On se la joue cool, ça vous va ? Parce que le Metal pur et tous ses dérivés, parfois, c’est juste…trop. On a envie d’autre chose, et  nous écoutons tous des musiques qui n’ont rien à voir avec la saturation forcée et les grimaces vocales ne l’étant pas moins. Dans cette optique, j’ai la décontraction qu’il vous faut, la fraîcheur non d’un vent nouveau, mais d’une brise hors du temps, se faisant l’écho des nineties dans une décade s’agenouillant sans cesse face aux eighties, et le changement, même mineur, fait toujours du bien. Ainsi, les DREADFUL HIPPIES, un groupe qui aurait pu être adoubé par le gros Cartman, pourfendeur de patchouli et d’adeptes de chemises à fleurs, sauf que ce groupe-là n’a rien d’une incartade de South Park dans la vie quotidienne, bien que celle des musiciens doit être fruitée parfois si j’en juge par leur musique. DREADFUL HIPPIES, c’est un concept qui date maintenant de 2015, soutenu par Ellie Promotion et Season of Mist, et qui aujourd’hui propose son premier LP en toute humilité. Mais attention, l’humilité des musiciens de talent qui savent qu’ils ne révolutionnent pas la musique, mais qu’ils contribuent à sa bonne éducation. Quatuor rodé et assemblé d’instrumentistes connaissant leur boulot et les différentes scènes (Niko - chant, Eric - guitare,

Steph - basse et Vivien - batterie), le groupe peut se targuer de CV assez brillants, et de participants qui connaissent la musique pour avoir beaucoup joué la leur de leur côté. Chacun des membres du combo peut s’enorgueillir d’une expérience perso riche et diverse, et la combinaison des quatre donne lieu à un explosion de créativité hétéroclite, à cheval entre Rock alternatif US des nineties et Post grunge/Modern Rock actuel, ce qui offre à Rover une aura particulière, entre deux eaux, mais pas le cul entre deux chaises.

Co-produit par Niko Green (chant) et Izakar (ex-DAGOBA), Rover a été enregistré entre Paris et Marseille, puis mixé et masterisé dans la même ville au FullMetal studio. Il bénéficie donc d’un son très professionnel, light aux entournures, mais qui convient parfaitement à l’optique d’ouverture prônée per les morceaux. Evoquant dans leur bio des influences allant de CLUTCH aux FOO FIGHTERS, en passant par TOOL ou INCUBUS, les DREADFUL HIPPIES ratissent large et citent Heavy, Rock, ce qui leur permet de rester entre des balises de Heavy Rock qui leur conviennent très bien. Mais qui dit ratisser large ne veut pas dire racoler, et les parisiens gardent leur intégrité, en s’accrochant à une osmose générale qui fait plaisir à entendre. Difficile de situer leur musique autrement qu’en employant les images déjà évoquées, et il ne faut pas attendre longtemps pour savoir ce que les mecs ont dans le ventre. La passion bien sûr, la rage, mais aussi la soif de métissage qui leur permet de coller des soli purement Metal sur une bande instrumentale souple, sans paraître hors contexte. Et après une courte intro, les choses sérieuses commencent, mais pas les choses définitives. Si « Minus » rentre dans le lard d’un Rock sans artifices ni subterfuges, la solution la plus simple n’est pas forcément à portée. Car dès « Something Nu », le ciel s’assombrit, les options se diversifient, et le quatuor joue sur les ambiances. Rythmique souple, chœurs en phase, guitare versatile, distorsion discrète mais bien présente, les mecs se rapprochent des RED HOT, mais aussi des DEFTONES, en version moins torturée, et surtout, de la scène Fusion des nineties, celle des 24-7 SPYZ.

Avec une emphase mise sur les racines, on pense aussi aux premiers efforts de nos 7 WEEKS chéris, qui au début de leur carrière ne pensaient qu’au Rock délicatement teinté de Stoner, bien que Rover échappe complètement à cette catégorie. Mais on sent un groupe bien en place, aux idées sinon culottées, du moins très valides, et ce break permettant à la basse ronde de Steph de s’imposer au premier plan est décidément très judicieux, spécialement posé sur ces lignes vocales qui évoquent le Mike Muir de The Art of Rebellion. Du beau monde donc au petit jeu des comparaisons, et une musique qui fonctionne sur plusieurs niveaux, titillant d’abord les nerfs pour mieux jouer avec eux à cache-cache juste après. Privilégiant en grande majorité l’efficacité sur les dérives, DREADFUL HIPPIES n’en refuse pas pour autant de laisser le chrono tourner lorsque les idées le justifient. Ainsi, « The Other 99 » s’appuie une fois encore sur une structure à la SUICIDAL TENDENCIES (la voix de Niko, lorsqu’elle est douce se situe pile entre Muir et Chino Moreno des DEFTONES), pour mieux réconcilier les 7 WEEKS et INCUBUS, et ainsi offrir le meilleur des deux mondes et décades. D’un niveau technique assez bluffant, les instrumentistes s’autorisent donc quelques pirouettes créatives, sans jamais sombrer dans la démonstration gratuite, et reconnaissons leur un flair imparable pour les cassures en demi-teinte qui donnent un coup de fouet aux morceaux. Les parties de batterie de Vivien sont à ce titre exemplaire, le percussionniste servant la musique avant de satisfaire son ego à grands coups de notes fantômes et d’appuis solides et abrupts, autorisant de fait Eric à multiplier les strates, jouant avec quelques notes en son clair soutenues par un bon gros riff en arrière-plan. On regrette juste que la production ne soit pas plus étoffée dans ces moments-là, mais l’équilibre offert est sans conteste plus judicieux.

