Mirror Star

Sinner's Blood

09/10/2020

Frontiers Records

Noël est encore loin, et pourtant notre bon tonton Serafino nous fait un joli cadeau en nous offrant le premier album des chiliens de SINNER’S BLOOD. Au prime abord, lorsque j’ai regardé cette pochette sans faire attention au label, j’ai failli benoitement passer mon chemin. Je m’attendais en effet à une énième exaction gothique ou à une pleurnicherie royale Symphonic Metal, et n’étant pas d’humeur à supporter les atermoiements d’une diva perdue dans les couloirs de son propre ego de taffetas, je me décidais à chercher ma pitance musicale dans la direction opposée. Mais une fois le label identifié, il n’était plus question de répulsion mais bien d’attraction, et après avoir écouté l’album de nombreuses fois, je ne pouvais à posteriori rêver d’une pochette plus idoine. Premier album donc, et pourtant les SINNER’S BLOOD sont tout sauf des débutants, puisqu’on retrouve dans leurs rangs deux noms bien connus de la scène chilienne. Au chant, le Jorn Lande national, James Robledo, ex-vocaliste de TENEGADE et THABU, gosier hors-pair, fils légitime de Ronnie James DIO, et capable de transcender n’importe quelle compo Heavy classique. A la composition et guitare, Nasson, producteur, guitariste et chanteur connu lui aussi comme le loup blanc, et qui dans ce nouveau contexte apporte sa connaissance musicale à des compositions simples, puissantes, et lyriques. Avec en soutien Nicolas Fischer à la basse et Guillermo Pereira à la batterie, les deux leaders peuvent compter sur une rythmique solide et volubile, et c’est sans aucun étonnement qu’on constate que Mirror Star est un petit miracle de Heavy Metal solide, ample, mélodique, mais aussi agressif. A la manière de duos de l’envergure de Coverdale/Vandenberg, ou Dio/Campbell, Robledo et Nasson mettent donc tout leur potentiel au service d’un album qui à n’en point douter fera date dans l’histoire du Heavy harmonieux.

Magnifiquement produit, comme toutes les sorties Frontiers dignes de ce nom, Mirror Star est sans conteste l’album de cette fin d’année, celui qui va fédérer tous les fans de Metal moderne, bien dans son époque, mais qui trouve ses racines dans le classicisme des années 80. Porté par des thèmes simples, légèrement influencé par DIO, WHITESNAKE, mais aussi les divers projets drivés par le gourou italien Alessandro Del Vecchio, SINNER’S BLOOD est un gros diamant vingt-quatre carats, osant proposer onze morceaux d’égale qualité, sans jamais baisser en régime ni étouffer la pression. Et dès « The Mirror », on comprend rapidement que les musiciens ne sont pas là pour jouer les doublures, mais bien dérouler le tapis rouge d’un Hard à grosse tendance Heavy, avec guitare en avant, et up tempo sautillant. Les premières secondes encaissent donc le choc, jusqu’à ce que la voix incroyable de James Robledo n’entre en scène et achève de nous séduire. Le vocaliste possède l’un des timbres les plus purs de la scène Metal sud-américaine, et peut facilement rivaliser avec les Russell Allen, Jorn Lande, et autres vocalistes qui ont foi en une musique pure et non édulcorée. Et si « Phoenix Rise » peut inquiéter de son intro synthétique, son couplet démarre de façon si tonitruante que les doutes se dissipent, continuant sur la piste d’un Hard Rock teigneux et pugnace, avec riff simple, et interprétation quatre étoiles. Rien de révolutionnaire de la part des chiliens, mais une solidité incroyable, et un flair absolu pour trouver LA mélodie qui touche en plein cœur, aménageant toujours un refrain qu’on imagine sans peine fédérateur en concert.

