L’Italie, parent pauvre du Metal dans les années 80, au même titre que la France, à salement rattrapé son retard en termes d’inspiration depuis une dizaine d’années. A tel point que les groupes locaux font aujourd’hui figure de chefs de file de mouvances qu’il est relativement ardu d’identifier…

Fini les copier/coller et autres succédanés de succès Européens et Américains, l’heure est à la création nationale, et le talent dont font preuve nos amis musiciens transalpins est tout simplement bluffant. Une nouvelle évidence nous en est donnée aujourd’hui via le second LP des originaires de Viareggio, BUIOINGOLA, qui avec Il Nuovo Mare mélangent tellement de courants différents qu’ils parviennent à nous noyer dans un nouvel océan, pas encore décelable sur les cartes musicales classiques.

Cet album fait suite à l’introductif et intrigant Dopo L’Apnea, paru en 2013, qui versait déjà les cendres du conformisme dans une mer d’originalité instrumentale, et pousse le concept de l’inconnu encore plus loin, nous laissant dériver sur un radeau de la Méduse extrême qui nous mène sur des rivages inconnus, peuplés de créatures étranges, rêvant en monochrome d’une mort certaine, qui pourtant nous font sentir plus vivant que jamais.

Dans les faits, et selon l’argumentaire de son label Sentient Ruin, le trio Italien (Diego Chuhan – guitare/chant, Thomas Gianardi – batterie et samples, Omar Bovenzi – basse/chant) pratique un genre d’amalgame entre Néo Crust acide, Darkcore ombrageux et Post BM nuageux, et il faut admettre que ces indices sont les bons, et qu’ils mènent sur une piste de Post Metal ténébreux qui n’a que très peu d’équivalent sur la scène Européenne actuelle.

Si Dopo L’Apnea privilégiait parfois les longues ambiances délétères (on se souvient d’un traumatique « Oceano » qui déboitait le quart d’heure sans complexes), Il Nuovo Mare adapte son optique et son format, sans pour autant modifier sa philosophie de base.

Les fondements sont toujours les mêmes, de longs passages contemplatifs et sombres, de soudaines et fulgurantes montées de violence et une orchestration dramatique qui transforment cet album en progression opératique effrayante, dont le libretto est maculé d’images saisissantes, de paysages désolés, et de grandes étendues aquatiques vertigineuses.

En substance, et pour être prosaïque, la musique distillée sur les sept interventions de ce second album évolue comme les scènes d’un film pour les oreilles qui nous entraîne dans un monde onirique pas vraiment rassurant, mais captivant de pessimisme et enterrant les dérives artistiques de la renaissance Italienne sous une chape de plomb d’eau dont on ne s’extirpe qu’au prix d’un essoufflement presque fatal.

On trouve sur ce disque de quoi alimenter nos fantasmes suicidaires les plus sombres. Mise en abime d’éléments Post Punk rigides et froids comme le corps d’un noyé repêché sur la grève (« Attesa », à la limite d’un Dark Ambient vraiment terrifiant, suggérant une hybridation entre la folie schizophrénique des VIRGIN PRUNES et un LUSTMORD plus volontiers obsédé par les grandes étendues marines que par l’espace ou les cavernes), adaptation libre d’un Darkwave rugueux aux impératifs d’un Post BM vraiment viscéral (« Polvere »), Crust impitoyable noyé dans un maelstrom d’idées Black comme autant d’écueils susceptibles de fissurer la coque du navire de fortune («Latenza », pas vraiment de latences mais une polyrythmie épuisante qui se coupe les croches sur des riffs acides et un chant de sirène), ou inclinaisons Doom/Sludge écrasantes comme un soleil noir ne réchauffant pas un hiver de désespoir («Eclisse »).

Pas de longue homélie cette fois-ci, mais une succession d’idées en format court ou médian formant un tout aussi violent que troublant, comme une tempête déchainant les éléments pour mieux provoquer le silence.

