Quatrième album déjà pour les américains de WOLVHAMMER, quatre ans après Clawing Into Black Sun qui lui-même intervenait trois ans après The Obsidian Plains, lui-même publié trois ans après l’initial Black Marketeers of World War III. Entre toutes ces publications, pas mal de splits, histoire de confronter sa légende avec celles de THE ATLAS MOTH et KRIEG, sans pour autant définir la frontière entre les territoires, puisque la zone d’inconfort des américains ne saurait tolérer de balises trop précises. The Monuments of Ash & Bone joue donc le changement dans la continuité, et de la franchise de son titre en révèle beaucoup sur un contenu qui satisfera les amateurs de sensations fortes, qu’elles soient Black, Sludge, Dark Rock ou Black N’Roll. Sans changer son fusil d’épaule, le quintette (Jeff Wilson & John Porada - guitares, Adam Clemans - chant, Andrew Gerrity - basse et Garry Naples - batterie, soit aucun survivant du line-up originel) adapte ses vues sur la violence contemporaine, en la traitant comme telle, sans chercher à la nuancer ou l’édulcorer. Et c’est certainement ce qui représente le point fort de ce nouveau longue-durée, qui ne cherche pas à élargir son public en abordant des styles qui modulent, mais qui reste fixé sur une ligne de conduite en descente en spirale, nous entraînant toujours plus loin dans les entrailles d’un enfer humain. Difficile de situer ce combo qui cherche obstinément la façon la plus repoussante d’aborder ses thèmes, les torturant d’un tempo lent et processionnel, ou au contraire, les durcissant d’une vitesse de croisière que les plus ardents défenseurs d’un BM de tradition respectent. Ainsi vont donc la vie et la mort entre les mains de ces sadiques, qui une fois encore, échappent à toute catégorisation trop précise, sans se montrer trop versatiles…

Alors, WOLVHAMMER finalement, qu’est-ce que c’est ? Tout d’abord une association, celle de musiciens qui se partagent géographiquement entre Minneapolis, Minnesota et Olympia, Washington, et qui se retrouvent régulièrement pour façonner un crossover de l’extrême, qui n’a que très peu d’équivalent sur la scène actuelle. Et selon les humeurs, vous passerez donc une fois de plus entre les mailles du filet Death Rock, vous engluant dans les méandres d’un faux Sludge boueux, mais pas crépusculaire, avant de vous échouer sur l’île déserte d’un Black Metal sans concession, aussi inspiré par la vague nordique originelle que par la première mouture nationale qui à la fin des années 90 commençait à en distordre les froids commandements. En sept morceaux seulement, les américains valident leur passé et leur parcours, et nous font headbanguer, nous violentent, nous bousculent, nous enfoncent dans nos propres traumas, en utilisant toute l’étendue des possibilités de guitares qui refusent de se brider, et l’élasticité d’une rythmique qui ose les plans contraires pour accentuer la crudité de son propre tempo. Et c’est une très courte intro synthétique qui nous mène au cœur des débats, lorsque l’impitoyable et cru « Eternal Rotting Misery » se place en convergence du BM et du Hardcore. Riffs décharnés et graves dans leur entêtement, chant toujours partagé entre rudesse rauque et gravité glauque, mélodies tuées dans l’œuf et prétextes à des débordements catchy, pour une farandole nous donnant le tournis, bien incapables que nous sommes de vraiment appréhender la réalité des faits. Est-ce du Black, du Death Rock, du Hardcore à la mort, ou un Heavy Metal tellement remonté qu’il finit par en déborder ? La réponse vous en appartient, d’autant plus que l’équation se complique au fur et à mesure des titres, nous laissant plus qu’interrogatifs.