« Never Again » ralentit le rythme, et retrouve l’impulsion scandinave entremêlée de savoir-faire anglais, avec entame acoustique et parfum DIO très prononcé. On est conquis par cette fougue, et le traditionalisme du fond est vite occulté par la perfection de la forme, chaque arrangement vocal tombant pile au bon moment, et chaque break étant aménagé à la seconde près. Les accros eighties trouveront donc leur compte, mais pas seulement, puisque les quatre chiliens savent aussi s’adapter aux impératifs de leur époque, en polissant leur musique d’une patine éclatante. Les quelques sonorités moins métalliques apportent une souplesse indéniable, tandis que la basse roulante de Nicolas Fischer sublime « Remember Me », hymne qui en effet incruste le nom de SINNER’S BLOOD dans les mémoires. Les chiliens se perdent rarement sur le chemin de l’errance, et les morceaux restent la plupart du temps sous la barre des cinq minutes, ce qui permet aux musiciens de se lâcher Speed de temps à autres, et d’imiter un LOUDNESS survitaminé avec l’endiablé « The Path Of Fear », que JUDAS PRIEST lui-même n’aurait pas renié. Mais le groupe - et surtout son compositeur - est aussi capable de distiller des ambiances plus mesurées, et de laisser s’écouler le temps avec plus de patience. Et c’est avec « Who I Am » que l’on prend conscience du potentiel progressif du groupe, qui se montre sous un jour extrêmement flatteur lorsqu’il laisse l’émotion s’exprimer plus pleinement. Claviers délicats, volutes vocales de soie de Robledo, construction en crescendo, pour une power-ballad de premier choix, qui risque fort d’émouvoir les plus sensibles. A la manière d’un crossover WHITESNAKE/DIO/MASTERPLAN, « Who I Am » est le feu d’artifices final de cet album haut en couleurs et en talent, bien que la fin de l’album nous réserve encore de sacrées surprises.

En premier lieu, le pétaradant « The Hunting », qui vaut bien des « Bad Boys » de Coverdale, avec son up tempo brûlant et ses parties de chant passionnées, et surtout, « Awakening » qui représente un peu la quintessence de ce groupe qui n’hésite pas à utiliser quelques ficelles Metalcore pour corser son Heavy classique. Riff coupé au biseau, syncopes au millimètre, tout est formel, mais agencé de façon moderne, pour que l’accueil soit digne de ce nom. Là est l’atout majeur de Mirror Star qui n’hésite pas à confronter d’anciennes partitions à des interprétations plus contemporaines, sans trahir son esprit fondamental. En découle un disque qui n’est pollué par aucune scorie, et qui tangue entre Hard et Heavy, lâchant souvent la bride pour se rapprocher d’un Power Metal presque Thrash (« Kill Or Die »), pour mieux dévier l’instant suivant vers des rivages moins découpés (« Never Resting Soul »). Preuve que l’addition de deux énormes potentiels donne parfois un résultat exponentiel, SINNER’S BLOOD incarne la nouvelle garde du Metal chilien, qui domine du chef toutes les productions du cru sorties cette année. Belle réussite, et un disque qu’on n’a pas fini d’écouter pour retrouver l’essence d’un passé qui se sent bien dans un présent trouble, mais optimiste.   

                                                

Titres de l’album:

01. The Mirror

02. Phoenix Rise

03. Never Again

04. Remember Me

05. The Path Of Fear

06. Forever

07. Kill Or Die

08. Never Resting Soul

09. Who I Am

10. The Hunting

11. Awakening


Facebook officiel


par mortne2001 le 17/11/2020 à 17:39
90 %    137

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Jon _ interview d'un homme multi-facettes

Simony 23/11/2020

Interview

Future World

mortne2001 23/11/2020

From the past

Voyage au centre de la scène : les fanzines

Jus de cadavre 22/11/2020

Vidéos

Rammstein 2005 (Volkerball)

RBD 16/11/2020

Live Report

At The Mill _ Live Stream Performance

Simony 07/11/2020

Live Report

Dahey OWM

Simony 01/11/2020

Interview

Fear Factory + Misery Index 2006

RBD 28/10/2020

Live Report
Concerts à 7 jours
Saor + Borknagar + Cân Bardd 01/12 : Le Petit Bain, Paris (75)
Saor + Borknagar + Cân Bardd 02/12 : Le Rex, Toulouse (31)
Saor + Borknagar + Cân Bardd 05/12 : Cco, Villeurbane (69)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Gargan

C'est Knokkelklang*, même chant. Album 2018 excellent par ailleurs. Ce nouveau projet confirme que 2021 sera une belle année metal et une bonne source de dépenses.

