Undimensioned Identities

Phobophilic

02/02/2020

Blood Harvest

La phobophilie est l’amour de la peur. Oui je sais c’est étrange, mais en argot, c’est aussi un conservateur un peu coincé qui sous prétexte de défendre ses idées transforme son interlocuteur en anti-tout. On en connait tous un certain nombre, qui vous taxent de xénophobe, d’homophobe, d’islamophobe, histoire de régler le débat en deux coups de cuiller verbale. Mais c’est facile, ça ne coûte pas cher, et c’est plus simple que de trouver de réels arguments. Alors admettons. Mais étendons le débat à l’univers musical, et découvrons ce qu’est un PHOBOPHILIC en action. En l’occurrence, c’est une créature un peu gauche et grossière, subtilement passéiste, venant de Fargo, Dakota du Nord, et qui nous propose aujourd’hui son premier EP façon pro, après l’avoir édité à compte d’auteur il y a quelques mois. Plus prosaïquement, PHOBOPHILIC est une énième découverte du label underground suédois Blood Harvest, qui n’a donc de cesse de creuser les abimes pour y découvrir sa pitance. Et avec une caution pareille, vous savez déjà plus ou moins à quoi vous attendre, en gros, tout sauf du Heavy classique ou de l’AOR bien ambiancé. Non, soyons sérieux, le Death putride et historique est encore une fois à l’ordre du jour, ce que ce logo indéchiffrable et cette pochette ne l’étant pas moins laissent suggérer avec beaucoup de franchise. Dans les faits, ce quatuor s’est donc formé en 2017, a déjà publié deux démos dont une en répétition, avant de lâcher cet EP quatre titres, récupéré par le label pour être édité sous forme de tape. Vintage donc, mais tant mieux, la musique s’accordant très bien de cette optique nostalgique. Pas grand-chose à dire à propos du groupe qui n’a même pas pris le temps de se faire une page Facebook, leur Bandcamp étant relativement peu disert sur eux, les réduisant à leur formation.

Ces musiciens (Aaron Dudgeon – guitare/chant, Josh Poer – guitare, Christian Alm – basse et Vincent Tweten – batterie) s’en viennent donc nous colporter la bonne parole du Death des années 80/90, avec une conviction qui mérite l’attention. Très portés sur la brutalité, les musiciens n’en oublient pas pour autant les fondements les plus absolus de leur style de prédilection, et osent donc les harmonies prononcées sur fond de soli très capables. C’est ainsi qu’après nous avoir assommés de Death à tendance technique avec leurs trois premiers morceaux, les lascars font soudainement preuve de finesse pour nous offrir un final en disant long sur leur potentiel. Petite pépite cachée, « Synaptic Vessel » fait presque montre d’ambitions progressives, et en tout cas, d’une culture étendue et d’une ouverture d’esprit manifeste. On aime cet épilogue qui permet d’entrevoir d’autres possibilités qu’une simple redite maladroite sur fond de crossover INCANTATION/OBITUARY/DISEMBOWELMENT/GRAVE, bien que les trois premiers titres ne manquent pas de charme non plus dans le genre homme de Cro-Magnon sortant de sa caverne et découvrant les joies du solfège. « That Which Swallowed the Sun » plante d’ailleurs mieux le décor que n’importe quelle intro grondante, avec son riff qui traîne la patte et son accélération soudaine payant son tribut aux Dieux anciens de MORBID ANGEL. On apprécie ce formalisme, cette précision rythmique, ces breaks qui relancent constamment la machine, et bien sûr, ce chant qui se racle la gorge et qui éructe ses remugles avec conviction. L’ensemble est d’ailleurs formidablement mis en valeur par une production étonnamment claire, vintage mais pas trop, qui laisse les guitares s’exprimer sans les alourdir ou les faire grésiller, et cette frappe de caisse claire purement analogique.

Le tout est bien évidemment frappé du sceau de la passion US, mais on sent bien que les PHOBOPHILIC n’étaient pas non plus sourds lorsque la déferlante sonique suédoise a explosé avec les ENTOMBED et autres UNLEASHED, mais c’est clairement du côté des USA qu’il faut chercher leur inspiration. « Subterranean Miscreation » enfonce le clou de son équilibre DISMEMBER/CANNIBAL CORPSE, avec toujours cet entrechoquement de plans qui se télescopent sans nuire à la cohésion globale. Niveau instrumental, rien à redire, les mecs connaissent leur boulot, entre les sifflantes, les harmoniques, les fulgurances inopinées, le tout totalement maitrisé et régurgité dans un vocable personnel, avec mélodies sous-jacentes qui agissent en contrepoint des blasts, et le tout est bien emballé, soupesé, et restitué avec panache. Quatre morceaux seulement, c’est bien là le seul défaut de cette tape qu’on aurait aimé un peu plus longue, puisque « Diminished to Unbeing » confirme le bien-fondé d’une opinion plus que positive. En passant en revue toutes les composantes Death de tradition, les PHOBOPHILIC signent avec ce premier EP un manifeste plus qu’intéressant, qui donnera lieu à des spéculations âpres sur un avenir glorieux. Vivement la suite, et si jamais quelqu’un vous contredit lorsque vous affirmez qu’Undimensioned Identities est une menace pour la progression du Death moderne, taxez-le de vintageophobe. Il s’en trouvera coi et ne demandera pas son reste. Bordel.

