Katedralen

Mork

05/03/2021

Peaceville Records

En plus de quinze ans de carrière, ce cher Thomas Eriksen aura prouvé aux amateurs de Black Metal qu’il a tout à fait sa place parmi eux. D’abord, parce qu’il est norvégien. Ensuite, parce qu’il chante en norvégien. Et puis aussi parce qu’il se veut la caution historique du mouvement national, qu’il honore de chacune de ses sorties. Depuis 2013 et la publication de son premier long Isebakke, le musicien n’a que peu ou pas dévié de sa ligne de conduite, abordant le genre avec tout le respect dû aux ainés qu’il invite d’ailleurs à longueur de sillons sur ses longues complaintes. Toujours promu par l’énorme indépendant Peaceville, le musicien de Halden continue donc son parcours en toute confiance, et propose deux ans à peine après Det Svarte Juv une suite tout à fait honorable de ses aventures sombres, et optimisant ses chances de toucher un public de plus en plus puriste. On note en effet que sa musique se colle de plus en plus aux premiers efforts du cru, de ceux qui ont défini la légende dans les années 90 de leur crudité et de leur nihilisme. Pourtant, les morceaux de ce cinquième longue-durée ne sont pas exempts de mélodies et d’ambition. La trademark de leur auteur, qui refuse de se laisser enfermer dans un lo-fi moisi, tout en rejetant toute innovation jugée comme une haute trahison.

Katedralen est en fait une vieille inspiration que j’ai depuis le début de MORK. J’ai toujours eu la vision d’une vaste terre désolée froide et morte et d’une gigantesque cathédrale où les âmes perdues sont gardées pour  l’éternité. Je me souviens avoir rêvé qu’il prendrait vie sous la forme d’un concept EP, je suppose que tout comme Det Svarte Juv avait été envisagé à l’époque. Cependant, celui-là n’a pas fini comme un concept album. Katedralen n’est pas non plus un album conceptuel, mais je vois maintenant que tous les morceaux sont parfaitement liés après tout. En fin de compte, toutes les âmes perdues se retrouvent au pied de l’immense cathédrale.

 

L’album a été composé, joué et enregistré par Eriksen au Likkjelleren Studio et mixé par lui-même et Freddy Holm au Kleiva Studio, le mastering étant à nouveau confié à Jack Control au studio Enormous Door (DARKTHRONE). La sublime pochette à quant à elle été encore une fois réalisée par l’artiste français David Thiérrée, qui a parfaitement illustré la vision de désolation de Thomas Eriksen. Et Katedralen peut donc s’enorgueillir d’être un packaging complet en adéquation avec la thématique choisie par son leader, développant d’anciens arguments tout en les personnalisant de quelques arrangements plus intimes et harmonieux. Ainsi, le grimé Thomas n’hésite pas à utiliser des chœurs spectraux pour instaurer une ambiance inquiétante - voire maladive - tout en moulinant comme un fou sur sa guitare pour en extirper les rifs les plus glaciaux et symptomatiques de la philosophie de base du BM norvégien. Ainsi, sur l’hypnotique « Arv », les mélodies Folk se superposent à une base BM tout à fait formelle, créant un décalage assez intéressant, loin de la linéarité d’un BM trop accroché à ses racines.

Ne le nions pas, l’album est bon, très bon même, et peut même prétendre accrocher une place sur le podium des travaux accomplis par le norvégien. On est immédiatement happé par cette violence soulignée de mélancolie, comme si la résignation de la damnation apparaissait enfin clairement dans le tableau. Ce qui n’a guère empêché le créateur maléfique de nous pondre des titres d’une intensité incroyable, à l’image de l’impitoyable « Evig Intens Smerte » qui n’est pas sans rappeler le BATHORY le moins Viking et le plus accroché à ses dogmes Metal. Une fois encore, Thomas a pu compter sur quelques amis pour le soutenir dans son entreprise de défense du patrimoine national, et nous retrouvons à ses côtés quelques guides néfastes de légende comme Nocturno Culto de DARKTHRONE, Dolk de KAMPFAR ou encore Eero Pövry de SKEPTICISM. Accompagné par ses trois pairs, Thomas s’est donc senti pousser des ailes de démon, et a accentué la portée dramatique de sa musique, qui obtient ainsi la caution « true » qu’elle mérite depuis ses débuts. Mais ce qui reste remarquable dans cette entreprise est la concrétisation tout à fait tangible de la vision de Thomas, qui est parvenu à retranscrire ses émotions et ses intentions avec une clarté tout à fait exceptionnelle.

Ainsi, l’air émanant de ces morceaux semble vicié, et la solitude émerge comme seule compagne possible pour qui s’approchera d’un peu trop près de cette cathédrale. La sécheresse de la production, l’agression constante d’une guitare qui refuse les gimmicks les plus faciles et qui pousse la distorsion crue dans ses derniers retranchements, la simplicité rythmique en opposition à la richesse des constructions, tous les éléments sont en place et incroyablement bien agencés pour nous immerger dans une histoire sombre de damnation éternelle et d’âmes cherchant le repos sans jamais le trouver. Pourtant, l’artiste n’a pas dévié de sa trajectoire, ni n’est rentré en contradiction avec ses albums précédents. On y retrouve la même violence froide, la même pureté de ton, la même intensité naturelle qui nous propulse loin dans le passé, lorsque les icones de DARKTHRONE, IMMORTAL et MAYHEM s’affrontaient pour une parcelle de forêt damnée. « Det Siste Gode i Meg » démontre que MORK, à l’époque, aurait incarné un concurrent plus que sérieux, Thomas éructant à s’en bruler les cordes vocales, tandis que sa guitare se répand en arpèges plus amers qu’un sol aride.

