Dans le petit monde du Hard Rock mélodique à tendance AOR, il n’y a pas que de grosses structures et de grands pontes. Il existe aussi une scène plus difficile à identifier, constituée de passionnés travaillant dans leur coin pour proposer le meilleur travail possible, sans bénéficier d’un soutien conséquent. Et je rends hommage à ces seconds couteaux au travers de cette chronique, ces anonymes de la mélodie qui ont parfois le potentiel pour taquiner les références sur leur propre terrain, mais qui ne peuvent souvent se faire un nom faute de promotion. Alors retenez bien celui de Daniel TRIGGER, instrumentiste et compositeur chevronné, qui depuis des années se fait les dents sur un répertoire personnel, mélangeant allègrement les guitares sous accordées et les harmonies ciselées sans faire de bruit, mais en accumulant les réalisations d’importance. Originaire des Midlands, Daniel a eu la révélation en tendant l’oreille sur le hit radiophonique au possible des suédois d’EUROPE, ce fameux et inévitable « The Final Countdown » qui eut un effet gigantesque sur lui, au point de le pousser à consacrer sa vie à tenter d’égaler les maîtres de sa patte. Entre des groupes de lycée éphémères, et une admiration sans bornes pour des combos de légende comme BON JOVI, DEF LEPPARD, QUEEN ou GUNS N’ROSES, Daniel finit par monter son premier ensemble professionnel en 1995, FULL TILT, au sein duquel il n’enregistra qu’un seul LP. S’ensuivirent des expériences différentes, entre le Rock Blues de EASY, et le Rock mélodique du plus intime TRIGGER, qui fut la structure à la longévité et productivité les plus conséquentes. Mais après quatre longue-durée et huit ans d’existence, Daniel sentit que le moment était venu de composer et d’enregistrer une musique encore plus perso sous son propre nom…Ce qu’il fit en gravant trois disques emprunts d’un certain modernisme 90’s de guitares sombres atténuées par des harmonies fines et dentelées, passion oblige. Mais en 2017, il sentit que le moment était venu de revenir à ses amours de jeunesse, et c’est donc animé de tendres attentions qu’il se mit au travail sur ce Right Turn, au nom prédestiné…

C’est donc le bon tournant qu’il faut attendre de ces dix compositions au-dessus de tout soupçon, qui parviennent souvent à combiner la rage du Hard Rock, la séduction d’un Glam light et la beauté d’un AOR vraiment peaufiné. Musicien sincère, Daniel TRIGGER ne joue aucunement l’esbroufe, et nous abreuve de mélodies en cascade, que sa voix au grain râpeux met admirablement bien en valeur. Si l’ensemble ne fait pas grand cas d’un amour inconditionnel pour la scène FM américaine des années 80 et pour son pendant plus énergique scandinave de la même époque, l’ensemble dégage un délicieux parfum de tendresse d’adolescence, cet âge des amours troublants et des découvertes de personnalité. Aussi investi qu’une bande inédite des JOURNEY, mais tout autant concerné par les prêches du STRYPER le moins mielleux, Right Turn est une réussite flamboyante, qui n’a pas grand-chose à envier aux W.E.T, WORK OF ART et autres GROUNDBREAKER, malgré des moyens certainement plus limités. Moyens limités certes, mais implication totale pour cet instrumentiste qui ne fait pas les choses à moitié, et qui parvient à signer une poignée de hits que les radios US d’il y a trente ans se seraient fait un malin plaisir de matraquer, sans se soucier de savoir si leurs auteurs étaient hébergés dans le giron d’une major ou dormaient sur le trottoir de l’autoproduction. Sinuant sans cesse entre les couloirs du temps Hard Rock et les photos jaunies d’un Melodic Rock à tendance AOR, tout en prenant soin de multiplier les arrêts de bus Classic Rock, Daniel nous délivre dix compositions solides et sincères, qui si elles s’assimilent parfois à un tout indicible, parviennent toujours à proposer une accroche harmonique ou un refrain anthémique pour fédérer. Mais il se dégage de ce nouvel album retour aux sources une naïveté et une poésie très séduisantes, qui évoquent même parfois le patrimoine américain dans sa globalité, à la croisée d’un BON JOVI dit « de la maturité » et d’un STRYPER soft qui aurait enfin remisé ses bondieuseries au placard. En résulte un bain de jouvence estampillé Billboard 88/89, avec cette petite touche nineties que l’artiste affectionne tant.

