Those Who Hunt at Night

Savage Master

05/08/2022

Shadow Kingdom Records

Il m’a fallu exactement vingt secondes pour craquer pour le quatrième album des américains de SAVAGE MASTER. Le temps que le premier riff de « Hunt At Night » s’impose sur fond de mid tempo rageur, et l’opération séduction était déjà réussie. Ceci étant dit, l’histoire d’amour entre les originaires de Louisville dans le Kentucky et moi ne date pas d’hier, et les trois premiers albums de la bande avaient déjà trouvé bonne place dans mon cœur de vieux rockeur, notamment parce qu’ils faisaient appel à une forme de nostalgie qui m’est complètement  familière.

Trois ans après l’acclamé Myth, Magic and Steel qui les a définitivement installés au sommet de l’iceberg underground, les américains reviennent avec un quatrième long, chargé en électricité, sauvage comme une amazone défendant son territoire, et ombrageux comme un ciel d’orage prêt à éclater. On connaît la recette du quintet, se reposer sur des influences majeures et évidentes (JUDAS, JAG PANZER, OMEN, ACCEPT, MAIDEN), pour imposer une griffe plus personnelle que la chanteuse Stacey Savage plante dans les meubles d’occasion de cette brocante Hard-Rock de premier choix.

Aucun changement de line-up, une formation toujours soudée entre Larry Myers (guitare) Adam Neal (guitare), John W. Littlejohn (batterie) et Brandon brown (basse), et une direction artistique qui n’est pas prête à dévier pour s’aventurer en terre d’innovation et de culot. Et avec ce miraculeux Those Who Hunt at Night, SAVAGE MASTER vante les mérites de la chasse nocturne, au collet ou autres, pour emprisonner dans des pièges mortels tous les fans de false Metal.

Tout ce que vous avez toujours adoré chez ce groupe est au menu de ce quatrième banquet, préparé les petits plats dans les grands, mais fait pour être dévoré avec les doigts. Ces guitares massives et franches, en réminiscence des premiers émois Heavy de la première partie des eighties, ces quelques mélodies plus volontiers empruntées à la NWOBHM, cette fougue totalement US et cette agressivité transpirant, le tout dominé d’une voix de maîtresse bondage par une Stacey Savage à l’organe toujours proéminent. La chanteuse reste donc dans son registre médium, entre Dawn Crosby et Ann Boleyn, peste comme une teigne Heavy enragée par les concessions radiophoniques, et impériale comme une prêtresse de magie noire contrôlant l’esprit de ses esclaves.

Dès lors le décorum, ces masques en cuir/latex, ces allusions SM n’en prennent que plus de relief lorsque cette bande-son les accompagne dans leurs tâches lubriques, mais cette partie fine évite la grossièreté d’une vulgaire partouze de banlieue entre prolétaires Rock, et se distingue auprès des plus élitistes en mode Eyes Wide Shut plus abordable.  

Une fois de plus, Larry Myers et Adam Neal donnent tout ce que leurs guitares ont dans le ventre pour percer notre carapace, et tissent un canevas très serré sur lequel les volutes vocales de leur leadeuse coud des motifs occultes, ou gentiment paillards. Une formation solide qui accouche sans péridurale et à la dure d’hymnes Hard n’Heavy qui passeront le test du temps avec une aisance incroyable. J’en tiens pour preuve le guerrier « A Warriors Return », sorte de spécialité MANOWAR empruntée le temps d’un refrain puissant, ou le petit frère des classiques les plus sombres d’AC/DC « Rain of Tears », soit deux morceaux qui démontrent que le quintet US en a sous le coude et qu’il connait bien toutes les zones du paysage Metal qui l’entourent depuis les années 80.

Mis à vrai dire, Those Who Hunt at Night n’est qu’une accumulation de morceaux de bravoure qui résonnent dans notre mémoire, et qui rappellent à la garnison les plus preux chevaliers d’une époque qui renaît sans cesse. Evidemment à l’aise dans les saillies courtes et percutantes, le groupe ne rechigne pas à développer son propos pour proposer des choses plus construites et explosives, à l’image du pétaradant « The Hangmans Tree », que les SAVAGE GRACE auraient pu chiper aux EXCITER canadiens.

Un album dont le moteur rutilant tourne à plein régime, et dont la production exemplaire met en valeur toute la puissance. Aussi classique et formel qu’un hommage puisse l’être, Those Who Hunt at Night se veut chasse du Comte Zaroff, avec gibier humain un peu trop porté sur la modernité et le renouveau. Ici, on reste campé sur ses positions, et on décoche des flèches mortelles pour punir les hérétiques.      

