Heritage

Hellraiser

25/05/2019

Underground Symphony

Des italiens signés sur un label italien qui n’est pas Frontiers Records, ça existe encore. Des italiens jouant un Heavy à forts relents Power mais mélodique signés sur un label italien qui n’est pas Frontiers Records, c’est encore plus rare. A croire que ce cher Serafino laisse parfois échapper des recrues pendant le mercato, ou qu’il se montre clément envers ses concurrents directs, puisqu’il a laissé le soin au label national Underground Symphony le soin de distribuer et promouvoir le second LP des HELLRAISER, originaires de Città di Castello ville de la province de Pérouse. Etrange parcours d’ailleurs que celui de ce combo, qui existe depuis l’an 2000, mais qui n’a rien publié avant 2014, pour directement entamer sa carrière avec Revenge of the Phoenix, son premier longue-durée. Heritage aura lui aussi pris son temps, pour des problèmes notariaux sans doute, mais au-delà de cette blague lamentable, précisons que le titre n’a pas été choisi par hasard, et qu’il se réfère plus ou moins à l’origine du monde, et des peuples, en gros, à l’histoire de l’humanité. Onze chapitres dont une intro, pour dix légendes, histoires, contes divers, venant de tous les pays, et qui une fois assemblés forment une sorte de faux concept album entièrement dédié au passé de l’homme mais aussi à son présent. Et en termes de passé, les italiens en connaissent un rayon, eux dont la musique se veut justement héritage direct de certains des plus grands explorateurs musicaux des années 80. Quintet (Cesare Capaccioni – chant, Michele Brozzi & Marco Tanzi – guitares, Francesco Foti – basse et Riccardo Perugini – batterie), HELLRAISER malgré son patronyme connoté n’a rien à voir avec le Rock de greasers de MOTORHEAD ni avec le Gore romantique de Clive Barker, mais se voudrait plutôt le pendant transalpin d’un des sextet les plus appréciés par le public Metal, à savoir IRON MAIDEN.

Mimétisme ou hommage ? Parfois, les deux, et c’est une chose très troublante. Car après la grandiloquence magique de « Heritage », l’intro de rigueur, « Plagues of the North » plante le décor d’une entame rageuse à la JUDAS PRIEST (hurlante approuvée par Rob himself en bonus), avant de se fixer sur le genre de mid tempo que Nicko McBrain affectionne tant. Avec son duo de guitaristes qui se complètent à merveille mais savent se retrouver autour d’un unisson en saccade, un bassiste sobre mais présent, et surtout, un chanteur lyrique, en convergence de Geoff Tate, Midnight, Rob Halford et Mickael Kiske, HELLRAISER est l’archétype même du groupe qui ne souhaite qu’une chose. Redonner ses lettres de noblesse au Heavy Metal lyrique tel que des groupes comme QUEENSRYCHE, IRON MAIDEN, CRIMSON GLORY l’ont conçu il y a plus de trente ans, et sous cet aspect-là, reconnaissons que Heritage est une franche réussite. Sans vraiment admettre d’influence principale sur leur page officielle, les musiciens se montrent moins discrets musicalement sur leurs idoles, et assument pleinement cette fascination pour des albums comme Powerslave, Crimson Glory, The Warning et même pourquoi pas Painkiller, puisqu’ils n’hésitent jamais à pimenter leur Metal d’une grosse louche de Power bien tassé. Mais malgré cette pluralité d’horizons, ne vous dispersez pas trop, puisque c’est bien l’ombre de la Vierge de Fer qui assombrit les cieux des italiens, et « Rituals of the Stars » de montrer que son entière discographie n’est pas tombée dans l’oreille de sourds. Et c’est ainsi que des réminiscences de Brave New World, de The Final Frontier remontent à la surface, sans que Heritage n’en sonne comme une pâle copie.

