Deep Space Psudokument

Psudoku

31/12/2037

Selfmadegod Records

Non, personne n’a jamais dit que tout ça devait répondre à des règles, des structures, des contraintes. Les premiers je crois ont été les jazzmen, barrés dans leurs chromatismes, et puis sont venus les acidés lysergisés, made in California, pur 60’s, confondant jams interminables et gobage de champignons à la nuit étoilée, l’AIRPLANE, le FLOYD, les DEAD…Ah, et puis la vague du Fluxus, les avant-gardistes, avec Cage, le VELVET et puis quelques autres, de la Factory ou pas.

Après, nous avons eu les tarés progressifs, fans de Moussorgski, prompts à dégainer des évolutions rendant maboules tous les fans de Rock pur, SUICIDE, les RESIDENTS évidemment, mais aussi DEVO, et Beefheart avant. Zappa dans une moindre mesure.

Et tout ça a pris des proportions dantesques. Les mecs ont commencé à se dire que s’il était possible d’aller plus loin, il était possible d’aller encore plus loin.

Alors, on a inventé le Grind. Là, pour le coup, difficile de renverser des barrières déjà à terre. Mais certains les ont foulé du pied, et débarquèrent les NAKED CITY, Patton et Mr. BUNGLE, déconstructeurs de la déconstruction, manipulateurs génétiques des chromatismes et de l’arythmie, pour le pire et pour le meilleur du pire.

Alors, de fil en meule de foin, les bargeots se sont accouplés entre eux, Fusion ou pas, IWRESTLEDABEARONCE ou CinC, plus près de chez nous. Chaotic Hardcore, Mecanic Grind, Organic Death, tout ça se mélangeait dans une gigantesque partouze, qui a fini par fatiguer Dieu lui-même.

Mais il est resté suffisamment tendre envers eux et nous pour oser la liberté des COMITY, de PSYOPUS, histoire de nous montrer qu’il n’était pas si obtus que ça. Et comme dans l’espace, personne ne vous entend crier et lui ne vous entend pas prier, tous se sont retrouvés à faire des cercles concentriques, à planer dans l’atmosphère et dériver dans les galaxies, jusqu’à tomber sur un truc capable de les transformer en musiciens timorés, ou tout du moins, plus modérés qu’ils ne le croyaient.

PSUDOKU. Un nom bizarre pour un projet solo presque mathématique, refusant pourtant de résoudre la moindre équation. Une énigme ayant déjà lâché sur terre une poignée de problèmes en version presque longue durée (puisque ses œuvres ne dépassent que très rarement les trente minutes de réflexion), et qui depuis, s’ingénie à rendre la chose encore plus ludique, complexe et inextricable.

Logiquement, le mec aurait dû graviter au-dessus des Etats-Unis, mais finalement, il s’est échappé d’un vortex découvert du côté de Trondheim, Norvège, et depuis, plane, vole, nous colle des beignes au passage et garde précieusement le secret de sa salsepareille Grind qu’il répand sur nos têtes un peu sonnées. Il résume ça comment au fait ?

« Du Grindcore qui ne découle pas du Hardcore Punk ou du Thrash, mais d’un progressif des 70’s venu du futur ».

Pas mal. Et du coup, sa musique anticipe ce qui n’est jamais arrivé, puisque ce fameux Prog’ des 70’s est resté coincé dans les 70’s, à part pour quelques nostalgiques figés dans une époque révolue qu’ils chérissent tant. Alors quoi.

Grind psychédélique ?

Mais il n’y a rien de psyché là-dedans, tout est au contraire très lucide. Un peu comme si les PSYOPUS et NAKED CITY se retrouvaient à bord d’une capsule pour disserter des nova, des quasars et de la théorie des quantas, leur permettant de passer d’un point A à un point B sans bouger du point A.

Ou d’incorporer des rythmiques Free-Jazz dans un contexte purement et chaotiquement Grind. C’est ce qu’ils font déjà ?

Oui, mais là, c’est pire. Parce que plus rapide, plus barré, plus free et plus enivré. Une sale gueule de bois à base de blasts, d’accélérations synthétiques, de parties de guitares lunaires, et de partitions encombrées de triples croches jouées à la vitesse de la lumière.

Mais bon, le mec joue tout seul dans son coin, et ose un truc de vingt-cinq minutes décomposé en neuf mouvements, pratiquement tous similaires, mais diablement logiques dans leur progression. De là à parler de Prog’ rétro du futur, je ne miserai pas une DeLorean achetée d’occase sur Ebay, mais plutôt de Space Grind à tendance DISCORDANCE AXIS, un truc qui se veut parfois symphonique dans la démesure (« EBM-Doom », sorte de transe aussi lourde et dense qu’elle n’est électronique et pesante. Mais glauque, très glauque dans ses arrangements futuristes passés au crible interstellaire.)

Pourtant il fait ce qu’il peut pour garder un semblant d’attache avec le passé et les exactions bruitistes terrestres (« KCultraVIII_8000 », riff à la SLAYER pour un développé-couché à la FANTOMAS/DILLINGER, en accéléré bien sûr puisque la méthode Assimil pour Grindeux débutant est vraiment trop sommaire), et semble même se souvenir (de façon très lointaine et allusive) des labyrinthes de MAHAVISHNU ORCHESTRA, et des imbrications concentriques de KING CRIMSON, celui de Red et tout ce qui a suivi, peu en prise avec la musicalité, mais d’un radicalisme qu’on se plaisait à définir comme « avant-gardiste ». Gros mot ?

Non, pas forcément.

