Un temps certain s’était écoulé depuis ma dernière incartade Black Metal, mais je mettais cet oubli sur le compte d’une exigence de plus en plus formelle envers un style duquel j’attendais toujours plus, au regard de la créativité dont le genre est capable de faire preuve. Il me fallait du sang neuf, bien loin des turpitudes de démos mal enregistrées et se voulant témoin d’un esprit roots qui n’avait plus grand-chose à dire depuis longtemps lui non plus…Alors, au hasard des découvertes, je tendais l’oreille sur des produits de bonne qualité cela va sans dire, mais assez prévisibles dans le fond, et manquant d’audace dans la forme. Jusqu’à ce que finalement, je parvienne à débusquer non la perle rare - l’exagération ne rendant jamais service aux créateurs - tout du moins sur un groupe suffisamment novateur et fascinant pour me convaincre de vous le présenter en ces lignes. Et c’est en Biélorussie que j’ai débusqué la nouveauté me réconciliant avec le genre, via le second EP des locaux de KHANDRA, jeune groupe à l’existence encore fragile, mais à la personnalité bien affirmée. Fondé en août 2017 du côté de Minsk, ce duo extrême n’a pas perdu la moindre seconde avant de nous exposer ses vues par l’entremise d’un premier court, publié en octobre de la même année, All Is of No Avail. On y trouvait les prémices d’une approche assez personnelle, en parfaite adéquation avec un nom suggérant la mélancolie, mélancolie adaptée à un cadre très brut et une vision très abrupte, qu’un second EP vient confirmer de sa superbe pile un an plus tard, dans une exactitude temporelle aussi troublante que sa philosophie artistique.

KHANDRA, ce sont donc d’abord deux musiciens, Dmitry Romanovsky (guitare/basse, ESSENCE OF DOOM) et Vladimir Borodulin (chant, DOWNCROSS, ex-RELICS OF HUMANITY), se complétant dans le minimalisme qu’une musique pleine et riche vient contredire de ses ambitions. Si la trame de base de leurs morceaux s’ancre dans un réalisme BM notable, les arrangements complexes, les changements de tempo, l’imbrication des riffs et la progression globale apportent une lumière nouvelle sur des dogmes anciens, constituant ainsi l’ossature d’un concept aussi intrigant que puissant. Refusant de sombrer dans les affres d’un Black atmosphérique aux digressions stériles, les KHANDRA privilégient plutôt la pluralité, s’appuyant sur des mid et down tempo soutenant des parties accrocheuses et mémorisables, évoquant de facto une sorte de Heavy Black poli aux entournures, mais gardant l’esprit frondeur de ses propres origines. Difficile toutefois d’établir des parallèles, et de poser quelques comparaisons en béquille, puisque les évolutions de constructions prônent une diversité empêchant toute affiliation directe, un peu comme si la seconde vague de BM de l’est se confrontait de plein fouet aux enseignements des orateurs nordiques des nineties. Ne reste plus alors qu’à se contenter de la musique pour apposer un jugement personnel sur ce There is no Division Outside Existence, aux quatre et uniques morceaux laissant un arrière-goût de trop peu, mais comblant nos attentes les plus pointues.

Pas de révolution à espérer d’un EP qui reste dans la lignée des travaux précédents, mais beaucoup de pertinence et de violence, et surtout, une science de la progression qui permet à des idées de se confronter et se compléter le long d’un timing étiré. Et si sur les quatre entrées de ce second EP, seules trois sont de véritables chapitres (« Into the Absolute Nothingness » n’étant qu’une intro, aussi pénétrante soit-elle), elles contiennent suffisamment de richesse harmonique et de sécheresse rythmique pour capter l’attention des fans d’un BM moins traditionnel qu’il n’y parait, mais pas encore assez expérimental pour rebuter les plus attachés à l’ordre mondial. Loin des délires de la vague avant-gardiste des DODECAHEDRON, DEATHSPEEL OMEGA et autres chantres de la disparité instrumentale dissonante, les KHANDRA n’en sont pas pour autant de simples défenseurs d’une tradition abrasive, et agrémentent leurs compositions d’arrangements acides, de stridences dérangeantes, et de lignes vocales rauques mais prenantes. Ainsi, la pièce terminale « Progressing in Desolation » juxtapose la lourdeur douloureuse d’un Post Doom apoplectique, la rigidité d’un BM en tempo médium, dans un élan que le MAYHEM de la grande époque aurait pu partager avec les DARKTHRONE pas encore perdus dans leurs délires Black N’Roll plus risibles que convaincants. On pense aussi irrémédiablement à la nouvelle génération de groupes français, ceux qui ont osé briser le carcan de la domination scandinave, et les noms de NIGHT, d’HYRGAL, et de MOONREICH peuvent être cités dans le contexte sans paraître déplacés.

