Sans savoir ce qu’il adviendra de ce groupe suite à la parution de son troisième album, je ne peux que lui souhaiter le meilleur, parce qu’il le mérite amplement. Ne voyez aucun chauvinisme de ma part, puisque les musiciens auraient pu venir des Etats-Unis, d’Italie ou du Congo, mon enthousiasme eut été le même. Peu importe que le projet STONECAST ait vu le jour dans la cité colorée de Marseille, puisque la musique est un langage universel, et que le talent ne connaît aucune frontière. Et niveau talent, croyez-moi, ces quatre-là en connaissent un rayon, et depuis un bail. D’ailleurs, on ne se retrouve pas sur la scène du Sonisphère par hasard (à moins d’avoir les bons contacts évidemment, ça marche aussi), ni avec Rhino, ex-MANOWAR derrière les fûts, même avec un chéquier qui ne rechigne pas à être effeuillé. Le parcours des marseillais est donc un exemple de progression naturelle en soi, eux qui ont commencé leur carrière très modestement, et qui avec le temps, sont devenus une référence internationale, au point de voir les colonnes des magazines du monde entier s’agiter à la nouvelle de la parution de ce brillant I Earther. Oubliés donc les timides débuts encore hésitants, aujourd’hui, le groupe est devenu une véritable machine de guerre dont le moindre plan de bataille suscite la curiosité, et au moment d’attaquer l’étape la plus cruciale de leur carrière, les musiciens ont mis tous les atouts de leur côté. D’abord, en confiant le mixage de leur nouvel effort à la légende Roy Z (qui se fend même d’un solo), et en laissant le cogneur Franky Costanza s’occuper des parties de batterie. Mais au-delà de ces atouts en forme de gimmicks, le quatuor de base (Seb "Cazu" Casula - guitare, Franck "Kanon" Ghirardi - chant, Lionel "Beev" Antonorsi - basse et Bob "Flying" Saliba - guitare) a principalement travaillé son concept et adapté ses compositions à l’ambition d’une narration qui s’envole vers le cosmos, et qui constate l’impasse de destruction dans laquelle l’humanité s’est engagée.

I Earther, c’est plus ou moins l’apocalypse selon Saint STONECAST. Une façon lucide d’admettre l’inéluctabilité de notre destin, et notre soif de destruction, ruinant de fait une planète dont on pensait les ressources inépuisables. Une annihilation programmée, et une humanité qui se tourne vers les étoiles et les autres planètes pour assurer son salut, avant de se rendre compte que sa nature même lui interdit toute survie, autrement que dans le gâchis de vie. Un concept certes plutôt pessimiste, mais qui s’accompagne d’une bande-son euphorique, exubérante, puissante, et totalement dans la lignée des efforts précédents. De simple et gentil groupe sous influence,  STONECAST est devenu une référence à part entière, sans chercher l’originalité, mais en visant la qualité, une qualité en forme de plus-value, de plus en plus évidente au fur et à mesure des productions, et qui atteint son apogée avec ce troisième album qui semble s’évertuer à gommer toutes les aspérités et à effacer tous les défauts pour oser la perfection dans un style qui ne supporte pas l’approximation. Dieu sait pourtant à quel point l’écueil du grotesque est facile à percuter lorsqu’on évolue sur frêle esquif  Power Metal, et l’emphase étant un travers ardu à contourner, la performance des marseillais n’en est que plus remarquable. En mixant leurs influences de toujours sur les lames de leurs compétences, les musiciens nous ont donc troussé une nouvelle épopée en majestuosité, truffant leurs morceaux d’arrangements grandiloquents, mais s’intégrant parfaitement au désir harmonique générique. Toujours adeptes d’une franchise d’influences (ICED EARTH, IRON MAIDEN, MANOWAR, JUDAS PRIEST), les STONECAST sont aujourd’hui parvenus à synthétiser tous ces grands noms en un seul élan, et les neuf compositions qui constellent I Earther sont autant d’hymnes à la lucidité, mais aussi à la pluralité, mêlant la puissance et la vélocité du Power Metal et l’assise harmonique et électrique du Heavy Metal le plus pur, le tout traité comme une odyssée de violence en terre inconnue, à mi-chemin entre la terre et le système solaire pour un voyage aux confins des possibilités.

