Si la cohorte de groupes Thrash old-school semble grandir de façon si exponentielle qu’on va bientôt ouvrir des parcs d’attractions dédiés au mosh et aux grandes roues aux rythmiques saccadées, les maniaques du Death des origines évoluent aussi en rangs serrés, et finissent par former une légion aux dimensions impressionnantes. Alors, finalement, nous y sommes n’est-ce pas ? Back to basics ?

Les morgues, les cimetières, les côtes suédoises et l’enfer Floridien, on y revient. Toujours. Et finalement, c’est un bien pour un bien, puisque le Death actuel volontiers trop porté sur la technique n’a justement qu’une portée émotionnelle très limitée…

C’est ce qu’ont dû se dire les Italiens de LECTERN, bien que leur cas soit un poil différent de la masse grouillante de suiveurs qui n’en peuvent plus de renifler à plein naseaux les émanations putrides du Death des caniveaux.

Pas forcément nés de la dernière pluie acide, ces originaires de Rome ont commencé leur carrière à la fin des années 90, mais ont quand même pris leur temps pour proposer leurs vues sur un Death délicieusement classique, gardant toutefois une prise sur la réalité contemporaine d’un marché qui évolue presque aussi vite qu’un processus de putréfaction.

Ayant dû faire face à de nombreux problèmes de line-up, et à un désintérêt manifeste envers la chose Death de la part des labels et des tourneurs lors des premières années d’activité, le quatuor (Fabio Bava – chant/basse, Pietro Sabato et Gabriele Cruz – guitares, Marco Valentine – batterie) à rongé son frein, et a peiné pour pouvoir publier une poignée de EP (Bisbetical en 1999, Salvific of Perhaps Lambent onze ans plus tard, Lectern en 2014).

En 2015, leur premier longue durée voit le jour (Fratricidal Concelebration), et garde cette empreinte très marquée d’influences Floridiennes que les Italiens revendiquent haut et fort. Mais il semblerait que depuis la parution de ce premier LP, les choses se soient arrangées, puisqu’il ne leur aura fallu que quelques mois supplémentaires pour mettre une suite sur le marché, en l’occurrence ce Precept Of Delator dont je suis en train de vous parler.

Pourtant le Death massif et cohérent des LECTERN a largement de quoi séduire les fans d’un Metal de la mort qui n’a pas oublié sa principale raison d’être. De rythmiques en coup de massue à des riffs volubiles et charnus, en passant par un chant évidemment gravissime et au grain abrasif, tous les ingrédients sont utilisés à bon escient, et si l’originalité ne semble pas être le moteur principal de ces presque aînés de la cause, on ne peut leur enlever un indéniable flair pour trousser des parties hautement mémorisables et diaboliquement entraînantes. Et ce, sans avoir besoin d’édulcorer leur violence dans un quelconque Crossover hasardeux.

Les Polonais de Via Nocturna ont donc hérité de la promotion/distribution de ce Precept Of Delator qui aurait tout aussi bien pu voir le jour il y a une vingtaine d’années, si sa production massive et claire ne nous rappelait pas son AOC estampillée 2016.

Son très clair et puissant, qui permet à chaque instrument de respirer sans phagocyter l’oxygène de son voisin, analogisme de rigueur et batterie qui ne pâtit pas d’une compression outrancière, nous nageons en pleine légende du Death made in Florida, sans que les LECTERN ne puissent être accusés d’un plagiat quelconque. On sent évidemment que leurs influences sont à chercher du côté des DEATH, AUTOPSY, MORBID ANGEL, SUFFOCATION, soit la barrière légendaire des pionniers brutaux, mais l’adjonction de riffs accrocheurs et de parties en mid tempo addictives, leur permet de proposer une dérivation intéressante, qui les place dans un contexte décalé sans pour autant renier leur philosophie de base.

