Scarcity

Brave The Cold

02/10/2020

Mission Two Entertainment

Depuis quelques années, on a envie de poser une et une seule question à Mitch Harris : « Mais qu’est-ce que tu branles bordel ??? ».

Tout a commencé par une implication de plus en plus éparse au sein de son groupe principal NAPALM DEATH, au point de ne même plus le voir sur les photos promo et d’être absent du dernier album, ensuite, la sortie plus que louche d’un album tout moisi de DEFECATION qu’il a dénoncé lui-même dans un communiqué de presse virulent comme étant une « arnaque totale indépendante de sa créativité », avant que finalement, un silence en lourde chape de plomb ne l’enterre dans les tréfonds de l’actualité. On avait bien quelques bruits de couloir depuis deux ans, concernant une possible association avec un autre grand nom de l’extrême, mais on connaît la fiabilité des bruits de couloir et la durée de vie de ces rumeurs souvent nées un soir d’euphorie. Mais la réponse à cette fameuse question initiale vient d’être donnée par le label américain Mission Two Entertainment, qui annonce à grand renfort de manchettes la sortie du premier LP de BRAVE THE COLD, qui n’est rien de moins que la première carte postale musicale viable que le musicien nous adresse depuis très longtemps. Les rumeurs d’une association avec le batteur fou des Muppets Dirk Verbeuren étaient donc fondées, et le batteur de MEGADETH a donc bien fait équipe avec le guitariste des RIGHTEOUS PIGS pour élaborer un nouveau répertoire de morceaux tous plus impitoyables les uns que les autres. La joie de retrouver l’un des musiciens les plus attachants et versatiles de sa génération était évidemment immédiatement nuancée par le doute sur la viabilité du projet, bien qu’une collaboration entre Mitch et Dirk ne pouvait aboutir qu’à un massacre intégral. Et finalement, en dépit de possibilités individuelles exceptionnelles, les deux musiciens ont choisi l’approche la plus idoine qui soit, en considérant ce premier tome de l’aventure BRAVE THE COLD comme une récréation ludique et bordélique, lui conférant de fait un charme immédiat et un pouvoir d’attraction total.

Evidemment, les préoccupations conceptuelles de Mitch sont toujours les mêmes. Une dystopie faite de restrictions, de bannissement des libertés individuelles, de monde gangréné par la pollution, d’injustices flagrantes, et d’une existence stérile régie par des principes d’obéissance et de résignation face au pouvoir totalitaire en place. De fait, la production toujours bombastic et un peu stérile de Logan Mader sert admirablement bien le projet, qui sonne comme un cri de révolte Industriel assez proche parfois d’un VOÏVOD revanchard, comme en témoigne le superbe et dissonant « Retrograde », assez proche d’un crossover entre deux œuvres majeures des canadiens, Angel Rat et Negatron. Loin de recycler ce qu’il a déjà proposé au sein de NAPALM DEATH, RIGHTEOUS PIGS, DEFECATION ou MEATHOOK SEED, Mitch reste quand même fidèle à ses styles de prédilection, aidé en cela par le batteur le plus phénoménal de ces quinze dernières années, qui s’en donne à cœur joie dans les blasts mais qui fait aussi preuve d’une grande finesse de frappe dans les moments les plus nuancés. Et cette voix de sorcière qui résonne dans le lointain comme un orale d’infortune ne fait qu’accentuer le côté sombre et mystique du projet, comme si Harris proposait un pèlerinage sur des terres futures pas vraiment accueillantes. Dans les faits, et avec honnêteté, Scarcity n’est pas la révolution artistique que nous étions en droit d’attendre de musiciens de cet acabit. Et je serais tenté de dire que c’est préférable, désacralisant un projet qui n’a pas besoin d’être porté au pinacle, mais bien apprécié pour ce qu’il est : une violente tranche d’extrême, salement bien composée, et interprétée avec les tripes. Mais sous des atours de simplicité, les compositions sont plus travaillées et alambiquées qu’elles ne le paraissent au prime abord, et une réussite absolue de la trempe de « Refuge » démontre que Mitch n’a pas perdu son flair Indus en route, toujours aussi à l’aise dans le genre qui s’accorde très bien de ses riffs étranges et biscornus, comme à la grande époque de MEATHOOK SEED. De plus, l’album est truffé de petites mélodies robotiques et futuristes, et prend des airs d’œuvre d’anticipation très crédible. Et le résultat est inévitable : on prend son pied, on s’éclate totalement, et on danse la gigue sur des hymnes que le NAPALM DEATH le plus récent aurait pu faire siens (« Necromatrix »).

