Long Day Good Night

Fates Warning

06/11/2020

Metal Blade

Je peux dire que je suis gâté en cette fin d’année. Deux de mes groupes favoris me gratifient d’un nouvel album, et pas des moindres. La première salve fut donnée par les miraculeux ARMORED SAINT qui avec Punching the Sky ont confirmé une fois de plus qu’ils étaient bien le meilleur groupe de Heavy Metal américain encore en activité depuis les années 80. Et aujourd’hui, ce sont les FATES WARNING, qui fêtent avec Long Day Good Night leur treizième album, et le troisième après la refonte du groupe au début des années 2010. Après quasiment dix ans de silence original, Darkness in a Different Light nous avait tous agréablement surpris, revenant aux racines du groupes et quasiment au niveau de qualité atteint par les chefs d’œuvre Perfect Symmetry et Parallels. Theories of Flight n’avait pas démenti les promesses faites par le groupe, et cette période de confinement forcé qu’aura imposé 2020 aura permis aux musiciens de bosser ensemble, certes chacun dans leur coin, mais sans que cet isolement ne nuise à la cohésion générale. On le sait, FATES WARNING et ARMORED SAINT ont bien des points communs, et pas seulement parce qu’ils partagent la superbe basse de Joey Vera depuis 1997. Ils sont tous les deux des mal-aimés de la célébrité et de la reconnaissance, ne pouvant compter que sur une poignée de fans fidèles pour répandre leur bonne parole. Et si l’approche du SAINT est résolument Metal, dans le sens le plus direct qui soit, l’optique du FATES est-elle plus biscornue, comme si QUEENSRYCHE et CRIMSON GLORY avaient été fondus dans le même creuset d’inspiration pour donner naissance à une matière unique. Et pour son retour au premier plan, le quintet américain n’a pas lésiné. Treize morceaux pour un treizième album, ils nous refont le même coup que Perfect Symmetry et ses faces symétriques (qui ne l’étaient pas vraiment d’ailleurs), mais nous pondent aussi l’album le plus long de leur carrière, avec plus de soixante-douze minutes de musique, et une poignée de morceaux jouant généreusement la montre.

Composé sur une période d’un an au terme de leur tournée commune avec QUEENSRYCHE par Jim Matheos et Ray Adler, les deux vieux complices, Long Day Good Night est donc une œuvre longue, riche et complexe, comme tous les albums du quintet (Matheos - guitare, Alder - chant, Vera - basse, Bobby Jarzombek - batterie et Mike Abdow - guitare pour quelques soli). Mais cette fois-ci, Jim et Ray ont décidé d’abandonner toute mesure pour pondre le disque le plus ambitieux de leur parcours, encore plus que les étapes cruciales que furent les disques précités. Alors que la tendance depuis quelques années est à la concision (à part dans le cas d’OPETH ou LEPROUS, qui sont clairement à part) et aux albums condensés sous la barre des cinquante minutes, les originaires du Connecticut prennent le contrepied et osent l’heure et dix minutes bien tassées pour exploiter leurs points de vue. Pourtant, au premier contact, Long Day Good Night ne surprend absolument pas de son contenu. Mixé par Joe Barresi (TOOL, QUEENS OF THE STONE AGE, TOMAHAWK, THE MELVINS, KYUSS…), ce treizième album respire de tous ses instruments, et sa clarté  a quelque chose de surnaturel. Lorsque les soli de Jim résonne sur un background arythmique, on pourrait presque toucher ses cordes du bout des doigts tant on a le sentiment d’être dans la même pièce que lui. De la même façon, les passages les plus puissants n’épuisent pas les tympans, bénéficiant d’un soin particulier dans l’équilibre. Il faut dire que Jim a largement eu le temps de tester ses idées, lui qui avoue qu’un morceau n’est jamais vraiment fini tant qu’on n’a pas exploré toutes les pistes possibles. Et des pistes, Long Day Good Night en contient, dans son tracklisting évidemment, mais aussi au sein des chansons qui ne se privent jamais d’explorer toutes les directions possibles. Cordes, Jazz, inspiration hispanique, acoustique, violence, préciosité, crossover global, et toujours cette délicatesse dans l’instrumentation qui apparente chaque album du groupe à une construction de cristal qui donne le sentiment d’être trop fragile, mais qui ne casse pourtant jamais.

