Non, personne n’a jamais dit que tout ça devait répondre à des règles, des structures, des contraintes. Les premiers je crois ont été les jazzmen, barrés dans leurs chromatismes, et puis sont venus les acidés lysergisés, made in California, pur 60’s, confondant jams interminables et gobage de champignons à la nuit étoilée, l’AIRPLANE, le FLOYD, les DEAD…Ah, et puis la vague du Fluxus, les avant-gardistes, avec Cage, le VELVET et puis quelques autres, de la Factory ou pas.

Après, nous avons eu les tarés progressifs, fans de Moussorgski, prompts à dégainer des évolutions rendant maboules tous les fans de Rock pur, SUICIDE, les RESIDENTS évidemment, mais aussi DEVO, et Beefheart avant. Zappa dans une moindre mesure.

Et tout ça a pris des proportions dantesques. Les mecs ont commencé à se dire que s’il était possible d’aller plus loin, il était possible d’aller encore plus loin.

Alors, on a inventé le Grind. Là, pour le coup, difficile de renverser des barrières déjà à terre. Mais certains les ont foulé du pied, et débarquèrent les NAKED CITY, Patton et Mr. BUNGLE, déconstructeurs de la déconstruction, manipulateurs génétiques des chromatismes et de l’arythmie, pour le pire et pour le meilleur du pire.

Alors, de fil en meule de foin, les bargeots se sont accouplés entre eux, Fusion ou pas, IWRESTLEDABEARONCE ou CinC, plus près de chez nous. Chaotic Hardcore, Mecanic Grind, Organic Death, tout ça se mélangeait dans une gigantesque partouze, qui a fini par fatiguer Dieu lui-même.

Mais il est resté suffisamment tendre envers eux et nous pour oser la liberté des COMITY, de PSYOPUS, histoire de nous montrer qu’il n’était pas si obtus que ça. Et comme dans l’espace, personne ne vous entend crier et lui ne vous entend pas prier, tous se sont retrouvés à faire des cercles concentriques, à planer dans l’atmosphère et dériver dans les galaxies, jusqu’à tomber sur un truc capable de les transformer en musiciens timorés, ou tout du moins, plus modérés qu’ils ne le croyaient.

PSUDOKU. Un nom bizarre pour un projet solo presque mathématique, refusant pourtant de résoudre la moindre équation. Une énigme ayant déjà lâché sur terre une poignée de problèmes en version presque longue durée (puisque ses œuvres ne dépassent que très rarement les trente minutes de réflexion), et qui depuis, s’ingénie à rendre la chose encore plus ludique, complexe et inextricable.

Logiquement, le mec aurait dû graviter au-dessus des Etats-Unis, mais finalement, il s’est échappé d’un vortex découvert du côté de Trondheim, Norvège, et depuis, plane, vole, nous colle des beignes au passage et garde précieusement le secret de sa salsepareille Grind qu’il répand sur nos têtes un peu sonnées. Il résume ça comment au fait ?

« Du Grindcore qui ne découle pas du Hardcore Punk ou du Thrash, mais d’un progressif des 70’s venu du futur ».

Pas mal. Et du coup, sa musique anticipe ce qui n’est jamais arrivé, puisque ce fameux Prog’ des 70’s est resté coincé dans les 70’s, à part pour quelques nostalgiques figés dans une époque révolue qu’ils chérissent tant. Alors quoi.

Grind psychédélique ?

Mais il n’y a rien de psyché là-dedans, tout est au contraire très lucide. Un peu comme si les PSYOPUS et NAKED CITY se retrouvaient à bord d’une capsule pour disserter des nova, des quasars et de la théorie des quantas, leur permettant de passer d’un point A à un point B sans bouger du point A.

Ou d’incorporer des rythmiques Free-Jazz dans un contexte purement et chaotiquement Grind. C’est ce qu’ils font déjà ?

