Si la cohorte de groupes Thrash old-school semble grandir de façon si exponentielle qu’on va bientôt ouvrir des parcs d’attractions dédiés au mosh et aux grandes roues aux rythmiques saccadées, les maniaques du Death des origines évoluent aussi en rangs serrés, et finissent par former une légion aux dimensions impressionnantes. Alors, finalement, nous y sommes n’est-ce pas ? Back to basics ?

Les morgues, les cimetières, les côtes suédoises et l’enfer Floridien, on y revient. Toujours. Et finalement, c’est un bien pour un bien, puisque le Death actuel volontiers trop porté sur la technique n’a justement qu’une portée émotionnelle très limitée…

C’est ce qu’ont dû se dire les Italiens de LECTERN, bien que leur cas soit un poil différent de la masse grouillante de suiveurs qui n’en peuvent plus de renifler à plein naseaux les émanations putrides du Death des caniveaux.

Pas forcément nés de la dernière pluie acide, ces originaires de Rome ont commencé leur carrière à la fin des années 90, mais ont quand même pris leur temps pour proposer leurs vues sur un Death délicieusement classique, gardant toutefois une prise sur la réalité contemporaine d’un marché qui évolue presque aussi vite qu’un processus de putréfaction.

Ayant dû faire face à de nombreux problèmes de line-up, et à un désintérêt manifeste envers la chose Death de la part des labels et des tourneurs lors des premières années d’activité, le quatuor (Fabio Bava – chant/basse, Pietro Sabato et Gabriele Cruz – guitares, Marco Valentine – batterie) à rongé son frein, et a peiné pour pouvoir publier une poignée de EP (Bisbetical en 1999, Salvific of Perhaps Lambent onze ans plus tard, Lectern en 2014).

En 2015, leur premier longue durée voit le jour (Fratricidal Concelebration), et garde cette empreinte très marquée d’influences Floridiennes que les Italiens revendiquent haut et fort. Mais il semblerait que depuis la parution de ce premier LP, les choses se soient arrangées, puisqu’il ne leur aura fallu que quelques mois supplémentaires pour mettre une suite sur le marché, en l’occurrence ce Precept Of Delator dont je suis en train de vous parler.

Pourtant le Death massif et cohérent des LECTERN a largement de quoi séduire les fans d’un Metal de la mort qui n’a pas oublié sa principale raison d’être. De rythmiques en coup de massue à des riffs volubiles et charnus, en passant par un chant évidemment gravissime et au grain abrasif, tous les ingrédients sont utilisés à bon escient, et si l’originalité ne semble pas être le moteur principal de ces presque aînés de la cause, on ne peut leur enlever un indéniable flair pour trousser des parties hautement mémorisables et diaboliquement entraînantes. Et ce, sans avoir besoin d’édulcorer leur violence dans un quelconque Crossover hasardeux.

Les Polonais de Via Nocturna ont donc hérité de la promotion/distribution de ce Precept Of Delator qui aurait tout aussi bien pu voir le jour il y a une vingtaine d’années, si sa production massive et claire ne nous rappelait pas son AOC estampillée 2016.

Son très clair et puissant, qui permet à chaque instrument de respirer sans phagocyter l’oxygène de son voisin, analogisme de rigueur et batterie qui ne pâtit pas d’une compression outrancière, nous nageons en pleine légende du Death made in Florida, sans que les LECTERN ne puissent être accusés d’un plagiat quelconque. On sent évidemment que leurs influences sont à chercher du côté des DEATH, AUTOPSY, MORBID ANGEL, SUFFOCATION, soit la barrière légendaire des pionniers brutaux, mais l’adjonction de riffs accrocheurs et de parties en mid tempo addictives, leur permet de proposer une dérivation intéressante, qui les place dans un contexte décalé sans pour autant renier leur philosophie de base.

En neuf morceaux pour une grosse demi-heure de musique, le quatuor Italien fait le tour de la question, en y apportant ses propres réponses. S’il est certain que les réfractaires au genre n’y verront aucune forme d’évolution, les plus pointilleux sauront reconnaître un combo qui a osé prendre quelques libertés pour offrir un point de jonction entre présent et passé. Et il est évident à l’écoute de pistes comme « Precept Of Delator » que les années de galère et de patience forcée ont affûté la perspective des Italiens, qui savent maintenant clairement ce qu’ils sont et où ils vont.

Certes, le propos général le reste, mais des morceaux aussi frondeurs et catchy que « Palpation of Sacramentarian » retiennent clairement l’attention de leurs breaks à foison et de leurs licks empoisonnés, qui fonctionnent comme des thématiques HM branchées sur un compteur en triphasé Death impossible à disjoncter. Chaque plan à sa raison d’être, et il est impossible de reprocher à Precept Of Delator son manque d’ouverture ou d’ambition, qui semble d’ailleurs vouloir établir une convergence entre le Death Floridien des origines et ses excroissances bâtardes scandinaves des années 90.

Alors, les compositions évoluent certes en terrain connu, et stagnent entre les fatidiques trois et cinq minutes, avec l’exception notable de la boucherie « Garn For Debitors », qui du bas de ses deux minutes et seize secondes se veut intermède de violence crue qui en profite quand même pour caser deux ou trois idées pas forcément superflues.

