Blood, Bone, and Fire

Destructor

24/11/2023

Shadow Kingdom Records

Si pour vous, le Metal, ce sont avant tout des chaînes, des clous, des regards menaçants, des riffs simples mais perçants, et surtout, une inspiration remontant à la première moitié des années 80, alors DESTRUCTOR est sans aucun doute possible votre héros le plus attachant. Il faut dire que ce groupe de l’Ohio n’y est jamais allé avec le dos de la cuillère, sortant des albums francs du collier, avec toujours cette attitude bravache et cette ambiance de quincaillerie spécialisée dans les clous les plus pointus.

Né en 1984, le groupe n’a pas traîné à exposer ses vues sur un Heavy Metal tirant sur le Power ou le Thrash, et le classique Maximum Destruction reste l’un des témoignages les plus sincères d’une passion jamais remise en cause. Même après une reformation que peu de gens attendaient dans les années 2000.

Nick Annihilator, Matt Flammable, Dave Overkill et Tim Hammer sont de retour aujourd’hui avec un cinquième album sous le bras, très proche des quatre premiers, mais toujours animé par cette hargne remarquable. No prisoners, telle pourrait être la devise du quatuor, qui depuis Forever in Leather, aveu de fascination cuir, fend les eaux internationales pour aborder les navires marchands afin de les délester de leur chargement.

Blood, Bone, and Fire n’est rien d’autre que ce que son titre engage. Un festival d’hymnes à hurler le point levé, une collection de killers à faire regretter à DESTRUCTION ses cartouchières laissées au clou, et à ranimer l’esprit d’un EXCITER soudainement capable de soigner des mélodies imparables sans perdre de sa puissance nucléaire. Une fête ininterrompue à la gloire des plaisirs les plus crus, quelque part entre l’USPM et le Heavy européen, boosté d’une énergie typiquement américaine et canadienne, pour aller se frotter à tous les sous-genres possibles. Sans toutefois se vendre sur des arguments fallacieux ou en recyclant des plans tièdes et peu savoureux.

DESTRUCTOR est tout ce que le True Metal incarne. Une sincérité qu’on ne peut remettre en doute, une technique mise au service de l’efficacité, et une facilité déconcertante à embarquer le fan dans un voyage au travers des décennies, pour y rencontrer les RUNNING WILD, LAAZ ROCKIT, AGENT STEEL, IRON ANGEL, AT WAR et autres WARRANT.

Et ce voyage est en tout point délicieux, car préparé par des esthètes passionnés par les petits coins méconnus qui offrent un point de vue unique. Bien que rustres dans les apparences, les quatre musiciens connaissent très bien leur boulot, et cachent sous les grimaces et ferraille de rigueur un cœur qui bat pour le Heavy Metal.

Depuis la première moitié des années 80, les obsessions n’ont pas changé, et cette superbe pochette le souligne avec beaucoup de pertinence. On imagine sans peine ces traitres à la cause se faire rosser puis bouillir par ce chevalier aux quatre bras musclés, qui n’accepte aucune excuse False Metal en vogue. Alors, si la nostalgie opère à plein régime, comme les turbines d’un paquebot de croisière, si les allusions sont légion et si le parfum de la jeunesse sent parfois un peu fort, le résultat n’en est pas moins enivrant, excitant, entraînant et galvanisant. D’autant que la bande a joué la concision avec une petite demi-heure de jeu.

Et ceux qui ont suivi l’affaire depuis la reformation de 1999 ne seront guère surpris par ce qu’ils entendront. Dans la plus droite lignée de Decibel Casualties et Back in Bondage, Blood, Bone, and Fire joue les gros bourrins pour révéler des traits beaucoup plus fins. Catapulté dans le chaudron du Power Metal US, l’auditeur sentira le roussi, pour sûr, mais sera ravi de réchauffer ses badges au feu d’une passion dévorante pour la franchise Heavy la plus classique. « Blood, Bone, and Fire » donne d’ailleurs le ton de l’affaire, de son tempo à la EXCITER, et de ses riffs les plus Bay-Area possible.

Alternant le tempo, affolant les compteurs, DESTRUCTOR continue donc son entreprise de destruction systématique de l’élitisme artistique, pour nous livrer un album bourré à craquer de guitares remontées et de coups de caisse claire qui sont autant de tirs de sommation.

Aussi fou et violent que Maximum Destruction, la maturité et la production en plus, Blood, Bone, and Fire vous frappe le crane avec un gros fémur, et attend de voir le sang couler sur votre visage. Incroyablement catchy, ce cinquième tome de la saga est passionnant, torride, intense, et laisse un délicieux goût de viande tarare dans la bouche, et des échos en mi dans les tympans.

Si « Iron Clad » ne vous explose pas les esgourdes, si « Storm Upon the World » ne vous marche pas sur les pieds de ses bottes cloutées, si le mid tempo de « Depths of Insanity » ne vous fait pas valser sur les chemins l’air guilleret, et si « Heroic Age » ne provoque pas un hélicoptère de tignasse vous débarrassant de toute croute de crasse, alors, je ne peux rien pour vous. Vous n’êtes sans doute pas assez Metal pour apprécier cet album, ou la nostalgie vous laisse indifférent.