 

Titres de l'album :

                           01.That Which Swallowed the Sun

                           02.Subterranean Miscreation

                           03.Diminished to Unbeing

                           04.Synaptic Vessel


Bandcamp officiel


par mortne2001 le 12/04/2020 à 14:28
78 %    408

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview

Welcome To My Nightmare

mortne2001 26/12/2020

From the past

IXION : entretien avec Julien

JTDP 16/12/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Bones

Acheté ce matin en version simple (le digibook propose en bonus un DVD live qui ne m'intéressait pas plus que ça - youtube regorge de ce genre de trucs, ça ne vaut plus vraiment le coup de casquer pour des captations vidéo). 2 premières &(...)

23/01/2021, 23:25

Satan

A Simony : Je suis bien d'accord concernant "Alpha Noir" (mais n'oublie pas "White Omega" qui lui est beaucoup plus intéressant je trouve, avec ce côté Type O hyper assumé) et "1755" qui sont de vrais ratages. Surtout ce dernier q(...)

23/01/2021, 21:54

totoro

De manière générale, j'aime beaucoup Moonspell. Et je rejoins tout à fait l'avis de Satan sur les albums "cultes" du groupe. Et Simony, on a le même parcours concernant les lisboètes. Découverts avec "Sin/Pecado" qui re(...)

23/01/2021, 20:18

Simony

Idem, j'ai tous les albums jusqu'à Extinct et je suis assez d'accord sur Darkness And Hope, The Antidote. J'aime beaucoup The Butterfly Effect par exemple, Memorial, Night Eternal, Extinct tous ces albums sont très bons pour moi, avec Alpha Noir c'est d&eacu(...)

23/01/2021, 18:47

PtiMich

Ca fait du bien de revoir des trombines de l'époque !Faut absolument faire une émission sur NYHC* de l'époque ! (NancY Heavy Clan*)

23/01/2021, 17:48

Buck Dancer

Toujours une bonne nouvelle la sortie d'un nouveau Memoriam!!! 

23/01/2021, 15:39

RBD

Ils avaient collaboré avec les Krupps, aussi. À défaut d'être parmi les meilleurs dans un pays où la concurrence était relevée, ils étaient assez passionnés pour se reformer quand le revival Thrash est arrivé.

23/01/2021, 14:57

Moshimosher

La lecture de ces runes ne me semble pas très orthodoxe... pas inintéressant mais ça ne me semble pas si folk que cela... même si ce n'est pas complètement hors-sujet non plus...

23/01/2021, 14:41

Moshimosher

Ah... la douceur d'occire ! Reposons En Guerre avec Memoriam ! \m/

23/01/2021, 14:05

Humungus

Hâte d'entendre tout l'album pour me faire un avis plus éclairé.Quoi qu'il en soit, la voix du Bobby me fout toujours les poils et si la galette est à l'instar de ce titre, achat obligatoire !

23/01/2021, 13:10

Humungus

!!! BOLT THROWER est mort !!!!!! !!! !!! Vive MEMORIAM !!! !!! !!!

23/01/2021, 13:02

Humungus

1) Pardon, en me relisant, je me rend compte que je me suis très mal exprimé :J'adore MOONSPELL jusqu'à "Irreligious" inclus."Sin peccado", quoi que encore écoutable, c'est pour moi le début de la fin.2) Sa(...)

23/01/2021, 13:01

Satan

L'essence même de Moonspell réside selon moi dans le triptyque "Sin/Pecado" / "Darkness and Hope" / "The Antidote", donc bien loin des codes inhérents au bon vieux metooool. Donc cette étrange nostalgie qui consiste à se limiter(...)

23/01/2021, 12:50

Gerggg

Bah c’est du tout bon ca, un bon mid tempo bien lourd

23/01/2021, 10:03

Simony

Ah je n'irais pas jusque là Humungus mais là c'est mon côté gothopouf, je le sais... J'adore Sin / Pecado, je sais que ça n'a plus rien à voir avec le MOONSPELL des débuts mais c'est avec cet album que j'ai décou(...)

23/01/2021, 09:31

metalrunner

Putain c est du bolthrower pur jus j adore  

23/01/2021, 09:28

Humungus

gars*(Hé hé hé... Jolie lapsus...)

23/01/2021, 05:22

Humungus

Je vous rejoins sur tout les gras :- MOONSPELL ne sert plus à rien depuis "Irreligious" (inclus).- APHRODITE'S CHILD est un putain de groupe fort injustement moqué.

23/01/2021, 05:21

Gargan

Demis a quand même sorti un album sobrement intitulé 666 avec les aphrodite's child, donc respect.

22/01/2021, 21:43

asar

Demis Roussos is back.

22/01/2021, 21:07