Les BUIOINGOLA n’ont pourtant pas choisi la voie la plus facile pour parvenir à leurs fins. Les fans d’extrême risquent d’être déstabilisés par cet ouragan d’influences qui se télescopent dans des courants ascendants et descendants, et dont certaines ne font clairement pas partie de la galaxie Metal.

Ainsi, « Silencio » évoque plus volontiers la vague Darkwave/Post Punk des 80’s, avec quelques citations obscures et autres clins d’œil au CURE le plus nihiliste, aux JESUS AND MARY CHAIN, et même aux SISTERS OF MERCY les plus ombrageux, ce qui risque de faire se hérisser quelques poils de froid. Mais avec un peu d’ouverture d’esprit, il n’est pas difficile de concevoir que Il Nuovo Mare se veut justement point de liaison entre ces vagues glacées d’il y a trente ans, et la lame de fond Post Black du vingt-et-unième siècle, comme un pont chancelant qui menace de s’écrouler sous chacun de vos pas.

Ce deuxième effort se termine même dans des murmures soutenus par des cordes électriques pas vraiment caressantes, mais symbolisant un petit ilot d’harmonies qui peuvent se concevoir comme une oasis de terre perdue en pleine mer de doutes.

Puzzle étrange, aux pièces de taille raisonnable, Il Nuovo Mare s’autorise quand même une digression plus ample, incarnée par le fulgurant et insondable « Irriconoscibile », qui synthétise les terreurs nocturnes de TERRA TENEBROSA et les colères diurnes de WOLVES IN THE THRONE ROOM, usant sans abuser d’arrangements percutants et sifflants, et de thèmes abrasifs venant rompre la fausse tranquillité de surface.

 

Difficile d’accès, veillant jalousement sur ses mystères marins, BUIOINGOLA continue son travail d’exploration multiple et accumulant les références, tout en affinant son style personnel qui devient facilement reconnaissable de son refus des convenances.

En se frottant aux limites de la Darkwave, du Darkcore, du Crust lunaire et des cycles de vie/mort du Post Black le plus libre, le trio Italien parvient à créer une nouvelle mouvance, assez tétanisante, mais cathartique pour peu que l’affrontement de vos peurs les plus intimes ne soit pas un combat perdu d’avance.

 Mais en attendant une analyse définitive qui ne viendra sans doute jamais, Il Nuovo Mare se pose en nouvelle pierre jetée à la mer de l’audace instrumentale Italienne, qui n’en finit plus de nous ensevelir sous les vagues de sa frondeur. 


Titres de l'album:

  1. Polvere
  2. Latenza
  3. Irriconoscibile
  4. Attesa
  5. Eclisse
  6. Silenzio
  7. Il Giorno Dopo

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 31/03/2017 à 14:00
80 %    209

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


White Coven

Overseas

Exxxekutioner

Death Sentence

Peacemaker

Concrete and Terror

Maligner

Attraction To Annihilation

Black Bart

Casnewydd-Bach

Obszön Geschöpf

Master Of Giallo

Azusa

Heavy Yoke

Soulfly

Ritual

The Struts

Young & Dangerous

Northward

Northward

Malm

Kollaps

Bonehunter

Children Of The Atom

Amaranthe

Helix

Gaslarm

Dusk Mothers Children

Tourniquet

Gazing At Medusa

W.m.d.

Lethal Revenge

Daeria

Fenix

Antagonism

Thrashocalypse

Newbreed

Law

Khandra

There is no Division Outside Existence

Sick of It All + Black Knives

RBD / 16/11/2018
Hardcore

Interview AZUSA (Eleni Zafiriadou)

mortne2001 / 11/11/2018
Azusa

Cortez + Stuntman

RBD / 10/11/2018
Hardcore

The Studio Experience #3

grinder92 / 08/11/2018
Benighted

Photo Report - Garmonbozia 20 ans !

