Heretic

Erebos

22/03/2019

Black Sunset

Voici un exemple type de groupe issu de l’underground, qui d’ailleurs y reste depuis sa création, et qui peut s’enorgueillir d’un parcours stable, qui a toutefois connu quelques périodes de hiatus. Fondé en 2002 du côté de Murau, le collectif EREBOS est l’archétype même du combo anonyme sur le papier, mais qui prend sa véritable dimension sur album, et encore plus en live. Avec un line-up stable depuis ses origines, le sextet trace donc sa route à son rythme, sans attendre l’explosion qui les révélera au grand public, et nous livre à intervalles hautement irréguliers des témoignages de sa vitalité. Après une première démo publiée en 2003 (Crucifixion Made in Austria), EREBOS n’a pas attendu longtemps avant de placer sur le marché son premier longue-durée, The Chaos Chronicle, jeté en pâture aux fans de Death l’année suivante. Puis en 2006 vint la suite des aventures, sous la forme d’un second essai, et Descent to Beyond acheva d’asseoir leur réputation dans les limbes de la folie extrême centre-européenne. Et alors qu’on pensait le groupe définitivement lancé et prêt à se montrer prolifique dans l’excès, une soudaine coupure les brisa dans leur élan, et ce ne sont pas moins de treize années qui furent nécessaires à l’élaboration d’un nouveau chapitre, que nous avons eu le loisir d’accueillir en mars dernier via le label germain Black Sunset. Les raisons de ce mutisme forcé ou non ? A moins d’être un intime du groupe, aucune réponse pour clarifier ce mystère, mais c’est remontés comme des pendules suisses que les autrichiens sont repartis à l’abordage du souvenir avec un Heretic flambant neuf, attestant de leur envie nouvelle et de leurs capacités toujours intactes.

Grondant en formation serrée (Steif - roadie/support chant, Daniel Ambrosch "Blumi" - basse, Gerhard Baltzer - batterie, Paul Heitzer & Marco Strohmayer "Pilani" - guitares, Christian Lindschinger "Baby" - chant), EREBOS évolue donc dans les sphères sombres d’un Death Metal à tendance brutale mais mélodique, et nous fait le cadeau de huit morceaux aussi efficaces qu’entraînants, un peu comme si l’école américaine de la violence effectuait un stage sur les bancs de la fac Néo-Death mélodique des années 90. C’est un peu la rencontre et le partenariat inopiné entre SUFFOCATION et AT THE GATES que nous célébrons là, et si le rendu est aussi formel qu’une copie d’élève pour un bac blanc, le résultat n’en est pas moins appréciable à défaut d’être renversant. A la base de ce melting-pot séduisant, un art consommé pour imposer des rythmiques massives, une tendance à les alléger d’harmonies de guitares parfaitement délicieuses, des inclinaisons vers des brisures soudaines et brutales, et une affection pour l’empilement des parties qui s’imbriquent avec logique et à une vitesse assez hallucinante. Rien de bien neuf sous le soleil autrichien donc, mais de la concision, de l’envie, et surtout, une énergie à décorner tous les démons de la terre, qui témoigne de la volonté du sextet de revenir au premier plan de l’ombre pour enfin récolter des lauriers modestes bien mérités. Et en décorant sa troisième œuvre d’un artwork signé Dr.Winter / Teratogen, EREBOS nous offre donc un packaging complet, et souhaite oublier ses années de disette de production pour repartir de plus belle.

Et si l’ensemble pourra paraître assez anonyme à tous les fans d’un Death extrême mais raisonnable mélodiquement, les amateurs de sensations fortes maîtrisées sauront reconnaître les qualités d’un groupe qui ne souhaite pas chambouler l’ordre mondial, mais qui peut apporter sa modeste contribution à une entreprise de déconstruction globale. En faisant preuve d’objectivité, on admettra que les huit titres proposés par Heretic ont tendance à se ressembler dans la trame, bien que des riffs redondants et autres accélérations dantesques permettent de garder l’attention éveillée, même si on sent un petit malaise s’installer au moment d’analyser un produit bien conditionné. Avec un niveau technique indéniable, et des aspirations un peu plus élevées que la moyenne des groupes du cru, le groupe aurait pu se montrer un peu plus ambitieux, et nous faire découvrir une approche un peu moins timorée. Mais en restant sincère, il reste difficile de résister à des bourrasques de la trempe de « Killing Spree », qui passe en revue toutes les figures imposées d’un genre multiple. Tout y passe, du couplet au tempo écrasant et à la double grosse caisse impitoyable, aux blasts épileptiques, transitant par des guitares aux sifflantes sadiques et au vibrato épique, sans oublier ce chant grondant, au phrasé précis et aux intonations caverneuses. On sent l’influence des SUFFOCATION, mais aussi de MORBID ANGEL, EDGE OF SANITY, et cette compromission entre violence et séduction représente le point d’ancrage le plus solide d’un album qui aurait sans doute pu se montrer plus culotté. Mais en termes de déculottée, « Suffocation » se pose là avec son ambiance démoniaque débridée, « Putrid Flesh » et son rythme martial pilonné, et le final « Pestilence » qui s’évertue à résumer toutes les tendances avant de refermer le chapitre. Aussi européen qu’il ne parait américain, ce troisième album des autrichiens d’EREBOS permettra à l’underground de retrouver la trace d’un groupe à l’inspiration attachante à défaut d’être primordial, et offrira à ce groupe sympathique une bonne raison de repartir sur les routes défendre ce nouveau répertoire.    