D’aucuns me diront, à très juste titre, que l’ivresse importe peu du moment qu’on garde le flacon. Et ils auront raison, tant The Monuments of Ash & Bone s’obstine à séparer le bon grain de l’ivraie, épurant les scories de la concurrence pour se concentrer sur les aspects les plus bruts des conséquences. Et si la cause reste inconnue (on s’est toujours plus ou moins demandé à quel wagon raccrocher le quintette), ces fameuses conséquences sont quant à elles immédiates, et nous séduisent de leur inclusion/exclusion permanente, jouant avec les étiquettes comme tous les musiciens affranchis le font. Ce titre en est d’ailleurs une illustration parfaite, jonglant avec les ambiances, se cassant le cou sur des fulgurantes courses en avant, temporisant pour mieux s’envoler, et aplatissant pour mieux mettre en relief. La production de Jarrett Pritchard (GOATWHORE, EXHUMED, il sait de quoi il parle) a ce je-ne-sais-quoi de nostalgique qui nous entraîne sur les traces du passé, mais ne se contente pas de galvauder, et adapte la nostalgie à l’air du temps pour conférer à l’œuvre une aura unique, un peu comme si les MORTALS s’amusaient à reprendre du HELLHAMMER histoire de rester au frais (« Call Me Death », on n’a pas vraiment envie de lui trouver de petits surnoms), ou à singer les mauvaises habitudes de DARKTHRONE, les capacités en plus. Et comme chaque chapitre à une patine bien différente, la tâche du producteur n’en a été que plus difficile, lui qui est parvenu à conserver cet éclectisme sans sacrifier la cohésion, ce qui n’est pas le moindre des exploits.

Mais gageons qu’au vu de son CV, Pritchard a dû trouver son compte dans cette apocalypse de haine, lui qui gère comme personne la brutalité et parvient à la rendre tangible. Il a d’ailleurs beaucoup dû apprécier les accès de rage soudains de « Law Of The Rope », qui en mixant Black et Roll, Crust et Core nous fait tourner fou, osant même la coupure sèche et nette au centre pour se rapprocher une fois encore du parfum de mort de Tom Warrior. Avec une telle description, on pourrait croire les WOLVHAMMER trop lunatiques, ce qu’ils sont assurément, mais sans pour autant retourner leur veste à chaque instant. Non, leur vocable est juste tellement étendu qu’ils ne se privent pas pour mélanger les formules, combinant les champs lexicaux musicaux pour aboutir à un nouveau langage, qui se réclame tout autant de TOMBS que des WOE (« Bathed in Moonblood & Wolflight », et ses chœurs terrifiants). Guitares lancinantes et pourtant entraînantes, pour un lick central aussi entêtant que redondant, transposant le Rock dans son homothétie extrême sans le dénaturer. Les esthètes les plus pointus ne manqueront pas de pointer du doigt le long et hypnotique final « Solace Eclipsed », arguant du fait que ses arrangements de cordes synthétiques lui permettent de jouer l’aération et l’harmonie, et ils seront dans leur bon droit, puisque cet épilogue en forme de paroxysme accentue encore plus le caractère farouchement imprévisible d’instrumentistes/compositeurs qui refusent toute forme de routine et de facilité. Long crescendo en attraction/répulsion, ce final homérique nous fait comprendre que la mélodie ne se cache jamais très loin de l’éclipse, et que même la noirceur totale n’en cachera jamais complètement la lumière. Aussi emphatique et majestueuse qu’une coda d’OPETH, cette clôture nous permet de refermer la parenthèse ouverte par The Monuments of Ash & Bone complètement satisfait de notre expérience, et prêts à reprendre le cours normal de notre vie.

Mais lorsque les WOLVHAMMER en font partie, celle-ci n’est jamais vraiment normale.


Titres de l’album:

     01. Eternal Rotting Misery

     02. Call Me Death

     03. Law Of The Rope

     04. Bathed In Moonblood And Wolflight

     05. The Failure King

     06. Dead Rat Rotting Raven

     07. Solace Eclipsed

Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 06/06/2018 à 17:37
88 %    282

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
07/06/2018 à 17:43:25
Vu sur scène avec Shining et Revenge, j'avais trouvé ça très (trop ?) dans "l'air du temps" comme style... Mais ça se tient...

Ajouter un commentaire


Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

D.a.d

A Prayer for the Loud

Death Angel

Humanicide

First Signal

Line of Fire

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Ministry

18/06 : La Laiterie, Strasbourg (67)

Photo Stream

Derniers coms

Haha, ouais. Bon en même temps, fallait pas s'attendre à voir autre chose venant d'eux.


