Dead Sentry

Dead Sentry

22/05/2020

Autoproduction

Voici un cas assez intéressant émergeant de l’underground, avec encore une fois un souci de line-up qui interpelle. Alors que l’entrée du groupe sur The Metal Archives dévoile un quatuor en bonne et due forme, la page Facebook nous aiguille plutôt sur la piste d’un one-man-band, en tout cas provisoirement. N’ayant d’autre renseignement à prodiguer, je me fierai donc à la piste du réseau social qui laisse le leader de ce projet affirmer qu’il est seul aux commandes pour l’instant, et je vous présente donc Stefan Smith, chanteur/guitariste qui visiblement s’occupe de tout au sein de DEAD SENTRY en attendant mieux. Dans un désir de rester exhaustif, on peut aussi ajouter que le « groupe » a compté dans ses rangs Seamus Hamilton-Pattison à la basse, Mack Hatcher à la batterie, et Marshall Brandt à la guitare, sans savoir si ces trois musiciens ont participé à l’enregistrement de ce qui semble être un premier LP. Un premier LP aux proportions très modestes d’ailleurs, puisque la version Bandcamp ne propose que six morceaux pour à peine plus de vingt-cinq minutes de musique. C’est donc la version bonus que j’ai réussi à me procurer, et autant dire que le Thrash proposé par DEAD SENTRY est assez étrange et pour le moins atypique et alambiqué. Venant de Winnipeg, Manitoba, ce concept biscornu ne donne pas grande indication sur sa genèse, si ce n’est une date de formation en 2018. Pas d’influences marquantes, pas de bio, pas de projets, et Dead Sentry reste un peu énigmatique dans les faits, même après avoir disséqué son contenu. Un peu Techno-Thrash sur les bords, avec quelques relents Death, ce premier manifeste n’est pas des plus simples à analyser, puisqu’il prend un malin plaisir à louvoyer entre les genres. On pense évidemment à toute la troupe des outsiders eighties, les INDESTROY, KUBLAI KHAN, BLIND ILLUSION, et en poussant les choses un peu plus loin, on pourrait même faire allusion à SADUS et ATHEIST dans les moments les plus denses, quoique les chœurs typiquement Crossover atténuent un peu cette impression.

Toutefois, et malgré le manque de détails, cette musique est tout sauf désagréable, et pour le moins rafraichissante dans le contexte nostalgique actuel. Avec une production un peu sèche et une approche de biais, Dead Sentry se démarque facilement et avec talent de la horde formelle old-school des dix dernières années, singe MEGADETH pour mieux se rapprocher de CORONER, tout en insistant sur ses particularités les plus personnelles. Bardé de riffs killer jusqu’au goulot, ce premier LP/EP est une curiosité intéressante, et parfois même fascinante, quand le ballet des guitares prend un caractère outrancier. On apprécie les dissonances à la VOÏVOD, et ce chant sardonique et légèrement sadique, au grain amer et aux intonations acides, qui donne de l’ampleur à un instrumental refusant la facilité de la routine. On se fait vite hypnotiser par cette accumulation de plans tout sauf gratuite, qui confère aux morceaux une épaisseur conséquente. D’une durée raisonnable, les morceaux n’en contiennent pas moins leur lot impressionnant d’idées qui sont toutes valides, et certains d’entre eux parviennent à nous fédérer sans forcer, à l’image du concentrique « The Body and the Brain ». Le tout ressemble parfois à une démo simplifiée d’ATHESIT publiée aux alentours de 88/89, produite par Dave Mustaine, mais sonne complètement professionnel. A titre d’exemple, « Where Next to Kill ? » semble s’ingénier à synthétiser tous les courants Thrash de la fin des années 80, et cite ASSASSIN, CORONER, EXODUS, MEGADETH, sans tomber pour autant dans la complexité inextricable du Techno-Thrash stricto-sensu. Toutefois, la complexité et la densité du produit en question lui donne une aura particulière, et un titre aussi efficace que roublard tel « Inhuman Perfection » nous fait clairement regretter la brièveté de cet album. Aussi efficace et percutant qu’inextricable et fertile, DEAD SENTRY montre un visage séduisant, certes tourné vers le passé, mais proposant une échappatoire viable à cette époque de recyclage intensif, certes jouissif sur le moment mais terriblement frustrant à moyen terme. En osant des mélodies en inserts, des arrangements vocaux malins, et des passages concentrés subtilement emprunts de Death light, Dead Sentry se savoure pleinement, et révèle ses fragrances petit à petit, nécessitant plusieurs écoutes pour se livrer dans son intégralité.

Subtilement agencé, il se termine par une outro de toute beauté, et même si « Psymphony », le titre bonus semble un peu « pièce rapportée » avec sa grandiloquence à la BELIEVER de Sanity Obscure, aucun reproche majeur ne saurait entacher cette réalisation terriblement personnelle qui je l’espère ne sera pas qu’un accident ponctuel. Espérons que Stefan Smith puisse rassembler ses forces et ses troupes pour nous proposer une suite plus conséquente, son approche restant fascinante et plurielle.        

