Ne rentrons pas encore dans le débat sur la validité de ces groupes si nostalgiques qu’ils préfèrent croire que la musique d’avant est aussi celle de maintenant, et qui varient sur le même thème d’un Rock aux relents passéistes qui nous inonde depuis quelques années. Quelle que soit la pertinence de leur démarche, ils sont libres de penser qu’on n’a jamais rien fait de mieux que le Hard/Classic Rock des seventies, ce qui en outre est en partie vrai. Beaucoup se demandent par exemple si les GRETA VAN FLEET ne sont pas de sales gamins n’ayant pas retenu la leçon des KINGDOM COME des années 80, travestissant de jeunesse les licks plein de stupre de Jimmy Page, et singeant les accents félins de Plant par facilité, et surtout, parce que ça fonctionne…Oui, car le public, parfois peu amène d’objectivité ne se pose pas souvent la question, et accepte en tant que tels des hommages même pas déguisés prônant le pillage d’héritage, avec flair certes, mais surtout avec un culot éhonté. On le sait, les suédois ne sont jamais les derniers à loucher vers les années perdues d’une Europe et d’une Amérique au bagage musical assez lourd à assumer en ces années de disette, mais acceptons quand même qu’ils soient les meilleurs faiseurs sur le marché, et ce, depuis l’émergence sans doute des HELLACOPTERS dans les pas si glorieuses nineties. Cela doit-il excuser leur propension à se répéter ad vitam aeternam, et à nous dispenser les mêmes litanies à base de CCR, de ZEP, de PURPLE, sans chercher à aller plus loin et créer leurs propres références ? Non, et comme d’habitude, seuls les meilleurs laisseront une trace durable dans le grand livre du Rock, qui finalement, n’est plus si fourni qu’il ne le devrait. Et gageons qu’avec un peu de temps, les SVARTANATT parviendront à y inscrire leur chapitre, aussi bref soit-il. Puisque pour une fois, et même si les clins d’œil appuyés sont toujours aussi nombreux, ils ont le mérite de varier un peu le paysage…

Quintette déjà responsable d’un premier LP éponyme (Jani Lehtinen - chant/guitare, Felix Gåsste - guitare, Mattias Holmström - basse, Daniel Heaster - batterie et Martin Borgh - orgue), les SVARTANATT nous en viennent de Stockholm, et propagent un message simple, à base d’effluves sixties délicates diluées dans une approche Rock typiquement seventies, se reposant sur une trame simple et efficace, mais plus complexe qu’il n’y parait à la première écoute. Ce qui frappe d’ailleurs, une fois les neuf morceaux passés, c’est la prédominance de cet orgue qui ancre délibérément le groupe dans une mouvance typique de l’époque, sans que les guitares volubiles n’aient à souffrir du manque d’espace. On pense évidemment à beaucoup de choses en laissant ce Starry Eagle Eye tourner sur sa platine, à THIN LIZZY parfois, doté d’un son moins rond, mais aussi aux BLUE OYSTER CULT, sans que les images des SIR LORD BALTIMORE ne disparaissent complètement du tableau. L’ombre de LUCIFER’S FRIEND plane aussi assez bas au-dessus des nuages du territoire scandinave, mais l’art consommé de ces derniers pour noyer le poisson et louvoyer entre les méandres du purisme permet de ne pas tomber dans les filets de la redite, ou de l’exploitation éhontée d’un patrimoine que beaucoup de leurs prédécesseurs ont déjà allégrement pillé. D’une part, parce que ces cinq musiciens connaissent leur partition par cœur, et qu’ils la jouent avec, sans se soucier d’une quelconque crédibilité ou d’un désir d’affiliation paternelle pas forcément justifié. Impossible bien sûr de ne pas penser à cette décennie entamée il y a presque cinquante ans, mais impossible non plus d’y enfermer complètement les suédois, qui pratiquent une musique un peu hors du temps, découlant aussi bien du « Dream On » d’AEROSMITH que des versets récités par leurs homologues de GRAVEYARD (« Wolf Blues », dégoulinant de feeling avec ces orgues à mi-chemin entre John Lord et Rick Wakeman). On note une nette propension à laisser parler des guitares qui ne demandent qu’à rugir en rythmique et à gloser en solo, sans pour autant paraphraser les grandes lignes des héros passés.