Si chaque LP du groupe a toujours demandé des efforts et du temps pour être appréhendé dans sa globalité, ce treizième chapitre en demandera encore plus, et pourra laisser un sentiment de trop-plein sur le moment. Trop d’idées, trop de chansons, trop de passages que certains jugeront dispensables, et qui le sont d’une certaine manière. Mais à celle des BEATLES qui avaient blindé leur Double Blanc pour se débarrasser d’un contrat plus vite, Long Day Good Night a tout conservé, pour donner à son reflet des allures de tableau en trompe l’œil, contenant d’infimes détails qu’on ne remarque qu’en regardant de plus près. Ces détails relèvent souvent des performances individuelles de chacun des membres du groupe, et spécialement du poulpe Bobby Jarzombek, qui a profité de l’annulation d’une tournée en compagnie de Sebastian Bach pour enregistrer ses parties. Encore une fois, le batteur livre une partition hallucinante, d’une précision hors du commun, avec toujours en exergue ce jeu de grosse caisse qui en impose aux plus grands et qui rappelle le talent de Dean Castronovo ou Rick Colaluca. Mais évidemment, Bobby n’est pas seul à louer sur Long Day Good Night, et si la basse de Joey Vera se montre plutôt discrète dans le mix, elle n’en oublie pas pour autant de distiller des lignes serpentines qui relient la guitare et la batterie avec beaucoup de fluidité. De son côté, Jim a encore été piocher dans son subconscient des riffs aussi efficaces que ciselés, dont celui imparable de « Shuttered World », qui se démultiplie à l’occasion d’un break hallucinant de calibrage, ou celui de « Scars », à la lisière du Thrash, qui rappelle la première époque du groupe, lorsqu’il jouait encore beaucoup avec les frontières.

Mais même avec sa somme de données, ce treizième chapitre n’incarnera pas le pinacle d’une carrière qui n’a connu que peu de bas créatifs, et dont la seule faute de goût pour beaucoup restera à jamais le controversé A Pleasant Shade of Gray. Il contient pourtant des moments de génie pur, comme ce « Begin Again », délicat comme une Pop Rock des années 80 traduite dans un langage plus viril, ou « Glass Houses » qui démontre que le groupe n’a rien perdu de son énergie. Mais évidemment, « The Destination Onward » et ses huit minutes placées en intro d’un LP gigantesque dans tous les sens du terme prévient des efforts à venir, et place l’auditeur dans une position enviable et précieuse : celle d’observateur attentif de l’imagination de musiciens ayant depuis longtemps abandonné toute mesure. Avec sa longue entame presque silencieuse, ce morceau explose soudainement d’une rage Heavy typiquement américaine (et qui rappelle certaines idées d’ARMORED SAINT justement), et rappelle au bon moment quel modèle FATES WARNING a toujours été pour les fans de Progressif. De l’autre côté du spectre, « The Longest Shadow Of The Day » n’hésite pas à en faire trop, et à arrêter sa course sous les douze minutes pour offrir l’acmé qu’on est en droit d’attendre d’un tel disque. Intro typiquement Gilmour, progression jazzy, pour finalement renouer avec les vieux démons de la puissance et lâcher les watts sans gêne.  

Je ne me prononcerai certainement pas sur la place qu’occupera Long Day Good Night à l’avenir dans la discographie de FATES WARNING. Mais malgré sa treizième place à table, il m’étonnerait que ce disque porte malheur au groupe.          

              

                                                                                                            

Titres de l’album:

01. The Destination Onward

02. Shuttered World

03. Alone We Walk

04. Now Comes The Rain

05. The Way Home

06. Under The Sun

07. Scars

08. Begin Again

09. When Snow Falls

10. Liar

11. Glass Houses

12. The Longest Shadow Of The Day

13. The Last Song


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 14/11/2020 à 14:38
90 %    125

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Jon _ interview d'un homme multi-facettes

Simony 23/11/2020

Interview

Future World

mortne2001 23/11/2020

From the past

Voyage au centre de la scène : les fanzines

Jus de cadavre 22/11/2020

Vidéos

Rammstein 2005 (Volkerball)

RBD 16/11/2020

Live Report

At The Mill _ Live Stream Performance

Simony 07/11/2020

Live Report

Dahey OWM

Simony 01/11/2020

Interview

Fear Factory + Misery Index 2006

RBD 28/10/2020

Live Report
Concerts à 7 jours
Saor + Borknagar + Cân Bardd 01/12 : Le Petit Bain, Paris (75)
Saor + Borknagar + Cân Bardd 02/12 : Le Rex, Toulouse (31)
Saor + Borknagar + Cân Bardd 05/12 : Cco, Villeurbane (69)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
LeMoustre

Retour qui fait rudement plaisir en effet. On a l'impression de revenir en 1989 au gré de The Descending ou de quelques parties Forbiddenesques parsemées entre moshparts typiques. Et puis Flores n'a pas trop muté, y'a bon.

