Une pochette idoine qui en dit long…A première vue, la présence de ce pachyderme semble répondre à de simples critères graphiques, mais finalement, il vous faudra en effet faire preuve d’une mémoire d’éléphant pour vous souvenir de ce combo presque ressorti de nulle part…Enfin de nulle part, pas vraiment, plutôt de Norvège où ce quintette a connu une jolie première partie de carrière nationale couverte de succès et de tournées à l’étranger. Mais encore faudrait-il que vous ayez connu l’affaire à l’époque pour la ramener à la surface de votre conscience…En regardant les photos promo, on se doute immédiatement qu’on n’a pas affaire au bal des débutants, tant les faciès sont marqués par les années, et il est certain que pour remonter aux origines de DA VINCI, il faut faire un petit voyage dans le passé, et dans les années 80 pour être plus calé. A l’époque, le combo était une valeur montante d’un Hard-Rock mélodique à tendance AOR, et s’était permis deux albums hautement recommandables pour tous les fans de mélodies énergiques. 1986, une poignée de démos, puis un deal avec Polygram Norvège pour un premier album éponyme en 1987, rapidement suivi par Back In The Business et un dernier single, « Ain't No Goodbyes/ Blame it on the Radio » en 1991, avant l’inévitable split, dû à de possibles divergences musicales ou un changement global dans les tendances de l’orée des nineties, condamnant les groupes trop précieux à un anonymat soudain qu’ils ne méritaient surement pas…

Mais en 1993, DA VINCI sombra donc dans l’oubli, sans que ses musiciens ne partent chacun sur leur chemin.

En effet, le guitariste Gunnar Westlie et le claviériste Dag Selboskar ont continué leur route ensemble, composant sans relâche pour maintenir la pratique et la pression, sans vraiment savoir que vingt-cinq ans après la séparation de leur groupe, celui-ci renaîtrait de ses cendres pour proposer un troisième album à ajouter à la légende. L’histoire est ainsi faite, se répète souvent, ou continue son cours, en marquant des pauses parfois si longues qu’on finit par se demander si elle ne vous aurait pas oublié sur le bord de la route. Et sur le bord des routes norvégiennes, on retrouve nos deux musiciens, aujourd’hui épaulés par de nouveaux comparses, Erling Ellingsen au chant, Roy Funner à la basse et Bjørn Olav Lauvdal à la batterie, tous unis pour nous proposer ce fameux troisième album que DA VINCI n’a jamais pu publier à l’époque, et qui je l’avoue aurait certainement fait tâche dans le paysage abrupt des 90’s, mais qui trouvera un écho beaucoup plus favorable en 2017, le genre connaissant un retour en grâce depuis quelques années…Ces années, ont-elles d’ailleurs changé le visage d’un quintette qui finalement, ne semble pas avoir trop souffert du temps qui passe ? Que nenni, puisque le style des deux premiers albums est toujours prépondérant, et même plus professionnel qu’à l’époque…trop même pour certain qui reprocheront à Ambition Rocks une certaine froideur de ton et des automatismes un peu flagrants. Mais les véritables amoureux du genre sauront reconnaître un LP de remise en jambes, qui capitalise bien sûr sur la légende et la réputation, sans pour autant se reposer sur des lauriers finalement un peu fanés. Et de fait, Ambition Rocks se situerait dans une moyenne haute de groupes à tendance Hard mélodique/AOR, dont la production pléthorique laisse parfois dubitatif.

C’est cette fois-ci entre les mains des esthètes d’AOR Heaven que les norvégiens ont placé leur destin, en sachant très bien que le label allemand allait en prendre grand soin. La maison de disques s’est donc vu incomber la tâche de promouvoir un disque qui aurait pu voir le jour il y a trente ans sans que personne ne se pose de question, niveau compositions d’abord, mais aussi niveau production, au son un peu tassé et compressé, symptomatique des vinyles de l’époque. On peut lui reprocher d’ailleurs un indéniable passéisme rétro, mais avouons qu’elle convient très bien à des chansons délibérément ancrées dans une nostalgie assumée, celle d’une ère bénie profitant aux groupes mettant en avant de superbes harmonies, le temps où les TNT, STAGE DOLLS, et autres EUROPE trustaient les premières places des charts nordiques, pour le plus grand plaisir des amoureux transis de délicatesse radiophonique. Et admettons que Gunnar et Dag n’ont pas perdu la main pour trousser de magnifiques petits hymnes au romantisme musical, comme le démontre sans complexe des compositions aussi parfaites que le radiophonique à outrance « Rocket of Fame », ou le single plus électrique et NIGHT RANGER/BON JOVI « I’ve Come All This Way », choisi en éclaireur pour illuminer YouTube de son refrain flamboyant et de ses couplets chatoyants.

Les petits nouveaux semblent s’être parfaitement intégrés à la bande, et l’osmose entre les cinq comparses crève les oreilles, ce qui leur permet de signer quelques morceaux assez étranges, comme ce « Vicious Circle », au clavier d’intro tonitruant, et qui rappelle le concept SPACE ELEVATOR dans son désir d’unir dans un même élan AOR convaincant et Hard-Rock saignant. Mélodie plutôt sombre, basse grondante en avant, riff saccadé qui impose les eighties dans un contexte nineties, pour une entrée en matière qui déstabilise et laisse présager d’un tracklisting un peu moins prévisible que la moyenne lisible. Mais dès « Curious Sensation », les choses rentrent dans l’ordre, et la norme le redevient, pour un joli ballet entre une rythmique assurée, un clavier assumé, un chant enflammé et une guitare maîtrisée, pour un déroulage de tapis rouge Hard Rock harmonieux et délicieux certes typique, mais incroyablement magique.