Energie, investissement, nuance, tels sont les éléments les plus frappants de ce nouvel album, qui ose même le speed léger d’un Fast Rock au potentiel décuplé (« Hit Him Down », un peu MOTORHEAD des débuts, juste après avoir claqué la porte d’HAWKWIND, mais aussi de la délicatesse harmonique pour alléger la charge), et qui détourne aussi les codes du Blues Rock pour lui faire adopter une posture un peu ambivalente (« Universe Of », au timbre rauque et à la rage Rock, que la BO d’Almost Famous aurait pu caser entre Rod Stewart et les WHO). En gros, beaucoup de versatilité dans l’homogénéité, pour ne pas rester au ras de pâquerettes depuis longtemps rasées par la tondeuse du vintage martelé. Mais cette nostalgie est bien là, vivante comme jamais, et se permet d’introduire les THIN LIZZY aux agapes du Southern Rock des Allman Brothers (« The Childern Of Revival », tout un programme en forme d’aveu que l’on prend pour argent comptant du fait de sa sincérité), ou de riffer comme les plus grands duettistes pour transposer le vocable seventies dans une production presque eighties (« Wrong Side of Town », qu’on imagine bien chanté par Bob Seger pour offrir emballé et pesé à la NWOBHM). Et si cette production s’ingénie à nous basculer vers un avant qui est toujours plus crédible que le maintenant, elle a le mérite de ne pas le faire à grand renfort d’artifices, laissant parler les instruments sans les obliger à prendre l’accent (« Starry Eagle Eye »). Adoptant un format idoine aux ambitions, Starry Eagle Eye évite avec intelligence le carcan de la répétition par l’usure, et ose même de temps à autres faire le grand écart entre la grandiloquence funèbre de BLACK SABBATH et la futilité ambiante d’un PURPLE moins focalisé sur le classique que sur le Rock typique (« The Lonesome Ranger »), avec une classe naturelle totalement suédoise, et surtout, une humilité qui permet d’apprécier les chansons pour ce qu’elles sont, de véritables hits en puissance qui auraient fait trembler les stades il y a plus de quarante ans.

Concision et déambulations, tels sont les deux vecteurs de ce disque qui n’a pas non plus oublié qu’un binaire en up tempo d’enfer peut encore largement faire l’affaire (« Black Heart »), et qui termine donc son nouvel épitre par un chapitre brulant, mais transcendant. Rien ne l’est fondamentalement ici, puisque les chemins empruntés le sont depuis longtemps, mais beaucoup d’aisance, et un naturel confondants, un son un peu rachitique mais chaud, pour une symphonie en passé majeur qui assume ses obsessions, sans essayer de les dépasser, mais en y insufflant sa propre personnalité pour ne pas se noyer dans une production aux vannes ouvertes et bloquées. De là à savoir si l’avenir des SVARTANATT sera sanctionné par des citations appuyées dans les encyclopédies consacrées, il y a un pas que je peux franchir. Mais sans aller jusque-là, ce Starry Eagle Eye mérite largement sa place au panthéon des disques efficaces et ancrés.


Titres de l'album:

  1. The Children Of Revival
  2. Wrong Side Of Town
  3. Starry Eagle Eye
  4. Duffer
  5. Wolf Blues
  6. Hit Him Down
  7. Universe Of
  8. The Lonesome Ranger
  9. Black Heart

Facebook officiel


par mortne2001 le 23/03/2018 à 14:10
80 %    348

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Almanac

Rush of Death

Mariana Semkina

Sleepwalking

Glaciation

Ultime Eclat

Milking The Goatmachine

From Slum to Slam - The Udder Story

Aevum

Multiverse

Burning Witches

Dance with the Devil

Aleister

No Way Out

Conny Bloom

Game! Set! Bloom!

Death. Void. Terror.

