Demain, c’est la chandeleur. Ok, c’est anecdotique, mais c’est quand même l’occasion de faire péter la pâte à crêpes et de les faire sauter. Tiens, et comme je suis un bon gars somme toute, je vous propose la bande son idéale pour transformer votre cuisine en champ de bataille, maculée de substance gluante et inondée de rires tonitruants suite à la fiesta dégénérant en guerre de tranchées. Un conseil, prévoyez une bonne bouteille de rhum, quelques bières, conviez des amis, et lancez sans prévenir l’assemblée le dernier album des LIFEWRECK, puis constatez les dégâts. Gageons qu’à coup sûr, les premières rondelles seront plus ou moins réussies, avant qu’emportés par l’enthousiasme, vos amis ne se jettent à corps perdu dans un pogo de la rue, détruisant de fait tout espoir de déguster les fines gâteries avant la tombée de la nuit. Il faut dire qu’avec un Hardcore pareil dans les oreilles, difficile de se concentrer sur l’essentiel sans être emporté dans un torrent d’euphorie. Car le vrai Hardcore, celui qui pulse mais riffe à la dure, qui dénonce les injustices en accomplissant des prouesses rythmiques se fait rare, à une époque où la tendance est au métissage et au bordel intégral. Certes, ces animaux-là n’ont pas leur Powerviolence (light) et leur Fastcore (sérieux) dans leur poche, mais le fond de l’air étant traditionnellement Core, on ne peut que saluer leur performance, d’autant plus qu’ils n’en sont pas à leur coup d’essai. Formé en 2012 du côté d’Athènes, LIFEWRECK nous a déjà fait le plaisir de publier quelques œuvres, dont une démo initiale en 2013, puis un single (Fast//Violence Part II), et un EP (Aggravation, recommandable pour le moins) en 2014, avant de garder le silence, couvant un accès de fièvre qui aujourd’hui atteint son apogée via cet éponyme début qu’ils estiment longue durée, malgré son timing assez serré.

Mais on sait le Hardcore encore plus percutant en format court, ce que les treize et brefs morceaux de ce Lifewreck démontrent sans détour, propulsant des riffs virils via des rythmiques assassines, et prônant la rapidité tout autant que l’efficacité. Il faut dire que la situation globale en Grèce a de quoi agacer, et il est assez facile de comprendre pourquoi les acteurs de la scène Hardcore locale se sentent aussi énervés. Avec des lyrics hautement engagés, les athéniens nous atteignent fatalement, et nous font partager leur ressenti, violent et cruel, qui s’accommode fort bien de sonorités abrasives s’inspirant tout autant de la réalité urbaine de Chicago ou NYC, que de la folie ambiante et Crust des pays scandinaves, beaucoup moins soumis à la pression nationale. Le mélange est donc détonnant, d’autant plus que les gus sont de très bons musiciens, et qu’ils ne cèdent pas à la facilité un seul pouce de terrain. Une bordée de morceaux qui sont autant d’hymnes, et qui permettent à une basse vraiment percutante et claquante de jouer les avant-postes, alors que les guitares se déchaînent en arrière-plan, se plongeant dans leur colère pour en ressortir des motifs sanglants et insistants. Le chant quant à lui, mixé légèrement en retrait n’en perd pas pour autant son impact, et nous invective avec une hargne éraillée histoire de nous maintenir éveillé. Et le gros quart d’heure imparti passe donc très vite, trop même, puisqu’à peine les effluves de « Sleep » évanouis dans une nuit agitée, on se prend à rejouer l’album en entier, persuadé d’avoir été converti à la cause grecque sans y avoir été soumis. La force de persuasion de ce groupe est tout à fait conséquente, et évoque une poignée de groupes qui pourraient se sentir menacés par cette animosité, qui toutefois ne tombe jamais dans le chaos désorganisé.

Les troupes sont soudées, et le son sec mais gonflé, capté par le groupe lui-même aux Ignite Studios, puis mixé et masterisé par les mêmes LIFEWRECK accompagnés de George Christoforidis. Et sous un artwork primitif mais symbolique (qui suggère une adaptation des graphismes de MOTORHEAD dans un cadre purement Hardcore) signé Guillem el Muro se cache donc un EP/LP aussi puissant qu’un bon poing dans les dents, de ceux qui font gicler le sang et qui remettent les pensées dans le bon ordre céans. Difficile de placer un extrait en avant plutôt qu’un autre, puisqu’ils ne dépassent les deux minutes qu’en une seule occurrence, celle du final « Sleep » dont j’ai déjà abordé le cas. Mais de « Greed Reigns » et sa dénonciation de l’avidité, à « Doomed », et son désir compréhensible de ne pas se laisser emprisonner, la brutalité contenue règne, mais cède parfois le pas à la haine de l’adversité, pour des accélérations salement bien balancées, qui nous permettent d’atteindre un rythme de croisière tout à fait apprécié. On peut même parfois penser à une version très grecque d’un D-Beat à la scandinave (« Fixed Lifestyles »), mais l’amour du mid tempo bien costaud nous ramène à la réalité typiquement américaine (« Spineless Bastard »), aux muscles saillants, et au regard menaçant. Et c’est cette alternance entre Speed hargneux et Hardcore teigneux qui fait tout le charme de cet album précieux, qui ne retient que le meilleur de chaque courant pour l’injecter dans son propre sang. Celui des LIFEWRECK est rouge, comme leurs joues rubicondes de ressentiment, et le vôtre fera trembler vos tempes, malmenées par une transe violente matraquant votre palpitant. Impossible de résister aux accroches proposées, qui rivalisent de malice et de créativité pour offrir des licks déchaînés, mais qu’on retient assez facilement, et qui restent en mémoire indéfiniment. En gros, le meilleur du Hardcore de toutes les époques, mastoc mais fin, provoc mais sain, et une entrée en matière longue-durée qui condamne sévèrement le train-train.  

