Eternity of Shaog

Esoctrilihum

22/05/2020

I, Voidhanger Records

Y a pas d'café, pas de coton, pas d'essence, en France, mais des idées, ça on en a nous on pense

J’espère que Michel Sardou ne m’en voudra pas d’avoir emprunté ces quelques lignes de texte à son séminal « Le Temps des Colonies », et bien que les dites colonies aient disparu depuis longtemps, l’esprit de débrouille est resté. C’est vrai, en France, nous n’avons pas grand-chose à part notre gastronomie et notre industrie de luxe, mais nous pouvons nous targuer d’avoir un réservoir de musiciens parmi les plus créatifs du monde. L’exemple d’aujourd’hui en est un fameux, qui plus est soutenu par la célèbre écurie italienne I, Voidhanger qui n’a pas l’habitude de signer le premier clampin venu.  Mais Asthâghul n’est justement pas le premier clampin venu, loin de là, et la tête pensante d’une des créatures les plus étranges de l’underground, mais aussi l’une des plus productives. Alors que le projet ESOCTRILIHUM n’a vu le jour qu’en 2017, nous fêtons déjà le cinquième album de la bête, qui pond avec une régularité effarante. Pas moins de deux longue-durée en 2018, ce qui en dit long sur la verve de cet auteur terriblement attachant, mais aussi méchamment mystérieux. Peu amène en biographie et déclarations tapageuses, ce compositeur de l’ombre affiche donc une belle santé en termes de créativité, et revient donc en 2020 avec un autre pamphlet. Et le terme est choisi à dessein, puisque sa nouvelle livraison dépasse encore l’heure de jeu, avec des morceaux complexes, riches, des intitulés cryptiques à rallonge, et des ambiances prenantes et délicatement embrumées. Mais au-delà de la productivité, c’est la constance qu’il faut noter concernant ESOCTRILIHUM, puisqu’en trois ans et cinq albums, le concept ne s’est jamais vraiment répété. Ayant débuté son parcours sous des auspices Black symphoniques, puis ayant tâté du Psychédélisme outrancier, Asthâghul propose aujourd’hui une sorte de melting-pot de sa propre carrière, un résumé presque exhaustif, mais qui ouvre aussi d’intéressantes perspectives sur l’avenir. A quel niveau ? Pour le savoir, il faudra pénétrer les arcanes obscurs d’Eternity of Shaog, qui ne se révèle pas à la première écoute comme n’importe quelle catin extrême aux cuisses prestes.

Avec pas moins de la moitié de l’album atteignant ou dépassant les sept minutes, ce cinquième volet nécessite une attention particulière, comme d’habitude. Reprenant les bases de ce qui a fait son art, Asthâghul continue son exploration des abysses du Black/Death le plus incorruptible, mais toujours perméable à une instrumentation hétéroclite. Outre cette infatigable batterie programmée, cette guitare qui tourne sans discontinuer, et ce chant lointain et strident, on retrouve au menu de cette réalisation du violon, du kantele, mais surtout, des arrangements biscornus, des tournures peu orthodoxes, et des cheminements légèrement tordus. En gardant cette optique progressive dans la violence, le compositeur s’offre donc une nouvelle preuve d’originalité qui pourtant ne nuit pas à la cohésion, bien au contraire. Toujours aussi particulier dans son approche, aussi grandiloquent qu’intimiste, le musicien tisse une toile d’émotions complémentaires et contraires, soufflant le chaud et le froid, et confrontant des passages d’une rare bestialité à des brisures extrêmement délicates. On apprécie toujours autant ces nuances et cette dualité qui s’incarne principalement sur les inserts les plus longs et ambiancés, à l’image de cet hypnotique « Thritônh (2nd Passage: The Colour of Death) » qui ne ressemble pas au tout venant de la production actuelle. Certes, une fois encore, ESOCTRILIHUM ne s’adresse pas à tout le monde. Avec son parti-pris à la croisée des chemins, ses blasts tempétueux, ses breaks oniriques, son instrumentation en décalage, et ses humeurs changeantes, l’album est encore un cas à part, qui rebutera sans doute les amateurs de classicisme, hermétiques à ces atmosphères étranges et délétères, mais fera le bonheur des passionnés de musique extrême osée et risquée. Car si « Orthal » joue la franchise d’un BM nineties à peine adapté de quelques gimmicks personnels, « Exh-Enî Söph (1st Passage: Exiled from Sanity) » entame le vrai voyage sans prendre de gants. Les comparaisons pourraient aller bon train, de DODECAHEDRON à BLUT AUS NORD, en passant par DEATHSPELL OMEGA ou ÆVANGELIST, mais elles ne serviraient que de balises génériques bien peu à même de décrire avec acuité le talent d’Asthâghul.