Right Turn est donc une promenade agréable en ligne droite du temps, qui emboîte le pas de la vague nostalgique actuelle, sans céder à ses effets de manche. On sent que chaque partie de guitare résulte d’un processus de spontanéité, ensuite peaufiné pour parvenir à un résultat professionnel, et un morceau de la trempe de « Hold Back The Night » aurait largement sa place dans la discographie la plus récente du beau Jon, tant la mélodie et les arrangements vocaux hument le New-Jersey par tous les pores. Mais il est aussi possible de sentir, pour peu que votre sensibilité y soit réceptive des accents légèrement Sleaze parfois, notamment sur la poignée de morceaux d’ouverture, qui ne cachent en rien leur attirance pour un Hard-Rock de facture plus classique, mais toujours aussi mélodique. Le son global est d’une qualité indéniable, et apporte la clarté nécessaire à la réussite d’un tel projet, qui associe dans un même allant la puissance d’un Rock californien et les racines d’un AOR plus cosmopolite, entre Amériques et Scandinavie. Pour autant, aucun opportunisme sur cet album, qui se contente d’utiliser des recettes éprouvées, adaptées à la personnalité attachante d’un artiste sensible, mais pas dupe de ses influences. Il convient d’y voir un hommage à une jeunesse pas encore vraiment digérée, et qui revient par vagues, entre riffs aiguisés et chant modulé (« Heavy Heart »), et chaloupés rythmiques plus contemporains qui ne trahissent pourtant pas les références d’usage (« Alive »).

Les refrains sont évidemment calibrés pour coller à l’optique « musique de stade » privilégiée dans les moindres détails, même lorsque l’ambiance se tamise pour se rapprocher d’une émotion palpable (« Drive »). Chœurs à la DEF LEPPARD sans la pression de studio parfois étouffante, guitares cristallines ou mordantes selon l’atmosphère, mais aussi montée d’adrénaline pour retrouver l’impulsion de la scène du Strip, lorsque le fantôme des POISON et autres SLAUGHTER prend le relais sans le bruit des chaînes (« Rock N Roll Party », que les GREAT WHITE auraient pu faire monter en haut des charts). Et dès l’entame « Penitence », l’aveu admis est complètement pardonné, puisque la frontière entre délicatesse et mièvrerie n’est jamais franchie, grâce à un enthousiasme qui ne se démentira pas par la suite. Si bien évidemment, l’ombre du BON JOVI post Slippery When Wet plane bas au-dessus du ciel de Right Turn, on ne saurait en vouloir à Daniel de s’inspirer des meilleurs pour développer son propre univers, univers d’ailleurs personnel puisque trouvant son origine dans les épitres les plus anciens de la musique qu’il pratique. Un véritable geyser de bonne humeur, et une optique vintage qui n’abuse pas des artifices de studio pour faire sentir sa nostalgie. Avec ce nouvel album, Daniel TRIGGER prouve qu’il a tout à fait sa place parmi les plus grands du genre, et nous délivre une copie presque parfaite, qu’on aurait peut-être aimée plus variée pour complètement craquer.      

 

Titres de l'album :