  

Titres de l’album :

                       01. The Crown

                       02. Sacred Soil

                       03. Where Next to Kill ?

                       04. The Body and the Brain

                       05. Inhuman Perfection

                       06. (Epilogue) The Inhuman Perfected

                       07. Psymphony

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 28/11/2020 à 17:48
80 %    144

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Dirge + Spinning Heads 2005

RBD 05/04/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Frank Arnaud

Jus de cadavre 21/03/2021

Vidéos

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres

Moonspell 2007

RBD 04/02/2021

Live Report

Olivier Verron _ Interview Conviction

Simony 27/01/2021

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
otagrosse

C'est de la merde

14/04/2021, 10:56

Emile Louis

Il va crever comme une merde!

14/04/2021, 10:54

metalrunner

Un putain de batteur doublé d un mec sympa et dispo go Tom

14/04/2021, 08:24

KaneIsBack

Aïe, ce n'est clairement pas un bonne nouvelle...   Mais bon, il va se battre, donc croisons les doigts !

14/04/2021, 08:13

RBD

Alors ça ! Je suis très peu consommateur de Black et moins encore quand c'est expérimental, mais par contre grand lecteur de Dan Simmons dont le cycle "Hyperion" est probablement l'oeuvre la plus culte. Il faut être ambitieux pour s'attaquer &ag(...)

13/04/2021, 21:37

totoro

Un peu de mal à entendre le côté dope et décadence dans la musique du groupe, même si je trouve le disque particulièrement emballant et entraînant ! Ca me rappelle un peu le groupe norvégien Red Harvest ! Merci pour la découverte ! En pl(...)

13/04/2021, 13:30

RBD

Cela rappelle les heures grises de l'"Enfant sauvage", en effet. Après deux bons premiers extraits, c'est pas si grave. Nous verrons bientôt ce que vaudra l'oeuvre complète.

13/04/2021, 11:47

Deathcotheque

Pas de sortie physique ? C'est vraiment dommage. Je ne pourrai pas les soutenir sur ce coup là !

13/04/2021, 11:24

Buck Dancer

Après une écoute, un peu moins convaincu aussi par ce morceau que les précédents, mais c'est le genre de chanson qui peu se révèler avec le temps.... ou pas. 

12/04/2021, 22:31

Moski

Hmmmmmmmmmmmmmmmmm mouais... Pas convaincu par ce titre. Je trouve les paroles un peu bateau, sur un tapis de triolets... Mouais... 

12/04/2021, 20:45

Deathcotheque

Guillaume a chanté dans Mnemic (sera encore le chanteur quand ils se reformeront ?), groupe dont le style n'est pas si éloigné que ça de Fear Factory. "Passenger", le 1° album qu'il a enregistré avec eux a été produit et enr(...)

12/04/2021, 20:27

Deathcotheque

Guillaume a chanté dans Mnemic (sera encore le chanteur quand ils se reformeront ?), groupe dont le style n'est pas si éloigné que ça de Fear Factory. "Passenger", le 1° album qu'il a enregistré avec eux a été produit et enr(...)

12/04/2021, 20:27

Humungus

"Et Fear Factory a joué le 17 décembre 2004 en 1° partie de Fear Factory à l'Elysée Montmartre"Et après on s'étonne que le pauv' Burton n'ait plus de voix durant les shows...(sic)

12/04/2021, 20:25

Deathcotheque

Guillaume a chanté dans Mnemic (sera encore le chanteur quand ils se reformeront ?), groupe dont le style n'est pas si éloigné que ça de Fear Factory. "Passenger", le 1° album qu'il a enregistré avec eux a été produit et enr(...)

12/04/2021, 18:42

Jus de cadavre

Je plussoie ! C'est excellent oui ! 

12/04/2021, 18:09

RBD

Pour préciser : il me semble très difficile d'empêcher l'utilisation des vocaux déjà enregistrés si Burton a effectivement signifié son départ après. Sur les suggestions, Guillaume Bideau pourrait êtr(...)

12/04/2021, 17:41

Florian coquerelle

ouais. Steeve. Petit. Nouveau chanteur. De fear. Factory. Ce. Serait. Bien. Non?

12/04/2021, 15:07

RBD

Essayé sur la foi d'une description qui s'est révélée parfaitement exacte. Cela faisait un petit moment que je n'avais pas croisé un jeune groupe mettant les solos de guitare autant en avant. L'allusion à Demolition Hammer est parlante(...)

12/04/2021, 13:42

LeMoustre

No les influences. Seule la voix, peu naturelle et monocorde, me gêne. 

12/04/2021, 12:40

Orphan

"sont" <- putain mes propres yeux saignent

12/04/2021, 10:10