Demain, c’est la chandeleur. Ok, c’est anecdotique, mais c’est quand même l’occasion de faire péter la pâte à crêpes et de les faire sauter. Tiens, et comme je suis un bon gars somme toute, je vous propose la bande son idéale pour transformer votre cuisine en champ de bataille, maculée de substance gluante et inondée de rires tonitruants suite à la fiesta dégénérant en guerre de tranchées. Un conseil, prévoyez une bonne bouteille de rhum, quelques bières, conviez des amis, et lancez sans prévenir l’assemblée le dernier album des LIFEWRECK, puis constatez les dégâts. Gageons qu’à coup sûr, les premières rondelles seront plus ou moins réussies, avant qu’emportés par l’enthousiasme, vos amis ne se jettent à corps perdu dans un pogo de la rue, détruisant de fait tout espoir de déguster les fines gâteries avant la tombée de la nuit. Il faut dire qu’avec un Hardcore pareil dans les oreilles, difficile de se concentrer sur l’essentiel sans être emporté dans un torrent d’euphorie. Car le vrai Hardcore, celui qui pulse mais riffe à la dure, qui dénonce les injustices en accomplissant des prouesses rythmiques se fait rare, à une époque où la tendance est au métissage et au bordel intégral. Certes, ces animaux-là n’ont pas leur Powerviolence (light) et leur Fastcore (sérieux) dans leur poche, mais le fond de l’air étant traditionnellement Core, on ne peut que saluer leur performance, d’autant plus qu’ils n’en sont pas à leur coup d’essai. Formé en 2012 du côté d’Athènes, LIFEWRECK nous a déjà fait le plaisir de publier quelques œuvres, dont une démo initiale en 2013, puis un single (Fast//Violence Part II), et un EP (Aggravation, recommandable pour le moins) en 2014, avant de garder le silence, couvant un accès de fièvre qui aujourd’hui atteint son apogée via cet éponyme début qu’ils estiment longue durée, malgré son timing assez serré.

Mais on sait le Hardcore encore plus percutant en format court, ce que les treize et brefs morceaux de ce Lifewreck démontrent sans détour, propulsant des riffs virils via des rythmiques assassines, et prônant la rapidité tout autant que l’efficacité. Il faut dire que la situation globale en Grèce a de quoi agacer, et il est assez facile de comprendre pourquoi les acteurs de la scène Hardcore locale se sentent aussi énervés. Avec des lyrics hautement engagés, les athéniens nous atteignent fatalement, et nous font partager leur ressenti, violent et cruel, qui s’accommode fort bien de sonorités abrasives s’inspirant tout autant de la réalité urbaine de Chicago ou NYC, que de la folie ambiante et Crust des pays scandinaves, beaucoup moins soumis à la pression nationale. Le mélange est donc détonnant, d’autant plus que les gus sont de très bons musiciens, et qu’ils ne cèdent pas à la facilité un seul pouce de terrain. Une bordée de morceaux qui sont autant d’hymnes, et qui permettent à une basse vraiment percutante et claquante de jouer les avant-postes, alors que les guitares se déchaînent en arrière-plan, se plongeant dans leur colère pour en ressortir des motifs sanglants et insistants. Le chant quant à lui, mixé légèrement en retrait n’en perd pas pour autant son impact, et nous invective avec une hargne éraillée histoire de nous maintenir éveillé. Et le gros quart d’heure imparti passe donc très vite, trop même, puisqu’à peine les effluves de « Sleep » évanouis dans une nuit agitée, on se prend à rejouer l’album en entier, persuadé d’avoir été converti à la cause grecque sans y avoir été soumis. La force de persuasion de ce groupe est tout à fait conséquente, et évoque une poignée de groupes qui pourraient se sentir menacés par cette animosité, qui toutefois ne tombe jamais dans le chaos désorganisé.

Les troupes sont soudées, et le son sec mais gonflé, capté par le groupe lui-même aux Ignite Studios, puis mixé et masterisé par les mêmes LIFEWRECK accompagnés de George Christoforidis. Et sous un artwork primitif mais symbolique (qui suggère une adaptation des graphismes de MOTORHEAD dans un cadre purement Hardcore) signé Guillem el Muro se cache donc un EP/LP aussi puissant qu’un bon poing dans les dents, de ceux qui font gicler le sang et qui remettent les pensées dans le bon ordre céans. Difficile de placer un extrait en avant plutôt qu’un autre, puisqu’ils ne dépassent les deux minutes qu’en une seule occurrence, celle du final « Sleep » dont j’ai déjà abordé le cas. Mais de « Greed Reigns » et sa dénonciation de l’avidité, à « Doomed », et son désir compréhensible de ne pas se laisser emprisonner, la brutalité contenue règne, mais cède parfois le pas à la haine de l’adversité, pour des accélérations salement bien balancées, qui nous permettent d’atteindre un rythme de croisière tout à fait apprécié. On peut même parfois penser à une version très grecque d’un D-Beat à la scandinave (« Fixed Lifestyles »), mais l’amour du mid tempo bien costaud nous ramène à la réalité typiquement américaine (« Spineless Bastard »), aux muscles saillants, et au regard menaçant. Et c’est cette alternance entre Speed hargneux et Hardcore teigneux qui fait tout le charme de cet album précieux, qui ne retient que le meilleur de chaque courant pour l’injecter dans son propre sang. Celui des LIFEWRECK est rouge, comme leurs joues rubicondes de ressentiment, et le vôtre fera trembler vos tempes, malmenées par une transe violente matraquant votre palpitant. Impossible de résister aux accroches proposées, qui rivalisent de malice et de créativité pour offrir des licks déchaînés, mais qu’on retient assez facilement, et qui restent en mémoire indéfiniment. En gros, le meilleur du Hardcore de toutes les époques, mastoc mais fin, provoc mais sain, et une entrée en matière longue-durée qui condamne sévèrement le train-train.  

