Si la cohorte de groupes Thrash old-school semble grandir de façon si exponentielle qu’on va bientôt ouvrir des parcs d’attractions dédiés au mosh et aux grandes roues aux rythmiques saccadées, les maniaques du Death des origines évoluent aussi en rangs serrés, et finissent par former une légion aux dimensions impressionnantes. Alors, finalement, nous y sommes n’est-ce pas ? Back to basics ?

Les morgues, les cimetières, les côtes suédoises et l’enfer Floridien, on y revient. Toujours. Et finalement, c’est un bien pour un bien, puisque le Death actuel volontiers trop porté sur la technique n’a justement qu’une portée émotionnelle très limitée…

C’est ce qu’ont dû se dire les Italiens de LECTERN, bien que leur cas soit un poil différent de la masse grouillante de suiveurs qui n’en peuvent plus de renifler à plein naseaux les émanations putrides du Death des caniveaux.

Pas forcément nés de la dernière pluie acide, ces originaires de Rome ont commencé leur carrière à la fin des années 90, mais ont quand même pris leur temps pour proposer leurs vues sur un Death délicieusement classique, gardant toutefois une prise sur la réalité contemporaine d’un marché qui évolue presque aussi vite qu’un processus de putréfaction.

Ayant dû faire face à de nombreux problèmes de line-up, et à un désintérêt manifeste envers la chose Death de la part des labels et des tourneurs lors des premières années d’activité, le quatuor (Fabio Bava – chant/basse, Pietro Sabato et Gabriele Cruz – guitares, Marco Valentine – batterie) à rongé son frein, et a peiné pour pouvoir publier une poignée de EP (Bisbetical en 1999, Salvific of Perhaps Lambent onze ans plus tard, Lectern en 2014).

En 2015, leur premier longue durée voit le jour (Fratricidal Concelebration), et garde cette empreinte très marquée d’influences Floridiennes que les Italiens revendiquent haut et fort. Mais il semblerait que depuis la parution de ce premier LP, les choses se soient arrangées, puisqu’il ne leur aura fallu que quelques mois supplémentaires pour mettre une suite sur le marché, en l’occurrence ce Precept Of Delator dont je suis en train de vous parler.

Pourtant le Death massif et cohérent des LECTERN a largement de quoi séduire les fans d’un Metal de la mort qui n’a pas oublié sa principale raison d’être. De rythmiques en coup de massue à des riffs volubiles et charnus, en passant par un chant évidemment gravissime et au grain abrasif, tous les ingrédients sont utilisés à bon escient, et si l’originalité ne semble pas être le moteur principal de ces presque aînés de la cause, on ne peut leur enlever un indéniable flair pour trousser des parties hautement mémorisables et diaboliquement entraînantes. Et ce, sans avoir besoin d’édulcorer leur violence dans un quelconque Crossover hasardeux.

Les Polonais de Via Nocturna ont donc hérité de la promotion/distribution de ce Precept Of Delator qui aurait tout aussi bien pu voir le jour il y a une vingtaine d’années, si sa production massive et claire ne nous rappelait pas son AOC estampillée 2016.

Son très clair et puissant, qui permet à chaque instrument de respirer sans phagocyter l’oxygène de son voisin, analogisme de rigueur et batterie qui ne pâtit pas d’une compression outrancière, nous nageons en pleine légende du Death made in Florida, sans que les LECTERN ne puissent être accusés d’un plagiat quelconque. On sent évidemment que leurs influences sont à chercher du côté des DEATH, AUTOPSY, MORBID ANGEL, SUFFOCATION, soit la barrière légendaire des pionniers brutaux, mais l’adjonction de riffs accrocheurs et de parties en mid tempo addictives, leur permet de proposer une dérivation intéressante, qui les place dans un contexte décalé sans pour autant renier leur philosophie de base.

En neuf morceaux pour une grosse demi-heure de musique, le quatuor Italien fait le tour de la question, en y apportant ses propres réponses. S’il est certain que les réfractaires au genre n’y verront aucune forme d’évolution, les plus pointilleux sauront reconnaître un combo qui a osé prendre quelques libertés pour offrir un point de jonction entre présent et passé. Et il est évident à l’écoute de pistes comme « Precept Of Delator » que les années de galère et de patience forcée ont affûté la perspective des Italiens, qui savent maintenant clairement ce qu’ils sont et où ils vont.

Certes, le propos général le reste, mais des morceaux aussi frondeurs et catchy que « Palpation of Sacramentarian » retiennent clairement l’attention de leurs breaks à foison et de leurs licks empoisonnés, qui fonctionnent comme des thématiques HM branchées sur un compteur en triphasé Death impossible à disjoncter. Chaque plan à sa raison d’être, et il est impossible de reprocher à Precept Of Delator son manque d’ouverture ou d’ambition, qui semble d’ailleurs vouloir établir une convergence entre le Death Floridien des origines et ses excroissances bâtardes scandinaves des années 90.

