J’envie certaines personnes. Par exemple, j’envie ceux qui ne connaissent pas encore Heidi Solheim, et qui vont la découvrir via le quatrième album de sa créature PRISTINE. Je donnerais n’importe quoi pour ressentir encore une fois le souffle épique de ma rencontre fortuite avec Reboot, cet album magique qui m’a introduit à son monde.

Un monde si personnel et si ouvert à la fois. Tenez, le sentiment est tangible, puisque suite à ma chronique, j’ai immédiatement contacté l’artiste pour m’entretenir avec elle. Et comme sa musique est généreuse et expansive, l’artiste est adorable, créative et abordable. Une combinaison fatale dont peu peuvent se targuer, d’autant plus qu’Heidi n’est pas qu’une simple musicienne. C’est aussi une femme d’affaire, qui a construit son petit empire de ses propres mains, sans ne rien demander à personne.

Depuis, pleinement autonome et indépendante, elle a participé à l’aventure norvégienne des télé-crochets nationaux, a accumulé les disques en solo ou en combo, arpenté les scènes du monde entier, notamment en compagnie des BLUES PILLS et du duo WHITE/MILES, pour un package haut en décibels et en nostalgie des 70’s…

Alors, dire que j’attendais le successeur de Reboot avec une impatience non feinte est un joli euphémisme…Me demandant à quelle sauce la flamboyante vocaliste/compositrice allait nous digérer, après n’avoir fait qu’une bouchée de nous en début d’année dernière, j’ai donc glissé les pistes de Ninja dans le lecteur virtuel, et j’ai dégusté, note après note, envolée lyrique après solo dégoulinant de feeling Blues…

Et du coup, je ne l’ai plus. Du tout. Une fois de plus, la magie opère, à plein régime, et nous dessine les contours d’un univers tellement à part à notre époque gangrénée par le consumérisme et l’instantanéité qu’on a franchement du mal à en revenir.

Mais le plus exceptionnel dans cette affaire, n’est ni la qualité des compositions, ni celle de l’interprétation, qui atteignent un niveau à couper le souffle, mais bien la rapidité d’enregistrement de la chose.

Une journée.

Une simple journée pour fixer sur bande cette sarabande hommage à la folie musicale et à la liberté totale. Vous avez bien lu. Avions-nous vu ça depuis le premier LED ZEP ?

Pas sûr, et la comparaison est loin d’être innocente. Ecoutez-donc « The Rebel Song » pour comprendre. Et si les feulements de Plant doublant les glissandos de Page ne vous embrument pas l’esprit, c’est que vous avez la mémoire trop courte ou que vous êtes trop jeune…

Ninja, d’ors et déjà, mérite bien son nom. Il s’approche de votre inconscient avec une grâce féline, louvoie en sinuosités, et vous frappe soudainement de plein fouet d’une force qui vous projette méchamment à terre. Distribué par Nuclear Blast, qui a flairé le bon coup, il est ce que les journalistes en manque de formules faciles appelleraient avec complaisance « l’album de la maturité ». Et ils se planteraient en beauté parce qu’il est tout sauf ça. C’est justement le LP qui prouve qu’Heidi est encore la sale gamine music addict qu’elle a toujours été, prompte à signer des hymnes aux chansons de sa jeunesse, sans vraiment réfléchir à leur portée, comme ça, par feeling.

Et même si les overdubs ont pris trois jours complets, on sent que le LP est né d’une impulsion collective qui s’apparente à une jolie communion entre la vocaliste et ses musiciens. Comme une immense jam des 70’s réglée comme du papier de partition, par une passionnée qui n’oublie jamais de peaufiner les moindres détails pour que l’improvisation l’emporte conceptuellement sur l’imperfection, alors même que l’on sait les morceaux polis et arrangés d’avance.

Bluffant, époustouflant, brillant. Comme n’importe quel morceau que vous pourrez écouter au hasard de vos choix.   

