfondir plus que ça. Tu viens de réanimer ma curiosité Mortne2001 !
C'est d'une saleté indécemment propre au niveau de la production là où la concurrence balance des riffs lambda avec une production crasseuse p(...)


J'espère juste que le film dira clairement que les protagonistes n'étaient que des petits cons paumés... Mais sinon, oui, rien qu'avec l'attention portée aux détails, ça donne envie, clairement.


Trailer bien plus convaincant que les précédents. Et oui le " Based on truth and lies " est bien pensé.
Ça fait envie.


En tout cas beau job de l'ensemble de l'équipe de ce site, avec une chouette ergonomie. Bon, j'ai pas pigé comment on fait pour aller directement suivre un fil de discussions/commentaires sans passer par le titre du thème concerné, mais pas grave.


Sans conteste, ce qui précède est en lice pour être la meilleure discussion dans le futur top 2019...


Putain, ça donne envie tout de même hein...
Pis le "Based on truth and lies" est tellement bien trouvé bon dieu de dieu !


Vive le Méan !


Lemmy disait : "Tant qu'il y aura 2 ou 3 mecs pour jouer et 2 ou 3 autres pour les écouter, le rock se portera bien".
Donc tant qu'il y a aura 2 ou 3 personnes pour écrire et 2 ou 3 autres pour les lire, Metalnews se portera bien ! :-D
Lemmy disait aussi : "C'est pas ta soeur qui m'i(...)


Putain, vla l'équipe :D ! Entre un promoteur de boxe véreux, moi qui pète une durite pour rien et un Bernard Pivot sous je ne sais quelle(s) substance(s) ! Les gens vont se barrer !


Pas eu le temps d'appeler le docteur... je m'excuse ! :-)


... et de consulter... oui, de consulter... vite !


Alors non, une bonne fois pour toutes, on ne s'excuse pas ! C'est bien trop facile !!! On demande pardon, on présente ses excuses, on prie de bien vouloir nous excuser mais tout ! L'excuse est à présenter à l'autre et non à soi même !

"Salut M'dame, je viens de m'introduire chez t(...)


Enfoiré :D Mais c'est ça, lu (beaucoup) trop vite donc compris de travers et je m'en excuse ;).
Rien à voir mais j'en profite, y'a du monde qui va à Morlaix pour la date la plus bestiale de l'année ce samedi ?


On a lu le même livre Grinder92 !!