Il est bon parfois de tenter la chronique parfaite, de celles qui s’accordent parfaitement à la musique qu’elles décrivent, et puisque telle est mon intention, accrochez-vous.

THE CENTRAL est un duo de Mathgrind basé à Madison, Wisconsin, qui fut un temps hébergé par Sassbologna Records, le même label que mes idoles de CLOSET WITCH. Composé de deux gros tarés (Alex Roberts et Frankie Furillo, guitare/chant, batterie), ce projet quelque part hors du commun s’est mis en tête de jouer le Grind comme DILLINGER ESCAPE PLAN joue le Hardcore, de façon bruitiste, chaotique et déconstruite, un peu comme si SYSTEM OF A DOWN avait découvert les joies de PAINKILLER sans tomber dans le métissage culturel. Avec ce petit laïus d’introduction, vous avez tous les noms dont vous avez besoin pour juger du potentiel de ce délirant Van Dyke Browne's Crystal, et apprêtez-vous donc à en prendre plein la gueule, décibels, cassures, ruptures, reprises soudaines, hurlements, crossover, fusion, apaisements, et coups de rein qui vous défoncent les tympans.

THE CENTRAL est un genre de projet complètement barré qui a mis un point d’honneur à fusionner la rage de Calculating Infinity, la folie instrumentale et chromatique de Guts of a Virgin, et l’essence incontrôlable de System of a Down, le tout sous couvert d’une technique infaillible adoubée conjointement par NAPALM DEATH et les frangins Wright de NOMEANSNO.

THE CENTRAL n’évite pas non plus les crises de paranoïa de Mike Patton, et truffe certains de ses morceaux de mélodies bizarres, de passages évanescents qui sont soudainement ramenés à la triste réalité bordélique par des partitions écrites à Berkley par des étudiants en Jazz sous acides (« Ladies », les toilettes de droite, mais les hommes peuvent y aller aussi). Tiens, et lorsque tout va bien quand ça va mal, ils rejoignent par la pensée l’école IPECAC, FAITH NO MORE, PERO PERO, ZEUS, avec un fulgurant « Arob's Corner », qui reprend les principes de « 43% Burnt » et de CANDIRIA en les démultipliant d’une schizophrénie sympathique.

THE CENTRAL, comme NOMEANSNO ne crache pas sur des inserts qui n’ont rien à voir, chaloupés et légèrement swing pour mieux glisser en chausse-pied des accélérations fulgurantes à faire passer Scum pour un gentil recueil de Blues puriste (« Grind Selective »).

THE CENTRAL de temps à autres laisse tourner la montre pour caser un tas d’idées aussi contradictoires que complémentaires, et nous noie d’informations, osant la démence à la SORE THROAT dans un contexte Art Rock que les ART ZOID n’auraient pas renié (« Eight Van Convoy »). Ils sont aussi barrés que Christian Vander après une omelette du fromage au champis, alternent les blasts incontrôlables et incontrôlés, les riffs discrets et tapis dans l’ombre, les pauses rythmiques qui n’annoncent rien de bon, et l’alternance Hardcore, Jazz, Metal, Hardcore, Fusion. En gros, ils aiment faire ce qu’ils veulent, et rappellent même à l’occasion les plus barges de la scène Modern Core italienne (« Hey Margaret »).

Dissonances, stridences, BPM qui s’envolent, cris, mots susurrés sans qu’on les comprenne, batteur qui se prend pour une équation mathématique du troisième degré, courbe de la dérivée qui part en couille, feedback, blasts, précision à toute épreuve cris encore, mais génie rythmique et idées millimétrées pour ne pas passer pour de simples bruitistes en goguette. 

THE CENTRAL est un exutoire fabuleux à la violence environnante, la seule alternative à cette prévisibilité ambiante qui nous confine parfois à l’ennui, spécialement lorsqu’ils s’amusent à mélanger FAITH NO MORE, FANTOMAS, SONIC YOUTH et DEP (« Normal ». Non, pas vraiment).

THE CENTRAL fait que le soleil se lève à l’ouest, que la mousse pousse au sud sur les arbres, regarde la vie en faisant le poirier et rend les blagues les plus drôles sérieuses. Ils sont aussi tribaux qu’urbains, aussi réglo que fourbes, mais surtout, ils connaissent par cœur les possibilités de leur instrument et celles de leur association. Ils ressemblent à des frères jumeaux anticipant les mouvements de l’autre avant qu’il ne les pense, et surtout, ne nous prennent pas pour des imbéciles en nous refourguant du bruit. La preuve, puisqu’ils terminent Van Dyke Browne's Crystal par un lever de soleil à l’aube, romantique mais étrange, et caractéristique des errances expérimentales des seventies tout autant que de la World naissante des TALKING HEADS (« Sunrise »).

THE CENTRAL est donc le point névralgique, le centre de convergence de toute la musculature extrême de ces vingt dernières années, et se pose en chiropracteur de l’absurde, dadaïste dans les méthodes, mais pragmatique dans le résultat et le bien-être. Alex Roberts et Frankie Furillo pourront passer pour des charlatans aux yeux des néophytes et des populistes, ils n’en restent pas moins des bossus de la politesse qui vous envoie leur barouf directement dans la gueule sans que vous ne bronchiez.

