On se la joue cool, ça vous va ? Parce que le Metal pur et tous ses dérivés, parfois, c’est juste…trop. On a envie d’autre chose, et  nous écoutons tous des musiques qui n’ont rien à voir avec la saturation forcée et les grimaces vocales ne l’étant pas moins. Dans cette optique, j’ai la décontraction qu’il vous faut, la fraîcheur non d’un vent nouveau, mais d’une brise hors du temps, se faisant l’écho des nineties dans une décade s’agenouillant sans cesse face aux eighties, et le changement, même mineur, fait toujours du bien. Ainsi, les DREADFUL HIPPIES, un groupe qui aurait pu être adoubé par le gros Cartman, pourfendeur de patchouli et d’adeptes de chemises à fleurs, sauf que ce groupe-là n’a rien d’une incartade de South Park dans la vie quotidienne, bien que celle des musiciens doit être fruitée parfois si j’en juge par leur musique. DREADFUL HIPPIES, c’est un concept qui date maintenant de 2015, soutenu par Ellie Promotion et Season of Mist, et qui aujourd’hui propose son premier LP en toute humilité. Mais attention, l’humilité des musiciens de talent qui savent qu’ils ne révolutionnent pas la musique, mais qu’ils contribuent à sa bonne éducation. Quatuor rodé et assemblé d’instrumentistes connaissant leur boulot et les différentes scènes (Niko - chant, Eric - guitare,

Steph - basse et Vivien - batterie), le groupe peut se targuer de CV assez brillants, et de participants qui connaissent la musique pour avoir beaucoup joué la leur de leur côté. Chacun des membres du combo peut s’enorgueillir d’une expérience perso riche et diverse, et la combinaison des quatre donne lieu à un explosion de créativité hétéroclite, à cheval entre Rock alternatif US des nineties et Post grunge/Modern Rock actuel, ce qui offre à Rover une aura particulière, entre deux eaux, mais pas le cul entre deux chaises.

Co-produit par Niko Green (chant) et Izakar (ex-DAGOBA), Rover a été enregistré entre Paris et Marseille, puis mixé et masterisé dans la même ville au FullMetal studio. Il bénéficie donc d’un son très professionnel, light aux entournures, mais qui convient parfaitement à l’optique d’ouverture prônée per les morceaux. Evoquant dans leur bio des influences allant de CLUTCH aux FOO FIGHTERS, en passant par TOOL ou INCUBUS, les DREADFUL HIPPIES ratissent large et citent Heavy, Rock, ce qui leur permet de rester entre des balises de Heavy Rock qui leur conviennent très bien. Mais qui dit ratisser large ne veut pas dire racoler, et les parisiens gardent leur intégrité, en s’accrochant à une osmose générale qui fait plaisir à entendre. Difficile de situer leur musique autrement qu’en employant les images déjà évoquées, et il ne faut pas attendre longtemps pour savoir ce que les mecs ont dans le ventre. La passion bien sûr, la rage, mais aussi la soif de métissage qui leur permet de coller des soli purement Metal sur une bande instrumentale souple, sans paraître hors contexte. Et après une courte intro, les choses sérieuses commencent, mais pas les choses définitives. Si « Minus » rentre dans le lard d’un Rock sans artifices ni subterfuges, la solution la plus simple n’est pas forcément à portée. Car dès « Something Nu », le ciel s’assombrit, les options se diversifient, et le quatuor joue sur les ambiances. Rythmique souple, chœurs en phase, guitare versatile, distorsion discrète mais bien présente, les mecs se rapprochent des RED HOT, mais aussi des DEFTONES, en version moins torturée, et surtout, de la scène Fusion des nineties, celle des 24-7 SPYZ.

