Bon, nous allons partir du principe que cet après-midi, l’ennui vous ronge et que l’apathie vous gagne. Pourquoi ? Parce que j’ai déniché le 7’’ capable de vous réveiller pour le reste de la journée, et même vous donner suffisamment la pêche pour tenir jusqu’au bout de la nuit.

Quel genre ?

Très bonne question.

Multiples. Un peu de Hardcore, un soupçon de Metalcore, un poil de Deathcore, quelques pincées de Grind, mais surtout, une énergie globale tout bonnement impressionnante, et un rendu qui transforme quatre-vingt-dix-neuf pour cent de la production brutale actuelle en prospectus pour les témoins de Jéhovah.

Tout ça vous semble un poil euphorique et excessif ? Pourtant, c’est la plus stricte vérité.

Partons pour cela du côté de Phoenix, Arizona, histoire d’y rencontrer un quatuor pas né de la dernière pluie, mais qui la fait tomber version acide qui crame le crane et laisse les os en joli tas de cendres fumantes. Rich (chant), Drew (guitare), Kiel (basse) et Brian (batterie) forment l’entité WOUNDVAC, qui a déjà à son actif un bon paquet de réalisations, dont quelques EP et splits.

Visiblement, le groupe est né aux alentours du début des années 2010, et poursuit depuis son chemin de façon trop confidentielle, puisque cet Infamy qui n’est est assurément pas une est la première sortie dont j’entends parler.

Mais gageons que si vous aussi posez vos oreilles dessus, vous en retiendrez le nom, et surtout le contenu.

Sept morceaux pour dix-sept minutes de Metal en fusion dopé de Hardcore en béton, c’est bien chargé pour un simple, qui plus est disponible en NYP sur le Bandcamp de ces gredins.

Cinq titres « officiels », plus deux bonus, dont une reprise tonitruante de PANTERA, « Suicide Note Pt.2 », soit un des morceaux les plus smooth de feu la bande à Anselmo, c’est largement suffisant pour juger du potentiel énorme de cette troupe qui envoie la sauce encore plus brutalement qu’un schizophrène VRP en ketchup souffrant d’épilepsie.

J’avoue avoir rarement entendu telle déflagration, qui outre sa puissance est d’une précision rare, et se permet de toiser de la tête et des épaules tous les styles les plus virulents de l’extrême, sans jamais tomber dans l’excès stérile.

Tout commence par deux gros bourre-pif bien compressés, avec en entame un « Dwell », qui sonne comme un énorme crossover entre la rage technique de SUFFOCATION et la haine viscérale du PANTERA le plus tardif, boosté par une saine colère MACHINE HEAD passée au broyeur des ressentiments. « A Remedy So Vile », dure à peine plus longtemps, mais se veut encore plus intense, et impose un speed tempo irrésistible, qui rapproche les WOUNDVAC d’une version synthétisée des DYING FETUS tapant le bœuf avec les TRAP THEM, ce qui en dit long sur l’animosité de ces types…Break massif et bien lourd, gardant le groove sous le coude pour un riff épais et gluant comme de la bile giclant sur un trottoir en ciment, vocaux hurlés comme une mise en garde de chien pas forcément bien réveillé, c’est hallucinant, d’autant plus que « Eternal Betrayer » prend la suite sans calmants pour une démonstration de Deathcore/Grind/Techno Death sans ambages et avec dommages…collatéraux.

Violent, suintant de méchanceté, en trois morceaux seulement, Infamy s’impose et dépose le bilan d’un Metal extrême mais entraînant, comme le prouve le riff de cette troisième saillie, qui largue un gros boogie avant que les blasts ne nous arrachent les neurones en un geste précis.

Pratiquement exsangues au bout de cinq minutes, il faut encore trouver la force d’affronter « Bringers Of Carrion » qui ne calme en rien la donne, et nous injecte suffisamment de méthadone Hardcore/Grind pour que notre corps supporte la pression, alors que le title-track accélère encore plus le rythme et démultiplie les chœurs et hurlements, pour une dernière charge « officielle ».

Pour vous faire une image sonore de ce qui vous attend, imaginez l’intensité d’un THE KILL augmentée d’une épaisseur à la THROES, et vous approcherez la vérité absolue de cette musique qui tout en restant d’une précision implacable vous souffle dans les oreilles comme une tornade Core infernale.

Production gigantesque qui n’étouffe pas les fréquences, parties qui s’enchaînent dans une folie douce en vous entraînant dans la danse, chant qui vocifère et vitupère comme un possédé en cage de fer, et section rythmique solide et inventive, qui laisse même une basse évolutive partir seule dans son coin.

Vous entendez ? Même de loin ?

C’est normal, c’est fait pour, et ça marche.

En bonus, la fameuse reprise de PANTERA qui fait honneur à la boucherie sudiste de l’original, en accentuant son ultraviolence pour la transformer en überviolence, plus un très distrayant « Savage Kin », très Hardcore et même plus proche des racines que le reste du répertoire, et moins de deux minutes de pogo.

Pour un 7’’, l’affaire est solide, très. Cet Infamy n’est rien de moins que la claque Core du mois de février, dans un style qui ne supporte pas la demi-mesure.

Autrement dit, WOUNDVAC est un nom à retenir, si jamais d’aventure, un jour, vous souhaitiez adopter un pitbull musical qui n’hésitera pas à vous gnaquer les boules.