ESOCTRILIHUM, c’est à chaque fois le paquet surprise, la valise remplie de vieilles bobines huit millimètres qu’on installe avec appréhension sur le projecteur sans savoir ce qui nous attend. En l’occurrence, la séance de visionnage auditive 2020 nous réserve des moments de beauté trouble, à l’instar de ce « Shtg (4th Passage: Frozen Soul) » qui ressemble à s’y méprendre à des souvenirs familiaux enfouis dans le passé, et revenant à la vie en quelques notes d’un piano nostalgique. Toujours aussi doué pour naviguer à vue le long de sa propre inspiration, Asthâghul ne nous déçoit pas de sa vision, et prolonge celles déjà exposées par le passé. Certes, encore une fois, tout n’est pas pertinent, la production est un peu erratique avec des montées en puissance soudaines et quelques faiblesses de mixage, certains riffs sonnent légèrement formels, et un ou deux morceaux ne sont pas à la hauteur du reste du répertoire, mais globalement, et malgré plus d’une heure de musique, Eternity of Shaog tient largement la route, même lorsqu’il suit celle du BATHORY le plus emphatique (« Amenthlys (5th Passage: Through the Yth-Whtu Seal) » qui pendant quelques minutes se replonge dans le passé). L’orchestration iconoclaste n’est pas toujours heureuse non plus, à tel point qu’au casque, on a parfois le sentiment d’écouter deux titres différents joués simultanément (je me suis surpris à enlever mes écouteurs pour vérifier), mais elle apporte une réelle plus-value à des chansons épiques, terriblement sourdes et graves (« Shayr-Thàs (6th Passage: Walk the Oracular Way) », l’une des plus glauques de l’ensemble). En aménageant parfois des espaces de cruauté terrifiants (« Namhera (7th Passage: Blasphemy of Ephereàs) ») Asthâghul valide le label Death qui lui colle à la peau depuis ses débuts, et finalement, bien que clairement estampillé BM, ce nouvel épisode de la saga ESOCTRILIHUM échappe à bien des étiquettes.

Je ne saurais encore dire s’il s’agit du pic de créativité d’une carrière qui ne fait que commencer, ce qu’on oublie parfois au vu de sa productivité. Mais en gommant les quelques erreurs trop psychédéliques de ses efforts précédents, et en recentrant sa conception sur l’opposition entre la grandiloquence et la pudeur, ESOCTRILIHUM livre son album le plus personnel et le plus touchant. Ce qui est une performance rare dans ce genre de créneau d’ultraviolence.        

               

Titres de l'album :

01. Orthal

02. Exh-Enî Söph (1st Passage: Exiled from Sanity)

03. Thritônh (2nd Passage: The Colour of Death)

04. Aylowenn Aela (3rd Passage: The Undying Citadel)

05. Shtg (4th Passage: Frozen Soul)

06. Amenthlys (5th Passage: Through the Yth-Whtu Seal)

07. Shayr-Thàs (6th Passage: Walk the Oracular Way)

08. Namhera (7th Passage: Blasphemy of Ephereàs)

09. Eternity of Shaog (∞th Passage: Grave of Agony)

 10. Monotony of a Putrid Life in the Eternal Nothingness


Facebook officiel


par mortne2001 le 20/11/2020 à 18:41
80 %    89

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire


L'Apache
membre enregistré
21/11/2020, 09:08:49

Je m'étonnerais toujours de voir que ESOCTRILIHUM est si méconnu en France et à l'étranger, alors que c'est surement l'un des meilleurs artistes du territoire. Vraiment pas assez connu, chaque sortie est une pure claque qui redouble d'originalité, il est dans mon top de fin d'année, même si mon album préféré reste The Telluric Ashes of the Ö Vrth Immemorial Gods.


Gargan
@86.233.96.236
21/11/2020, 17:02:43

Ptètre un problème de pochettes moches.

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Future World

mortne2001 23/11/2020

From the past

Voyage au centre de la scène : les fanzines

Jus de cadavre 22/11/2020

Vidéos

Rammstein 2005 (Volkerball)

RBD 16/11/2020

Live Report

At The Mill _ Live Stream Performance

Simony 07/11/2020

Live Report

Dahey OWM

Simony 01/11/2020

Interview

Fear Factory + Misery Index 2006

RBD 28/10/2020

Live Report

Antibody

mortne2001 19/10/2020

From the past
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
JTDP

@RBD : merci pour cette précision. Je me disais bien aussi qu'elle lui ressemblait étrangement...