Oui, mais là, c’est pire. Parce que plus rapide, plus barré, plus free et plus enivré. Une sale gueule de bois à base de blasts, d’accélérations synthétiques, de parties de guitares lunaires, et de partitions encombrées de triples croches jouées à la vitesse de la lumière.

Mais bon, le mec joue tout seul dans son coin, et ose un truc de vingt-cinq minutes décomposé en neuf mouvements, pratiquement tous similaires, mais diablement logiques dans leur progression. De là à parler de Prog’ rétro du futur, je ne miserai pas une DeLorean achetée d’occase sur Ebay, mais plutôt de Space Grind à tendance DISCORDANCE AXIS, un truc qui se veut parfois symphonique dans la démesure (« EBM-Doom », sorte de transe aussi lourde et dense qu’elle n’est électronique et pesante. Mais glauque, très glauque dans ses arrangements futuristes passés au crible interstellaire.)

Pourtant il fait ce qu’il peut pour garder un semblant d’attache avec le passé et les exactions bruitistes terrestres (« KCultraVIII_8000 », riff à la SLAYER pour un développé-couché à la FANTOMAS/DILLINGER, en accéléré bien sûr puisque la méthode Assimil pour Grindeux débutant est vraiment trop sommaire), et semble même se souvenir (de façon très lointaine et allusive) des labyrinthes de MAHAVISHNU ORCHESTRA, et des imbrications concentriques de KING CRIMSON, celui de Red et tout ce qui a suivi, peu en prise avec la musicalité, mais d’un radicalisme qu’on se plaisait à définir comme « avant-gardiste ». Gros mot ?

Non, pas forcément.

Et quand ses délires s’étirent, on frise l’indécence et l’overdose de plans en entrechoc d’électrons libres (« KATASTROFALEjusteringer »), qui découvre les joies instables d’un techno Grind progressif, imitant à merveille le beat des machines froides de NEUBAUTEN, au tempo démultiplié par un duo John Zorn/Mick Harris assez fiers de leur blague en blasts. Mais sans saxo. On ne peut pas tout avoir…

En fait, je me disais qu’il serait assez drôle de tenter le clonage ultime en hybridant des cellules d’HAWKWIND, NAKED CITY et FANTOMAS. Et en les bombardant de souches ADN de OLD et PSYOPUS, avec un poil d’avant-bras de Barney revenu de stage chez les ANTIGAMA. Je me demandais ce que ça pourrait bien donner, une fois la croissance en station dans le deep space terminée.

Maintenant, je ne me pose plus la question, et je sais.

Et finalement, je n’aurais peut-être pas dû me la poser. Parce que le résultat est assez effrayant en soi. Bizarre ce futur quand même. Mais comme notre présent est aussi bordélique après-tout.


Titres de l'album:

  1. KCultraVIII_8000
  2. KATASTROFALEjusteringer
  3. hq_[LQ]
  4. spaceBURIEALiz_9
  5. ZpRNVphNtz
  6. TODesprog_3000
  7. KRISEzettinx.PCM
  8. EDB-doom
  9. KOSMISQUE_trapp

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 14/05/2017 à 14:54
75 %    359

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Anal Slave Of Satan

Anal Slave of Satan

Detherous

Hacked to Death

Grand Slam

Hit The Ground

Lindemann

F & M

The Dead Daisies

Locked and Loaded (The Cover Album)

Sun

Brutal Pop

Sleep Token

Sundowning

Pretty Maids

Undress Your Madness

Morbid Cross

Disciples Of The Goat

Blood Incantation

Hidden History Of The Human Race

3rd From The Sun

3rd From The Sun

Agnostic Front

Get Loud!

Spoil Engine

Renaissance Noire

Lightning Born

Lightning Born

Sapiens

Sapiens Project

Nitrate

Open Wide

(echo)

Below The Cover Of Clouds

Exylle

Exylle

Goodbye June

Community Inn

Avatarium

The Fire I Long For

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

On dirait du Pestilence la pochette.