Il faut l’admettre comme vérité, une vérité paradoxale, en ne cherchant pas le bouleversement des données, Mitch et Dirk ont créé un album qui se déguste comme un avenir bien pourrave, mais qui sur le moment donne des indications sur la marche à suivre. Etrangement avant-gardiste dans sa simplicité, Scarcity ressemble à un LP de STRAPPING YOUND LAD capturé à cheval par des rebelles, et remis en selle après une reconstruction de fortune. On sent le même désir de violence positive dans la négativité, les mêmes possibilités de la part de deux compositeurs certes éloignés par le style mais pas par le talent, et des titres aussi radicaux que « Shallow Depth » apportent une plus-value extraordinaire à un tracklisting déjà riche. Entre bourrasques Grind jubilatoires, accalmies Crust en mid tempo que Dirk truffe de ses fills diaboliquement fluides, interruptions par intermittence Indus qui confèrent une aura « mécanique » à l’ensemble, ce premier fruit d’une collaboration pas si incongrue que ça est un achèvement de première classe, et excuse amplement la discrétion de Mitch Harris ces dernières années. On pourrait pourtant en douter en écoutant « Blind Eye », premier titre un peu facile qui utilise les codes vocaux d’ATHEIST pour imposer un up-tempo certes catchy, mais pas vraiment inspiré. Heureusement, cette impression de va-vite est très rapidement dissipée, et si la première partie de l’album reste la plus convenue de l’ensemble, elle laisse très vite la place à des morceaux beaucoup plus conséquents et surprenants, malgré le caractère ludique de ces deux ou trois premiers morceaux plus instantanés que le reste de l’œuvre.

Son impeccable, attitude rigide de la guitare de Mitch, direction artistique réfléchie, le bonheur de retrouver nos deux acolytes en grande forme est total, et ce premier jet de l’aventure BRAVE THE COLD est admirable de fun. En combinant toutes leurs influences, les deux musiciens ont accouché d’un monstre sympathique, un peu velu sur les bords mais plus doux que ses congénères, et adorable dans son humilité. On sent que Dirk et Mitch ont avant tout souhaité se faire plaisir et NOUS faire plaisir, et entre des boucheries Crust/D-beat comme « Dead Feed », et des ambitions plus prononcées sur « Upheaval », Scarcity reste LA grande surprise de cette rentrée, de ces albums qui ne paient pas de mine au départ, mais qui relèguent la concurrence à des années lumières de charbon. Merci Mitch de te rappeler à notre bon souvenir, mais s’il te plaît, manifeste toi un peu plus souvent.       

                                                 

Titres de l’album:

1. Blind Eye

2. Hallmark of Tyranny

3. Monotheist

4. Retrograde

5. Apparatus

6. Dead Feed

7. Upheaval

8. Refuge

9. Necromatrix

10. Shallow Depth

11. Shame And Ridicule


Facebook officiel


par mortne2001 le 02/10/2020 à 17:01
88 %    558

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Kraftwerk 3 D

RBD 14/05/2022

Live Report

Mosh Fest 7

RBD 12/05/2022

Live Report

The Exploited + Fat Society + F.O.M.

RBD 27/04/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 1

mortne2001 25/04/2022

La cave

DEFICIENCY : entretien avec Laurent Gisonna (guitare/chant)

Chief Rebel Angel 20/04/2022

Interview

Author and Punisher + Mvtant + HAG

RBD 10/04/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Kaleidobolt + Sacri Monti 24/05 : Shop , Chalons-en-champagne (51)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Amer Smashed Pils

Un petit côté Archgoat qui n’est pas dégueu ! Les Estoniens sont forts… 

18/05/2022, 20:34

Kairos

Le groupe s'appelle tout de meme fromage de bite de bouc. L'imagination des groupe de metal m'etonnera toujours

18/05/2022, 19:41

xghx

Toujours aussi naze.