Avec une emphase mise sur les racines, on pense aussi aux premiers efforts de nos 7 WEEKS chéris, qui au début de leur carrière ne pensaient qu’au Rock délicatement teinté de Stoner, bien que Rover échappe complètement à cette catégorie. Mais on sent un groupe bien en place, aux idées sinon culottées, du moins très valides, et ce break permettant à la basse ronde de Steph de s’imposer au premier plan est décidément très judicieux, spécialement posé sur ces lignes vocales qui évoquent le Mike Muir de The Art of Rebellion. Du beau monde donc au petit jeu des comparaisons, et une musique qui fonctionne sur plusieurs niveaux, titillant d’abord les nerfs pour mieux jouer avec eux à cache-cache juste après. Privilégiant en grande majorité l’efficacité sur les dérives, DREADFUL HIPPIES n’en refuse pas pour autant de laisser le chrono tourner lorsque les idées le justifient. Ainsi, « The Other 99 » s’appuie une fois encore sur une structure à la SUICIDAL TENDENCIES (la voix de Niko, lorsqu’elle est douce se situe pile entre Muir et Chino Moreno des DEFTONES), pour mieux réconcilier les 7 WEEKS et INCUBUS, et ainsi offrir le meilleur des deux mondes et décades. D’un niveau technique assez bluffant, les instrumentistes s’autorisent donc quelques pirouettes créatives, sans jamais sombrer dans la démonstration gratuite, et reconnaissons leur un flair imparable pour les cassures en demi-teinte qui donnent un coup de fouet aux morceaux. Les parties de batterie de Vivien sont à ce titre exemplaire, le percussionniste servant la musique avant de satisfaire son ego à grands coups de notes fantômes et d’appuis solides et abrupts, autorisant de fait Eric à multiplier les strates, jouant avec quelques notes en son clair soutenues par un bon gros riff en arrière-plan. On regrette juste que la production ne soit pas plus étoffée dans ces moments-là, mais l’équilibre offert est sans conteste plus judicieux.

Alors, ça déroule, tranquille, mais lucide. Tâche ardue que de repérer un titre plutôt qu’un autre, même si certains se détachent de leur énergie, comme le sautillant hymne « Dreadful Hippies », qui cavale d’un bon up tempo avant de freiner l’avancée sans la faire caler, ou le bonus track « Not Enough for You », qui sniffe bon les INFECTIOUS GROOVES calmes. Je vous laisse donc faire votre marché tranquille, mais je garde la fabuleuse intro de « Untitled » pour moi, avec sa basse chaloupée et son groove déhanché. DREADFUL HIPPIES signe donc avec son premier LP un manifeste d’ouverture, tâtant parfois du Reggae, discrètement, pour mieux imposer le Rock au centre des débats. Mais du Rock intelligent, qui se chante, qui se danse, qui reste dans la tête et qui rend les gestes plus prestes. Belle démonstration, et gageons que les parisiens doivent prendre leur véritable ampleur live. Avec un répertoire pareil, leurs concerts doivent méchamment filer la pêche !             

                   

Titres de l’album :

                       01. Who ?

                       02. Minus

                       03. Something Nu

                       04. Untitled

                       05. #1 Standoff

                       06. Enter the Blue

                       07. Blue Velvet

                       08. The Other 99

                       09. U’re m1ne (Rover)

                       10. Dreadful Hippies

                       11. Not Enough for You

Facebook officiel


par mortne2001 le 02/02/2020 à 14:16
81 %    269

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Ævangelist

Nightmarecatcher

Darkult

Darkult

Sons Of Morpheus

The Wooden House Session

Seven Spires

Emerald Seas

The Dues

Ghosts Of The Past

Quiet Riot

Hollywood Cowboys

Angel Witch

Angel Of Light

Vastum

Orificial Purge

Divide

From Seed to Dust

Soul Grinder

The Prophecy of Blight

Silverstage

Heart n’Balls

Surgical Strike

Part of a Sick World

Annihilator

Ballistic, Sadistic

Scratches

Rundown

Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Depraved + Adx + Factor Hate

01/03 : Salle Des Fêtes, Fismes (51)

Napalm Death + Rotten Sound + Eyehategod

03/03 : La Machine Du Moulin Rouge, Paris (75)

Deadline + Iron Kingdom + Jades

04/03 : Le Klub, Paris (75)

Visions Of Atlantis + Chaos Magic + Morlas Memoria

27/02 : Le Grillen, Colmar (68)

+ Putrid Offal + Sublime Cadaveric Decomposition

28/02 : Le Bistrot De St So, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

Bon…
Alors je l'ai donc enfin gouté ce nouvel album.
C'est très bien fait... Bien construit… La prod est effectivement au petit oignon… ... ...
Mais est-ce que cela ne l'ait pas trop justement ? Car putain, y'a vraiment rien là-dedans qui me fasse frémir un tant soit peu (...)