Et quand ses délires s’étirent, on frise l’indécence et l’overdose de plans en entrechoc d’électrons libres (« KATASTROFALEjusteringer »), qui découvre les joies instables d’un techno Grind progressif, imitant à merveille le beat des machines froides de NEUBAUTEN, au tempo démultiplié par un duo John Zorn/Mick Harris assez fiers de leur blague en blasts. Mais sans saxo. On ne peut pas tout avoir…

En fait, je me disais qu’il serait assez drôle de tenter le clonage ultime en hybridant des cellules d’HAWKWIND, NAKED CITY et FANTOMAS. Et en les bombardant de souches ADN de OLD et PSYOPUS, avec un poil d’avant-bras de Barney revenu de stage chez les ANTIGAMA. Je me demandais ce que ça pourrait bien donner, une fois la croissance en station dans le deep space terminée.

Maintenant, je ne me pose plus la question, et je sais.

Et finalement, je n’aurais peut-être pas dû me la poser. Parce que le résultat est assez effrayant en soi. Bizarre ce futur quand même. Mais comme notre présent est aussi bordélique après-tout.


Titres de l'album:

  1. KCultraVIII_8000
  2. KATASTROFALEjusteringer
  3. hq_[LQ]
  4. spaceBURIEALiz_9
  5. ZpRNVphNtz
  6. TODesprog_3000
  7. KRISEzettinx.PCM
  8. EDB-doom
  9. KOSMISQUE_trapp

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 14/05/2017 à 14:54
75 %    670

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Sélection rédaction Metalnews 2021 !

Jus de cadavre 01/01/2022

Interview

Devildriver

Baxter 26/12/2021

From the past

Voyage au centre de la scène : PENETRATOR

Jus de cadavre 19/12/2021

Vidéos

Unspkble + Rank

RBD 16/12/2021

Live Report

Anna von Hausswolff

RBD 08/12/2021

Live Report

Igorrr + Horskh

RBD 07/12/2021

Live Report

Fuzz in Champagne - épisode 2

Simony 27/11/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Archives MORTUARY

Jus de cadavre 14/11/2021

Vidéos

Chiens + Unsu + BMB

RBD 09/11/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Nightmare + Existance + Rhapsody Of Fire 24/01 : Le Petit Bain, Paris (75)
Existance + Rhapsody Of Fire + Manigance 25/01 : Le Ferrailleur, Nantes (44)
Nightmare + Rhapsody Of Fire + Manigance 26/01 : Rock School Barbey, Bordeaux (33)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Kerry King

Les pochettes Old School ouais !Mon vinyle de Blackout je l'adore. 

20/01/2022, 19:04

eyziel

La cover est totalement insane.

20/01/2022, 17:53

Humungus

"Ils ont toujours des pochettes à chier"?!?!?!?!?!Alors oui, "Fly to the rainbow" est imbuvable, mais toute la série des "In trance", "Virgin killer" (la pochette la plus malsaine de tous les temps !), "Taken by force" (...)

20/01/2022, 11:16

Gargan

Erf, les claviers font un peu trop pouic pouic, dommage.

20/01/2022, 09:46

Gargan

Ils ont toujours des pochettes à chier, mais on leur pardonne. Je suis resté scotché sur taken et surtout fly to the rainbow (un parfait exemple de pochette horrible) et rien que pour ces deux albums (bon, ok, jj'avoue, j'adore aussi le radio-tubesque crazy world) i(...)

20/01/2022, 09:45

Capsf1team

SCORPIONS, c'est presque fini. Le groupe s'arrêtera après une longue tournée, avec 200 dates prévues étalées sur 2 à 3 ans tout de même, pour son 22ème et dernier album, "Sting in the tail". (Papy Cyril)(...)

20/01/2022, 09:10

Jus de cadavre

Ils nous enterreront tous ces cons là ! Même Drucker fera pas le poids !

19/01/2022, 19:20

foja

masters. jamais vraiment

19/01/2022, 19:15

Simony

J'avoue qu'elle est pas de moi, c'est Jus de cadavre qui avait proposé ce style pour SCORPIONS et j'ai trouvé que ça leur allait bien

19/01/2022, 18:10

pierre2

"Never Retired Hard Rock Masters, Allemagne"J'avoue, j'ai ri - merci !

19/01/2022, 15:11

Humungus

Merci grin.(sic)

19/01/2022, 13:36

grinder92

@humu : tu cliques sur le tag "Druid Lord", ça te proposera cette chronique et également celle-ci : http://www.metalnews.fr/chroniques/grotesque-offerings 

19/01/2022, 10:35

Simony

C'est un des groupes dont j'attends leur nouvel album, le titre partagé m'avait beaucoup plu, à creuser car la chronique donne clairement envie.

19/01/2022, 08:12

Humungus

Comment fait-on pour retrouver ta chronique de leur deuxième galette ?

19/01/2022, 07:29

Humungus

Une de mes découvertes de l'an dernier...Hâte de foutre une oreille sur cet album putain !

19/01/2022, 07:26

Simony

En rappel avec The Number Of The Beast, The Evil That Men Do, Iron Maiden et Sanctuary....   

18/01/2022, 23:20

Kerry King

Un concert de Maiden sans Fear of the Dark c'est pas vraiment un concert de Maiden.

18/01/2022, 19:02

Simony

Merci Gargan, c'est corrigé.

18/01/2022, 14:32

Gargan

C'est leedET. Suis curieux d'écouter les autres titres, en espérant qu'ils gardent l'urgence de l'extrait mis en avant. Aucune info sur le line-up, mis à part le type de mare cognitum au chant.

18/01/2022, 10:32

Simony

Idem pour moi Eyziel, pas convaincu du tout de ce second extrait. A voir dans la globalité de l'album comme tu dis.

18/01/2022, 08:02