Cet artwork très "old-school death metal" !


La musique me replonge directement dans les années 90' cassage de nuques et headbanging, mais j'ai plus de mal avec le chant.


L'intro de "Hell Awaits" sur Decade... M. A marqué à vie !


Gros respect pour Slayer même si j'ai seulement 2 mauvais souvenirs de concert (sur plus d'une quinzaine) Pour moi aussi decade reste le meilleur live , ne serait ce que pour l'intro de hell awaits qui plante le décor pour tout le reste de l'album.


Ah bon, pas le dimanche ?!


Qu'il revienne en 2021 pour les 40 ans et des dates en France et on en parle plus.


@Jus de cadavre ;

oui pour Decade of Aggression auquel je juxtapose Dance of the Dead, bootleg enregistré au Zénith le 22/11/1991.

Ca tombe bien, j'y étais :p


Ach !
Vous n'êtes peut-être pas assez trve pour brûler leur stock, mais dénoncez nous ce groupe si dégueulasse...
On veut un nom et le pourquoi du comment bordel !

(#Closer #Public #Voici)


@king : nan, le meilleur live de l'histoire c'est Decade Of Aggression !!! ;)
Concernant la violence de ce groupe, je me suis toujours demandé d’où venais leur colère et même cette haine palpable. Surtout à leur débuts : King est un premier de la classe à l'école, aucun dans le grou(...)


Je me retape le Still Reigning en ce moment.

LE MEILLEUR LIVE DE L'HISTOIRE.


+ 1000.

Le plus grand groupe de Metal de l'histoire tout simplement...


@JDC : j'aurai pas dit mieux ! J'ai eu la chance de les voir pour la tournée Divine Intervention en 94 au Zénith de Paris (Machine Head en 1ère partie). Effectivement, le concert le plus brutal que j'ai jamais fait. Les morceaux sur scène et sur album sont d'une intensité rare. Est-ce du aux ry(...)


J'aurais vraiment aimé les voir une dernière fois. Mais on connaît l'histoire, Hellfest tout ça ....

Jusqu'à maintenant je pensais aussi qu'un jour ils seraient de retour, mais maintenant je suis moins convaincu.

Dommage que Lombardo n'ai pas participé à la fête, m(...)


@Humungus :
Araya, ça m'étonnerait tout de même.

Veut profiter de sa retraite durement gagnée :p

Pis sans déconner, tune ou pas tune, le genre de zique pratiquée par Slayer + la vie en tournée + loin de chez soi au bout d'un moment, ça doit vraiment peser lour(...)


Arf, un pincement au cœur, pour un Label que nous avons crée il y a fort longtemps, et que d'autres ont repris par la suite. Merci à vous de votre dévouement et votre professionnalisme. Un estie de bon Label en Tabarnak, je ne pourrais en dire moins ... Bonne route.


Je plussoie tout les coms ici. Un groupe à part, d'une intensité rare sur scène comme sur album. Le Metal extrême ne serait pas ce qu'il est aujourd'hui sans Slayer. Reign In Blood sera à jamais un des albums les plus extrême, violent et intense jamais sorti. Slayer aura marqué au fer rouge n(...)


@ Arioch91 :
La tune mon brave… La tune...


Un groupe énorme qui a marqué mon adolescence.

Contrairement à Humungus, je ne pense pas que Slayer reviendra. Araya a voulu lâcher l'affaire à plusieurs reprises. Si ça se faisait, ça risquerait bien d'être sans lui.

Et il a bien raison. Faut savoir s'arrêter à t(...)


Pareil. Un groupe sans qui le metal au sens large ne serait pas le même aujourd'hui. Un héritage considérable et un palanquée d'albums et de shows d'une intensité rare. Un moment de vie qui s'en va, pour de nombreux fans pour sûr.