Enregistré par Cesare Capaccioni au Barfly Studio, mixé par Ronny Milianowicz au Studio Seven et masterisé par Tony Lindgren aux Fascination Street Studios, ce second LP bénéficie donc d’une production tout à fait adaptée, légèrement vintage sur les bords avec ces riffs qui sonnent en médiums, mais tout à fait contemporaine lorsque les graves prennent le dessus et que la violence monte d’un ton. Mélangeant allègrement les temps de pression, HELLRAISER adopte donc la posture idéale d’un groupe de Heavy évolutif et progressif maître de son art, cumulant les breaks subtils, les soli graciles et les soudains crescendos rythmiques pour mieux nous surprendre au détour d’un refrain étonnamment mélodique et radiophonique (« Fairy Veil »). Leur sens du concept prend alors toute son ampleur au fur et à mesure que l’album déroule sa trame, et les compositeurs ont eu l’intelligence de varier leur propos pour ne pas lasser, même si un fil rouge relie l’ensemble assez fermement. Modulant un riff presque Thrash de lignes vocales évanescentes (« Mother Holle »), interrompant le cheminement d’un interlude acoustique pour laisser de l’aération (« Preludio », tout sauf gratuit et vraiment pur), avant de reprendre le cours des choses en décélérant la machine (« Delvcaem », à l’intro bien lourde et suintante), Heritage est un voyage au long cours, celui du Heavy de toujours, mais surtout, celui qui assume son legs tout en se tournant vers l’avenir, même si quelques tics encombrants et un peu trop symptomatiques gênent encore un peu l’écoute. Mais en se laissant aller à dériver vers les courants nineties des ANGRA par touches fugaces, ou au contraire en se rapprochant d’une véhémence plus typique du Power US de la fin des années 80, HELLRAISER parvient au bon moment à s’extirper de sa condition peu enviable de simple clone de MAIDEN, ce que certains passages un peu processionnels soulignent avec plus d’emphase.

Heureusement pour nous, malgré quelques déviances, Francesco Foti ne se la joue pas Steve Harris avec ses doigts, et même si la voix de Cesare Capaccioni prend souvent les intonations de celle de Bruce Dickinson, la paire Michele Brozzi & Marco Tanzi a la ressource nécessaire pour aller puiser dans ses cordes de quoi durcir le ton. Ce qui n’évite pas quelques poncifs et emprunts trop flagrants (« Balance of the Universe », pour le coup, aucune circonstance atténuante, même LIZZY BORDEN ne s’est jamais permis un tel décalque fidèle), mais quelques erreurs d’appréciation sont toujours excusables, surtout lorsque la qualité est bien là. Tentant même le coup de la ballade progressive et épique qui fait mousser l’écume (« Voice in the Wind »), pour mieux redresser la barre dans la tempête en souquant ferme toutes voiles dehors (« Zephyr’s Palace », une mise en place purement Thrash que MAIDEN n’a jamais osée), les italiens s’avèrent de bons navigateurs, même si leur boussole et leur compas ont été chipés à un autre équipage. Quelques chœurs un peu plus allemands que la moyenne, un final ambitieux qui s’éloigne enfin des sentiers trop battus (« Lady in White », au lyrisme de plus en plus appuyé, ce qui permet à Cesare de montrer l’étendue de son organe sur un tempo speed), et un album qui tient sa place dans la production actuelle, tout en louchant sévèrement vers le passé. HELLRAISER gagnerait par contre à publier plus régulièrement, puisque deux albums en presque vingt ans d’existence ne leur permettront jamais d’imposer ce nom, mais si les amateurs suivent la voie tracée par Heritage et en acceptent les frais de succession (modestes, il faut l’avouer, surtout lorsqu’on adore MAIDEN), il y a de grandes chances qu’il devienne une référence. Et pas uniquement chez les notaires.

               

Titres de l'album :

                        1-Heritage

                        2-Plagues of the North

                        3-Ritual of the Stars

                        4-Fairy Veil

                        5-Mother Holle

                        6-Preludio

                        7-Delvcaem

                        8-Balance of the Universe

                        9-Voice in the wind

                       10-Zephyr’s Palace

                       11-Lady in White

Facebook officiel


par mortne2001 le 24/08/2019 à 17:24
78 %    893

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Dvne + My Diligence

RBD 29/05/2024

Live Report

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : ARGILE

Jus de cadavre 12/05/2024

Vidéos

Mercyless + Nervous Decay + Sekator

RBD 08/05/2024

Live Report

Birds in Row + Verdun

RBD 02/05/2024

Live Report

Hexagon Doom Tour

Simony 29/04/2024

Live Report

Midnight + Cyclone + High Command // Paris

Mold_Putrefaction 24/04/2024

Live Report

DIONYSIAQUE + JADE @La Chaouée

Simony 23/04/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Dobey swamp

Il y a décalage notoire entre ce report et la perception de ce pseudo journaliste qui a oublié d être objectif je pense et l avis du public. Ça arrive trop souvent malheureusement.

