The Velvet SuperSloths

The Velvet Supersloths

16/01/2021

Autoproduction

En gros, si j’ai bien pigé la bio du machin, tout est parti de la barbe du batteur Johnny Maximum, qui a poussé. Cette soudaine pilosité dense lui a fait comprendre qu’il fallait taper plus fort sur sa batterie, ce qui a stimulé Yanick le bassiste, qui a décidé de jouer de sa basse comme un éléphant de sa trompe, avec les cordes bien lâches et un solfège pachydermique. Vu le barouf produit, deux mecs se sont pointés avec leur guitare, Eric Provencher et Jean-François St-Cyr, et le quatuor fraîchement formé n’avait plus qu’à dévoyer un chanteur au timbre adéquat pour compléter son tableau de puissance assourdissante. Ce qui fut chose faite dès que David Boissé s’est mis à brailler devant la porte du local de répète, désirant plus que tout se joindre à la bande hirsute. Avec une telle formation aux desseins clairs et déviants, THE VELVET SUPERSLOTHS était né, et ne restait plus qu’à rendre hommage à ce nom évoquant une sale bande de feignasse aux cheveux gras, mais au riff facile. Sauf que les canadiens de Sherbrooke sont tout sauf des feignasses et qu’ils prennent soin de leur tignasse, ce qui leur permet en 2021 de proposer l’un des albums les plus frais d’une année à peine entamée.

Bio étrange, mais but noble. Avec ce premier éponyme, la bande souhaite vulgariser le Metal pour le rendre accessible au grand public. Ce faisant, ils retrouvent l’impulsion des nineties lorsque le genre s’ouvrait à une audience plus large au travers d’œuvres signées METALLICA et PANTERA, qui parvenaient à rendre le style plus ouvert et appréciable par la masse étrangère écoutant uniquement la radio ou des choses pas trop bruyantes. Pour autant, le Metal joué sur The Velvet SuperSloths n’a rien d‘une concession commerciale, bien loin de là, et si le groupe s’amuse à se décrire comme des ZZ TOP jouant du PANTERA, il ne faut pas y voir qu’une boutade. Leur groove est en effet commun aux deux groupes, mais leur puissance est plus proche de la NOLA que du Texas enfumé et bordélisé jusqu’à la moelle. Pas de filles de joie ici, pas de bordel à La Grange, juste une musique jouée entre potes qui délirent, mais qui délirent avec sérieux. Et finalement, en désirant unir le boogie des trois poilus et le Groove Metal des quatre sudistes, les canadiens parviennent à jouer comme les belges de CHANNEL ZERO. Je résume évidemment, mais les points communs entre la Belgique et le Canada sont nombreux, même si quelques inflexions ne sont pas sans rappeler la période la plus engluée des CORROSION OF CONFORMITY.

Vous avez vu les noms, noté les références ? Mazette devez-vous certainement vous dire, mais vous avez quelque part raison de trouver ça sans doute excessif, sauf que ça ne l’est pas du tout. En jouant simplement ce qui leur sort des tripes, les VELVET SUPERSLOTHS déroulent des compositions simples, qu’on retient, et qui provoquent de sérieuses crises de headbanging. Ce qui ne les empêche nullement de jouer parfois les fourbes en ayant recours à des astuces « wow, hoh » Pop enchainées à des reprises Metal supersoniques et graveleuses sur  « Never Too Late », l’un des gros morceaux de cette grosse affaire. Et le quintet n’a pas regardé à la dépense de temps pour son premier album qui piétine l’heure de jeu sans jamais forcer. Entre riffs directement empruntés à la culture southern de la frange Metal des USA, fluidité dans la pesanteur qui rappelle évidemment DOWN et PANTERA, ce premier LP est une franche réussite, parce que sincère et sans artifices. Peut-être un peu long pour chipoter un peu, d’autant que les marsouins ne rechignent pas à laisser tourner la montre en plusieurs occasions. Mais l’occasion fait le larron, et ces cinq larrons là sont de sérieux clients, au moment même où le Stoner et le NOLA semblent se chercher de nouveau héros.