Et on sait celles du groupe conséquentes. C’est pour cette raison qu’ils n’hésitent pas à moduler, et à se frotter aux meilleurs pour pondre les morceaux les plus épiques de leur carrière. C’est ainsi que l’enchaînement magique « Forevermore » / « Precipice to Hell » rappelle le meilleur MAIDEN mais aussi le STRATOVARIUS le plus aiguisé, entre acoustique délicate et furie de distorsion, le tout une fois encore souligné des lignes vocales racées et lyriques du coffre sans fond de Franck "Kanon" Ghirardi. Partagés entre simplicité brutale et sophistication létale, les STONECAST nous offrent certaines des meilleures compositions de leur parcours, et  

« The Cherokee » de se poser en acmé de presque deux décennies de perfectionnement du conditionnement. Titre progressif par excellence, évolutif dans la forme mais émotionnellement riche, ce morceau de plus de sept minutes condense toute l’intelligence d’un groupe qui refuse de rester à la surface du Heavy Metal, et qui ose des percussions décalées sur fond de riffs sombres et plaqués, pour transcender ses références et imposer sa vision des choses. C’est certes classique, mais la frappe toujours aussi unique et tribale de Costanza permet justement de transcender ce goût pour la tradition, lui qui n’a rien perdu de sa singularité de cogneur aussi percutant que fluide. Le mix de Roy Z, loin de noyer tous les instrumentistes dans le même lac, distingue les parties, sépare les canaux, et nous permet d’apprécier le travail collectif en solitaire, même si parfois, la guitare rythmique souffre d’une trop grande ampleur et mange les détails les plus infimes.

Souhaitant mettre toutes les chances de son côté, le groupe a placé en ouverture les trois morceaux les plus immédiats, avec en exergue un « Goddess of Rain » presque Pop dans l’approche, et symptomatique de l’école scandinave. Mélodies prononcées, rythmique enlevée et soli enflammés, le tableau est complet, et si de temps à autres un infléchissement se fait sentir dans l’inspiration, il est toujours comblé par une énergie qui ne se dément pas, que ce soit en forme de clin d’œil (le sample de « Resistance » qui cite « Who Wants to Live Forever » de QUEEN), ou en adaptant la marche à un rythme plus processionnel (« Stainless », avec toujours Franky qui mouline en arrière-plan pour sublimer le formalisme de guitares un peu trop classiquement Heavy). Sans révolutionner leur optique, les STONECAST franchissent dont une étape de plus dans la perfection, avec tout de même quelques baisses de régime qui n’empêchent pas I Earther de briller au firmament des étoiles du pur Heavy Metal. Un album qui permettra sans doute au groupe de fouler encore plus de scènes historiques, et qui récompense une dévotion sans failles. 


Titres de l'album :

                        1.Captors of Insanity

                        2.Goddess of Rain    

                        3.The Cherokee         

                        4.The Earther 

                        5.Animal Reign         

                        6.Forevermore

                        7.Precipice to Hell     

                        8.Resistance   

                        9.Stainless

Facebook officiel


par mortne2001 le 24/05/2019 à 18:34
80 %    92

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Thanks a lot guys!


Ouaip...


J'aime bien. Du thrash quoi, peut-être plus impersonnel qu'à l'époque...


Effectivement, une très bonne surprise; j'espère juste que le caractère 100% français ne va pas les pénaliser pour la suite.


@RBD +1 pour ton com en général, et la phrase suivante en particulier: "il faut assumer d'aimer des choses que beaucoup d'autres gens aiment aussi."


Pas mal du tout ! Ça me fais penser à du Malevolent Creation un peu !


J'attendais autre chose. Bof bof.


J'aime profondément le Black Album. Cela me fait sourire de voir combien '...And Justice..." est revenu dans le coeur des fans alors qu'il est resté longtemps mal aimé pour son côté moins direct que tous les autres. Mais c'était avant 1996. Le Black Album a un son dantesque, a touché un publi(...)


Commercial ou pas pour moi le Black Album est une énorme réussite.
La production met encore à l'amende bien des prod actuelles ! Le fait que les gens aient été très déçu de l'orientation prise par le groupe à l'époque, biaise le regard sur cet album selon moi. Si ça n'avait pas ét(...)


Evidemment que le black album était commercial: on ne serait pas encore à disserter dessus 28 ans après si ce n'était pas le cas. De là à dire que ce n'est pas une réussite...
Marrant cette propension du metalleux à vouloir d'un côté se démarquer à tout prix (en se targuant par ex (...)


C'est le nouveau dead can dance ?


Pas mal du tout, ça


Excellent morcif. Eh ben ça donne envie ça. Une chouette baffe en thrashmetal de ce milieu d'année. A voir si ça tient la route sur un album entier, comme le dernier Terrifier ou Maligner récemment.


le Black album est du heavy commercial, je ne le considère pas comme une réussite indiscutable


pas grand chose de mélodique la dedans


Saleté ! J'espère que cela a été vu à temps. Comme quoi les vies assainies ne sont pas à l'abri.


Haha, ouais. Bon en même temps, fallait pas s'attendre à voir autre chose venant d'eux.


Ca paiera les soins de Mustaine, touché par un cancer de la gorge. En espérant un prompt rétablissement au divin rouquin.
Endgame reste leur meilleur album depuis... Rust In Peace, et le plus agressif aussi.


Courage a ce monstre du Metal.


Ah bah merde ! J'étais content de pouvoir revoir le père Wino sur scène... Grand souvenir avec Spirit Caravan il y a quelques années sur cette même scène.