En neuf morceaux pour une grosse demi-heure de musique, le quatuor Italien fait le tour de la question, en y apportant ses propres réponses. S’il est certain que les réfractaires au genre n’y verront aucune forme d’évolution, les plus pointilleux sauront reconnaître un combo qui a osé prendre quelques libertés pour offrir un point de jonction entre présent et passé. Et il est évident à l’écoute de pistes comme « Precept Of Delator » que les années de galère et de patience forcée ont affûté la perspective des Italiens, qui savent maintenant clairement ce qu’ils sont et où ils vont.

Certes, le propos général le reste, mais des morceaux aussi frondeurs et catchy que « Palpation of Sacramentarian » retiennent clairement l’attention de leurs breaks à foison et de leurs licks empoisonnés, qui fonctionnent comme des thématiques HM branchées sur un compteur en triphasé Death impossible à disjoncter. Chaque plan à sa raison d’être, et il est impossible de reprocher à Precept Of Delator son manque d’ouverture ou d’ambition, qui semble d’ailleurs vouloir établir une convergence entre le Death Floridien des origines et ses excroissances bâtardes scandinaves des années 90.

Alors, les compositions évoluent certes en terrain connu, et stagnent entre les fatidiques trois et cinq minutes, avec l’exception notable de la boucherie « Garn For Debitors », qui du bas de ses deux minutes et seize secondes se veut intermède de violence crue qui en profite quand même pour caser deux ou trois idées pas forcément superflues.

Instrumentistes largement capables, fantaisies d’un batteur qui refuse de se cantonner au rôle de métronome/rouleau compresseur, et duo de guitaristes inventifs, la machine LECTERN avance et pilonne, écrase et étonne, mais sait aussi faire preuve de finesse dans son entreprise de démolition pour ne rien laisser traîner à plus d’un pâté de maisons. Abordable sans se trahir, incorruptible sans stagner, leur approche du Death est aussi nostalgique qu’en prise avec la réalité du marché, ce qui fait de ce Precept Of Delator une véritable confirmation.

 Ce deuxième album s’adressera donc tout autant aux nostalgiques d’antan qu’aux fans d’un Death du présent, sans flouer l’un ou l’autre des deux camps.


Titres de l'album:

  1. Gergal Profaner
  2. Palpation of Sacramentarian
  3. Fluent Bilocation
  4. Distil Shambles
  5. Pellucid
  6. Diptych of Perked Oblation
  7. Garn For Debitors
  8. Precept of Delator
  9. Discorporation With Feral

Site officiel


par mortne2001 le 22/03/2017 à 14:29
70 %    211

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Sargeist

Unbound

Demonic

Rise from Chaos

Avast

Mother Culture

Languish

Unworthy

Airrace

Untold Stories

White Coven

Overseas

Exxxekutioner

Death Sentence

Peacemaker

Concrete and Terror

Maligner

Attraction To Annihilation

Black Bart

Casnewydd-Bach

Obszön Geschöpf

Master Of Giallo

Azusa

Heavy Yoke

Soulfly

Ritual

The Struts

Young & Dangerous

Northward

Northward

Malm

Kollaps

Bonehunter

Children Of The Atom

Amaranthe

Helix

Gaslarm

Dusk Mothers Children

Tourniquet

Gazing At Medusa

Sick of It All + Black Knives

RBD / 16/11/2018
Hardcore

Interview AZUSA (Eleni Zafiriadou)

mortne2001 / 11/11/2018
Azusa

Cortez + Stuntman

RBD / 10/11/2018
Hardcore

The Studio Experience #3

grinder92 / 08/11/2018
Benighted

Photo Report - Garmonbozia 20 ans !

Simony / 06/11/2018
Anniversaire

Concerts à 7 jours

Omnium Gatherum + Wolfheart + Nothgard

19/11 : Le Petit Bain, Paris (75)

+ Sick Of It All + The Worst Doubt

19/11 : Espace Icare, Issy-les-moulineaux (92)

Napalm Death

25/11 : Antipode, Rennes (35)

Photo Stream

Derniers coms

Bah putain !
SUNN O))) à Nancy !?!?
Incroyable et génial ça !!! !!! !!!