30/11/2020, 14:38

Gargan

C'est Knokkelklang*, même chant. Album 2018 excellent par ailleurs. Ce nouveau projet confirme que 2021 sera une belle année metal et une bonne source de dépenses.

30/11/2020, 09:48

RBD

Je suis plutôt pessimiste, les rassemblements de ce type seront à mon avis l'ultime activité à redevenir autorisée avant le retour complet à la normale. Ils reviendront, mais en dernier. Ceci dit, les institutions catholiques viennent d'obtenir d(...)

29/11/2020, 19:33

mortne2001

"Pis de toute façon, moi, dès que cela sonne comme SLAYER j'achète de suite donc... ... ..."Je ne peux pas me battre contre ce genre d'argument, puisque j'utilise les mêmes

29/11/2020, 19:02

Gargan

4eme épisode, toujours aussi bien. Maintenant je les imagine jouer vetranatt dans la pièce rose haha

29/11/2020, 17:53

Humungus

Je serai bien plus jouasse que toi sur ce coup là mortne2001 :Tu trouves qu'EXHORDER a sorti l'album de sa carrière l'an passé... Bah je pense qu'il en est de même pour EVILDEAD aujourd'hui.Pis de toute façon, moi, dè(...)

29/11/2020, 14:46

Gargan

Beaucoup aimé le précédent (bien que trop court), surtout avec l’epique twelve bells, et ça sent toujours très bon. En même temps, on est rarement déçu avec le père Alan. Ce ne serait pas mal une petite interview soit dit en pass(...)

29/11/2020, 09:13

Oliv

Oui ya de quoi faire chez nous pourtant en catégorie métal français 

29/11/2020, 00:31

MorbidOM

Si tu t'en fous complétement pourquoi exhumer un post qui date de 8 moi ?

28/11/2020, 19:39

Je m\'en fou complètement ça reste un putain de bon groupe

Je m'en fou complètement ça reste un putain de bon groupe 

28/11/2020, 17:41

Forza

Ca a déja une autre gueule que les victoires de la musique chez nous avec Louise Attaque et Etienne Daho (!) en catégorie rock. Je pense également que le trophée va revenir à Power Trip, non seulement parce que c'est mérité, mais a(...)

28/11/2020, 16:09

POMAH

J'avais bien compris Humungus, je voulais pas t'induire en erreur. ;)Par contre le reste de l'album je suis pas plus emballé. Première galette du groupe que je trust pas complètement...

28/11/2020, 12:55

metalrunner

Leur meilleur album un sacré souvenir.

28/11/2020, 10:47

Humungus

Je ne connais que le premier et dernier nominé...Sans conteste (malgré toute l'admiration que j'ai pour Mr Ice T), mon vote va vers POWER TRIP.LE titre cassage de gencive !

28/11/2020, 10:27

Humungus

Attention hein ! Je n'ai absolument rien contre "les synthés sous champi" (bien au contraire d'ailleurs). Le reste de l'album en usant avec splendeur, mais sur ce titre, la mélodie, comme je le disais au dessus, est bien trop teinté Prog'. Et com(...)

28/11/2020, 10:24

POMAH

Assez d'accord avec Humungus, j'ai un peu de mal aussi avec le synthé sous champi quoi... Elle est ou la puanteur rampante d'Apparitions ... ?

27/11/2020, 21:30

Oliv

Oui ça va 5 mn les concerts a la tv , halte a l’entrave aux libertés et on ressortira la guillotine pour couper quelques têtes, ça fera une animation supplémentaire. 

27/11/2020, 19:00

Humungus

Le moins bon morceau à mon sens de l'album.Ce synthé Prog me dérangeant énormément...

27/11/2020, 13:51

Gargan

Premier morceau terrible, avec LE son de synthé spatial 70/80s. Tu prends ton jetpack direction les étoiles après quelques IPA.

27/11/2020, 10:05

Jefflonger

Une belle époque les premiers albums de Nightfall. J'ai re écouté mes vieilles k7 à l'annonce de ces rééditions cd et vinyles,  et les imperfections des 2 premiers conservent un petit charme pas trop suranné 

26/11/2020, 21:38