Déjà, la pochette en dit beaucoup plus long qu’on n’aurait pu le croire. Ces couleurs aux teintes orangées et violettes, cette petite fille au regard fixe et presque inquiétant qui tient un crâne à bout de bras, en valent plus que bien des longs discours, et pas seulement parce que leur iconographie est révélatrice. On pourrait, dans une analogie un peu capillotractée y voir un parallèle dramatique à la Shakespeare, en cumulant les thématiques d’Hamlet et du Roi Lear. Pourquoi ? Parce que finalement, être ou ne pas être n’est pas vraiment la question, mais être et avoir été peut se guider elle-même en tant que conclusion. Et puis ajoutez à ceci ces deux ou trois citations sibyllines qui finalement, dessinent bien les contours du projet :

  • « Ce sont les étoiles, les étoiles tout là-haut qui gouvernent notre existence »
  • « Les hommes sont ce qu'est l'instant. »
  • « Regarde avec tes oreilles. » (The King Lear, William Shakespeare)

Sans le savoir, ces trois extractions hors contexte balisent parfaitement le cheminement qui a abouti au retour de Pepper Keenan dans le giron de son groupe légendaire, CORROSION OF CONFORMITY. Et évaluez l’évènement à la hauteur de sa portée, puisque plus qu’une étape de plus sur un parcours chaotique, No Cross No Crown est une sorte de révélation sur le chemin de Damas. Premier album avec Pepper depuis In the Arms of God il y a treize ans, premier LP regroupant le légendaire line-up des grandes années Deliverance/Wiseblood, ce dixième témoignage longue-durée est presque historique dans les faits, découlant pourtant très logiquement d’une conjoncture favorable, et d’une envie d’aller de l’avant, une fois de plus. Le barnum étant planté, il restait à craindre l’effet pétard mouillé, les gars se connaissant sur le bout des doigts, mais ayant méchamment vieilli entre-temps. On pouvait anticiper une trop grande digression sur une thématique DOWN, Pepper ayant activement participé au projet supergroupe depuis si longtemps, et pourtant, je vous l’assure, vous pouvez être vraiment rassurés, il n’en est rien. Car No Cross No Crown est un véritable disque de CORROSION OF CONFORMITY, que les années confirmeront ou non à la hauteur de la légende passée. Mais aujourd’hui, c’est la légende présente qui s’écrit, et l’aventure est belle, mais puissante. Comment, pourquoi ? Allons-y.

Une tournée de quelques dates prévues pour se chauffer, une signature avec le géant Nuclear Blast, et le chemin prit une année entière à trouver son terme. Dès lors, il fallait enregistrer, coûte que coûte. Mais le groupe n’a pas précipité les choses, histoire de ne pas bâcler le chapitre et refermer l’histoire sur un épilogue douteux ou critique. Le succès critique lui, sera au rendez-vous de ces quatorze morceaux enregistrés comme une démo dixit Pepper lui-même, puisque la magnificence de ce nouveau-né est manifeste dès ses premières notes évaporées. On parlait de cette pochette suggérant quelques accointances avec un Southern Doom dont il est décidément difficile de s’éloigner, et « The Luddite » et ses accents graves NOLA prononcés semblait nous aiguiller sur la piste d’un Rock bourbeux et Sabbatien prononcé. Guitares graves comme une émotion palpable, rythmique plombée mais heurtée, et chant en arrière-plan célébrant le sabbat à la bougie, pour une litanie qui n’aurait pas fait tâche sur la série d’EPs proposés par DOWN, ou même sur un album de CROWBAR plus émincé que la moyenne. Mais comme pour nous ramener vers les certitudes du passé, le single avant-coureur nous permet de retrouver notre groupe animé des bonnes intentions, et « Cast the First Stone » de s’emballer d’un up tempo rageur et de riffs faisant la jonction entre le COC d’avant, et celui de maintenant. Et c’est diablement convaincant, malgré ce feedback un peu envahissant qui nous empêche parfois de nous délecter de ce groove unique. La patte des grands, uniquement, comme cet album qui célèbre le retour des héros qui n’en furent jamais vraiment. Alors, finalement, Wiseblood, Deliverance, Blind, les trois ? Inévitablement, puisque le patrimoine génétique de Pepper Keenan, Mike Read, Reed Mullin et Woody Weatherman transpire de la moindre inflexion s’échappant de sillons chauffés à blanc, et qui surdosent l’intensité sans risquer le blackout. Pepper chante comme jamais, et ses cinquante ans ne pèsent pas lourd dans la balance, excepté en termes d’expérience. Et celle acquise auprès de ses projets les moins annexes transpirent à chaque cri, à chaque souffle, sans que l’homme n’ait oublié comment faire avancer la machine. Alors, pour nous permettre de respirer, les quatre hommes ont disséminé de çà et là quelques interludes mélodiques, non pour accentuer le côté concept que No Cross No Crown n’est définitivement pas (le nom vient d’un vitrail d’ancienne chapelle, et Pepper a bien précisé que les thèmes de société avaient été éludés au profit d’une problématique plus humaine et centrée), mais plutôt pour aérer un album d’une rare pression gardée sous le coude. Et ils en ont encore, malgré les cheveux tombés et les rides creusées…