Alors, ça déroule, tranquille, mais lucide. Tâche ardue que de repérer un titre plutôt qu’un autre, même si certains se détachent de leur énergie, comme le sautillant hymne « Dreadful Hippies », qui cavale d’un bon up tempo avant de freiner l’avancée sans la faire caler, ou le bonus track « Not Enough for You », qui sniffe bon les INFECTIOUS GROOVES calmes. Je vous laisse donc faire votre marché tranquille, mais je garde la fabuleuse intro de « Untitled » pour moi, avec sa basse chaloupée et son groove déhanché. DREADFUL HIPPIES signe donc avec son premier LP un manifeste d’ouverture, tâtant parfois du Reggae, discrètement, pour mieux imposer le Rock au centre des débats. Mais du Rock intelligent, qui se chante, qui se danse, qui reste dans la tête et qui rend les gestes plus prestes. Belle démonstration, et gageons que les parisiens doivent prendre leur véritable ampleur live. Avec un répertoire pareil, leurs concerts doivent méchamment filer la pêche !             

                   

Titres de l’album :

                       01. Who ?

                       02. Minus

                       03. Something Nu

                       04. Untitled

                       05. #1 Standoff

                       06. Enter the Blue

                       07. Blue Velvet

                       08. The Other 99

                       09. U’re m1ne (Rover)

                       10. Dreadful Hippies

                       11. Not Enough for You

Facebook officiel


par mortne2001 le 02/02/2020 à 14:16
81 %    385

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Pearl Jam

Gigaton

Crypt Dagger

From Below

Lamentari

Missa Pro Defunctis

Almanac

Rush of Death

Mariana Semkina

Sleepwalking

Glaciation

Ultime Eclat

Milking The Goatmachine

From Slum to Slam - The Udder Story

Aevum

Multiverse

Burning Witches

Dance with the Devil

Aleister

No Way Out

Conny Bloom

Game! Set! Bloom!

Death. Void. Terror.

To The Great Monolith II

Vulcano

Eye In Hell

Vaisseau

Horrors Waiting In Line

Justify Rebellion

The Ends Justify The Means

Uncut

From Blue

Invocation

Attunement to Death

Lag I Run

Vagrant Sleepers

White Ward

Love Exchange Failure

Pissed Regardless

Imperial Cult

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

ce qu'il ne faut pas lire comme âneries ici...


Je rejoins aussi ton avis, me souviens encore de leurs débuts, c.était même pour ma part difficile d'avaler un album au complet d'une esti shot. Conqueror aussi dans le même chariot.


Pas mal du tout ça !
La production est excellente, très organique, proche d'une captation live mais restant fine et précise ! Ca promet.


L'artwork est l’œuvre d'un certain Jibus


Intéressant, on pourrait savoir qui a fait l'artwork? il est magnifique et je trouve dommage que les crédits des artistes ne soient que rarement mentionnés alors que c'est eux qui fournissent le contenu.


Tu nous feras deux pater et trois avé en pénitence.


J'avoue avoir utilisé la désignation d'Encyclopaedia Metallum sans chercher à vérifier tellement j'ai confiance en ce qui y est mis habituellement.


Dimmu Borgir en PLS ! Impressionnantes les orchestrations, et pourtant je ne suis vraiment pas client de Black sympho !


J'aime toujours Revenge, mais je trouve que le groupe a sacrément perdu de son aura malsaine et dérangeante aujourd'hui... Trop d'albums et surtout trop de live selon moi, ça perd en "mystère"... Après c'est toujours bien bestial et nihiliste comme on aime, mais bon. Enfin ce n'est que mon avis(...)


Effectivement pire mascotte de tous les temps.
Elle porte un nom je crois d'ailleurs mais je ne sais plus lequel...


Bien plus Grunge que Sludge Doom ce truc...


Excellent groupe, avec un son en avance, des putains de riffs et la plus horrible mascotte qui soit.


pas le 27 Avril mais c est le 17 Avril voir site;
https://wickedmetalreview.wixsite.com/wickedmetalreview/post/reptilium-adrenochromacy?fbclid=IwAR3mQiBqH-HFePj2K1w3WrzchVjL2mABPa-drsZ2slIrmbxKotYt1qe3r6g


Ah, effectivement : la pochette est terrible !!


merci pour ton report
Je n'ai pas pû me déplacer pour cette affiche monstrueuse, ce qui rend la lecture douce et cruelle à la fois.


Un produit plastique crée de toutes pièces, sasns identité ni âme. Merci Nuclear Blast de cracher sur le patrimoine.


Seul le premier album était excellent, les 2 autres dont celui-ci de moins en moins bons.


Et bien... quelle chronique Mr Mortne une fois de plus !
Un album pas encore écouté pour ma part, mais j'ai limite l'impression pourtant, tellement on en entend parler partout. J'y jetterais une oreille certainement, en asseyant de faire fi des polémiques l'entourant.


Ah ah ah !!!
C'te pochette est juste géniale bordel !


Effectivement le chant fait très Hreidmarr.