It Beckons Us All…….

Darkthrone

26/04/2024

Peaceville Records

La constance de DARKTHRONE a de quoi laisser admiratif. Depuis leurs débuts, les norvégiens ont toujours maintenu un rythme soutenu, et produit des albums à intervalles très réguliers. Et s’ils ne bénéficient plus de l’aura maléfique des nineties, ils n’en demeurent pas moins des légendes que l’on respecte toujours avec dévotion. A l’heure de juger de la pertinence de ce nouvel album, il convient de se rappeler de tout ce que Nocturno Culto et Fenriz ont apporté à la cause Black, cette crédibilité raw, cette non compromission même durant leurs années les plus Black n’Roll, tout en restant des êtres comme les autres, avec une vie normale, des activités normales, et une simplicité qui le confine à l’humilité.

Deux ans après un Astral Fortress plutôt bien accueilli par les fans, les deux hommes rempilent pour sept titres et une quarantaine de minutes. Ils restent dans la même lignée, ne cherchent pas à diverger ou provoquer, et se contentent donc de jouer la musique qui les inspire. Une musique qui de nos jours tient plus d’un Heavy Metal légèrement sombre que d’un Black Metal allégé, et le genre leur sied très bien. Alors pourquoi changer de formule ?

Aucune raison ne saurait expliquer un revirement, mis à part la passion revenant au galop.

Mais en attendant de retrouver un jour (ou pas), le DARKTHRONE maléfique des mid-nineties, apprécions celui plus abordable des années 2020. Les barbes continuent de pousser, les cheveux restent longs, la fascination pour les hivers nordiques aussi, et la propension à transformer un simple Heavy en Dark progressif reste intacte, avec toujours ces petits revirements qui font la richesse de la musique du duo. On ne sait plus trop dans quelle catégorie les ranger, mais ça leur convient parfaitement. Parlons de Blackened Heavy pour le sens de la formule, mais sachons rester raisonnable et respecter le désir de deux musiciens qui ne se sont jamais posé de question quant à leur appartenance éventuelle à un ordre quelconque.

D’autant qu’une fois encore, Fenriz et Nocturno Culto nous ont réservé quelques petites surprises. « Black Dawn Affiliation », et sa petite coda qui évoque une version diabolique et sobre d’HAWKWIND, et qui hypnotise plus efficacement qu’une dizaine de pendules. Les mélodies étranges et passées qui pourraient inspirer le VIRUS le plus nostalgique, et toujours cette pénombre dans les riffs les plus simples, qui nous ramène à l’époque bénie de Panzerfaust (« And in That Moment I Knew the Answer »). Et quelques autres idées qui enjolivent un tableau déjà fort flatteur, renforçant l’unicité d’un duo qui n’a jamais rien fait comme tout le monde. Alors qu’Abbath continue de faire le pitre, et que MARDUK enchaîne les albums jumeaux ou triplés, DARKTHRONE avance, vieillit, fait confiance à son instinct, et n’enregistre que lorsqu’il estime avoir quelque chose de pertinent à dire.   

Ce quelque chose à dire se formalise en un Metal passéiste, mais revu et corrigé des données saisonnières. Depuis des années, DARKTHRONE est le dépositaire d’un style qui lui est propre, et qu’il maîtrise de mieux en mieux. It Beckons Us All et sa multitude de points laissés en suspension est paradoxalement l’un des disques les plus définitifs du duo, qui en 2024 trace sa route, et livre son quota de riffs accrocheurs et de textes concernés.

On peut même ressentir le feu sacré de la lassitude HELLHAMMER sur le très passéiste « The Bird People of Nordland », honoré d’une lyrics vidéo, et qui nous ancre dans un passé finalement pas si lointain. La question est maintenant de savoir si vous êtes fan du groupe, et si le virage entamé dans les années 2010 vous concerne encore. Si tel est le cas, ce vingt-et-unième album rejoindra ses grands frères sur les étagères où il trônera fièrement. Et il peut en effet assumer cette fierté, puisqu’il respecte tous les codes de ce Black Heavy étrange et évanescent, catchy mais balayé par les vents, et qui évoque avec émotion les hivers norvégiens, rudes, froids, mais qui forgent le caractère d’un peuple.

