Si la débauche de brutalité métallique fait partie de mes activités principales, officiant pour plusieurs groupes de metal noir, de metal de mort, de metal du destin (tiens, en français, ça sonne pas top), … depuis de nombreuses années ; parfois il est plaisant de s’adonner à d’autres disciplines percussives un peu moins rurales. C’est bien pour cette raison que je m’amuse au sein de Grausame Töchter (electro/punk sadomasochiste) depuis plusieurs années maintenant. Je me suis dit (avec aval du chef de la rédaction, bien entendu) qu’il reste encore quelques personnes assez ouvertes d’esprit pour apprécier une petite incursion dans un monde parallèle et pour les autres, qu’ils apprécieront peut-être un petit rinçage de mirettes…  


Constamment sur les routes, écumant les clubs, les salles de concerts européennes avec GRAUSAME TÖCHTER depuis la sortie de l’album Vagina Dentata au mois de mai, nous nous étions alloué deux mois de vacances en été pour mieux reprendre les activités dès la fin août avec un festival au Portugal (Entremuralhas à Leiria) ainsi qu’un deuxième dans la foulée à Bradford en Angleterre (Infest). Cette semaine, ce sera trois dates cumulées en Allemagne à Francfort, Erfurt et Leipzig.


08/09/2016

Nous sommes donc partis tôt le matin (ceux qui ont déjà tenté l’expérience, savent que les autoroutes allemandes sont fort sujettes aux bouchons, souvent provoqués par des travaux  récurrents). Donc depuis Leipzig jusqu’à Francfort, regardant défiler un décor monotone, nous fûmes confortablement installés dans une voiture chargée, ras la gueule. Les cinq heures de route ont tout de même été coupées par une petite halte champêtre sur une aire d’autoroute, les provisions ayant été au préalable constituées dans un supermarché local. Car oui, du fast foot à trois francs à chaque voyage ; au bout d’un moment, le corps, sage et conscient du danger, te dit merde.


Quoiqu’il en soit, après un passage éclair à notre chambre d’hôtel, nous voilà arrivés en plein centre d’une ville qui ne fait pas grande impression en voyant cette place de marché dégueulasse où grouillent des gens pressés, de toutes parts. Le club ‘Nachtleben’ ressemble plus à un glacier qu’à un lieu d’orgie musicale et nous pénétrons l’endroit sans être vraiment sûrs d’avoir la bonne adresse. La salle, située au sous-sol dispose déjà de beaucoup plus d’allure et nous accueille avec une chaleur étouffante. C’est là que commence l’éternel mécanisme du ‘déballe ton matos, monte-le et sound-check’, juste avant cette longue attente qui précède ce petit moment particulier que tu passes sur scène. Cela dit, quelques pizzas et une rencontre avec les gars (et fille) de CHEMICAL SWEET KID, venus de Thionville ont rendu cette attente beaucoup plus agréable que prévu.


Après quelques heures de papote et de boissons hors des mini loges qui ne pouvaient accueillir qu’un groupe de trois personnes filiformes, nous vîmes les premiers membres du public s’amonceler et ajouter quelques lourds degrés à la température au bord du supportable.


La soirée commence avec SCINTILLA ANIMA, un groupe d’electro pop originaire de Düsseldorf. Plutôt doucet par rapport au reste du programme, les deux comparses accompagnés de leur mannequin mystérieux réussissent à chauffer une salle comble et suintante. Très ‘concept’ et assez typique de la scène électronique allemande, le duo aura du mal à convaincre mon âme de bûcheron.

Les français, par contre, m’offriront une compensation de choix avec leur set dynamique ainsi que leur forte présence scénique. Autant agréable à écouter qu’à regarder, CHEMICAL SWEET KID m’aurait presque fait danser, si je n’étais pas un typique homme des bois qui n’aime pas ça. Ce qui n’était pas le cas de toute le monde vu que ça bougeait de plus en plus ici et là tout au long du set énergique de ce trio hexagonal sympathique.

Le devoir m’appelant, je dû écourter mon petit moment de tourisme musical pour me glisser dans les loges bondées et me préparer à suer sur mon instrument entouré de ces dames. Après un faux départ engendré par l’effet de l’humidité de l’air sur l’électronique, nous avons donc pu perdre quelques litres d’eau devant une foule attentive et motivée, dont la plupart des yeux étaient rivés sur notre Aranea (chant) nationale. Pour ce qui est de la qualité de notre prestation, ce n’est pas à moi à en juger, mais GRAUSAME TÖCHTER a eu beaucoup de plaisir à répandre la débauche sur le Nachtleben et vu les demandes de rappels insistants, ça avait l’air d’être réciproque.