Alors, les compositions évoluent certes en terrain connu, et stagnent entre les fatidiques trois et cinq minutes, avec l’exception notable de la boucherie « Garn For Debitors », qui du bas de ses deux minutes et seize secondes se veut intermède de violence crue qui en profite quand même pour caser deux ou trois idées pas forcément superflues.

Instrumentistes largement capables, fantaisies d’un batteur qui refuse de se cantonner au rôle de métronome/rouleau compresseur, et duo de guitaristes inventifs, la machine LECTERN avance et pilonne, écrase et étonne, mais sait aussi faire preuve de finesse dans son entreprise de démolition pour ne rien laisser traîner à plus d’un pâté de maisons. Abordable sans se trahir, incorruptible sans stagner, leur approche du Death est aussi nostalgique qu’en prise avec la réalité du marché, ce qui fait de ce Precept Of Delator une véritable confirmation.

 Ce deuxième album s’adressera donc tout autant aux nostalgiques d’antan qu’aux fans d’un Death du présent, sans flouer l’un ou l’autre des deux camps.


Titres de l'album:

  1. Gergal Profaner
  2. Palpation of Sacramentarian
  3. Fluent Bilocation
  4. Distil Shambles
  5. Pellucid
  6. Diptych of Perked Oblation
  7. Garn For Debitors
  8. Precept of Delator
  9. Discorporation With Feral

Site officiel


par mortne2001 le 22/03/2017 à 14:29
70 %    316

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Lowest Creature

Sacrilegious Pain

Wretch

Man or Machine

Sabaton

The Great War

Pendulum Of Fortune

Return To Eden

Horndal

Remains

Protector

Summon the Hordes

Majesty

Legends

Dead Horse

Horsecore: An Unrelated Story That's Time Consuming

Затемно (zatemno)

В петле

Hollow Haze

Between Wild Landscapes and Deep Blue Seas

Nyss

Dépayser

Shit Life

Reign In Bud

Teleport

The Expansion

Alcotopia

It Hits the Spot

Pounder

••

Night Screamer

Dead of Night

No Sun Rises

Ascent/Decay

Vilest Breed

Live Fuck Die

Riot City

Burn the Night

Combichrist + Terrolokaust

RBD / 17/07/2019
Electro

Live-report - Impetuous Ritual / Ascended Dead / Scumslaught

Jus de cadavre / 14/07/2019
Death Metal

Napalm Death + A.C.O.D.

RBD / 12/07/2019
Black Metal Symphonique

Municipal Waste + Terror Shark + Dirty Wheels

RBD / 10/07/2019
Hardcore Metal

Live-report HELLFEST 2019 / Dimanche

Jus de cadavre / 07/07/2019
Hellfest Open Air

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

ce type de groupe n'a pas fini de nous plonger dans les abysses du ridicule


J'ai l'impression que le précédent était sorti avant-hier, ils tiennent le rythme ceux-là !


Aaaaaaahhh !!!
C'était le bon vieux temps tout de même hein…
(Vieux con speaking)


dégageait*


Kerry King + 1.
C'est vrai que leur show dégagé pas mal.
J'en ai été d'ailleurs le premier surpris sur le moment...


Je viens de me choper le Pantera. Que j'avais en fait déjà en bootleg sous le nom de "Black Tooth" !
Tant pis... un énorme live en tout cas ! Ultra bourrin !


Magique


ah ouais ? le pantera me fait bien envie aussi ! je l'ai qu'en bootleg degeu et pas complet...


Rien à voir, mais j'ai le Nailbomb en CD du Dynamo...


ce live est sortit ya quelques semaines deja ;) dans la meme serie il y a aussi le live de testament de la meme année.


ah le bon vieux groupe en carton


très mou


Oui, belle pochette !! :)


Je n'aurais jamais cru qu'un jour un groupe ose s'arroger ce nom sacré...


Voilà la meilleure pochette de tous les temps !!


Mou ?!!! Euh...


Un autre groupe qui a tout démonté sur ce Hellfest c'est Anthrax !

Bordel encore furieux ça vieillit pas, putain de patate.

https://www.youtube.com/watch?v=pHKTjsYlNh0


+ 1 bordel !!!
(Comme souvent avec Sieur Jus de cadavre...)


Indifférence générale !


Meilleur concert du Hell, un groupe fou ! J'aimerais vraiment les voir dans une petite salle chauffée à blanc... ça doit faire encore plus mal !