La guitare de Nocturno Culto n’a pas pris une ride, et assume son âge sans sombrer dans le jeunisme désolant. Si l’influence du FROST est encore présente au détour de quelques rares accélérations, le résultat est encore une fois du pur DARKTHRONE, peut être encore plus oppressant que d’ordinaire. « The Heavy Hand » semble perpétrer l’esprit morbide de « The Hordes of Nebulah », avec cette lancinance macabre qui caractérisait les moments les plus endeuillés de l’inspiration du duo dans les années 90.

Mais comme un nouvel album ne peut se concevoir sans une longue suite éprouvante et ombragée, le duo nous gratifie d’un final gigantesque, via « The Lone Pines of the Lost Planet ». Entre Doom larvé et raw Black surproduit, cette nouvelle progression s’étire dans le temps, et recense tous les éléments qui ont fait de DARKTHRONE l’un de nos groupes préférés. Nocturno Culto n’a jamais chanté aussi Tom Warrior, et les passages Heavy, assommants comme des masses qui fracassent des cranes, testent notre résistance et notre patience, patience qui tient parfois du masochisme tant les thématiques sont déprimantes.

N’ayant jamais été vraiment fan du DARKTHRONE n’roll, je me réjouis tous les deux ans de retrouver un groupe qui n’a pas lâché la rampe. Exit les gimmicks putassiers, et bonjour la rigueur classique. Les mélodies Folk, les cassures bien amenées, et cette sobriété dans la composition renforcent les liens qu’on entretient avec le groupe, et It Beckons Us All  caresse la fanbase dans le sens des poils de barbe.

La régularité, la constance dans la qualité permettent d’apprécier une nouvelle bordée de titres qui combinent les guitares circulaires et venteuses d’il y a trente ans, et ces harmonies passées ou gelées qui conchient tous les feux de cheminée de la création.

La création. Voilà un problème que DARKTHRONE ne connaît pas. Bon an, mal an, le duo accouche d’un répertoire, et le grave pour la postérité. Mais le terme est sans doute exagéré quand on connaît l’humilité des deux partenaires. Alors parlons simplement d’une passion indéfectible. Une passion qui nous attire. Toujours plus près des montagnes et des forets.      

 

Titres de l’album:

01. Howling Primitive Colonies

02. Eon 3

03. Black Dawn Affiliation

04. And in That Moment I Knew the Answer

05. The Bird People of Nordland

06. The Heavy Hand

07. The Lone Pines of the Lost Planet


Facebook officiel


par mortne2001 le 28/04/2024 à 17:46
80 %    412

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Pierrot
@176.154.152.65
22/05/2024, 09:14:26

Toujours aussi envoûtant, darkthrone combine continuité et qualité 

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : ARGILE

Jus de cadavre 12/05/2024

Vidéos

Mercyless + Nervous Decay + Sekator

RBD 08/05/2024

Live Report

Birds in Row + Verdun

RBD 02/05/2024

Live Report

Hexagon Doom Tour

Simony 29/04/2024

Live Report

Midnight + Cyclone + High Command // Paris

Mold_Putrefaction 24/04/2024

Live Report

DIONYSIAQUE + JADE @La Chaouée

Simony 23/04/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
DPD

@LeaJ'exprime mon avis tout le monde me tombe dessus je défend mon point de vue et voilà tout. Il y a toujours quelqu'un pour remettre une pièce dans la machine, pour moi j'ai effectivement tout dit du coup je m'amuse un peu que voulez-vous.

