Voici un exemple type de groupe issu de l’underground, qui d’ailleurs y reste depuis sa création, et qui peut s’enorgueillir d’un parcours stable, qui a toutefois connu quelques périodes de hiatus. Fondé en 2002 du côté de Murau, le collectif EREBOS est l’archétype même du combo anonyme sur le papier, mais qui prend sa véritable dimension sur album, et encore plus en live. Avec un line-up stable depuis ses origines, le sextet trace donc sa route à son rythme, sans attendre l’explosion qui les révélera au grand public, et nous livre à intervalles hautement irréguliers des témoignages de sa vitalité. Après une première démo publiée en 2003 (Crucifixion Made in Austria), EREBOS n’a pas attendu longtemps avant de placer sur le marché son premier longue-durée, The Chaos Chronicle, jeté en pâture aux fans de Death l’année suivante. Puis en 2006 vint la suite des aventures, sous la forme d’un second essai, et Descent to Beyond acheva d’asseoir leur réputation dans les limbes de la folie extrême centre-européenne. Et alors qu’on pensait le groupe définitivement lancé et prêt à se montrer prolifique dans l’excès, une soudaine coupure les brisa dans leur élan, et ce ne sont pas moins de treize années qui furent nécessaires à l’élaboration d’un nouveau chapitre, que nous avons eu le loisir d’accueillir en mars dernier via le label germain Black Sunset. Les raisons de ce mutisme forcé ou non ? A moins d’être un intime du groupe, aucune réponse pour clarifier ce mystère, mais c’est remontés comme des pendules suisses que les autrichiens sont repartis à l’abordage du souvenir avec un Heretic flambant neuf, attestant de leur envie nouvelle et de leurs capacités toujours intactes.

Grondant en formation serrée (Steif - roadie/support chant, Daniel Ambrosch "Blumi" - basse, Gerhard Baltzer - batterie, Paul Heitzer & Marco Strohmayer "Pilani" - guitares, Christian Lindschinger "Baby" - chant), EREBOS évolue donc dans les sphères sombres d’un Death Metal à tendance brutale mais mélodique, et nous fait le cadeau de huit morceaux aussi efficaces qu’entraînants, un peu comme si l’école américaine de la violence effectuait un stage sur les bancs de la fac Néo-Death mélodique des années 90. C’est un peu la rencontre et le partenariat inopiné entre SUFFOCATION et AT THE GATES que nous célébrons là, et si le rendu est aussi formel qu’une copie d’élève pour un bac blanc, le résultat n’en est pas moins appréciable à défaut d’être renversant. A la base de ce melting-pot séduisant, un art consommé pour imposer des rythmiques massives, une tendance à les alléger d’harmonies de guitares parfaitement délicieuses, des inclinaisons vers des brisures soudaines et brutales, et une affection pour l’empilement des parties qui s’imbriquent avec logique et à une vitesse assez hallucinante. Rien de bien neuf sous le soleil autrichien donc, mais de la concision, de l’envie, et surtout, une énergie à décorner tous les démons de la terre, qui témoigne de la volonté du sextet de revenir au premier plan de l’ombre pour enfin récolter des lauriers modestes bien mérités. Et en décorant sa troisième œuvre d’un artwork signé Dr.Winter / Teratogen, EREBOS nous offre donc un packaging complet, et souhaite oublier ses années de disette de production pour repartir de plus belle.

Et si l’ensemble pourra paraître assez anonyme à tous les fans d’un Death extrême mais raisonnable mélodiquement, les amateurs de sensations fortes maîtrisées sauront reconnaître les qualités d’un groupe qui ne souhaite pas chambouler l’ordre mondial, mais qui peut apporter sa modeste contribution à une entreprise de déconstruction globale. En faisant preuve d’objectivité, on admettra que les huit titres proposés par Heretic ont tendance à se ressembler dans la trame, bien que des riffs redondants et autres accélérations dantesques permettent de garder l’attention éveillée, même si on sent un petit malaise s’installer au moment d’analyser un produit bien conditionné. Avec un niveau technique indéniable, et des aspirations un peu plus élevées que la moyenne des groupes du cru, le groupe aurait pu se montrer un peu plus ambitieux, et nous faire découvrir une approche un peu moins timorée. Mais en restant sincère, il reste difficile de résister à des bourrasques de la trempe de « Killing Spree », qui passe en revue toutes les figures imposées d’un genre multiple. Tout y passe, du couplet au tempo écrasant et à la double grosse caisse impitoyable, aux blasts épileptiques, transitant par des guitares aux sifflantes sadiques et au vibrato épique, sans oublier ce chant grondant, au phrasé précis et aux intonations caverneuses. On sent l’influence des SUFFOCATION, mais aussi de MORBID ANGEL, EDGE OF SANITY, et cette compromission entre violence et séduction représente le point d’ancrage le plus solide d’un album qui aurait sans doute pu se montrer plus culotté. Mais en termes de déculottée, « Suffocation » se pose là avec son ambiance démoniaque débridée, « Putrid Flesh » et son rythme martial pilonné, et le final « Pestilence » qui s’évertue à résumer toutes les tendances avant de refermer le chapitre. Aussi européen qu’il ne parait américain, ce troisième album des autrichiens d’EREBOS permettra à l’underground de retrouver la trace d’un groupe à l’inspiration attachante à défaut d’être primordial, et offrira à ce groupe sympathique une bonne raison de repartir sur les routes défendre ce nouveau répertoire.    