« You Are The One » par exemple, qui sonne comme les LYNYRD repris par Lucie SILVAS en cure de Janis JOPLIN. Slide, orgue profond, arabesques vocales, beat peinard qui laisse une discrète basse groover en arrière-plan, pour un joli dialogue entre les touches et les cordes, de guitare et vocales, et une gerbe de feeling bluesy qui illumine la nuit. Le thème ? La jeunesse et son besoin d’uniformité et de conformisme, et qui refuse ceux qui osent aller à contre-courant pour s’affirmer. Et musicalement, une magnifique revanche d’Heidi sur ses anciens tortionnaires psychologiques adolescents, qui ne rient plus d’elle depuis très longtemps…

Ou « The Perfect Crime », qui panse les blessures profondes de l’amitié/amour trahi. Expérience vécue, qui transpire d’un gospel que la grande Aretha n’aurait pas mieux transcendé, ce sont six minutes de saignement moral qui vous éclaboussent d’émotion, avec ses claviers qui se nouent l’estomac pendant qu’une basse sinueuse cherche les mouchoirs. On pense évidemment aux grands shuffles des sixties dérivant sur les free ride de la décennie suivante, et on alterne les poussées de fièvre du ZEP avec les soli de Winter, Moore, des Allman Brothers, qui se retrouvent propulsés dans les cieux par des nuages rebondissant de chœurs rassurants.

Et une fois encore, les merveilles d’Heidi au micro nous transportent si haut que l’on doit se pencher pour voir le paradis.

Sublime.

Alors, du Blues bien sûr, de la Soul, mais aussi du Rock, parce qu’il ne faudrait pas oublier que Miss Solheim aime secouer ses longs cheveux sur un bon up tempo qui transpire. Et donc, « The Parade », légère digression Blues un peu Funky sur les bords, et donc « Sophia », et les affres des rencontres amoureuses sur fond de fusion un poil décalée et baroque à la fois, avec encore en exergue des arrangements sobres mais pertinents, et des breaks qui redonnent du jus pour un moment. Vibrations d’un chant qui soudain se perd dans le Kashmir, et break d’enfer qui restera gravé dans vos souvenirs.

Et du nuancé, évidemment, ce qui reste la moindre des choses pour une artistes multi-facettes.

Cette partie-là est assurée par des morceaux comme « Ghost Chase », parfait dans son rôle de trublion musical indéfinissable, métissage improbable entre ANOUK et DAG pour une relecture presque Trip-hop, ou encore le final « Forget », délicate conclusion presque Dream Pop, qui nous laisse sur un oreiller de coton, les oreilles purifiées d’un enchevêtrement vocal de toute beauté.

Mais évidemment, un album de PRISTINE qui se respecte doit aussi savoir livrer bataille homérique, et le combat proposé sur Ninja se nourrit de la littérature classique de Stevenson, pour un « Jekyll & Hyde » qui ne tombe pas dans les tympans sourds de fans de Tori AMOS ou Charlotte MARTIN. Textures électro, montées en puissance progressives soudainement brisées par le silence, et final spectaculaire de psychédélisme histoire de rester raccord avec la tendance. Une fois les sept minutes assimilées, on se pince en se disant que comme les autres, ce titre a probablement été enregistré en une ou deux prises, malgré son évolution toute en tension et ses arrangements précis et luxueux. Une folie…

Mais la folie, c’est justement la spécialité d’Heidi. Elle qui depuis des années travaille comme une acharnée et ne laisse rien au hasard pour justement faire ce qu’elle veut, quand elle veut, en toute liberté. Pour Ninja, elle est rentrée chez elle, en Norvège, et s’est assise au piano pour composer ces neuf bijoux de Rock/Blues/Pop/cequevousvoulez. Puis elle a écrit les textes, et à tout donné à ses musiciens pour qu’ils y apportent ce qu’ils pouvaient.

Et inutile de se demander si ce quatrième album est meilleur que le troisième qui lui-même était meilleur que le second, etc…Aucun album de PRISTINE n’est « meilleur » que ses aînés. Ils forment juste une suite logique, un portrait de famille que l’on regarde en espérant en faire partie. Mais je vous envie sincèrement de ne pas encore connaître cette famille, et son pilier, Heidi Solheim. Parce que lorsque vous l’aurez regardée les yeux dans la musique pour la première fois, vous saurez ce qu’est vraiment l’amour.