Et si la vie en Grèce est un naufrage, accrochez-vous à cette bouée de rage. De toutes façons, vous ne pourrez pas sombrer plus profond que ce quotidien où vous n’avez plus pied.


Titres de l'album:

  1. Greed Reigns
  2. Spineless Bastard
  3. Fixed Lifestyles
  4. Depressed Populations
  5. Trapped In A Void
  6. Reality Check
  7. Life Is Oppression
  8. Weaker Everyday
  9. Living In Denial
  10. No Escape
  11. Religious Freak
  12. Doomed
  13. Sleep

Bandcamp officiel



par mortne2001 le 09/02/2018 à 14:03
80 %    355

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


House Of Shakira

Radiocarbon

Crypter

Crypter

Unhold

Here Is The Blood

Lovekillers

Lovekillers feat Tony Harnell

Atomic Cretins

Spiritual Cancer

Maelstrom Vale

Silhouettes

Brain Stroke

Brain Stroke

Hellsodomy

Morbid Cult

Anal Slave Of Satan

Anal Slave of Satan

Detherous

Hacked to Death

Grand Slam

Hit The Ground

Lindemann

F & M

The Dead Daisies

Locked and Loaded (The Cover Album)

Sun

Brutal Pop

Sleep Token

Sundowning

Pretty Maids

Undress Your Madness

Morbid Cross

Disciples Of The Goat

Blood Incantation

Hidden History Of The Human Race

3rd From The Sun

3rd From The Sun

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

Concerts à 7 jours

+ Verdun + Nornes

13/12 : Circus, Lille (59)

Wild + Mortuary + Voorhees

14/12 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)

Ende + Gorgon + Neptrecus

14/12 : La Brat Cave, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

Aïe aïe aïe, grave erreur mon cher mortne2001...Shakira, cette fameuse artiste connue pour avoir inventé le concept de musique à regarder, est...colombienne ! :-D
Sinon, côté musique, rien à dire, c'est tout comme t'as dit. Par contre le clip de "One Circumstance" pique sévèrement l(...)


Agite-toi là où tu es, fais venir du monde voir ce que tu fais : https://www.facebook.com/watch/?v=1153941671333807


tu es le rebut de ta personne. mdr lol


je t'encule Conrad. Non mais sérieux...


Hé mais c'est l'église de la Trinité-des-Monts à Rome qui est représentée sur la pochette, en haut de son célèbre escalier entre la Villa Médicis et la Piazza di Spagna !


Oui enfin darkthrone , seulement Nocturno Culto avec Satyricon pour 4 morceaux si je me souviens bien.
Sinon je m'inquiète pas pour Wacken, c'est complet depuis 2006 au moins !


Je passe mon tour aussi. cela dit j'aime bien le clip enfin du moins l'ambiance qui règne.


Pressé d'en découvrir plus ! "Neoteric Commencements" était déjà bien chouette !


Mouais, pas mon truc décidément. Mais il a l’air de bien s’amuser.
J’ai pas pu m’empecher de penser au sketch du SNL avec jim carrey (what is love), l’aspect road trip probablement.


Mauvais timing Kerry King, puisque le nouvel album d'AC/DC aurait été confirmé par Brian Johnson lui-même il y a peu ! Mais on a compris ce que tu voulais dire...


Oui en effet, merci POMAH ! Pour Ascaris, le groupe a splitté alors que pour Matron Thorn, la personne accusée de viol, le groupe continue et il a annoncé l'arrivée de Stéphane Gerbaud au chant.


Je trouvais pourtant qu'ils étaient à leur place chez Prophecy...


Le pire reste AC/DC qui est a l'arret total depuis 2016 sans qu'on est aucune nouvelle...Une vilaine fin je trouve et mauvaise communication. Dommage.


Il me semble que c'est plutôt l'inverse, C'est Matron Thorn qui à recruté Stéphane Gerbaut non?


Putain 15 ans déjà pour Dimebag... ! Je me souviens très bien de ce jour ou j'ai appris sa mort ! Le choc. En plus à l'époque je me disais "il reformeront Pantera un de ces jours, c'est sur !". Un rêve brisé net. Ce mec était unique, d'une gentillesse incroyable avec les fans, accessible, sa(...)


+1 @Buck Dancer

Pantera quoi, putain je me suis cassé la nuque sur leurs albums... Leurs vhs et le magneto ont pris cher à l'époque, je passais mes WE à les regarder. Ca nous rajeunit pas tout çà


Je me permets d'ajouter le lien de " Immortally insane" pour votre hommage à Pantera.

https://youtu.be/RBnSbRmU9rI


Pas vraiment stoner ou rock mais pas vraiment metal non plus, mais certainement une de mes chansons préférées du groupe.
J''aurais aimé qu(...)


En effet j'avais pas fais gaffe ! Nostalgie aussi, j'adorais ce mag à l'époque !


Arglll ! L'album devait sortir le 6 décembre mais le groupe a annoncé un report de 2 semaines.


C'est bien d'avoir une trace de cela pour l'Histoire. Je n'aurais jamais cru que Kerry King soit capable un jour de prendre ses amis dans les bras. Dans les tous derniers instants de ses adieux j'ai cru que Tom Araya allait fondre en larmes ! Le public présent est fervent mais digne, il n'y a pas u(...)