Y’a de tout dans ce foutoir, du Heavy, du Bluesy, du Thrashy, des crises de colère qu’on doit principalement à David Boissé dont le timbre rappelle bien sur celui de notre belge préféré Franky De Smet-Van Damme, mais aussi le raclage du musclé Pepper J. Keenan. Il y a des dizaines de riffs graves mais fluides comme la farine Francine, des cassures de rythme pour se frotter au Sludge et au Doom (« I am Penny », hit impossible ralentissant la cadence au fur et à mesure pour nous marcher sur les pieds), mais aussi des démarcages intéressants, dont celui de « Higher Fire » qui n’aurait pas dépareillé sur le séminal Black Fuel de qui vous savez.  

Capables d’être concis sur quelques minutes, de piquer à METALLICA ses recettes les plus avouées, de balancer la sauce Thrash en laissant leur batteur se gratter pendant la frappe, THE VELVET SUPERSLOTHS sont tout sauf de gros branleurs qui jouent parce qu’ils n’ont rien d’autre à foutre. Déjà rodés à l’exercice dans un bon paquet de groupes avant de former celui-là, les cinq musiciens connaissent leur partition, et la jouent avec conviction. On le réalise très vite, dès les premiers morceaux à vrai dire, et il est assez admirable de constater que le groupe s’est occupé de tout, production, mixage, laissant le mastering à Luc Tellier (SIMPLE PLAN, MILLENCOLIN, Marie-MAI et David USHER), ingé-son connaissant bien son boulot. En résulte un son juste énorme, qui sait doser les fréquences et laisser les titres les plus sauvages sonner comme tel (« Forsaken Life »).

Entre ambition et désir d’efficacité, avec quelques samples rigolos qui donnent la fessée (« Dirty Night », plus PANTERA qu’une biture du gros Phil), The Velvet SuperSloths est  un exercice de style complet qui ne laisse rien au hasard. Reliées par un fil rouge, les compositions sont quand même facilement identifiables, entre chœurs étranges et lourdeur de fond (« Where Are You »), et Speed-Rock ravagé qui crame le bitume (« Sloth-Toé »). Après ça, difficile de croire que ces cinq-là sont des feignasses…Tiens d’ailleurs, ils chantent en français sur ce machin ravagé. Drôle.

« Realms of Death » et ses huit minutes moins une seconde offre l’épilogue digne qu’on attendait d’un tel effort, et lorsque le film pour les oreilles se termine, on en ressort galvanisé. Si certains longs albums épuisent de leur somme d’informations, The Velvet SuperSloths produit l’effet inverse et booste au point qu’on se sent capable de composer des chansons catchy, mais redoutablement puissantes. L’effet THE VELVET SUPERSLOTHS est donc bœuf, et pas du tout paresseux. Mais on peut se tromper, surtout si on se fie à sa barbe, cette fourbe. 

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Irresistible

02. Higher Fire

03. Forsaken Life

04. Dead Red Moon

05. Sold Your Soul

06. Never Too Late

07. I am Penny

08. Uncertain Outcome

09. Dirty Night

10. Where Are You

11. Sloth-Toé

12. Realms of Death


Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 11/02/2021 à 15:01
85 %    54

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres

Moonspell 2007

RBD 04/02/2021

Live Report

Olivier Verron _ Interview Conviction

Simony 27/01/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Moshimosher

Je viens enfin de découvrir (et d'acheter cet album)... quelle tuerie ! Un pur chef-d’œuvre !!! Vraiment de très bonnes sorties sur ce label !

05/03/2021, 23:00

Moshimosher

C'te pochette !!! Ah !!! Pas étonnant que Killers soit le premier album de la Vierge de Fer que j'ai acheté ! Probablement leur meilleure (même si j'en adore plein d'autres dont celle de Powerslave) ! 

05/03/2021, 22:36

Meuleu

J'ai fait la date sur Caen et vlà la baffe que j'ai pris sur Ulcerate, c'était énorme !