30/05/2024, 19:02

gory salope

@gory : on veut lire ton report alors, petite catin

30/05/2024, 14:16

GORY

Ce report, c'est du grand n'importe quoi rédigé par une personne qui n'y connaît rien (j'y étais). 

30/05/2024, 11:48

Jus de cadavre

Terrible. Le Thrash / Death au top. On dirait du Legion of the Damned en (bien) mieux avec un coté Slayer de vicelard. 

29/05/2024, 22:14

Jus de cadavre

Setlist de malade tout simplement. Tom est une brute absolue derrière les futs c'est taré. J'avais même pas entendu causer de cet album live ! Merci pour la chro et le rattrapage ;)

29/05/2024, 22:07

Saul D

"pense"

29/05/2024, 17:28

Saul D

Je le sais, je les avais interviewés il y a un moment, mais je ne pensent pas qu'ils aient des tendinites du bras, eux :-)

29/05/2024, 17:28

Gargan

Les birds, en mode vieux con, je les évite depuis leur retrait du dernier hellfest (en même temps, pas mon style donc je le vis bien :D). Raisons très vagues et tellement dans l'air du temps : z'en font pas assez pour les femmes (y'a pourtant rien de pire et d&a(...)

29/05/2024, 15:46

Steelvore666

Miam-miam !

29/05/2024, 07:54

Matürin/ Mobütu

Ici le chanteur du gang Mobütu.Il est vrai que j’ai cette fâcheuse habitude de trop parler entre les morceaux et je te le concède et te remercie pour le consei(...)

28/05/2024, 17:21

Jus de cadavre

Saul D : et bien pas tant que ça en fait ! Al-Namrood (qui veut dire "non-croyant" en arabe) est clairement anti-islam ! Au point que les membres restent anonymes car ils risquent (très) gros dans leur pays qui a le coup de sabre facile...

28/05/2024, 15:04

Saul D

Mettre en lien Al Namrood et Nokturnal Mortum, c'est cocasse :-)

28/05/2024, 12:44

PTT

Je trouve que DPD a raison. Et paradoxalement, je compose de la zique plutôt moyenne, on sort des albums qui sont certainement dispensables, 90% de nos "fans" sont nos potes. Mais je continue. Parce que j'aime ça, parce que sinon il ne me restera plus que d(...)

27/05/2024, 23:38

Johnny grossebite

Allez, après les boomers hivy mitol, voici venir les goudous en colère. De mieux en mieux

27/05/2024, 22:12

DPD

@LeaJ'exprime mon avis tout le monde me tombe dessus je défend mon point de vue et voilà tout. Il y a toujours quelqu'un pour remettre une pièce dans la machine, pour moi j'ai effectivement tout dit du coup je m'amuse un peu que voulez-vous.

27/05/2024, 16:40

DPD

Je vois pas l'homophobie, je réalise les souhaits d'un homosexuel, j'essaye d'aider, tu veux quoi, j'y vais direct au Talmud ?

27/05/2024, 15:49

Lea

DPD je ne comprends pas du tout pourquoi tu t'acharnes comme ça, on a bien compris tes messages. Tu te fais plaisir à cracher sur tout et n'importe quoi, je vois pas trop le délire, tu t'emmerdes ?

27/05/2024, 12:50

Cämille

Vous pouvez pas virer cette merde homophobe ? Histoire de remonter le niveau. Merci

27/05/2024, 12:19

Gargan

Merci pour ce live report étoffé, va vraiment falloir que je me bouge les miches pour le prochain !

26/05/2024, 21:48

Gargan

Y’a pas de batteur ? J’aurais du mal à comprendre un changement de style..

26/05/2024, 20:55