Et si les orientations canadiennes les plus crues sont occultées au profit d’une modulation mélodique affirmée, « Decaying into the Ascended » prouve sans ambages que la cruauté peut cohabiter avec l’harmonie, sans trahir les codes et briser les sceaux. Développant de longs passages en litanie torturant des harmonies pour les décharner, KHANDRA continue d’explorer son propre univers, aux reliefs escarpés, aux monochromes soudainement illuminés pour une dualité lumière/ténèbres plus que probante. Dotés d’un son parfaitement adapté à leur démarche ambivalente, les biélorusses posent les jalons d’un monde à venir, dans lequel les guitares assassines et les mélodies insidieuses cohabitent sur fond de rythmique mouvante, mais toujours percutante. Sans inonder les tympans des auditeurs d’informations superfétatoires, les deux musiciens tiennent quand même à conférer à leur musique la richesse dont elle a besoin pour se déployer, osant des morceaux dépassant les six, sept et huit minutes, sans répéter ou rabâcher les mêmes thèmes, mais en leur offrant la continuité logique dont ils ont besoin pour imposer leur véritable nature. De fait, There is no Division Outside Existence, ses textes abscons et ses théories nihilistes, s’impose non comme une porte de sortie (le style restant l’un des plus riches de la scène extrême), mais comme une voie alternative au milieu du chaos, imposant sa violence intrinsèque pour mieux la renier d’une modulation harmonique imposante. Une dualité intéressante appelant un effort longue-durée qui pourrait se prévaloir d’incarner un renouveau, ou au moins une échappatoire valable. Une nostalgie crue, pour une cruauté triste et belle comme un hier sans lendemain.       


Titres de l'album :

                      1. Into the Absolute Nothingness

                      2. Decaying into the Ascended

                      3. There is no Division outside Existence

                      4. Progressing in Desolation

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 01/11/2018 à 16:30
80 %    230

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Picture

Wings

Birdeatsbaby

The World Conspires

Airbourne

Boneshaker

The Deathtrip

Demon Solar Totem

Shadow Limb

Burn Scar

Denner's Inferno

In Amber

Sorcery

Necessary Excess of Violence

Voyager

Colours In The Sun

Cyhra

No Halos In Hell

Mur

Brutalism

Nocturnal Breed

We Only Came for the Violence

Work Of Art

Exhibits

Deceitome

Flux of Ruin

Risen Prophecy

Voices from the Dust

Desolation

Screams of the Undead

Une Misère

Sermon

Aro Ora

Wairua

White Mantis

Sacrifice Your Future

Hatred Dusk

Hatred Dusk

Diocletian

Amongst the Flames of a Burning God

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

MORTUARY, Interview avec Patrick (Chant) et Jean-Noël (Basse)

youpimatin / 05/11/2019
Brutal Death Metal

Nesseria + Stuntman

RBD / 01/11/2019
Hardcore

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Enorme la pochette. Et l'album sans être une tuerie, s'écoute ma fois sans sourcilier...


JTDP +1.
Tu m'as d'ailleurs devancé de quelques minutes car tu as posté pendant que j'écrivais justement ceci :
Limite surprenant que l'on déblatère autant de la presse papier spécialisée sur la toile non ?
Preuve que cette dernière a encore tout son sens je trouve.
P(...)