Simony / 06/11/2018
Anniversaire

Concerts à 7 jours

Watain + Rotting Christ + Profanatica

17/11 : Le Trabendo, Paris (75)

Omnium Gatherum + Wolfheart + Nothgard

19/11 : Le Petit Bain, Paris (75)

+ Sick Of It All + The Worst Doubt

19/11 : Espace Icare, Issy-les-moulineaux (92)

Photo Stream

Derniers coms

Bah putain !
SUNN O))) à Nancy !?!?
Incroyable et génial ça !!! !!! !!!


Le genre d'affiche qui me vend du rêve à plein tube...


Bravo Metalnews...
Par votre faute, sans même avoir écouté l'album, je me suis déjà précommandé le coffret.
C'est malin !


Ça va peut-être (enfin) ouvrir l'esprit à bon nombre d'entre vous (enfin j'espère). L'initiative de vous l'imposer tout cuit dans le bec vous aidera au mieux à entendre de nouvelles sonorités, ça changera à vos oreilles.


A noter que des pass promo sont d'ores et déjà en vente pour les 4 jours.
Concernant l'affiche, j'étais à la conférence de presse, et Yann a précisé que du coup le site en serait modifié (ils attendent entre 10 et 13 000 personnes le jeudi) avec notamment une Dave Mustage dont l'ouver(...)


Mouais...
Cela ne me surprend guère en fait.
Les Bretons (comme beaucoup d'autres) aimant encore bien en faire des tonnes sur l'identité régionaliste...
Quoi qu'il en soit, musicalement, je trouve l'idée de l'ajouter à l'affiche géniale en soit.


C'est un truc de fou là... étrange mais taré ! Alan Stivell au Motoc !


Comme LeMoustre, fort agréablement surpris par cet album.


Hé hé hé !
On se croirait au bon vieux temps de VS bon dieu de dieu...
Rien que pour ce merveilleux retour dans le passé, merci Meloman.


Excellent mec, merci !


Depuis le temps que j'entends parler de New noise (et très souvent en bien) va falloir y jeter un coup d'oeil quand même... merci pour les coms !


Pas totalement metal, mais New noise est pour moi le seul bon mag aujourd'hui. De part sa ligne éditoriale ( même si on retrouve toujours un peu les mêmes groupes avec le temps) et dans lequel on retrouve souvent des dossiers ou interviews ( d'anciens de la scène, boss de label...) vraiment int(...)


Impeccable papier qui, avec un avis sur un autre site couplé à l'écoute de cet extrait, a dévié très vite vers une commande sur le site du label.
Au passage, bien vu les différences entre thrash/death et l'inverse. ici, c'est bien du thrash/death, et l'affiliation avec Scott LaTour (In(...)


C'est ça, ou faut aller sur les fanzines qui arrivent à subsister, fait par des fans pour des fans, chacun pourra trouver chaussure à son pied sur les différentes distros disponibles. Snakepit et ses ersatz (dont le Français Metal Titans au passage) dans plein de genres sont là pour ça. A un (...)


Totalement d'accord avec toi LeMoustre pour le coup. La seule chose qui m'intéresse encore dans les magazines c'est les itw pour la raison que tu donnes. Aujourd'hui y a plus vraiment de mag (metal) qui propose de bonnes chroniques... ou du moins des chroniques un peu développées. Parce qu'en 10 (...)


Sur les chroniques, et leurs vérités assénées comme étant la divine parole. ce qui est intéressant en itw avec ce type de mag, c'est qu'ils ont souvent l'artiste en face, ou au tél, alors que les fanzines/webzines c'est plus par mail, empêchant tout rebond intéressant à un propos précéde(...)


Ca c'est la bonne nouvelle du jour. Le dernier triple album était excellent.
A noter que le label finlandais Svart Records va rééditer tous les album de Swallow the sun en vinyl et ça c'est cool ;)


Pauvre Abbath... lui qui a dû se sentir comme un couillon après l'écoute du dernier Immortal. "Personne n'est irremplaçable" est une phrase qui lui sied à la perfection désormais !


Un nouvel album, donc ensuite une tournée... Ça promet donc encore de grands moments de solitudes pour les musiciens qui l'accompagneront sur scène ! :D


Don't feed the troll.