Titres de l'album:

  1. You Are The One
  2. Sophia
  3. The Perfect Crime
  4. The Rebel Song
  5. The Parade
  6. Ghost Chase
  7. Ninja
  8. Jekyll & Hyde
  9. Forget

Site officiel


par mortne2001 le 07/07/2017 à 17:35
98 %    388

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Dirty Shirt

Letchology

Haunt

Mosaic Vision

Stonecast

I Earther

Devil Master

Satan Spits On Children Of Light

Voz De Nenhum

Sublimation

Vertex

Scalable

This Gift Is A Curse

A Throne Of Ash

Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

En voilà un qui aura marqué l'esthétique du Metal, en quelques oeuvres. Il suffit parfois de peu.


C'est ce côté vite torché qui donne toute cette bestialité justement je trouve. Y a bien peu d'album Metal aussi intense et violent que Reign selon moi.


@KaneIsBack, à l'origine Reign In Blood devait durer plus longtemps que 28 minutes mais lorsque le groupe est rentré dans le studio et a branché le matos, ils ont speedé comme des malades et c'est devenu Reign In Blood. Peut être avaient-ils le feu au derche ou envie de boucler le record le plu(...)


En fait, je crois que je me suis mal exprimé. C'est surtout que cet album me frustre, en fait. J'aurais voulu des morceaux plus développés, un peu plus longs. Criminally Insane, par exemple, est un super morceau, mais à peine 2 mn 20, quoi... Frustrant, oui, c'est plutôt ça pour moi.


Découvert en 88, j'ai mis des années avant de cerner et d'apprécier ce disque.
Depuis, je l'ai acheté à 4 reprises à force de l'avoir usé.


Je viens d'acheter deux tonnes de tomates... ;)


Kanelsback, cet album est tellement violent, sauvage, radical, intense, que c'est justement en ayant acheté et écouté cet album bien des années après avoir découvert Slayer ( je me contentais alors des morceaux en version live) que j'ai compris pourquoi Slayer ÉTAIT Slayer. Et c'est devenu de(...)


Je vais faire mon hérétique : j'ai jamais pu blairer cet album... Ne pas l'avoir découvert à l'époque joue sans doute dans mon ressenti, j'imagine, mais je m'emmerde en écoutant ce disque. Hormis Angel of Death et Raining Blood, je trouve les morceaux un peu torchés à la va-vite et basiques.(...)


mauvais


Merci de ta chronique .
Ici le batteur mentionné.
Chronique très appréciable , et très bien écrite . Et dont l'analyse globale est pertinente
Cela dit , même si j'aime les " anexes " Atheist et Mekong delta et Holy moses , je n'ai jamais été vraiment influencé par ce gen(...)


Même classement pour moi que Jus de Cadavre !
Et des pochettes qui auront marqué mon adolescence...


Mmh, ça se tire la bourre avec Master Of Puppets pour le titre du plus grand album Metal au monde... Mais c'est dans le top 2 des plus grands oui... :D
Aller j'ai de la route ce soir, je sais ce que je vais écouter dans la bagnole !


Pochette mythique pour un album mythique. Peut être le plus grand de tous les temps...


J'arrive après la bataille, mais interview une fois de plus très cool !

Et ça fait tellement plaisir de lire ça : "Combien de groupes entend on se plaindre de ne pas attirer suffisamment de monde en concert alors que les mêmes musiciens ne vont jamais aux concerts des autres ?"


Pas top, du revival classique.


Ca casse pas trois pattes à la dinde. Voix générique au possible, notamment.


Pour ma part, l'extrait disponible (Black Flame Candle) me rappelle les meilleurs moments de Toxic Holocaust. Je vais du coup m'y atteler plus sérieusement!


Pas mal du tout ce truc ! La chro résume parfaitement bien la chose !
"le Punk s’est toujours très bien marié au Black le plus primal " et ça je plussoie fois 100.


Très intéressante démarche que celle de Sun, d'autant plus par le producteur de The Dø !


Sorceress était vraiment inintéressant, ce que je n'avais jamais ressenti avec Opeth quand bien même je préfère la période Still life / Blackwater park / Deliverance. J'espère que celui-ci rattrapera la donne, faute de quoi je passerai mon chemin à l'avenir.