Dernière phrase pleine de bon sens, mon cher. C'est quand tu vois les mags étrangers que tu comprends mieux les écarts.


"Bon, en même temps, pas simple de faire déplacer des mecs qui doivent pas se payer des masses"

Ah ben, je crois même que la grande majorité ne se payent pas du tout...

Pour Rock Hard et la "Metaltèque Idéale", si je ne me trompe pas, c'est surtout une opération com(...)


Clair que les 2 points faibles de Metallian sont la compétence des chroniqueurs et les questions aux ITW, faites par mail à 90%. Bon, en même temps, pas simple de faire déplacer des mecs qui doivent pas se payer des masses. Pour les kros, c'est pourtant pas compliqué en quelques lignes (d'aille(...)


@JTDP, +1 concernant Metallian et son aspect fanzine.

C'est clair que certaines interviews sont mal branlées et que celles du ou des groupe(s) en tête d'affiche ne sont pas plus volumineuses que d'autres.

Ce qui me dérange le plus, ce sont les chroniques d'albums.
(...)


Dans l'éternel débat des mag' papiers encore existant, de mon côté, New Noise et Rock Hard sont le haut du panier.
New Noise pour leur éclectisme qui fait vraiment du bien (j'ai, par exemple, découvert BRUTUS grâce à eux, une de mes plus belle rencontre musicale et mon meilleur concer(...)


Perso je trouve les premieres années de Rock Hard vraiment excellente, apres le magazine n'a plus innové.


J'ai acheté Metallian il y a quelques mois. Des années que je n'avais acheté un magazine papier. J'y ai lu 3 ou 4 interviews corrects (les groupes que j'aime). Ce torchon, bien fichu, a toujours le chic pour interviewer les groupes les plus nazes de la scène métal. Il empeste toujours l'extensi(...)


S'il n'y avait que l'alcool hein...


Hard Force, Hard N Heavy et Hard Rock mag c'était de la bombe dans les années 90.

Rock Hard c'était genial dans les années 2000.

Aujourd'hui Rock Hard et Metallian sont les survivants et fond le minimum je trouve, mais vu qu'il n'y a plus que eux...


Je comprends pas ce qu'il fou, il commence à jouer pour aller ensuite dans le public WTF...

Ca va mal.


Ouais une grosse pensée pour l'équipe qui tourne avec lui et qui subi cela, c'est vraiment triste.


Une vidéo du naufrage... https://www.youtube.com/watch?v=uYzzyxDHkc0


Les mags étrangers, lisant difficilement l'anglais, tu comprendras que je m'en cogne avec une certaine force.

Oui j'ai connu Noise Mag', du temps d'Alex Citram mais je préfère RockHard, même si sa ligne éditoriale penche il est vrai trop sur un certain Hard Rock provenant d'Austral(...)


Ça n'étonnera personne. Ça devait bien arriver un jour. J'ai pas vu d'image mais apparemment il serait carrément tombé de la scène... franchement c'est une bonne chose, c'était au delà du pathétique sur scène (déjà au Motoc l'année dernière). En espérant qu'il soigne vraiment son turb(...)


Ah ben faut pas être trop difficile, à mon humble avis, surtout si on compare avec les mags étrangers (purée, z'avez lu Deaf Forever, Legacy mag, voire en France Noise mag, bien plus complet, même si ça cause pas de metal exclusivement loin de là ? C'est autre chose, niveau qualité et conten(...)


Non, du tout. Les deux groupes se partagent la couverture, c'est tout.


Trust a fait un truc avec Airbourne j'ai pas suivi ?


Je suis fan de ce mag' pour plusieurs raisons, même si je reconnais le côté soft de bien des groupes et un certain penchant virant parfois à l'obsession pour AC/DC (que je n'aime pas particulièrement).

Mais pour peu qu'on ne soit pas un die hard de Metal Extrême (y a Metallian pou(...)