Dieu (ou Satan, au choix) sait que le Death technique n’est pas ma tasse de thé. Les rythmiques marteau-piqueur triggées, les riffs interchangeables et pompés sur SUFFOCATION et/ou MORBID ANGEL, le chant grognon qui rebondit sur les parois de la caverne…Non merci.

Mais dès lors qu’un groupe s’en revendique, tout en prônant d’autres valeurs, et faisant de fait preuve d’ouverture, alors mon intérêt s’éveille immédiatement, et parfois, se satisfait grandement du culot de musiciens un peu moins bornés et bourrins que la moyenne.

Ainsi, Bogota, la Colombie, pour un parcours assez chaotique, et un album qui ne l’est pas moins, mais diablement créatif et bouillonnant d’inventivité.

Pourtant, les influences sont là, et classiques. DEATH, CARCASS, CANNIBAL CORPSE, HYPOCRISY, LAMB OF GOD, ROMPEPROP, GRONIBARD, JUDAS PRIEST, OBSCURA, THE FACELESS, AMON AMARTH, PUTRID PILE, CHILDREN OF BODOM, IRON MAIDEN, MEGADETH, en gros, les classiques des classiques et…

Hein, comment ? GRONIBARD ? Là, j’avoue que la mention méritait d’être soulignée, puisqu’un trio colombien se réclamant de l’engeance de nos français farceurs (presque) préférés, n’est pas chose commune. Mais en sachant en sus que les trois acolytes en question aiment à mixer le Thrash, le Death, le Grind, le Goregrind, le Heavy, le Power et touiller le tout avec envie, la chose devient de plus en plus intéressante.

Et l’écoute du Into the Deep Madness Abyss en question achève de dissiper les derniers doutes. Oui, les HUMAN DRAIN sont formellement tarés, le revendiquent, et en sont fiers.

Sauf qu’en plus, ce sont de sacrés musiciens, et des compositeurs complètement flingués. Genre quoi ? Genre un mélange absolument contre nature et risquant l’excommunication entre CARNIVAL in COAL, BEHEMOTH, EXHUMED, DEATH et le CARCASS le plus Heavy, le tout agencé de façon à vous faire tourner en bourrique et vous étrangler d’une multitude de plans qui se percutent à une vitesse de fou. En gros, en substance, en détail et en transe, l’album de Death foutraque et libre de la matraque de l’été, qu’on va écouter, disséquer, analyser et apprécier dans les grandes largeurs sans être sûr de le comprendre.

Et plus c’est difficile, plus j’aime ça. Mais ça, vous le savez aussi, puisque vous aimez aussi.

Alors, allons-y, Oscar Rojas (basse/chant), Gustavo Sierra (guitare/chant) et Rodrigo Rojas (batterie), dernier line-up connu d’un groupe né en 2008, et qui au départ se consacrait à des reprises en tous genres avant d’établir son répertoire suite à une stabilisation de formation presque involontaire. Depuis, du travail, sans relâche, des efforts, mais un don au départ. Celui d’amalgamer des styles extrêmes, en les gardant extrêmes, et en aboutissant à une musique aussi viscérale que brutale, et aussi sadique que ludique. Un peu comme si les PSYKUP, PRIMUS, IWRESTLEDABEARONCE prenaient des cours de Brutal Death en compagnie de Chris Barnes et SUFFOCATION, tout en louchant sur le Gore bien craspec des MORTICIAN et autres LAST DAYS OF HUMANITY.

Tout ça tourne à fond dans la centrifugeuse de leur esprit aux idées brumeuses, et donne des cocktails tutti-frutti/tabasco/menthe à l’eau comme « Paradox », single de l’impossible, qui réussit la gageure de nous donner envie de vomir comme d’aller faire un câlin à notre voisin. Cris porcins, hurlements de zombies du petit matin, mais mélodies de guitare impeccables et rythmique implacable, dans une valse sans hésitation entre une version débraillée et sanglante d’ARCTURUS et une gigue infernale dans les bras d’Arno Strobl.

L’image vous sied ? Le pas de deux vous donne envie d’emballer le premier macchabé rencontré ?

C’est normal, puisque c’est aussi explosif qu’efficace, et aussi harmonique que dégueulasse. Et c’est fait exprès.

Mais plus sérieusement, et au-delà des bons mots et des formules à l’emporte-pièce, Into the Deep Madness Abyss est une gigantesque claque à la morosité ambiante, et se veut aussi groovy qu’il n’est enivrant. On a même le sentiment d’écouter la BO improbable d’un film complètement déjanté, racontant les aventures de flics morts-vivants enquêtant sur la disparition d’un chanteur Death d’opéra dans les rues de Bogota (« Shttuttuttut!»)