Les autres, ralliez-vous au pavillon DESTRUCTOR si ce n’est déjà fait, et voguez sur les mers à la recherche d’un pauvre navire en perdition qui n’opposera guère de résistance. Et même le RUNNING WILD de l’époque pirate et tête de mort pourrait craindre cette horde de barbares éduqués. C’est dire si leur drapeau a de quoi impressionner.  

       

      

Titres de l’album:

01. Blood, Bone, and Fire

02. Iron Clad

03. Storm Upon the World

04. Never Surrender

05. Depths of Insanity

06. The Calling

07. Heroic Age

08. Hammering the Steel

09. Dominate


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 13/11/2023 à 16:24
85 %    194

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire


Humungus
membre enregistré
21/11/2023, 16:30:15

PAR-FAIT !!! !!! !!!


yolo
@5.51.210.183
21/11/2023, 20:49:43

Ridicule.

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Crisix + Dead Winds

RBD 20/02/2024

Live Report

Abbath + Toxic Holocaust + Hellripper

RBD 21/01/2024

Live Report

1984

mortne2001 10/01/2024

From the past

SÉLECTION METALNEWS 2023 / Bonne année 2024 !

Jus de cadavre 01/01/2024

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Gargan

Faites chier, j'apprécie le groupe (enfin surtout l'ep comme beaucoup, je me demande si je ne l'ai pas découvert avec ce bon Shaxul) et je trouvais l'artwork très réussi ("oh bah c'est pas l'AI de Pestilence hein"), mais là(...)

05/03/2024, 09:43

Capsf1team

Balle de match...Un peu de silence s'il vous plait, les joueurs sont prêts...

05/03/2024, 08:03

Tourista

Hep ! on ne dépasse pas les bouées, siouplè !

05/03/2024, 07:05

Tourista

Acheté samedi, écoute en cours. BD absolument sans intérêt mais album bien plus intéressant que le dernier Maiden.

04/03/2024, 17:58

LeMoustre

Citer  INCUBUS, ASSASSIN et RIGOR MORTIS sur le même papier = obligé d'écouter les deux titres, et en effet, tout à fait ma came ! Merci pour cette petite découverte aux allures de pépite.M'en vais commander cela de ce pas(...)

04/03/2024, 09:59

LeMoustre

Excellent album

04/03/2024, 07:14

Saddam Mustaine

Le seul à être présent sur chaque album c'est Paulo Jr, peut-être le seul qui a vraiment les droits officiellement ? Kisser après est devenu très impliqué aussi 

02/03/2024, 19:55

RBD

Les frères Cavalera ont récemment réenregistré le premier album, le seul où Andreas Kisser n'était pas encore là. Cavalera Conspiracy existe déjà pour ceux qui voudraient un Sepultura avec les frères Cavalera, et tant mieu(...)

02/03/2024, 13:16

Humungus

Ah ah ah !Alors ça pour le coup, cela pourrait me faire plaiz...

02/03/2024, 07:27

Saddam Mustaine

Max et Igor vont donc pouvoir réformer Sépultura dans 2 ans...

01/03/2024, 18:15

Jus de cadavre

Ouais du tout bon. Assez balèze pour un groupe avec autant de bouteille de sortir un album aussi "frais" ! Et puis ce côté Metal "nola" : irrésistible !

01/03/2024, 15:22

Humungus

J'avais déjà hâte d'écouter ça, mais avec une chronique pareille...Vivement.Pis surtout, vivement la tournée de mai prochain bordel !

01/03/2024, 10:06

Tourista

Je me rappelle avoir vu UNE fois Sepultura avec Derrick Green en festoche, époque dreadlocks, j'ai dû tenir 3 morceaux.  Mais évidemment les propositions arriveront, les gros sous se profiler, le groupe reviendra avec une cote renforcée et des cachets g(...)

29/02/2024, 22:36

Gargan

´Vont ptêtre se reformer deux ans après la tournée, avec lui.

29/02/2024, 21:48

Cupcake Vanille

Quitter Sepultura pour peut-être (voir les rumeurs du moment) pour un autre groupe commençant par la lettre S sur le son américain du côté Iowa. 

29/02/2024, 21:24

RBD

Il a déjà un autre groupe de Rock chrétien qui marche bien au Brésil. C'est vrai que c'est bizarre de partir maintenant alors que la fin prochaine du groupe est déjà programmée à assez court terme. En tout cas c'est un batteur(...)

29/02/2024, 21:12

Buck Dancer

Même si je comprends l'opportunité de jouer dans Slipknot (si la rumeur dit vrai) dommage d'être resté toutes ces années pour partir juste avant la dernière tournée.

29/02/2024, 18:48

senior canardo

@Humungus sur la date de Magny le hongre, Paulo avait un tshirt Houwitser    sur scène ça ma remis un coup de (...)

29/02/2024, 10:09

Orphan

Batteur absolument génial.https://www.youtube.com/watch?v=PkmUSjkTJCgV'la le niveau du gamin qu'il était.

29/02/2024, 08:24

Tourista

Bha, toujours moins grave que les fans qui ont quitté le groupe en 96.

29/02/2024, 07:13