23/11/2020, 14:05

RBD

L'illustration a été retouchée après reprise de celle de l'album "Y" du groupe Suisse Borgne (Black Indus bien malsain), qui est sorti un peu plus tôt dans l'année, pendant le confinement.

23/11/2020, 13:24

Humungus

AAAAAAAAAAAAHHHHHH !!! !!! !!!IRON MAN PUTAIN !!! !!! !!!Groupe de Doom aussi essentiel à mon sens que SAINT VITUS, PENTAGRAM ou autre TROUBLE !Achat obligatoire.

23/11/2020, 10:46

grinder92

Pour ceux que cela intéresse, un reportage sur Josh Foreman qui a créé la sculpture ayant servi pour la pochette : 

23/11/2020, 09:42

L'Apache

Encore une super vidéo !!! C'est vrai que le Fanzine à l'air de revenir à la mode. D'ailleurs ce qui est étonnant c'est que tu les payes souvent plus cher qu'avant à ou une époque où on serait sensé les payer moins c(...)

23/11/2020, 08:53

Gargan

J'avais bien accroché sur l'extrait précédent avec Momoa (!), mais là c'est trop court pour installer quoique ce soit et dark-fu bis avec les bpm et les murs de grattes. Bof.

23/11/2020, 08:51

JTDP

"certes, les bordelais jouent du Death à la suédoise, merci pour l’avertissement en amont" : mais de rien, toujours un plaisir !

23/11/2020, 01:44

Jus de cadavre

Écouté proprement au casque ce matin : une tuerie de A à Z. Carrément meilleur que le premier qui était déjà bien bon pourtant !Clairement un des albums de l'année.

22/11/2020, 15:28

Jus de cadavre

Bien cool une fois de plus ! Vla la collection de zines   !Je ne sais pas si il y a comme un revival fanzine en ce moment (...)

22/11/2020, 15:21

Kerry King

Maniac le premier chanteur avant Dead était un peut dérangé aussi non ?Ilse scalpé aussi sur scène non ?

22/11/2020, 13:19

Invité

N'empêche que la pochette est dégueu !

22/11/2020, 10:36

LeMoustre

Vus live, y'avait un petit côté Dismember pas dégueu, mais c'était il y a 3 ou 4 ans, ils ont bien progressé, si j'en crois ces deux extraits, beaucoup moins scolaires. Achat envisagé, du coup, à la lecture et à l'é(...)

22/11/2020, 10:24

POMAH

Putain déjà   

21/11/2020, 18:51

POMAH

Je vois ce que tu veux dire L'Apache, mais ce n'est pas parce que l'on vend bcp ou que l'on adulé par masse de fans que l'on fait de la bonne merde, pardon musique hahaha feat justin Biberon par exemple ... C'est vrai que les trves de ch(...)

21/11/2020, 18:48

POMAH

Pis je tiens à rajouter qu'ici personne ne prône ou ne fait l'apologie d'un crime répréhensible par la loi. 

21/11/2020, 18:44

Pomah

Non mais oh je me tais si je veux. Ce qu'il faut pas lire... Crois moi mon gars j'ai pas attendu que tu me fasse la moral pour être bien sur contre la pédocrimimalité, le racisme etc... Que tu le veuille ou non ici on à le droit d'e(...)

21/11/2020, 18:41

Gargan

Ptètre un problème de pochettes moches.

21/11/2020, 17:02

Gargan

Prod de dingue, mais surtout ce qui m'étonne, c'est de voir le sieur Helwin très éloigné de ses 300 bpm avant d'avoir pris sa banane et son café.

21/11/2020, 16:57

L'Apache

Il y a pas a chier MGLA, est une des révélations black de la décennie (à mon humble avis). Exercices In Futility est clairement un album qui est génial de bout en bout. Quand bien même ils ne seraient pas originaux, ils auront eut le mérite d'&(...)

21/11/2020, 09:50

L'Apache

Je m'étonnerais toujours de voir que ESOCTRILIHUM est si méconnu en France et à l'étranger, alors que c'est surement l'un des meilleurs artistes du territoire. Vraiment pas assez connu, chaque sortie est une pure claque qui redouble d'originali(...)

21/11/2020, 09:08