« Wolf Named Crow », est d’ailleurs très léger niveau texte. Une rencontre inopinée entre un chien aux yeux bleus et un gamin très curieux, et la messe est dite, l’anecdote sera reine puisque la profondeur de la musique se suffit à elle-même. Guitares qui hurlent et hululent, chant qui s’impose sans écraser les pieds, et la magie de cette rythmique retrouvée, Dean/Mullin, qui n’ont certainement pas oublié l’art séculaire du chaloupé/pilonné qui confère à n’importe quel riff un peu téléphoné un groove vraiment endiablé. Le groupe au complet n’a pas non plus remisé son désir de se replonger dans ses racines sudistes, que l’on retrouve solidement implantées dans la terre de « Little Man », petit plaisir coupable qui se pare d’atours ralentis de « Clean My Wounds », alors même que le quatuor ne cherche aucune rédemption, et continue de nous assommer de son Rock énervé via un « Forgive Me » qu’on ne nous espère pas dédié. Vous pardonner quoi les gars, de nous avoir donné autant de plaisir par le passé, et de continuer ? Soyez sérieux, nous sommes juste heureux de vous retrouver en si bonne forme, et bien accompagnés et épaulés par le fidèle John Custer qui offre à la bande le son parfaitement idoine dont ils avaient besoin, cette patine un peu crade qui empêche les fréquences d’être trop polies pour être honnêtes, mais pas assez rouillés pour nous monter à la tête. Celle des musiciens va bien, puisqu’ils abordent cette nouvelle étape comme le cadeau qu’elle est.  

« Nous devons redevenir des humains, et prendre soin des uns des autres. C’est aussi simple que ça ».

Redevenir des humains, et accepter ses passions, comme celle qui fixe un « Planet Caravan » et un « N.I.B » dans le rétroviseur embué de « Nothing Left To Say », lourd comme un DOWN qui ne tente même pas de s’extirper de ses obsessions en bourrier. Comme tolérer que parfois, c’est la main divine de Iommi qui guide l’écriture d’un « Old Disaster » qu’Ozzy aurait pu couiner de sa voix de chauve-souris enrhumée. De friser l’euphorie la plus totale sur « E.L.M » qui donne des pulsations inédites à un électro-encéphalogramme plat depuis le manque constaté. Et de laisser l’orage des arrangements gothiques transpirer d’un lyrique « No Cross No Crown », sombre comme une nuit aux étoiles fanées. Mais je vous le disais, cette pochette sublime laissait traîner plus d’indices de son graphisme savamment étudié que bien des sentences promotionnelles balancées à la volée. La conformité n’a jamais été l’apanage des créateurs les plus farouchement sauvages, et ce dixième album d’un groupe enfin réuni dans sa configuration bénie prouve que le hasard du destin est décidément plus malin que tous les plans marketing élaborés au petit matin. Ceux que vous allez connaitre après avoir écouté No Cross No Crown seront aussi ensoleillés qu’ombragés, mais ils vous donneront l’énergie suffisante pour affronter bien d’autres journées. La couronne que vient de retrouver sur son front CORROSION OF CONFORMITY ne risque pas de tomber. Mais ils n’auront pas eu besoin d’arpenter de chemin de croix pour en être ceints. Juste de rester eux-mêmes, sans penser au lendemain.


Titres de l'album:

  1. Novus Deus
  2. The Luddite
  3. Cast The First Stone
  4. No Cross
  5. Wolf Named Crow
  6. Little Man
  7. Matre's Diem
  8. Forgive Me
  9. Nothing Left To Say
  10. Sacred Isolation
  11. Old Disaster
  12. E.L.M
  13. No Cross No Crown
  14. A Quest To Believe (A Call To The Void)

Site officiel


par mortne2001 le 23/01/2018 à 17:25
90 %    294

Commentaires (3) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
23/01/2018 à 19:00:57
Putain, ça sonne... On dirait drôlement DOWN par moment, et c'est pas pour me déplaire étant un gros (très gros) fan de la bande à Phil. Ca sent méchamment l'authenticité cette prod... Superbe chros mortne... Comme d'hab.