Ca paiera les soins de Mustaine, touché par un cancer de la gorge. En espérant un prompt rétablissement au divin rouquin.
Endgame reste leur meilleur album depuis... Rust In Peace, et le plus agressif aussi.


Courage a ce monstre du Metal.


Ah bah merde ! J'étais content de pouvoir revoir le père Wino sur scène... Grand souvenir avec Spirit Caravan il y a quelques années sur cette même scène.


Ah merde Humungus, ce qui me plaît surtout dans le dernier Vltimas, c'est les influences orientales...Le mash-up Faudel/David Vincent m'a tellement fait rêver ! :)


Il a survécu à la dope, à l'alcool, à dieu et à Metallica en écrivant les plus belles pages du Heavy/Thrash alors je pense qu'il survivra à ce putain de cancer ! Pour moi, le Metal God, c'est lui. Le meilleur guitariste du Metal c'est lui, alors il ne peut pas mourir. Dave Mustaine ne mourra (...)


Vas y Dave, nique lui la gueule à ce putain de cancer.


Tout simplement parce qu’ils sont pourris...


Eh ben...
Fucking hook in mouth.... :-(


@humungus : tout à fait d'accord ! ;-)


En fait, je pensais que tu faisais une vanne et que tu sous entendais par là que c'était le meilleur fest d'Europe…
Alors, pour corriger "réellement" l'ensemble, le HELLFEST c'est :
L'un des plus grands d'Europe, le plus grand de France et le meilleur au monde mondial au niveau des (...)


Détrompe toi Humungus, on ne s'en branle absolument pas, c'est justement pour partager les attentes de chacun et pourquoi pas donner envie à ceux qui hésitent d'aller voir tel ou tel groupe. Et ton R.O. est plus que solide dites donc, je m'y reconnais assez !
Et pour "le plus grand festival(...)


J'imagine que tout le monde s'en branle, mais y'a pas de raison qu'il n'y ait que les chroniqueurs qui vous fassent part de leur destinations sur le fest (merde quoi !) :
- Vendredi : CONAN, POWER TRIP (jamais vu. Hâte de voir ça sur scène et surtout dans le pit hé hé hé), DIAMOND HEAD ((...)


Ah merci totoro !
Je ne suis donc pas le seul à penser qu'il n'y a pas plus de Crust là dedans que de références Raï dans le dernier VLTIMAS.


De mon coté j'y serais aussi pour le zine'... Mon RO du coup : Slayer, Slayer et Slayer (en gros quoi). Plus sérieusement y'a de quoi faire encore cette année ! Mais pour moi ça se passera, comme depuis des années maintenant, quasi uniquement sous les tentes... A part pour Slayer, Gojira et 1 o(...)


J'avais peur après "LIFAD" que je n'aime pas (trop facile, pas assez martial, aux chansons loin d'être inoubliables, à part "Waidmanns Heil"). Rassuré par l'énormissime "Deutschland" et "Radio", c'est désormais tout l'album qui me fait plaisir. Rammstein ne change pas vraiment mais a trouvé u(...)


Je n'entends pas du tout le truc Crust dans ce disque... Par contre, c'est un sacré putain de bon disque, avec un nombre de riffs qui tuent complètement affolant ! Entre Death Mélo et Dark Metal suédois. On oscille pour ma part entre du Tribulation plus vénère, moins prog' et du Dissection pé(...)


"Ils ont enfin sorti un album potable depuis 1988 ? Ah non après vérif ' leur dernière crotte reste Hardwired."

1988 soit 30 ans passé.

Oui ils ont quand même sorti un très bon album depuis indiscutable depuis...Le Black Album ! Il y a 28 ans...

-
<(...)


Voir un groupe aussi lourdaud que le Metallica actuel reprendre Thin Lizzy c'est quand même la honte. Finalement Jojo c'était parfait pour eux.


Hate d'écouter la suite un groupe que je trouve vraiment excellent dans le style...bref un beau voyage auditif pour moi.