05/03/2021, 16:18

Gargan

L'horrible phoque humanoïde de Riot, brrrrr...

05/03/2021, 09:04

Saddam Mustaine

Megadeth, Ugly Kid Joe, Manowar les principaux en effet, qui ont un personnage qui suit le groupe, j'en oublie... 

04/03/2021, 19:15

Saddam Mustaine

Megadeth, Ugly Kid Joe, Manowar les principaux en effet, qui ont un personnage qui suit le groupe, j'en oublie... 

04/03/2021, 19:15

L\'anonyme

@ metalrunner: tout à fait d'accord avec toi.Je pense qu'Iron Maiden a beaucoup oeuvré dans le metal en ce qui concerne les pochettes d'albums. D'abord parce qu'ils ont instauré une forme de rituel que certains ont repris en gardant le mê(...)

04/03/2021, 18:18

Bones

Mouais, sommaire très moyen... mais la couv claque. :-)Sont malins, les p'tits salopiots, ils savent que ça va générer de l'achat compulsif. :-D

04/03/2021, 17:04

Arioch91

Suis plus abonné.Je verrai à l'occasion si je le vois en kiosque mais bon.

04/03/2021, 13:26

metalrunner

Quelle pochette je pense quelle ont bcp aide maiden  

04/03/2021, 07:44

Ragnar56

Je viens d'apprendre la nouvelle via un commentaire sous une vidéo YouTube

03/03/2021, 22:55

MorbidOM

Une double provocation assez géniale ?Les true métalleux le prennent pour un guignol depuis longtemps et la ménagère Polonaise le vois sans doute comme le rebelle de salon indispensable à ce genre d'émission, une sorte de JoeyStarr

03/03/2021, 04:08

Bones

Ca fait une publicité maousse autour de Behemoth et leur donne la "crédibilité" qu'ils recherchent.Faire le buzz => vendre des disques.Je ne m'en fais pas pour Nergal, ce petit malin fait bien parler de lui et c'est l'objectif.

02/03/2021, 18:47

RBD

Nergal est un provocateur né, comme bien des artistes surtout dans des sociétés conformistes. Le fait d'aller cachetonner et se montrer dans une émission de télé-crochet est une double provocation assez géniale, autant envers les true mé(...)

02/03/2021, 16:07

Jus de cadavre

Message pas posté entièrement... bizarre...Du coup suite :"Nous en sommes à une période charnière" là je suis d'accord. Quand sur un site comme ici les gens commencent à defendre le christianisme c'est (...)

02/03/2021, 09:30

Jus de cadavre

"Si Nergal en a marre d'aller devant les tribunaux, qu'il change de pays ou de style musical, point barre"Mais tout le monde du coup crieraient au lâche ou au vendu ! Si à chaque fois qu'il y a un truc qui nous plaît pas dans notre pays on doit l(...)

02/03/2021, 09:26

Gargan

Si Nergal en a marre d'aller devant les tribunaux, qu'il change de pays ou de style musical, point barre. Tu assumes quand tu t'exposes ainsi, c'est pathétique ce oin-oin alors que ça joue les durs sur scène. Ceci étant, je réécoute Sv(...)

02/03/2021, 08:21

Yolo

Merci pour vos commentaires les guignols.

02/03/2021, 08:09

Satan

@ Jus de Cadavre : En effet, le délit de sale gueule semble se manifester à l'égard de Nergal. Et tu as raison de dire que c'est quand même lui qui se fait chier devant les tribunaux.Le christianisme ne fait plus peur aujourd'hui, mais il faudrait se (...)

01/03/2021, 16:06

Jus de cadavre

Débat épineux ! Mais pour le coup que ça plaise ou pas, Nergal (même si c'est uniquement pour se faire de la comm on est d'accord) lui il va au tribunal et il a des emmerdes judiciaires... Dans la scène aujourd'hui, et même parmi ceux qui se (...)

01/03/2021, 14:49