Buck Dancer
@79.87.138.218
23/01/2018 à 23:01:13
Très chouette chronique.

Il faut vraiment que je commence à l'écouter cette album. J'aime les trois morceaux en écoute et y'a longtemps qu'on l'attend se retour de Keenan.

Simony
membre enregistré
24/01/2018 à 11:09:10
Ça donne envie et je suis d'accord sur la pochette, elle est magnifique.

Ajouter un commentaire


Backyard Babies

Silver & Gold

Pestilent Death

Chapters of Depravity

Torch Runner

Endless Nothing

Noctambulist

Atmospheres of Desolation

Gods Forsaken

Smells of Death

Mass Destruction

Panic Button

Vigilance

Enter The Endless Abyss

Conjurer

Sigils

Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019 Part. II

Simony / 26/06/2019
Punk Rock

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019

Simony / 23/06/2019
Punk Rock

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Concerts à 7 jours

+ Gorgasm + Cenotaph

03/07 : Quartier Libre, Reims (51)

Photo Stream

Derniers coms

C'est pas plutôt sorti chez Notre Dame des landes Records ce truc ?

... pardon. Ça doit être le soleil.


J'aime beaucoup le premier album mais je suis passé à côté du deuxième. Vu le côté classique mon intérêt dépends aussi beaucoup de l'humeur du moment. Mais Willetts à retrouver un peu de voix j'ai l'impression.


Bof. Bof depuis toujours. La relève de Bolt-Thrower n'est pas assuré sur ce coup-là. Sans grand intérêt ce groupe et surtout une déception car j'en espérais beaucoup.


Le son était aussi radical que leur musique... Le genre de concerts où le circle-pit n'a pas sa place en somme, et où le public se prend juste un mur du son qui le paralyse.


Excellent ! Tout ça nous fait rêver et voyager avec vous. Merci !


Le morceau passe bien mais rien d'extraordinaire pas même en terme de old school. Video faite par un veteran de retour d'Iran d'après ce que je lis à la fin, le geste y est mais je doute de son intêret au vu de sa qualité que je trouve très passable.


Excellent !!! on y est totalement ! vivement la suite !


"On a le choix dans les saveurs proposées : 54 ou 58 degrés, l’un étant aussi dégueulasse que l’autre. Le premier shot goûte le pneu et râpe bien le gosier, le deuxième passe nettement mieux vu que le premier a annihilé ton sens du goût et cautérisé de ta langue jusqu’à ton estomac(...)


En effet, ça avait l'air ! Vu qu'un seul morceau en passant devant la Temple, mais ça ne faisait pas mine du tout !


Leur prestation au Hellfest fut d'une rare intensité.


En tout premier lieu, pardon de préciser que sur la photo choisie, on voit l'autre fou dangereux de Karl Logan qui pourtant ne fait plus partie du groupe. Si on veut le voir, c'est maintenant vers les archives de la police américaine qu'il faut se tourner...
En second lieu, Manowar est égal(...)


... et ce fut une des plus grandes prestations de ce Hellfest 2019. Personnellement je ne fus pas surpris car la dame exerce une musique d'un très très haut niveau, que ce soit émotionnellement ou techniquement parlant.
Par contre, je (ne) remercie (pas) tous les crevards et autres irrespec(...)


Surtout que officiellement c'est oas Entombed, c'est avec Hellid qui a reformé le groupe avec deux anciens époque Clandestine.


Un commentaire qui fait plaisir à lire, merci lolo pour ce retour.


Album acheté la semaine dernière à la suite de la lecture de cette chronique (+visionnage des deux deux clips disponibles, certes).
Je dois encore creuser mais les premières écoutes sont plus que prometteuses.

Un grand merci au chroniqueur, dont la plume m'a donné envie de m(...)


On a tous raison, sur le fil de coms, mais n'étant pas un fan absolu des albums d'Entombed depuis perpette (allez, Wolverine Blues reste le dernier indispensable à mon sens) disons que ce titre suscite de l'intérêt. Après, il est placé en opener, alors, de là à penser que c'est le meilleur t(...)


Bien, efficace, mais en effet pas très original...


J'y entends Grave époque Soulless vers 1'40, mais c'est vrai que le morceau est pas mal. De là a créer un intérêt pour l'album ?


Truc entendu 14 779 fois donc rien d'exceptionnel, mais ça envoi.


Idem, agréablement surpris...