Le genre d'affiche qui me vend du rêve à plein tube...


Bravo Metalnews...
Par votre faute, sans même avoir écouté l'album, je me suis déjà précommandé le coffret.
C'est malin !


Ça va peut-être (enfin) ouvrir l'esprit à bon nombre d'entre vous (enfin j'espère). L'initiative de vous l'imposer tout cuit dans le bec vous aidera au mieux à entendre de nouvelles sonorités, ça changera à vos oreilles.


A noter que des pass promo sont d'ores et déjà en vente pour les 4 jours.
Concernant l'affiche, j'étais à la conférence de presse, et Yann a précisé que du coup le site en serait modifié (ils attendent entre 10 et 13 000 personnes le jeudi) avec notamment une Dave Mustage dont l'ouver(...)


Mouais...
Cela ne me surprend guère en fait.
Les Bretons (comme beaucoup d'autres) aimant encore bien en faire des tonnes sur l'identité régionaliste...
Quoi qu'il en soit, musicalement, je trouve l'idée de l'ajouter à l'affiche géniale en soit.


C'est un truc de fou là... étrange mais taré ! Alan Stivell au Motoc !


Comme LeMoustre, fort agréablement surpris par cet album.


Hé hé hé !
On se croirait au bon vieux temps de VS bon dieu de dieu...
Rien que pour ce merveilleux retour dans le passé, merci Meloman.


Excellent mec, merci !


Depuis le temps que j'entends parler de New noise (et très souvent en bien) va falloir y jeter un coup d'oeil quand même... merci pour les coms !


Pas totalement metal, mais New noise est pour moi le seul bon mag aujourd'hui. De part sa ligne éditoriale ( même si on retrouve toujours un peu les mêmes groupes avec le temps) et dans lequel on retrouve souvent des dossiers ou interviews ( d'anciens de la scène, boss de label...) vraiment int(...)


Impeccable papier qui, avec un avis sur un autre site couplé à l'écoute de cet extrait, a dévié très vite vers une commande sur le site du label.
Au passage, bien vu les différences entre thrash/death et l'inverse. ici, c'est bien du thrash/death, et l'affiliation avec Scott LaTour (In(...)


C'est ça, ou faut aller sur les fanzines qui arrivent à subsister, fait par des fans pour des fans, chacun pourra trouver chaussure à son pied sur les différentes distros disponibles. Snakepit et ses ersatz (dont le Français Metal Titans au passage) dans plein de genres sont là pour ça. A un (...)


Totalement d'accord avec toi LeMoustre pour le coup. La seule chose qui m'intéresse encore dans les magazines c'est les itw pour la raison que tu donnes. Aujourd'hui y a plus vraiment de mag (metal) qui propose de bonnes chroniques... ou du moins des chroniques un peu développées. Parce qu'en 10 (...)


Sur les chroniques, et leurs vérités assénées comme étant la divine parole. ce qui est intéressant en itw avec ce type de mag, c'est qu'ils ont souvent l'artiste en face, ou au tél, alors que les fanzines/webzines c'est plus par mail, empêchant tout rebond intéressant à un propos précéde(...)


Ca c'est la bonne nouvelle du jour. Le dernier triple album était excellent.
A noter que le label finlandais Svart Records va rééditer tous les album de Swallow the sun en vinyl et ça c'est cool ;)


Pauvre Abbath... lui qui a dû se sentir comme un couillon après l'écoute du dernier Immortal. "Personne n'est irremplaçable" est une phrase qui lui sied à la perfection désormais !


Un nouvel album, donc ensuite une tournée... Ça promet donc encore de grands moments de solitudes pour les musiciens qui l'accompagneront sur scène ! :D


Don't feed the troll.