To The Great Monolith II

Vulcano

Eye In Hell

Vaisseau

Horrors Waiting In Line

Justify Rebellion

The Ends Justify The Means

Uncut

From Blue

Invocation

Attunement to Death

Lag I Run

Vagrant Sleepers

White Ward

Love Exchange Failure

Pissed Regardless

Imperial Cult

Infidel Reich

Reichenstein

Telepathy

Burn Embrace

Paganizer

The Tower of the Morbid

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Concerts à 7 jours

Jodie Faster + Gummo + Verbal Razors

02/04 : La Brat Cave, Lille (59)

+ Mars Red Sky

03/04 : L'Ubu, Rennes (35)

Krisiun + Gruesome + Vitriol

30/03 : La Cartonnerie, Reims (51)

Taake + Necrowretch + Kampfar

30/03 : Backstage, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

pas le 27 Avril mais c est le 17 Avril voir site;
https://wickedmetalreview.wixsite.com/wickedmetalreview/post/reptilium-adrenochromacy?fbclid=IwAR3mQiBqH-HFePj2K1w3WrzchVjL2mABPa-drsZ2slIrmbxKotYt1qe3r6g


Ah, effectivement : la pochette est terrible !!


merci pour ton report
Je n'ai pas pû me déplacer pour cette affiche monstrueuse, ce qui rend la lecture douce et cruelle à la fois.


Un produit plastique crée de toutes pièces, sasns identité ni âme. Merci Nuclear Blast de cracher sur le patrimoine.


Seul le premier album était excellent, les 2 autres dont celui-ci de moins en moins bons.


Et bien... quelle chronique Mr Mortne une fois de plus !
Un album pas encore écouté pour ma part, mais j'ai limite l'impression pourtant, tellement on en entend parler partout. J'y jetterais une oreille certainement, en asseyant de faire fi des polémiques l'entourant.


Ah ah ah !!!
C'te pochette est juste géniale bordel !


Effectivement le chant fait très Hreidmarr.


Concernant le chant je me suis fait la même réflexion oui ;)


J'aime beaucoup les grattes. Le chant fait sacrément penser à du Hreidmarr (metal archives ne dit rien sur le line-up mais, quand même !).


Pour l'instant je n'ai pas eu vent d'annulation quant au Festival de Nîmes. Comme il s'agit d'une suite de concerts indépendants à jours séparés étalés sur un mois il n'est pas nécessaire d'envisager une annulation en bloc pour le moment, je pense. Les premiers concerts de la deuxième quinz(...)


Son état à l'air assez sérieux. Plus ça va, plus la grippette qu'on nous a vendu devient de plus en plus vénère.

sinon la news mériterait d’être réécrite, un peu trop de répétitions et désagréable à lire.


En Argentine, cest confinement depuis une semaine. Le virus est arrivé plus tard qu'en Europe et ne s'est pas encore trop répandu, meme si le nombre de cas augmente chaque jour petit a petit.

Solidarité !!!


C'est un truc de fou cette histoire, et ce n'est que le début. Ici on est confiné quoi... Et hélas oui ça va arriver au Québec aussi, comme partout ailleurs je pense... Faudra faire gaffe à vous aussi !


Sur certaines intonations de voix, on dirait Stéphane Buriez, vraiment un thrash de qualité, merci pour la découverte Simony.


+1 Jus de cadavre pour Profound Lore.

Moi aussi en ce moment j'écoute pas mal de leurs prods. Le dernier Pa Vesh En est une belle claque aussi. C'est vrai que la ligne directrice est très cohérente.


Ultra combo, j’espère qu'il va aller mieux. C'est vraiment la merde ce truc.

J’espère que vous tous et vos familles vous avez pas trop de soucis. Ici au Quebec on est pas encore trop touché, mais on va dire que cela arrive à grand pas.


Le festival de Nîmes avec les foo fighters, nightwish, deep purple en juin mais pas aux mêmes dates ça aura lieu vous pensez ?


Voilà un bien bel exemple du fameux "impact sur notre musique" dont causait Simony il y a quelques jours...


Merci beaucoup Ari91.
Je n'avais même pas été foutu de trouver moi même cet article sur le site officiel...
Aaaah vieillesse !