Le maître est donc toujours sauvage, mais magnifique dans la décadence et le stupre.



Titres de l’album :

01. Hunt At Night

02. Eyes Behind The Stars

03. Rain of Tears

04. Spirit of Death

05. A Warriors Return

06. The Hangmans Tree

07. Queen Satan

08. Vaster Empires

09. The Death of Time


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 02/08/2022 à 17:18
80 %    47

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Obscene Extreme 2022

Mold_Putrefaction 16/08/2022

Live Report

J'irai Mosher chez vous ! Episode 4 : Seattle

Jus de cadavre 12/08/2022

J\'irai mosher chez vous

Suffocation + Kharkov

RBD 08/08/2022

Live Report

Hysteria

mortne2001 04/08/2022

From the past

Voyage au centre de la scène : DEATH POWER

Jus de cadavre 31/07/2022

Vidéos

Incantation + Akiavel + Horror Within

RBD 30/07/2022

Live Report

Appetite For Destruction

mortne2001 21/07/2022

From the past

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 3

mortne2001 18/07/2022

La cave
Concerts à 7 jours
Gang + Balls Out + Overdrivers 20/08 : Place Du Rietz, Burbure ()
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Albatard

Cool le report bien détaillé, ça donne envie d’y retourner!

18/08/2022, 21:09

Seb

j'avais eu de l'espoir avec un morceau qu'il avait mis en ecoute mais le reste, c'est de la merde.Comme d'hab...

18/08/2022, 10:29

Fleur de cannibal

C’était mieux à 3 qu’à 4 ? Sans doute mais Angelripper au fond de lui ne veut pas se l’avouer … 

18/08/2022, 08:27

l\'anonyme

C'est fade et très convenu. Ca surf sur la vague actuelle, comme tous les albums de Machine Head d'ailleurs qui surfaient sur la vague du moment. Et, à force de vouloir faire des albums différents les uns des autres, ils perdent leur identité.Le seul poin(...)

18/08/2022, 08:02

Humungus

Mon dieu, mon dieu... ... ...

18/08/2022, 07:37

Humungus

Idem.(Et cela m'attriste de le dire au vu de ma vénération pour ce groupe...)

18/08/2022, 07:13

Kijgo

Et tout aussi ininteressant

17/08/2022, 21:45

Kijgo

Toujours aussi intéressant ce groupe.

17/08/2022, 21:44

Kijgo

Toujours aussi intéressant ce groupe.

17/08/2022, 21:44

Arioch91

Pas mieux.

17/08/2022, 20:11

Eliminator

Oui je crois qu on peut dire que c est vraiment pas terrible.Machine head, Fear Factory, Sépultura... Ces groupes de mon adolescence qui aujourd hui disparaissent dans cet océan de chiasse qu est devenue l industrie musicale.Cette prod sans âme avec un son de bat(...)

17/08/2022, 19:26

KaneIsBack

Toujours un bon moment, ces reports de l'OEF, même si je ne suis pour ainsi dire jamais d'accord avec toi. Au passage, merci pour Escuela Grind, dans le genre, c'est franchement chouette. 

17/08/2022, 17:35

KaneIsBack

Pas mal. J'aurai sans doute oublié ce groupe demain, mais en attendant, je suis toujours client pour ce genre de Black/Death suédois à la Dissection. 

17/08/2022, 17:30

Humungus

Bah voilà...Cela ne révolutionne effectivement rien dans le genre, mais quoi qu'il en soit, cela faisait trèèèèèès longtemps qu'un groupe de Black 90s ne m'avait pas autant fait de l'œil.Dommage qu&apo(...)

17/08/2022, 16:00

Humungus

Un fest que je voulais faire quand j'étais encore jeune et plein d'entrain...Plus du tout le cas maintenant donc. Même si l'affiche beaucoup plus éclectique désormais me plait bien plus...PS : A te croire, malgré l'aur(...)

17/08/2022, 15:43

Jus de cadavre

La taille du report   Merci ! Un fest que je rêve de faire !

17/08/2022, 13:42

Gargan

C'est lØve.

17/08/2022, 10:59

Gargan

On dirait un générique de séries 80s US en boucle   

17/08/2022, 10:56

pierre2

On a le droit de dire que c'est pas terrible ?? mmmh....

17/08/2022, 08:37

Simony

Mouais... c'est pas fou fou...

17/08/2022, 08:30