Bon, nous allons partir du principe que cet après-midi, l’ennui vous ronge et que l’apathie vous gagne. Pourquoi ? Parce que j’ai déniché le 7’’ capable de vous réveiller pour le reste de la journée, et même vous donner suffisamment la pêche pour tenir jusqu’au bout de la nuit.

Quel genre ?

Très bonne question.

Multiples. Un peu de Hardcore, un soupçon de Metalcore, un poil de Deathcore, quelques pincées de Grind, mais surtout, une énergie globale tout bonnement impressionnante, et un rendu qui transforme quatre-vingt-dix-neuf pour cent de la production brutale actuelle en prospectus pour les témoins de Jéhovah.

Tout ça vous semble un poil euphorique et excessif ? Pourtant, c’est la plus stricte vérité.

Partons pour cela du côté de Phoenix, Arizona, histoire d’y rencontrer un quatuor pas né de la dernière pluie, mais qui la fait tomber version acide qui crame le crane et laisse les os en joli tas de cendres fumantes. Rich (chant), Drew (guitare), Kiel (basse) et Brian (batterie) forment l’entité WOUNDVAC, qui a déjà à son actif un bon paquet de réalisations, dont quelques EP et splits.

Visiblement, le groupe est né aux alentours du début des années 2010, et poursuit depuis son chemin de façon trop confidentielle, puisque cet Infamy qui n’est est assurément pas une est la première sortie dont j’entends parler.

Mais gageons que si vous aussi posez vos oreilles dessus, vous en retiendrez le nom, et surtout le contenu.

Sept morceaux pour dix-sept minutes de Metal en fusion dopé de Hardcore en béton, c’est bien chargé pour un simple, qui plus est disponible en NYP sur le Bandcamp de ces gredins.

Cinq titres « officiels », plus deux bonus, dont une reprise tonitruante de PANTERA, « Suicide Note Pt.2 », soit un des morceaux les plus smooth de feu la bande à Anselmo, c’est largement suffisant pour juger du potentiel énorme de cette troupe qui envoie la sauce encore plus brutalement qu’un schizophrène VRP en ketchup souffrant d’épilepsie.

J’avoue avoir rarement entendu telle déflagration, qui outre sa puissance est d’une précision rare, et se permet de toiser de la tête et des épaules tous les styles les plus virulents de l’extrême, sans jamais tomber dans l’excès stérile.

Tout commence par deux gros bourre-pif bien compressés, avec en entame un « Dwell », qui sonne comme un énorme crossover entre la rage technique de SUFFOCATION et la haine viscérale du PANTERA le plus tardif, boosté par une saine colère MACHINE HEAD passée au broyeur des ressentiments. « A Remedy So Vile », dure à peine plus longtemps, mais se veut encore plus intense, et impose un speed tempo irrésistible, qui rapproche les WOUNDVAC d’une version synthétisée des DYING FETUS tapant le bœuf avec les TRAP THEM, ce qui en dit long sur l’animosité de ces types…Break massif et bien lourd, gardant le groove sous le coude pour un riff épais et gluant comme de la bile giclant sur un trottoir en ciment, vocaux hurlés comme une mise en garde de chien pas forcément bien réveillé, c’est hallucinant, d’autant plus que « Eternal Betrayer » prend la suite sans calmants pour une démonstration de Deathcore/Grind/Techno Death sans ambages et avec dommages…collatéraux.

Violent, suintant de méchanceté, en trois morceaux seulement, Infamy s’impose et dépose le bilan d’un Metal extrême mais entraînant, comme le prouve le riff de cette troisième saillie, qui largue un gros boogie avant que les blasts ne nous arrachent les neurones en un geste précis.

Pratiquement exsangues au bout de cinq minutes, il faut encore trouver la force d’affronter « Bringers Of Carrion » qui ne calme en rien la donne, et nous injecte suffisamment de méthadone Hardcore/Grind pour que notre corps supporte la pression, alors que le title-track accélère encore plus le rythme et démultiplie les chœurs et hurlements, pour une dernière charge « officielle ».

Pour vous faire une image sonore de ce qui vous attend, imaginez l’intensité d’un THE KILL augmentée d’une épaisseur à la THROES, et vous approcherez la vérité absolue de cette musique qui tout en restant d’une précision implacable vous souffle dans les oreilles comme une tornade Core infernale.

Production gigantesque qui n’étouffe pas les fréquences, parties qui s’enchaînent dans une folie douce en vous entraînant dans la danse, chant qui vocifère et vitupère comme un possédé en cage de fer, et section rythmique solide et inventive, qui laisse même une basse évolutive partir seule dans son coin.

Vous entendez ? Même de loin ?

C’est normal, c’est fait pour, et ça marche.

En bonus, la fameuse reprise de PANTERA qui fait honneur à la boucherie sudiste de l’original, en accentuant son ultraviolence pour la transformer en überviolence, plus un très distrayant « Savage Kin », très Hardcore et même plus proche des racines que le reste du répertoire, et moins de deux minutes de pogo.

Pour un 7’’, l’affaire est solide, très. Cet Infamy n’est rien de moins que la claque Core du mois de février, dans un style qui ne supporte pas la demi-mesure.

Autrement dit, WOUNDVAC est un nom à retenir, si jamais d’aventure, un jour, vous souhaitiez adopter un pitbull musical qui n’hésitera pas à vous gnaquer les boules.