27/05/2024, 16:40

DPD

Je vois pas l'homophobie, je réalise les souhaits d'un homosexuel, j'essaye d'aider, tu veux quoi, j'y vais direct au Talmud ?

27/05/2024, 15:49

Lea

DPD je ne comprends pas du tout pourquoi tu t'acharnes comme ça, on a bien compris tes messages. Tu te fais plaisir à cracher sur tout et n'importe quoi, je vois pas trop le délire, tu t'emmerdes ?

27/05/2024, 12:50

Cämille

Vous pouvez pas virer cette merde homophobe ? Histoire de remonter le niveau. Merci

27/05/2024, 12:19

Gargan

Merci pour ce live report étoffé, va vraiment falloir que je me bouge les miches pour le prochain !

26/05/2024, 21:48

Gargan

Y’a pas de batteur ? J’aurais du mal à comprendre un changement de style..

26/05/2024, 20:55

NecroKosmos

26/05/2024, 19:13

NecroKosmos

J'y étais dès le jeudi et c'était vraiment top !! Mes coups de coeurs sont, dans l'ordre d'apparition, SWAMP LORDZ, WITCHES, VENEFIXION, ABYSMAL GRIEF et SKINFLINT. Quelques déceptions (musicales) mais peu importe. Quel bon festival !! J'ai bie(...)

26/05/2024, 18:59

Humungus

Putain d'affiche c'est clair...Ne serait-ce déjà que pour ABYSMAL GRIEF.Je dois les voir dans un peu plus d'un mois en Belgique... Et ta critique Simony me fout l'eau à la bouche bordel !!!Pis DESTRUCTION... Totalement d'accord av(...)

26/05/2024, 11:02

DPD

J'y peux rien si cette interface de clodo m'empêche d'éditer mes messages, habituellement j'écris très vite je poste et je me relis ensuite.Donc ouais, Bescherelle dans ton cul je sais que t'aimes ça pé(...)

25/05/2024, 16:19

DPD

Je vais te foutre un Bescherelle dans le cul va, ça te rappellera des souvenirs!

25/05/2024, 16:16

Steelvore666

Atrocia (les copains !!!!!), Skelethal, Venefixion... quelle affiche !!!!!!Et dire que j'avais gagné un pass pour m'y rendre...

25/05/2024, 10:30

Humungus

Buck Dancer je t'aime... ... ...

24/05/2024, 21:00

MorbidOM

"si je le ferais ce serait un album culte mais j'ais autre chose à foutre."Consulter un Bescherelle ?

24/05/2024, 03:50

DPD

Ceci dit si je le ferais ce serait un album culte mais j'ais autre chose à foutre.+ metallica c'est de la merde depus longtemps, rien à foutre de Slayer, pareil pour Iron Maiden. Les nostalgiques devraient dégager-

24/05/2024, 01:06

DPD

On aura au moins pu constater que DPD>UPS.

23/05/2024, 10:56

DPD

@UPSJe peux brancher ma guitare avec mon pc jouer avec une boite a rythme et sortir quelque chose de merdique en 1 semaine, est-ce que ça en vaut la peine? tellement de sorties polluent la scène.Je suis absolument contre l'idée que faire quelque (...)

23/05/2024, 10:54

Buck Dancer

Franchement, je ne m'attendais pas à un album aussi bon. Quelques morceaux peuvent vite devenir des classiques et surtout le groupe semble avoir son identité. Bien sûr c'est similaire  à Motley Crue.... euh Slayer, mais c'est pas un simple copi&eacut(...)

22/05/2024, 21:11

fuck the fuck off motherfucker

Calmez-vous les boomers mentaux, Rock Hard va bien vous pondre un article sur AC/DC pour vous contenter.

22/05/2024, 14:36

UPS

Effectivement, ne faisons rien et restons vissés à nos sièges en pleurant sur internet : on aura l'air nettement moins vieux jeu et plus aventureux comme ça. 

22/05/2024, 12:35