Ah, et l’objet est dispo en version vinyle à un prix tout à fait raisonnable. Alors, c’est OK où j’appelle la SPA ?


Titres de l'album:

  1. Dwell
  2. A Remedy So Vile
  3. Eternal Betrayer
  4. Bringers of Carrion
  5. Infamy
  6. (Bonus Track) Savage Kin
  7. (Bonus Track) Suicide Note Pt. 2 (Pantera Cover)

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 08/03/2017 à 17:36
85 %    381

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Hypnotic Drive

Road Rage

Vulcain

Studio Albums 1984 - 2013

Bloody Alchemy

Reign Of Apathy

Soothsayer

Death Radiation

Asphodèle

Jours Pâles

Picture

Wings

Birdeatsbaby

The World Conspires

Airbourne

Boneshaker

The Deathtrip

Demon Solar Totem

Shadow Limb

Burn Scar

Denner's Inferno

In Amber

Sorcery

Necessary Excess of Violence

Voyager

Colours In The Sun

Cyhra

No Halos In Hell

Mur

Brutalism

Nocturnal Breed

We Only Came for the Violence

Work Of Art

Exhibits

Deceitome

Flux of Ruin

Risen Prophecy

Voices from the Dust

Desolation

Screams of the Undead

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

MORTUARY, Interview avec Patrick (Chant) et Jean-Noël (Basse)

youpimatin / 05/11/2019
Brutal Death Metal

Nesseria + Stuntman

RBD / 01/11/2019
Hardcore

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

En effet Mr Bungle n'en sera pas, ce qui du coup rend l'affiche bien moins alléchante voire même sans réel intérêt notable (la plupart des groupes pouvant être vus ailleurs).


Normal ça, moi pas savoir me servir de la ponctuation !
Tu as écrit : "Malheureusement, tous les groupes apparaissant sur celle-ci ne seront pas présent en 2020"... et apparemment cela devrait être le cas de Mr Bungle.


Pour surfer sur la vague du film, qui bâcle l'après 1989.


J'ai lu la news.
J'ai ri.


Pathétique, mais pas étonnant de leur part. A mon avis tout cela était planifié de très longue date...


J'adore le groupe mais ces histoires de tournée d'adieu puis de tournée de retour sont tellement ridicules. Là, avec ces conneries de contrat en plus, on touche le fond.


Désolé Buck Dancer, mais j'ai rien compris à ta phrase...


Ah ah ah !
Qui l'eût cru hein ?!
Pis cette affiche… Manque plus que RATT pour me voir combler (SIC !!!).


Belle chronique. La conclusion est superbe. Il s'agit effectivement d'un très bel album, sombre mais dont l'élan musical n'empêche pas l'espoir. Thématiquement, surtout pas musicalement, je le rapprocherai étonnamment des derniers Hangman's Chair, pour le côté urbain désespéré. J'y retrouv(...)


Humungus et MR BUNGLE dois faire partie de ces groupes qui ne seront pas présent...Ou alors des dates supplémentaires commencent à s'ajouter ? Mais d'après Patton seulement les concerts aux Etats-Unis sont prévus .


Autre précision (et de taille !), cette affiche est une pure spéculation d'il y a plus d'un mois du site Musicall.
Malheureusement, tous les groupes apparaissant sur celle-ci ne seront pas présent en 2020...


Et bien il n'est nullement question de timing dans cette news, non ?
Merci par contre pour la précision pour la journée du jeudi que je n'avais pas vu ;)


Je ne voudrais pas vous faire peur mais le festival ne se déroule pas sur 3 jours mais su 4, à savoir du 18 au 21 !
Et le timing n'est pas encore dispo, on sait juste qui jouera quel jour.

https://www.graspop.be/nl/line-up/schedule/vrijdag/


+1.


Enorme la pochette. Et l'album sans être une tuerie, s'écoute ma fois sans sourcilier...


JTDP +1.
Tu m'as d'ailleurs devancé de quelques minutes car tu as posté pendant que j'écrivais justement ceci :
Limite surprenant que l'on déblatère autant de la presse papier spécialisée sur la toile non ?
Preuve que cette dernière a encore tout son sens je trouve.
P(...)


Dernière phrase pleine de bon sens, mon cher. C'est quand tu vois les mags étrangers que tu comprends mieux les écarts.


"Bon, en même temps, pas simple de faire déplacer des mecs qui doivent pas se payer des masses"

Ah ben, je crois même que la grande majorité ne se payent pas du tout...

Pour Rock Hard et la "Metaltèque Idéale", si je ne me trompe pas, c'est surtout une opération com(...)


Clair que les 2 points faibles de Metallian sont la compétence des chroniqueurs et les questions aux ITW, faites par mail à 90%. Bon, en même temps, pas simple de faire déplacer des mecs qui doivent pas se payer des masses. Pour les kros, c'est pourtant pas compliqué en quelques lignes (d'aille(...)


@JTDP, +1 concernant Metallian et son aspect fanzine.

C'est clair que certaines interviews sont mal branlées et que celles du ou des groupe(s) en tête d'affiche ne sont pas plus volumineuses que d'autres.

Ce qui me dérange le plus, ce sont les chroniques d'albums.
(...)