Et plus l’album avance, plus le sentiment d’inéluctabilité nous enfonce dans un destin peu enviable, nous condamnant à errer sous les arcanes d‘un immense édifice perdu dans une lande désolée et abandonnée de l’humanité. « Fodt Til a Herske » retrouve les accents Heavy si chers à IMMORTAL et se permet même quelques accroches thrashy, tandis que le long final de « De Fortapte Sjelers Katedral » rend hommage au DARKTHRONE le plus incorruptible de première partie de carrière. Et après quatre albums et des années d’expérience, on constate que Thomas Eriksen/MORK n’a pas perdu l’absence de foi, et qu’il continue son chemin sans remettre en cause ses croyances. Tant mieux, car le monde des ténèbres a besoin d’hommes comme lui.  

   

                                                                                                                                                                                                    

Titres de l’album:

01. Dodsmarsjen

02. Svartmalt

03. Arv

04. Evig Intens Smerte

05. Det Siste Gode i Meg

06. Fodt Til a Herske

07. Lysbaereren

08. De Fortapte Sjelers Katedral


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 05/04/2021 à 17:33
80 %    160

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Open Bar Vol2 : Antoine Perron

Baxter 20/04/2021

Interview

Dirge + Spinning Heads 2005

RBD 05/04/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Frank Arnaud

Jus de cadavre 21/03/2021

Vidéos

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Rotten Tooth

Y sont sacrément bons ces gars là ! Et ils ont le don de faire dans la surprise ! Nu Black sous le papier cadeau cette fois ! Je passe mon tour sur ce coup mais je serai là au prochain tirage !

20/04/2021, 20:06

Saddam Mustaine

Les premiers albums de Dimmu sont du "true black".Comme Behemoth si l'on veut, j'aurais du aller plus loin.Le Black type année 80 mi-90 quoi (meme si Dimmu est arrivé plus tard mais les premiers sonnes dans le genre).

20/04/2021, 19:47

Seb

C'est vraiment mauvais ...

20/04/2021, 15:05

JTDP

En tout point d'accord avec cette (belle) chronique ! Cet album fut une vraie belle surprise de l'année passée. 

19/04/2021, 21:28

Buck Dancer

J'ai jamais vraiment accroché a Pestilence, mais ce morceau est loin d'être degueu. Comme dit Simony, bien meilleur que les précédentes sorties récentes du groupe. 

19/04/2021, 10:49

Arioch91

+1Je n'ai pas aimé Resurrection Macabre, à tel point que je n'ai pas posé une oreille sur Doctrine et Obsideo.Hadeon, je l'ai écouté uniquement parce qu'une interview de Mamelick disait qu'il revenait sur le passé d(...)

19/04/2021, 10:24

Simony

Ca me semble quand même bien plus intéressant que ce qu'ils ont produit depuis leur retour aux affaires.

19/04/2021, 09:59

Arioch91

Oups ! J'étais totalement passé à côté de cette chronique ! Merci @mortne2001 pour l'avoir rédigée !

19/04/2021, 08:48

Arioch91

OK, on reprend les bonnes vieilles recettes visibles sur Hadeon : on prend Testimony, on mélange avec Spheres et ça donne Hadeon et semble-t-il Exitivm.A voir.

19/04/2021, 08:44

metalrunner

Une sacrée bonne surprise de l énergie de l innovation le futur quoi ..Dommage que la tournée de juin soit annulée

18/04/2021, 19:48

RBD

Je réagis plutôt comme Buck Dancer. Mes attentes envers FF sont basses depuis longtemps. Je n'espère plus de grands titres comparables à ceux qui remontent aux années 90 (formulé comme ça, c'est encore plus dur). Si tout est à l&apo(...)

18/04/2021, 12:39

yul

Rien de bien intéressant ici.

18/04/2021, 11:57

Gargan

Tu n’es donc pas optimiste.

18/04/2021, 08:15

la reine des neiges

ha ha! nul!

18/04/2021, 00:02

Eliminator

Tout est à chier, riffs insipides, claviers ultra kitch, refrain ultra mielleux. Ce son de gratte de merde, c'est époustouflant ! Cette mode des grattes 7/8 cordes me saoule, laissez ça à Meshuggah. Meme pas envie de juger le reste. Monde de merde! ;)

17/04/2021, 23:54

Gargan

On peut écouter la totalité à présent, et il faut bien dire que ça sort tout de suite du lot ! Je me tâte pour une commande.

17/04/2021, 19:01

Wolf88

17/04/2021, 17:26

NecroKosmos

Nous sommes vieux et nous avons bon goût. Bon, moi qui suis ultra-fan, j'adore le dernier album mais je trouve que la production y était un peu à chier. Mais je reste totalement confiant.

17/04/2021, 10:03

NecroKosmos

Bien vu le nom du groupe : facile à prononcer pour les non-biélorusses...  :)

17/04/2021, 09:59

Humungus

Mouais...Clairement pas terrible.Je rejoins Simony (sauf que moi j'avais plus qu'apprécié les deux derniers albums).Bref... A juger sur la longueur quoi... ... ...

17/04/2021, 08:51