Difficile à croire ? Oui, mais tellement plaisant à écouter.

Car lorsqu’un groupe ne recule devant aucun défi, qu’il n’accepte aucune limite, et qu’il se montre aussi ironique que sa musique n’est atomique, le résultat est tout simplement…admirable. Et à ce niveau-là, les HUMAN DRAIN n’ont de leçon à recevoir de personne tant leurs morceaux peuvent se montrer aussi symphoniques qu’ils sont atypiques (« Be Really Dead », instrumental génial de quelques secondes, mais qui font ripailles de vos entrailles).

Et lorsque tout s’emballe et survole des hauteurs Brutal Death à la limite du Gore, nous sommes tous d’accord pour hurler qu’on en veut encore (« I Need to Kill You », oh oui, tuez-moi, mais à grands coups de grognements de plantigrade et de sifflantes d’harmoniques transcendantes). Mais finalement, cet album pourrait symboliser l’équivalent audio d’un épisode bien velu de The Walking Dead, avec attaque de rodeurs les dents pleines d’ardeur (« Infection »), avec une résistance humaine qui commence à salement accuser le coup des pertes (« Human Waste », Brutal Death Heavy et méchamment accrocheur, en équilibre entre blasts, double grosse caisse et saccades rythmiques sadiques), et qui du coup hésite à apprécier la bataille ou à s’en sortir vaille que vaille (« Enjoy Or Hide », mid tempo ou pas, qui pilonne, cartonne, bougonne et taille dans le vif avec des envolées en lead rappelant les bottes secrètes de Larry Lalonde).

Parvenu à ce stade, je suis certain que vous ne voyez toujours pas où je veux en venir. Mais ça, c’est normal, c’est fait pour. Parce qu’expliquer clairement ce que les HUMAN DRAIN ont voulu obtenir en enregistrant Into the Deep Madness Abyss serait comme :

  • Faire preuve d’un manque d’humilité crasse
  • Révéler à un néophyte toutes les subtilités comico-gore de Braindead ou Bad Taste
  • Dire à un pauvre gosse que le Père Noël n’existe pas et que ce sont bien ses parents qui lui achètent ces cadeaux pourris au supermarché du coin.

Et moi, je vous aime. Comme j’aime ces colombiens chafouins. Alors, je vais juste m’arrêter là.


Titres de l'album:

  1. Infection
  2. Human Waste
  3. Onto The Path
  4. Enjoy Or Hide
  5. Move Away
  6. Confusion Train
  7. Paradox
  8. Shttuttuttut!
  9. Be Really Dead
  10. I Need to Kill You

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 11/08/2017 à 14:51
85 %    305

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


GuTs!
@186.154.146.26
14/08/2017 à 15:53:44
Merci Metalnews! Ravi de vous rencontrer, et de savoir que vous apprécierez notre art!, love from Colombia. (Human Drain) ;)

Ajouter un commentaire


The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Skeletoon

They Never Say Die

Temple Balls

Untamed

Starchild

Killerrobots

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)


cool report !

peut etre aussi moins de monde car affiche avec au final tres peu de black comparé aux précédentes éditions j'ai l'impression,mais ca reste plutot bien fat comme affiche ! il va bien falloir que je me deicide a bouger mon boule en Hollande.


ca faisait longtemps que je n'avais pas ecouté Hate, et merdum ? c quoi c'truc tout mou


*que pour les marathoniens


Concernant la bière si il faut choisir oui la Jup c'est mieux que la kro mais bon... on a sans doute trop pris l'habitude des bonnes bières artisanales qu'on trouve partout aujourd'hui ;)
Sinon oui au début (et / ou bourré) la salle c'est un peu Poudlard : quand on prend un escalier on sai(...)


j'aime bien , un album ou on discerne chaque intrument. A retenir dans un coin de la tête pour cet été.


Je n'y étais pas cette année, mais effectivement, très, très bon fest que celui-ci.
- J'ai effectivement entendu dire par quelques comparses qui eux avaient fait le déplacement que c'était l'année où il y avait le moins d'affluence. Bizarre au vu de l'affiche toujours aussi bandante.


Très beau récit, merci ! Cela donne envie. Je ne suis pas étonné de l'apathie du public Néerlandais, il paraît que ce sont les pires à travers toute l'Europe pour ça. Mais cela n'empêche pas de profiter.


Merci pour le report, ça donne envie d'y aller ! :)


Oui la pochette est superbe.