  

Titres de l'album :

                        1.Killing Spree

                        2.Suffocation

                        3.Return to Castle Blunzn

                        4.Gallery of Pandemonium

                        5.Putrid Flesh

                        6.Kingdom of Strangulation

                        7.Harbinger

                        8.Pestilence

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 25/07/2019 à 18:46
78 %    477

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview

Welcome To My Nightmare

mortne2001 26/12/2020

From the past

IXION : entretien avec Julien

JTDP 16/12/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Simony

En tout cas, le livestream proposé samedi était une boucherie totale. Avec ou sans public, les mecs se donnent, Martin plaisantent entre les morceaux et v'là comment ça défouraille sévère. Total respect pour ces mecs qui en imposent, vraiment (...)

25/01/2021, 08:17

POMAH

L'ambiance est chaude par ici...

25/01/2021, 08:06

Humungus

J'en suis déjà à ma troisième écoute consécutive...ACHAT OBLIGATOIRE BORDEL !!! !!! !!!PS : Martin je t'aime.

25/01/2021, 04:25

Pozo (bass)

Thanks for the review!I'll put our spotify link if you wanna follow ushttps://open.spotify.com/artist/0QwY3TM6Lvo6Ba8VGC67YL

25/01/2021, 01:07

Chemikill

Parler de la musique serait déjà un gros morceau.

24/01/2021, 22:59

jtdef

Avec Joe Bidon et l'imposteur Harris ils sont mal barrés.

24/01/2021, 21:11

Gargan

J'étais sur la défensive, le hard français des 80s étant pour moi ce que l'ail est à la mauvaise haleine, mais là, effectivement, c'est nase.

24/01/2021, 20:39

Gargan

HumHUM... On en parle du clip de sors immanis ? 

24/01/2021, 20:17

Jus de cadavre

Encore une putain de sortie signée Iron Bonehead...Du Death de puriste. Les mecs sont restés bloqués dans une faille temporelle. Excellent.

24/01/2021, 16:12

Kairos

Si tu veux pas passer pour un connard prétentieux, fais l'effort d'expliquer ce que moi pauvre idiot n'ai pas compris, mais de façon courtoise, sinon je t'invite juste à fermer ta gueule

24/01/2021, 14:08

Orphan

Kairos, tu ferais mieux de fermer ton claque merde et en rester au métal.La politique Américaine, et manifestement la population de banlieue et ce qu'il s'y passe, tu ne maitrise pas !Et toi qui parle de lumière à tout les étages....

24/01/2021, 11:30

Invité

En soi le morceau est correct, mais j'ai juste attendu 4'50 un break guerrier qui te roule dessus et que ça parte...

24/01/2021, 10:39

Invité

Le kitsch et le ringard Made in France. Jamais copié, jamais égalé. Manque plus qu'un guest de Renaud Hantson et on coche toutes les cases du Hard à la Française des années 80.

24/01/2021, 10:33

Bones

Acheté ce matin en version simple (le digibook propose en bonus un DVD live qui ne m'intéressait pas plus que ça - youtube regorge de ce genre de trucs, ça ne vaut plus vraiment le coup de casquer pour des captations vidéo). 2 premières &(...)

23/01/2021, 23:25

Satan

A Simony : Je suis bien d'accord concernant "Alpha Noir" (mais n'oublie pas "White Omega" qui lui est beaucoup plus intéressant je trouve, avec ce côté Type O hyper assumé) et "1755" qui sont de vrais ratages. Surtout ce dernier q(...)

23/01/2021, 21:54

totoro

De manière générale, j'aime beaucoup Moonspell. Et je rejoins tout à fait l'avis de Satan sur les albums "cultes" du groupe. Et Simony, on a le même parcours concernant les lisboètes. Découverts avec "Sin/Pecado" qui re(...)

23/01/2021, 20:18

Simony

Idem, j'ai tous les albums jusqu'à Extinct et je suis assez d'accord sur Darkness And Hope, The Antidote. J'aime beaucoup The Butterfly Effect par exemple, Memorial, Night Eternal, Extinct tous ces albums sont très bons pour moi, avec Alpha Noir c'est d&eacu(...)

23/01/2021, 18:47

PtiMich

Ca fait du bien de revoir des trombines de l'époque !Faut absolument faire une émission sur NYHC* de l'époque ! (NancY Heavy Clan*)

23/01/2021, 17:48

Buck Dancer

Toujours une bonne nouvelle la sortie d'un nouveau Memoriam!!! 

23/01/2021, 15:39

RBD

Ils avaient collaboré avec les Krupps, aussi. À défaut d'être parmi les meilleurs dans un pays où la concurrence était relevée, ils étaient assez passionnés pour se reformer quand le revival Thrash est arrivé.

23/01/2021, 14:57