L’émotion n’est pas pour autant rangée sur les étagères des souvenirs, et l’acoustique « Angel » de la rappeler aux lèvres avec une emphase pas si mièvre, mais comme elle est immédiatement nuancée par des attaques acérées comme celle de « Storm On The Horizon », qui nous rappelle au bon souvenir de JAMI JAMISON, et celle Heavy en diable de « Little Lonely », à la basse arrondie, l’équilibre est parfaitement respecté. Difficile une fois encore de trouver une faille dans l’édifice, même si on aurait aimé plus d’audace de la part d’un quintette au bagage si lourd. C’est certes un exercice de style absolument admirable, mais avec une carrière entamée il y a plus de trente ans, une petite prise de risque aurait conféré à Ambition Rocks un parfum charmant, qu’on retrouve évidemment sur la partition de chansons aux refrains béton (« Sole Survivor », difficile de faire plus imperfectible). Il faut dire qu’avec treize morceaux pour cinquante minutes de musique, la redondance ne pardonne pas toujours, même si les survivants osent parfois des choses plus légères et galbées comme ce très bastringue « Painted Lady », qui précède les poncifs de « You’re Mine », le genre de ballade préfabriquée que la bande à Joey Tempest aurait pu nous refourguer sur Prisoners In Paradise.

Le groupe nous laisse d’ailleurs sur une impression étrange, via le synthétique « Touch Of Humanity », à l’up tempo troublé d’arrangements bizarres, et à l’orientation définitivement ancrée dans une orée des années 80, qui annonçait encore discrètement les débordements AOR à venir (ceux de TOTO principalement).

Mais entre une base instrumentale solide, une dextérité intrépide et une science de composition limpide, DA VINCI surfe entre les époques, et annonce son retour avec classe. Je ne sais pas encore si leur ambition leur permettra de survivre encore quelques albums, mais saluons Ambition Rocks pour l’album presque parfait de Hard/AOR qu’il est.


Titres de l'album:

  1. The Return (Intro)
  2. Vicious Circle
  3. Curious Sensation
  4. I've Come All This Way
  5. See U When I See U
  6. Rocket of Fame
  7. Angel
  8. Storm on the Horizon
  9. Little Lonely
  10. Sole Survivor
  11. Painted Lady
  12. Your Mine
  13. Touch of Humanity

Site officiel


par mortne2001 le 11/09/2017 à 17:32
77 %    90

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Pink Mass

Necrosexual

Eyestral

Beyond

Virgil

Initium

Watchcries

Wraith

Midnight

Sweet Death and Ecstasy

Blood Freak

Total Destruction Of The Human Form

Veilside

Eclipse

Full Of Hell, The Body

Ascending a Mountain of Heavy Light

Feast!

Feast!

The Erkonauts

I Shall Forgive

War Possession

Doomed To Chaos

Sweet

Unified

Corpsia

Genocides in the Name of God

Baneful Storm

Invocations

Boycott

The Mighty

Naeramarth

The Innumerable Stars

Nephren-ka

La Grande Guerre De L'Epice

Warcall

Invaders

Ailafar

Heartbeat

Savage Annihilation + Nephren-Ka + Geniteur + Inseminate Degeneracy

Jus de cadavre / 21/11/2017
Brutal Death Metal

Interview de l'asso La Vonologie

Jus de cadavre / 17/11/2017
Festival

Lezard'Os Metalfest 2017

Simony / 13/11/2017
Post Hardcore

Concert Metal

Simony / 07/11/2017
Djent

Concerts à 7 jours

+ Solstafir + Myrkur

21/11 : Antipode, Rennes (35)

Stolen Memories + Black Widow's Project + Mother And Pearl

24/11 : Warm Audio, Decines-charpieu (69)

Seeds Of Mary

24/11 : Espace El Doggo, Limoges (87)

Dying Hope + Desperhate

25/11 : Alex's Tavern, Rennes (35)

Volker + Adx + Lurking

25/11 : Espace René Fallet, Crosne (91)

Solstafir

26/11 : Jas'rod, Pennes Mirabeau (13)

Photo Stream

Derniers coms

belle affiche , les bretons sont veinards, félicitations


Ben pour beaucoup, BEHEMOTH c'est le groupe froid et clinique de The Apostasy par exemple alors que pour d'autres c'est aussi un groupe de Black comme il l'était à ses débuts. Dans le cas de VIRGIL l'influence est clairement dans le chant mais aussi certaines parties de guitare.
Mais je sui(...)


Même si le style n'est pas pour moi, ça tient la route. C'est fou en tout cas le nombre de groupe de deathcore qui cite BEHEMOTH comme grande influence... Ça donne du crédit auprès des metalleux de base ? :D


Ouais, balèze cette annonce ! Pour une première "vraie" édition fallait oser !


Belle affiche pour ce festival, Manilla Road fait partie des groupes que j'aimerai bien voir une fois quand même !