Instrumentistes largement capables, fantaisies d’un batteur qui refuse de se cantonner au rôle de métronome/rouleau compresseur, et duo de guitaristes inventifs, la machine LECTERN avance et pilonne, écrase et étonne, mais sait aussi faire preuve de finesse dans son entreprise de démolition pour ne rien laisser traîner à plus d’un pâté de maisons. Abordable sans se trahir, incorruptible sans stagner, leur approche du Death est aussi nostalgique qu’en prise avec la réalité du marché, ce qui fait de ce Precept Of Delator une véritable confirmation.

 Ce deuxième album s’adressera donc tout autant aux nostalgiques d’antan qu’aux fans d’un Death du présent, sans flouer l’un ou l’autre des deux camps.


Titres de l'album:

  1. Gergal Profaner
  2. Palpation of Sacramentarian
  3. Fluent Bilocation
  4. Distil Shambles
  5. Pellucid
  6. Diptych of Perked Oblation
  7. Garn For Debitors
  8. Precept of Delator
  9. Discorporation With Feral

Site officiel


par mortne2001 le 22/03/2017 à 14:29
70 %    278

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Damantra

Broken

Walls Of Blood

Imperium

Terre

Terre

Pristine

Road Back To Ruin

Tytus

Rain After Drought

Palehørse

Palehørse

Statement

Force Of Life

Cara Neir

Part III - Part IV

Project For Bastards

Project For Bastards

Aftermath

There Is Something Wrong

Nostromo

Narrenschiff

Charge

Ain’t The One

Herod

Sombre Dessein

(false) Defecation

Killing With Kindness

Rosy Vista

Unbelievable

Gorgon

Elegy

Parad1gm

Parad1gm

Laceration

Remnants

Misanthrope Tournée des 30 ans / Sphaera

Simony / 21/04/2019
Gothic Death Metal

SOEN + GHOST IRIS + WHEEL - Backstage By The Mill - Paris

Kamel / 20/04/2019
Backstage By The Mill

Orphaned Land + Subterranean Masquerade

RBD / 18/04/2019
Folk Metal

Crippled Black Phoenix I Villingen-Schwenningen

Simony / 16/04/2019
Cold Wave

EVERGREY - Le Gibus - Paris

Kamel / 15/04/2019
Evergrey

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Hormis Slayer c'est pas fou les têtes d'affiche, je connais pas Parkway Drive jamais écouté.

J'ai vu l'affiche Hellhammer est reformé ?


Une vrai pépite cet album, comme dit dans la chronique froid, profond et à la fois somptueux.


Jus de cadavre + 1.
Et absolument pour tout ce que tu en dis...
(Sauf que moi j'y ai tout de même fait mon hajj en 2006)


Jamais fais le Wacken, et je ne le ferais sans doute jamais... Pourtant c'était la Mecque ce fest pour moi il y a des années, le truc que chaque metalleux se devait de faire au moins une fois ! Mais aujourd'hui j'en ai plutôt une image vieillote, un fest qui n'évolue pas, qui ne cherche pas à i(...)


Ca sent la revanche !!


(suite et fin)
Mais malheureusement, comme le dit très bien Simony "l'auto-parodie et la surenchère du groupe, et notamment de son chanteur S.A.S de L'Argilière a eu raison de bien des Metalheads qui ont vu en eux un bouc émissaire parfait".
C'est exactement ça en ce qui me concerne(...)


Jamais accroché à ce groupe :
Bien trop Prog et "branlette" pour moi.
Pour autant, je respecte beaucoup la formation pour ce qu'elle est aussi :
Des gars intègres, dans une recherche musicale constante, qui mènent leur barque contre vents et marrées depuis un sacré bout de te(...)


??? ??? ???
C'est seulement maintenant qu'ils annoncent des groupes présents pour août prochain ?!?!
Si oui, c'est vraiment se foutre de la gueule du monde.
Alors, j'ai bien conscience que les billets sont déjà tous vendus depuis des lustres et que le futur public n'a donc aucu(...)


Non cela semble être l'image choisie pour illustrer le trailer, mais sait-on jamais...


C'est ça la pochette ?


Enorme ce 1er Testament.
Avec une prod bien plus écoutable que celle du 1er Exodus, par exemple !


Merci. Sympa de voir que le groupe, en plus, pond toujours des albums de grande qualité comme le petit dernier.


Ah oui, quand même...


De la dentisterie au marteau piqueur ! Un bonheur !


RIP grand musicien.


Bah c'est une pochette de Prog quoi...


Cette pochette est comment dire ... ... ...


C'est une histoire de dingue là... Je comprend pas trop le but de ce genre d'arnaque en fait... C'est pas en vendant 3 albums de groupes totalement underground qu'on fait du fric bordel !?


Une plus grande exposition à l'internationale tout simplement. Si ça marche, l'aspect financier suivra mais ce ne sera qu'une conséquence indirecte. La médiatisation prime avant tout. Pour ce qui est de leur revendication comme tu dis, si tu regardes les commentaires de cette new sur leur facebo(...)


Sans compter le fait que les mecs de Metal Bastard Enterprises (Oliver et ralf Schaffelhuber) sont ceux qui ont fait le célèbre label rip off Turbo records/Turbo Music ! mais aussi Braincrusher records, Metal age, sont aussi ceux qui ont fait un label qui sortait des groupes de RAC néo nazi nom(...)