Une excellente soirée donc qui se termine sur le rangement rituel de nos instruments et autres ustensiles avant de rejoindre, tard, notre chambre d’hôtel.

09/09/2016

Une nuit de sommeil courte mais agréable s’avère une base relativement bonne pour une journée efficace, mais lorsqu’on se rend compte qu’il y a eu malentendu à propos de l’heure de fermeture du buffet petit déjeuner, la bête montre les crocs… Et vu qu’elle est poilue et pas bien lunée, elle obtient tout de même un semblant de restauration.


Après ce départ mouvementé, nous nous dirigeâmes vers Erfurt, le second rendez-vous du week-end. Ayant tout le temps du monde pour faire les quelques 260 kilomètres qui nous séparaient du ‘From Hell’, nous partîmes sereins, tout en douceur, sans imaginer l’enfer qui nous attentait. Enfin, qui attendait notre courageux chauffeur… Des heures et des heures de bouchons, des accidents, un vrai bonheur. Tant bien que mal nous sommes tout de même parvenus à destination dans les temps. Ce que nous ne savions pas, c’est qu’un de nos fans, qui nous suit sans relâche à travers toute l’Allemagne, était impliqué dans un de ces accidents qui nous avait permis de rouler à allure réduite pendant de longs instants. Un peu estomaqués par la nouvelles nous étions. Surtout qu’en dépassant le lieu du crash, nous nous sommes félicités de ne pas avoir été là plus tôt et être pris dans ce multiple accrochage avec un camion. Voiture déclassée, mais un fan sans égratignures qui avait encore assez de volonté que pour louer une voiture et poursuivre la route jusqu’au concert ! Chapeau…


Le manège qui suivit, vous le connaissez, montage, essais sons, attente, manger, boissons…

Ce jour-là, les deux groupes qui devaient nous accompagner avaient eu un autre itinéraire (l’agence de booking a des plans bizarrement alambiqués), tout cela pour nous rejoindre le lendemain à Leipzig. Cette soirée-là fut donc complétée par ROOT 4 et son dark electro plutôt conventionnel. Pas grand-chose à en dire, malheureusement car leur musique ne m’a pas particulièrement touchée et qu’entre le babillage avec les potes et la préparation dans les loges, je n’ai pas vraiment pris le temps de regarder de façon intensive ce qu’ils avaient à proposer.

Sur scène, nous avons, une fois de plus donné notre maximum à une salle pleine. Une heure et demi de musique, de sueur et de sexualité débridée avec quelques incursions scénique spontanées de la troupe constituée par le noyau dur de nos fans les plus fidèles.

Un échange agréable avec un public chaleureux avant de reprendre la route pour dormir à la maison, à Leipzig. Enfin, pas pour tout le monde…


10/09/2016

Rentrer à quatre heure du matin et devoir être à 14h pour un soundcheck dans une salle à l’autre bout de la ville… Excusez-moi, mais ça fait chier ! Bref, quand il faut y aller, il faut y aller…


Oui, c’est pas la mer à boire, mais quand tu sais qu’après tes essais techniques du petit matin (oui bon… de l’après-midi), tu vas attendre des heures et des heures, résistant à l’envie de manger ou boire tout ce qui passe à portée de main, d’ennui ou de désespoir. Surtout quand tu joues à 23h00 ou plus… C’est moins jouissif, hein ?


Entre les problèmes de communication de l’agence de booking avec l’organisateur de la soirée et les quelques petites tensions internes, l’ambiance n’était pas au beau fixe, mais après un soundcheck rondement mené avec une équipe fort aimable, nous avions largement le temps de nous permettre un petit shooting improvisé dans un vieux bâtiment délabré derrière le Hellraiser. Le résultat peut d’ailleurs être vu sur la page Facebook de GRAUSAME TÖCHTER..

Cet petit divertissement passé, on a pu retrouver SCINTILLA ANIMA et CHEMICAL SWEET KID, revenus enchanté de leur date commune avec OST FRONT, la veille. Une compagnie bien plaisante pour les quelques longues heures d’attente avant l’arrivée des premiers invités.