Et puis ça suffit comme ça.

   

Titres de l’album :

                        1.Browne's Crystal

                        2.Arob's Corner

                        3.Grind Selective

                        4.Eight Van Convoy

                        5.Hey Margaret

                        6.Ladies

                        7.General Eyes

                        8.Normal

                        9.Sunrise

Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 19/10/2019 à 14:03
82 %    123

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Shadow Limb

Burn Scar

Denner's Inferno

In Amber

Sorcery

Necessary Excess of Violence

Voyager

Colours In The Sun

Cyhra

No Halos In Hell

Mur

Brutalism

Nocturnal Breed

We Only Came for the Violence

Work Of Art

Exhibits

Deceitome

Flux of Ruin

Risen Prophecy

Voices from the Dust

Desolation

Screams of the Undead

Une Misère

Sermon

Aro Ora

Wairua

White Mantis

Sacrifice Your Future

Hatred Dusk

Hatred Dusk

Diocletian

Amongst the Flames of a Burning God

Maïeutiste

Veritas

Alunah

Violet Hour

Sacrilege

The Court Of The Insane

Thicket

Descend into Darkness

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

MORTUARY, Interview avec Patrick (Chant) et Jean-Noël (Basse)

youpimatin / 05/11/2019
Brutal Death Metal

Nesseria + Stuntman

RBD / 01/11/2019
Hardcore

Concerts à 7 jours

+ Father Merrin + All In The Small

16/11 : L'appart Café, Reims (51)

Father Merrin + Clegane + Nornes

17/11 : Le Do It Yourself, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

S'il n'y avait que l'alcool hein...


Hard Force, Hard N Heavy et Hard Rock mag c'était de la bombe dans les années 90.

Rock Hard c'était genial dans les années 2000.

Aujourd'hui Rock Hard et Metallian sont les survivants et fond le minimum je trouve, mais vu qu'il n'y a plus que eux...


Je comprends pas ce qu'il fou, il commence à jouer pour aller ensuite dans le public WTF...

Ca va mal.


Ouais une grosse pensée pour l'équipe qui tourne avec lui et qui subi cela, c'est vraiment triste.


Une vidéo du naufrage... https://www.youtube.com/watch?v=uYzzyxDHkc0


Les mags étrangers, lisant difficilement l'anglais, tu comprendras que je m'en cogne avec une certaine force.

Oui j'ai connu Noise Mag', du temps d'Alex Citram mais je préfère RockHard, même si sa ligne éditoriale penche il est vrai trop sur un certain Hard Rock provenant d'Austral(...)


Ça n'étonnera personne. Ça devait bien arriver un jour. J'ai pas vu d'image mais apparemment il serait carrément tombé de la scène... franchement c'est une bonne chose, c'était au delà du pathétique sur scène (déjà au Motoc l'année dernière). En espérant qu'il soigne vraiment son turb(...)


Ah ben faut pas être trop difficile, à mon humble avis, surtout si on compare avec les mags étrangers (purée, z'avez lu Deaf Forever, Legacy mag, voire en France Noise mag, bien plus complet, même si ça cause pas de metal exclusivement loin de là ? C'est autre chose, niveau qualité et conten(...)


Non, du tout. Les deux groupes se partagent la couverture, c'est tout.


Trust a fait un truc avec Airbourne j'ai pas suivi ?


Je suis fan de ce mag' pour plusieurs raisons, même si je reconnais le côté soft de bien des groupes et un certain penchant virant parfois à l'obsession pour AC/DC (que je n'aime pas particulièrement).

Mais pour peu qu'on ne soit pas un die hard de Metal Extrême (y a Metallian pou(...)


J'avais arrêté Rock Hard pendant un certain temps pour cette raison ("mou du genou" dans sa ligne éditoriale) mais au final j'y reviens de temps en temps maintenant, car justement pour les découvertes plus "soft" c'est tout de même pas mal. Et je trouve encore de la passion dans ce mag...


Pas forcément. Le nom du mag a toujours été RockHard. Il ne vise pas le même public que Metallian.

Moi ça me va à 100 %


Je ne suis pas sûr que ce soit de la HM-2 sur le 1er album. Tout ce qui passait au Sunlight n'avait pas toujours ce son caractéristique (Tiamat et Grave par exemple ;-) )


Ouais c'est bourré de feeling ce morceau je trouve. Cette légende (si ce n'est LA légende) du sludge n'empêche ce mec ! Et ce look de loubard qui va bien :D !


@stench: Je fais encore un paquet d'échanges à l'étranger, l'underground s'arrête pas à ta région, voir à la France :)
Tu parles de split tapes de VACARME?


Le premier extrait est vraiment intéressant, Kirk en a encore dans le ventre !


La date prévue à Barcelone dans la première version de cette tournée a carrément sauté. Ils doivent être dégoûtés.


"Pas de date pour la France".....


Putain "Noose" sur la compile Metallian n°3 je crois... outch le flashback fait mal là...