                       1. Penitence

                       2. Days Gone By

                       3. Drive

                       4. Running Into The Wind

                       5. Hold Back The Night

                       6. Heavy Heart

                       7. Alive

                       8. There In Your Heart

                       9. Rock N Roll Party

                      10. Wheels In Motion

Facebook officiel


par mortne2001 le 06/10/2018 à 14:19
78 %    180

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Miscarriage

Imminent Horror

Death Agony

Desiderata : A Devastating Revelation

Damantra

Broken

Walls Of Blood

Imperium

Terre

Terre

Pristine

Road Back To Ruin

Tytus

Rain After Drought

Palehørse

Palehørse

Statement

Force Of Life

Cara Neir

Part III - Part IV

Project For Bastards

Project For Bastards

Aftermath

There Is Something Wrong

Nostromo

Narrenschiff

Charge

Ain’t The One

Herod

Sombre Dessein

(false) Defecation

Killing With Kindness

Rosy Vista

Unbelievable

Gorgon

Elegy

Interview avec AEPHANEMER

Acid / 23/04/2019
Aephanemer

Misanthrope Tournée des 30 ans / Sphaera

Simony / 21/04/2019
Gothic Death Metal

SOEN + GHOST IRIS + WHEEL - Backstage By The Mill - Paris

Kamel / 20/04/2019
Backstage By The Mill

Orphaned Land + Subterranean Masquerade

RBD / 18/04/2019
Folk Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Oui, le côté ultra cliché, difficile de pas y succomber. Sûr qu'au Keep It True de ce weekend, le label Cruz Del Sur, qui expose, sera bien dévalisé. La chanteuse amène le petit plus nécessaire pour sortir du lot.


Oui excellent ce truc ! Ultra cliché dans le genre mais ça fonctionne à fond.


Super truc de heavy épique qui renvoie aux espoirs du genre, type Chevalier ou Visigoth. En plus le dessin de Whelan ajoute au charme de l'album. Les vov=calises de la chanteuse sont très efficaces.


groupe de merde


Terrible encore. Putain ce que j'aime ce groupe bordel. Autant pour leur musique que pour ce qu'il représente. DARKTHRONE bordel !!! Super morceau !!! Hail DARKTHRONE !!!
(Mais il me semble que cela a déjà été dit non ?)

PS : Qui plus est, l'idée d'animer cette superbe poche(...)


Super morceau ! Hail Darkthrone !


Terrible encore. Putain ce que j'aime ce groupe bordel. Autant pour leur musique que pour ce qu'il représente. Darkthrone bordel !


1) "Je connais pas Parkway Drive jamais écouté"
Continuez ainsi mon brave !!!
2) "Hellhammer est reformé ?"
Bah alors Monsieur King ! Réveillez-vous !
C'est LA news de 2019 !
Mon érection en tous cas car futur visionnage de la chose en juin prochain au HELLFEST...


Hormis Slayer c'est pas fou les têtes d'affiche, je connais pas Parkway Drive jamais écouté.

J'ai vu l'affiche Hellhammer est reformé ?


Une vrai pépite cet album, comme dit dans la chronique froid, profond et à la fois somptueux.


Jus de cadavre + 1.
Et absolument pour tout ce que tu en dis...
(Sauf que moi j'y ai tout de même fait mon hajj en 2006)


Jamais fais le Wacken, et je ne le ferais sans doute jamais... Pourtant c'était la Mecque ce fest pour moi il y a des années, le truc que chaque metalleux se devait de faire au moins une fois ! Mais aujourd'hui j'en ai plutôt une image vieillote, un fest qui n'évolue pas, qui ne cherche pas à i(...)


Ca sent la revanche !!


(suite et fin)
Mais malheureusement, comme le dit très bien Simony "l'auto-parodie et la surenchère du groupe, et notamment de son chanteur S.A.S de L'Argilière a eu raison de bien des Metalheads qui ont vu en eux un bouc émissaire parfait".
C'est exactement ça en ce qui me concerne(...)


Jamais accroché à ce groupe :
Bien trop Prog et "branlette" pour moi.
Pour autant, je respecte beaucoup la formation pour ce qu'elle est aussi :
Des gars intègres, dans une recherche musicale constante, qui mènent leur barque contre vents et marrées depuis un sacré bout de te(...)


??? ??? ???
C'est seulement maintenant qu'ils annoncent des groupes présents pour août prochain ?!?!
Si oui, c'est vraiment se foutre de la gueule du monde.
Alors, j'ai bien conscience que les billets sont déjà tous vendus depuis des lustres et que le futur public n'a donc aucu(...)


Non cela semble être l'image choisie pour illustrer le trailer, mais sait-on jamais...


C'est ça la pochette ?


Enorme ce 1er Testament.
Avec une prod bien plus écoutable que celle du 1er Exodus, par exemple !


Merci. Sympa de voir que le groupe, en plus, pond toujours des albums de grande qualité comme le petit dernier.