30/11/2020, 09:48

RBD

Je suis plutôt pessimiste, les rassemblements de ce type seront à mon avis l'ultime activité à redevenir autorisée avant le retour complet à la normale. Ils reviendront, mais en dernier. Ceci dit, les institutions catholiques viennent d'obtenir d(...)

29/11/2020, 19:33

mortne2001

"Pis de toute façon, moi, dès que cela sonne comme SLAYER j'achète de suite donc... ... ..."Je ne peux pas me battre contre ce genre d'argument, puisque j'utilise les mêmes

29/11/2020, 19:02

Gargan

4eme épisode, toujours aussi bien. Maintenant je les imagine jouer vetranatt dans la pièce rose haha

29/11/2020, 17:53

Humungus

Je serai bien plus jouasse que toi sur ce coup là mortne2001 :Tu trouves qu'EXHORDER a sorti l'album de sa carrière l'an passé... Bah je pense qu'il en est de même pour EVILDEAD aujourd'hui.Pis de toute façon, moi, dè(...)

29/11/2020, 14:46

Gargan

Beaucoup aimé le précédent (bien que trop court), surtout avec l’epique twelve bells, et ça sent toujours très bon. En même temps, on est rarement déçu avec le père Alan. Ce ne serait pas mal une petite interview soit dit en pass(...)

29/11/2020, 09:13

Oliv

Oui ya de quoi faire chez nous pourtant en catégorie métal français 

29/11/2020, 00:31

MorbidOM

Si tu t'en fous complétement pourquoi exhumer un post qui date de 8 moi ?

28/11/2020, 19:39

Je m\'en fou complètement ça reste un putain de bon groupe

Je m'en fou complètement ça reste un putain de bon groupe 

28/11/2020, 17:41

Forza

Ca a déja une autre gueule que les victoires de la musique chez nous avec Louise Attaque et Etienne Daho (!) en catégorie rock. Je pense également que le trophée va revenir à Power Trip, non seulement parce que c'est mérité, mais a(...)

28/11/2020, 16:09

POMAH

J'avais bien compris Humungus, je voulais pas t'induire en erreur. ;)Par contre le reste de l'album je suis pas plus emballé. Première galette du groupe que je trust pas complètement...

28/11/2020, 12:55

metalrunner

Leur meilleur album un sacré souvenir.

28/11/2020, 10:47

Humungus

Je ne connais que le premier et dernier nominé...Sans conteste (malgré toute l'admiration que j'ai pour Mr Ice T), mon vote va vers POWER TRIP.LE titre cassage de gencive !

28/11/2020, 10:27

Humungus

Attention hein ! Je n'ai absolument rien contre "les synthés sous champi" (bien au contraire d'ailleurs). Le reste de l'album en usant avec splendeur, mais sur ce titre, la mélodie, comme je le disais au dessus, est bien trop teinté Prog'. Et com(...)

28/11/2020, 10:24

POMAH

Assez d'accord avec Humungus, j'ai un peu de mal aussi avec le synthé sous champi quoi... Elle est ou la puanteur rampante d'Apparitions ... ?

27/11/2020, 21:30

Oliv

Oui ça va 5 mn les concerts a la tv , halte a l’entrave aux libertés et on ressortira la guillotine pour couper quelques têtes, ça fera une animation supplémentaire. 

27/11/2020, 19:00

Humungus

Le moins bon morceau à mon sens de l'album.Ce synthé Prog me dérangeant énormément...

27/11/2020, 13:51

Gargan

Premier morceau terrible, avec LE son de synthé spatial 70/80s. Tu prends ton jetpack direction les étoiles après quelques IPA.

27/11/2020, 10:05

Jefflonger

Une belle époque les premiers albums de Nightfall. J'ai re écouté mes vieilles k7 à l'annonce de ces rééditions cd et vinyles,  et les imperfections des 2 premiers conservent un petit charme pas trop suranné 

26/11/2020, 21:38

Moshimosher

Bon, je viens de me voir le premier épisode... et c'est vraiment prometteur !

26/11/2020, 16:57