  

Titres de l'album :

                        1.Killing Spree

                        2.Suffocation

                        3.Return to Castle Blunzn

                        4.Gallery of Pandemonium

                        5.Putrid Flesh

                        6.Kingdom of Strangulation

                        7.Harbinger

                        8.Pestilence

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 25/07/2019 à 18:46
78 %    251

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Slave One

Omega Disciples

Adx

Bestial

Alerta

Tu Decides El Final

Metalite

Biomechanicals

Kludde

In De Kwelm

Equilibrium

Renegades

Darktribe

Voici l’Homme

Depraved

Raped Innoncence

High Command

Beyond the Wall of Desolation

Poppy

I Disagree

7 Weeks

Sisyphus

Engulf

Transcend

Witchgrove

Goetic Songs

Aerodyne

Damnation

Assassin's Blade

Gather Darkness

Heathen

Evolution In Chaos

Kmfdm

Paradise

Elfika

Secretum Secretorum

Melechesh + W.E.B. + Selvans

RBD / 21/01/2020
Black Death Metal

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Concerts à 7 jours

Gloryhammer + Nekrogoblikon + Wind Rose

01/02 : Ninkasi Kao, Lyon (69)

Gloryhammer + Nekrogoblikon + Wind Rose

28/01 : Le Trabendo, Paris (75)

Gloryhammer + Nekrogoblikon + Wind Rose

29/01 : Le Metronum, Toulouse (31)

+ Father Merrin + Ataraxie

31/01 : Le Klub, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Mais non... C'est quoi ce debut d'année pourri.


Bizarre, le communiqué a disparu des réseaux sociaux depuis...


Même si ce n'est pas franchement une surprise, c'est tout de même une bien triste nouvelle, Absu étant un groupe cher à mon cœur... Ne reste plus qu'à espérer que le dernier album verra quand même le jour.


Rammstein pas nommé ?


Pour la musique comme pour le sport, ce dimanche était vraiment une journée de merde.


Il vaut mieux en rire...


C'était vraiment un batteur exceptionnel et novateur.
Il n'a peut-être pas fait la carrière à laquelle il aurait pu aspirer (à cause de l'instabilité de ses groupes) mais je suis convaincu qu'il laisse un héritage important


Houff... bien que je sois beaucoup plus fan de Death que de Cynic, ça fait un choc. Je l'avais vu en 2008 avec Cynic quand ils tournaient avec Opeth, le premier album après reformation venait de sortir.


Oui très impressionnant sur scène, il faisait tous les backing vocals en plus. Il n'avait que 20 ans à l'époque. Un tueur.


Vu sur scène avec Nile à l'époque : ce mec était un monstre avec son instrument ! Pour son premier concert avec le groupe il avait appris les morceaux de la setlist en seulement 3 jours...


le renouveau de la merde musicale


Achat obligatoire prochain !


Pas particulièrement convaincu. Peut-être à ré écouter...


J'ai pas tenue plus d'une minute, pourtant comme bien d'autres parmi nous je suis plutôt éclectique et assez bon public, mais là je suis comme les mecs dans le clip, c'est ennuyeux...


"le premier vecteur d’appréciation d’une œuvre, c’est sa capacité à déranger et à bousculer."
Ah bon ?
Si Bach avait su ça il se serait pas fait chier avec ses contrepoints


C'est effectivement très court, mais ça semble bien sonner à mes oreilles de néo-amateur du groupe. J'attends la suite !


Superbe pochette !!


Comme toi Fabrice, et billet en poche.


Trop peut pour ce faire une idée, bon ça ressemble a du Nightwish classique, on va devoir encore attendre.


Initiative à supporter !