Et si la vie en Grèce est un naufrage, accrochez-vous à cette bouée de rage. De toutes façons, vous ne pourrez pas sombrer plus profond que ce quotidien où vous n’avez plus pied.


Titres de l'album:

  1. Greed Reigns
  2. Spineless Bastard
  3. Fixed Lifestyles
  4. Depressed Populations
  5. Trapped In A Void
  6. Reality Check
  7. Life Is Oppression
  8. Weaker Everyday
  9. Living In Denial
  10. No Escape
  11. Religious Freak
  12. Doomed
  13. Sleep

Bandcamp officiel



par mortne2001 le 09/02/2018 à 14:03
80 %    330

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Babymetal

Metal Galaxy

Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Klone

Le Grand Voyage

The Neptune Power Federation

Memoirs of a Rat Queen

Hatriot

From Days Unto Darkness

Throes

In The Hands Of An Angry God

Enforced

At The Walls

Exhumed

Horror

Sekkusu

Satyromania

Soren Andersen

Guilty Pleasures

Kadinja

DNA

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

BEHIND THE DEVIL #9 - Interview avec Laurent de MYSTYK PROD.

youpimatin / 09/10/2019
Behind The Devil

Concerts à 7 jours

Chaos E.t. Sexual + Moonskin + Barabbas

19/10 : Le Klub, Paris (75)

+ Gutalax + Spasm

21/10 : Le Glazart, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Pareil que Kerry King, je reste sur Burn My Eyes (vus pour ma part avec Emtombed début années 90) et The Blackening qui reste un excellent disque. Pour le reste, je passe mon tour, mais live, ça sonne différemment en fonction de l'orientation de l'album en promotion. La tournée Locust fut bien (...)


Pareil vinyle d'époque et compile d'Agressor sortie il y a peu pour la version CD. Bon, les morceaux inédits, ce sont les démos ?


Ils ont pas dû aimé Secondé B...


C'est parce que j'ai loupé cette tournée à l'époque que j'ai la motivation dès que le Flynn Band passe dans mon périmètre.

Machine Head est en pleine refondation. C'est un moment très ressemblant, en plus important, à la période de gestation de "Through the Ashes...". Ce titre(...)


Morceau pas terrible voire assez ridicule, mais je serai à Lyon et pourtant j'ai bien plus de 25 ans. Ça me rappellera leur tournée avec meshuggah et mary beats jane.


J'aime et j'aime pas Machine Head suivant les albums, mais en live c'est très bon.


Très belle pochette.


Machine Head a quand meme m'y un bon coup de pied au cul a pas mal de monde sur Burn My eyes.

Le reste n'a rien d'extraordinaire, sauf le second et the blackening qui sont de bon défouloir.

Les deux albums Neo c'est du pompage pour surfer sur la vague.


Machine Head a quand meme m'y un bon coup de pied au cul a pas mal de monde sur Burn My eyes.

Le reste n'a rien d'extraordinaire, sauf le second et the blackening qui sont de bon défouloir.

Les deux albums Neo c'est du pompage pour surfer sur la vague.


Excellente nouvelle


Arrêtez, merde, je me prends un sale coup de vieux à cause de vous ! ^^


Il était meilleur dans VIO-LENCE, c'est clair...


Achat obligatoire !! Même si je l'ai en vinyle d'époque, hé, hé...


AH AH AH !!!
Superbe vanne de quarantenaires effectivement...


Buck Dancer + 1.


J'ai jamais aimé, ni même en encadrer Machine Head et j'ai pourtant essayé. En plus Robb Flynn me paraît insupportable sur scène.... Mais 3h30 de concert et ça sur quasiment toute les tournées c'est RESPECT.


Merci pour la piqûre de rappel sur la sortie de ce nouvel album, dont j'étais passé à côté. A l'écoute du titre sorti il y a quelques semaines, Chritus manquait, mais le côté un peu plus direct du morceau n'était pas fait pour me déplaire. J'espère, en tout cas, un aussi bon album que le(...)


Mon bientôt futur pays d'adoption ! ( 3615 My life) J'espère y faire quelques concerts bien cool. Ça risque d'être intense


J'avais oublié. Du reste je ne suis pas certain qu'il ait été diffusé près de chez moi. Il y a une quantité certaine de titres déjà apparus dans le premier essai avec Michael Kamen, mais si on nous dit que les arrangement sont très différents, pourquoi pas. J'aime vraiment bien celui qui e(...)


Alors là tous les moins de 30 ans ne savent pas de quoi tu parles JTDP... peut-être même les moins de 40 ans.