Oh là là Blind... Faut pas prendre la mouche comme ça…
Ma réponse ne se voulait absolument pas acerbe : Cf. "Ton intervention (très gentille au demeurant...)".
Putain… Pour une fois que j'étais tout aimable… Cela m'apprendra tiens !


J'en attendais rien, et c'est vraiment très bon. Le chant est toujours aussi puissant.


Merci pour vos réponses les amis.


@Humungus: Désolé d'avoir voulu te renseigner et d'ignorer que tu sais ce qu'est un patch. La prochaine fois, t'inquiète, je m'abstiendrai.


@Sinii : en effet, c'est ce que j'ai pu lire également (malheureusement je ne sais plus où...)


Tu m'étonnes. Je note la cover réussie de cet album en attendant d'en entendre un premier extrait.


C'est pas le gars de Deathcode Society qui a composé le nouvel album?
Je crois avoir lu ça quelque part...


Grande nouvelle. 2020 sera scène extrême française ou ne sera pas !


Rose Hreidmarr au chant comme pour le précédent album. Pour le reste je sais pas... Pas de line-up annoncé sur Metal Archives (pour l'instant).


Ben voila, il n'y a pas de raison que le metal français n'ai pas le droit à son mélodrame de nom ;). Bon pour le moment nous avons qu'une seule version de l'histoire...

Pour parler musique, j'avais beaucoup aimé "Sur les falaises de marbre", surement un de mes albums préféré de 2(...)


Mmm, musicalement, les deux derniers albums étaient intéressants, pas faciles en terme de composition, mais plutôt ambitieux et instrumentalement réussis, même parfois brillants. Rien à dire sur le parti-pris et la prise de risque. C'est la voix de Greene qui ne me séduit pas au point d'achet(...)


A noter qu'a priori il y a baleine sous gravier avec ce retour de GLACIATION, au vu du post publié par Valnoir sur sa page fb => https://www.facebook.com/jean.simoulin.7/posts/651167092299009?__tn__=K-R
Pour ceux qui ont la flemme de lire en anglais, les collègues de Scholomance Webzine ont (...)


Bon, j'ai pas encore écouté ce dernier album, mais le peu que je m'en suis fourré dans les esgourdes pour l'instant ne me fait pas changer d'avis sur ce groupe que j'ai tant vénéré dans les 90's.
De fait, Yoloman + 1 000 000 !!!


Un des dieux de mon petit panthéon personnel.
Quand on sait que j'ai débuté ma carrière Métallique en me plongeant corps et âmes dans AC/DC, c'est donc à mon sens tout bonnement indispensable.


Tellement mauvais et tellement drôle à la fois qu'on leur accorde l'indifférence avec mansuétude.


"quand on veut écouter du vieux Death Metal qui schlingue la gerbe et la bile, on se coltine un vieil INCANTATION, un des premiers BOLT THROWER, et vogue la gerbe le long du canapé"
:D !


Ah et puis Sieur Simony, je n'ai pas pu attendre votre fameux crédit à si faible taux...
Ma pré-commande est déjà passée.


Titre plus que prometteur en effet !


Après quelques minutes de recherche sur la toile, voici ce qu'il y a réellement dans cette fameuse box :
"Vinyl Features:
+ Mud-Green / Black Marbled Vinyl
+ Gatefold Jacket
+ A1 Size Poster (~23.4" x 33.1")

Box Set Includes:
----------------------
(...)