Ah, et l’objet est dispo en version vinyle à un prix tout à fait raisonnable. Alors, c’est OK où j’appelle la SPA ?


Titres de l'album:

  1. Dwell
  2. A Remedy So Vile
  3. Eternal Betrayer
  4. Bringers of Carrion
  5. Infamy
  6. (Bonus Track) Savage Kin
  7. (Bonus Track) Suicide Note Pt. 2 (Pantera Cover)

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 08/03/2017 à 17:36
85 %    442

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Sons Of Morpheus

The Wooden House Session

Seven Spires

Emerald Seas

The Dues

Ghosts Of The Past

Quiet Riot

Hollywood Cowboys

Angel Witch

Angel Of Light

Vastum

Orificial Purge

Divide

From Seed to Dust

Soul Grinder

The Prophecy of Blight

Silverstage

Heart n’Balls

Surgical Strike

Part of a Sick World

Annihilator

Ballistic, Sadistic

Scratches

Rundown

Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Depraved + Adx + Factor Hate

01/03 : Salle Des Fêtes, Fismes (51)

Napalm Death + Rotten Sound + Eyehategod

03/03 : La Machine Du Moulin Rouge, Paris (75)

Visions Of Atlantis + Chaos Magic + Morlas Memoria

27/02 : Le Grillen, Colmar (68)

+ Putrid Offal + Sublime Cadaveric Decomposition

28/02 : Le Bistrot De St So, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

@Sinii : en effet, c'est ce que j'ai pu lire également (malheureusement je ne sais plus où...)


Tu m'étonnes. Je note la cover réussie de cet album en attendant d'en entendre un premier extrait.


C'est pas le gars de Deathcode Society qui a composé le nouvel album?
Je crois avoir lu ça quelque part...


Grande nouvelle. 2020 sera scène extrême française ou ne sera pas !


Rose Hreidmarr au chant comme pour le précédent album. Pour le reste je sais pas... Pas de line-up annoncé sur Metal Archives (pour l'instant).


Ben voila, il n'y a pas de raison que le metal français n'ai pas le droit à son mélodrame de nom ;). Bon pour le moment nous avons qu'une seule version de l'histoire...

Pour parler musique, j'avais beaucoup aimé "Sur les falaises de marbre", surement un de mes albums préféré de 2(...)


Mmm, musicalement, les deux derniers albums étaient intéressants, pas faciles en terme de composition, mais plutôt ambitieux et instrumentalement réussis, même parfois brillants. Rien à dire sur le parti-pris et la prise de risque. C'est la voix de Greene qui ne me séduit pas au point d'achet(...)


A noter qu'a priori il y a baleine sous gravier avec ce retour de GLACIATION, au vu du post publié par Valnoir sur sa page fb => https://www.facebook.com/jean.simoulin.7/posts/651167092299009?__tn__=K-R
Pour ceux qui ont la flemme de lire en anglais, les collègues de Scholomance Webzine ont (...)


Bon, j'ai pas encore écouté ce dernier album, mais le peu que je m'en suis fourré dans les esgourdes pour l'instant ne me fait pas changer d'avis sur ce groupe que j'ai tant vénéré dans les 90's.
De fait, Yoloman + 1 000 000 !!!


Un des dieux de mon petit panthéon personnel.
Quand on sait que j'ai débuté ma carrière Métallique en me plongeant corps et âmes dans AC/DC, c'est donc à mon sens tout bonnement indispensable.


Tellement mauvais et tellement drôle à la fois qu'on leur accorde l'indifférence avec mansuétude.


"quand on veut écouter du vieux Death Metal qui schlingue la gerbe et la bile, on se coltine un vieil INCANTATION, un des premiers BOLT THROWER, et vogue la gerbe le long du canapé"
:D !


Ah et puis Sieur Simony, je n'ai pas pu attendre votre fameux crédit à si faible taux...
Ma pré-commande est déjà passée.


Titre plus que prometteur en effet !


Après quelques minutes de recherche sur la toile, voici ce qu'il y a réellement dans cette fameuse box :
"Vinyl Features:
+ Mud-Green / Black Marbled Vinyl
+ Gatefold Jacket
+ A1 Size Poster (~23.4" x 33.1")

Box Set Includes:
----------------------
(...)


@Blind :
Ah ah ah !!! !!! !!!
Ton intervention (très gentille au demeurant...) m'a laissé perplexe quelques secondes avant de me rendre compte que tu avais mal compris mon propos : N'ayant pas vu de descriptif de ladite box et ne m'étant donc fié qu'aux photos de NUCLEAR BLAST, je ne(...)


@Humungus: Les patches ce sont les bon vieux écussons à coudre sur ta veste en jean ou ton cuir (ou comme le faisait le lycéen que j'étais au début des années 2000 sur ton sac à dos Eastpack).


T'as ça aussi sur le label d'origine Metal Blade. Bon morcif, déjà que le EP contient un sacré titre, ils ont gardé leur sens de la composition, les gaziers. Hâte d'avoir ça en mains.


"J'vous ai d'jà dit que j'prêtais d'l'argent à des taux pas dégueulasses ?"


La pochette, c'est un peu ce qui reste sous mon cerisier à une certaine période.