18/05/2022, 16:04

Krohr

@KanelsBack : Elle a déjà eu lieu ^^

18/05/2022, 15:52

KaneIsBack

Yes ! Merci pour la découverte ! J'adore ces groupes type War Metal avec des boucs et des cartouchières partout. Là, c'est bourrin et raw comme il faut avec juste la petite dose de maîtrise qui empêche le tout de sombrer dans le n'importe quoi.

18/05/2022, 14:42

KaneIsBack

@Krohr : pas de soucis   L'important est que l'album tue. Une petite tournée Sacrifizer / Bütcher / Hexecut(...)

18/05/2022, 14:33

Krohr

@KanelsBack : autant pour moi, je suis tombé sur le skeud avec les titres bonus... ce qui fait que ça dépasse le format initial qui est en effet un EP.

17/05/2022, 20:38

KaneIsBack

"La mort triomphante" était un EP, "Le diamant de Lucifer" sera

17/05/2022, 15:59

RBD

Avec un nouvel album il y a trois ans, Opprobrium semblait décidé à repartir. Ce retour inattendu le confirme. S'il pouvait apporter un peu de pêche, c'est tout ce qu'il faudrait.

17/05/2022, 12:45

Krohr

Merci pour la découverte ! En effet, dans la même veine sanguinolente que Hexecutor ou Bütcher.Je suis allé yeuter leur biographie, pour info : "Le Diamant de Lucifer" sera leur deuxième album, le premier étant "La Mort Triomphante"(...)

17/05/2022, 12:28

metalrunner

Super new vite du live

17/05/2022, 11:33

Jus de cadavre

Tuerie ! ! ! Bon les mecs ne sont pas des lapins de 6 semaines, mais bordel, quelle maturité pour un premier album ! Un des meilleurs albums de Speed depuis fort longtemps selon moi !

16/05/2022, 08:47

RBD

Je continue à prendre des places très à l'avance pour les concerts (ou plus exactement les tournées) que je veux absolument voir. Et avec les reports consécutifs, on arrive à des délais de cabourd ! Et parfois les annulations des uns permetten(...)

15/05/2022, 01:03

RBD

C'est un festival de format quasi-familial entre connaisseurs, quelques dizaines de passionnés qui se lâchent ensemble chaque année pour le plaisir des groupes qui participent. Ils sont tellement extrêmes qu'ils ont rarement l'occasion de réunir aut(...)

15/05/2022, 00:50

Crouton

Plus de concert pour moi, trop cher, plus motivé pour passer une soirée debout dont la moitié à me faire chier devant des premières parties qui ne plaisent pas, le prix des conso, du merch et une prestation pas toujours de qualité quand c'est pas l&a(...)

14/05/2022, 12:35

Crouton

Les grands méchants metalleux satanistes qui fuient au premier crachat d'un chrétien.

14/05/2022, 12:22

Sphincter Desecrator

Juste ne pas tomber dans l'excès... Réserver les concerts du mois en cours, un peu plus tôt pour les trucs les plus attendus et pour lesquels on sait que ça sera tendu, ça me paraît raisonnable.Mais toujours courir après l'év&(...)

13/05/2022, 20:36

Gargan

Je crois par ailleurs que Nougaro avait chanté une ôde à leur sujet, ô Tulus, un truc comme ça.

13/05/2022, 13:14

grinder92

Escroquerie absolue ou influence parfaitement intégrée ?Franchement, y'a des riffs qui sont quand même très très très proches de certains riffs de Carcass (périodes Necro / Heartwork / Swansong) ! Et la prod est aussi lourde que sur Heartwork, (...)

13/05/2022, 10:04

Humungus

"Tu ne vas pas avancer 12 places à 40€ et six mois d'avance, avec de toute façon le risque que ça soit quand même annulé"Typiquement mon cas.Avant le Covid, je prenais régulièrement mes places plusieurs mois à(...)

13/05/2022, 06:46