Ce fut de nouveau devant un public dense et réceptif que nous pûmes exercer notre art, ruisselant de transpiration et de malice. Presque une vingtaine de titres et plusieurs rappels après, nous voilà fourbus et satisfaits d’avoir accompli ce petit périple intensif.

Alors que tout le monde est déjà blotti dans son lit, nous rangeâmes nos affaires. Nous nous entassâmes dans une voiture à sept, matos dessus-dessous pour une traversée de la ville risquée mais épique avec la perspective réconfortante de se plonger, après une douche obligatoire, dans un lit douillet et de faire la grasse matinée. On peu être un bûcheron et aimer le confort, merde !


Sur ce… bonne nuit…


par arnaudvsk le 25/10/2016 à 05:45
   443

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Various Artists

Brutal Africa - The Heavy Metal Cowboys of Botswana

The Central

Van Dyke Browne's Crystal

Jd Miller

Afterglow

Acid Reign

The Age Of Entitlement

Babymetal

Metal Galaxy

Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Klone

Le Grand Voyage

The Neptune Power Federation

Memoirs of a Rat Queen

Hatriot

From Days Unto Darkness

Throes

In The Hands Of An Angry God

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

Concerts à 7 jours

+ Gutalax + Spasm

21/10 : Le Glazart, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Bravo pour le travail accompli, le sérieux de la distro et le personnage attachant. Je me rappelle avoir vu des CDs de Manzer dans une boutique de CD/LP/shirts metal de Pékin, affiliée à Areadeath Records. Pas beau, ça ?


Intéressant.


Je ne vais pas rejoindre le chroniqueur dans son désir d'auto persuasion. Mais si certains y trouvent leur compte...


Modern melo metal


Bon... ... ...
Que dire si ce n'est que durant TOUTE l'écoute de cet album, je n'ai pas pu m'empêcher de m'imaginer Chritus au chant et de me dire que, de fait, la galette aurait été cent fois meilleure avec lui.
Alors évidemment, étant un pur inconditionnel du chanteur précité,(...)


Oh putain ! "Seconde B" quoi...


Super nouvelle ce retour de The Old Dead Tree. Mais j'ai bien peur qu'il ne s'agisse que d'un one shot malheureusement...


Des réponses sans langue de bois, comme on pouvait s'y attendre avec Shaxul. Un personnage !
En tout cas chapeau pour le travail accompli. La scène underground c'est uniquement grâce à des mecs comme lui qu'elle vit (même si c'est difficile aujourd'hui oui...). Le constat est sombre cert(...)


Oui, superbe album. Surtout que c'est le vieux fan que je suis qui parle. Certes, c'est moderne et différent mais la réussite est totale !!


Sur les extraits clippés présentés, je leur trouve un (gros) côté AVATAR aussi, non ? En tout cas, c'est efficace, aussi bien visuellement que musicalement !


Pareil que Kerry King, je reste sur Burn My Eyes (vus pour ma part avec Emtombed début années 90) et The Blackening qui reste un excellent disque. Pour le reste, je passe mon tour, mais live, ça sonne différemment en fonction de l'orientation de l'album en promotion. La tournée Locust fut bien (...)


Pareil vinyle d'époque et compile d'Agressor sortie il y a peu pour la version CD. Bon, les morceaux inédits, ce sont les démos ?


Ils ont pas dû aimé Secondé B...


C'est parce que j'ai loupé cette tournée à l'époque que j'ai la motivation dès que le Flynn Band passe dans mon périmètre.

Machine Head est en pleine refondation. C'est un moment très ressemblant, en plus important, à la période de gestation de "Through the Ashes...". Ce titre(...)


Morceau pas terrible voire assez ridicule, mais je serai à Lyon et pourtant j'ai bien plus de 25 ans. Ça me rappellera leur tournée avec meshuggah et mary beats jane.


J'aime et j'aime pas Machine Head suivant les albums, mais en live c'est très bon.


Très belle pochette.


Machine Head a quand meme m'y un bon coup de pied au cul a pas mal de monde sur Burn My eyes.

Le reste n'a rien d'extraordinaire, sauf le second et the blackening qui sont de bon défouloir.

Les deux albums Neo c'est du pompage pour surfer sur la vague.