Red Is the Color of Ripping Death

Nunslaughter

27/08/2021

Hells Headbangers Records

Il y a des groupes qu’on ne présente plus. Leur parcours parle de lui-même, et l’entité maléfique américaine NUNSLAUGHTER en fait partie. Pour plus d’une raison d’ailleurs, mais en premier lieu, sa longévité. Formé en 1987 à Pittsburgh après avoir battu pavillon DEATH SENTENCE pendant deux ans, le combo atomique n’a pas traîné en lâchant sa première démo la même année (Ritual of Darkness), imposant un son cru, et une attitude rebelle. Et si à l’époque le secret était encore bien gardé dans l’underground et les clubs locaux, il s’est vite répandu comme une traînée de poudre dans les milieux autorisés, faisant de cette congrégation une sorte de légende miniature dont personne ne pouvait prédire l’avenir. Et l’avenir pour les NUNSLAUGHTER a été plus que chargé et représente en 2021 une somme conséquente de travail. Si les sites référentiels proposent un listing exhaustif de leurs sorties, il reste quand même compliqué de compiler le parcours de la horde sans manquer un épisode. Véritables Zappa du genre, les américains ont publié un nombre hallucinant de EP’s et de splits, devenant par la même l’un des groupes les plus productifs du genre, à même de défier les tarés Grind sur leur propre terrain de prolixité.

D’ailleurs, le format court a toujours été privilégié par Don of the Dead aka Donald Crotsley, seul membre d’origine restant encore accroché à sa basse et son micro. A tel point qu’en trente-quatre ans de carrière, le tempétueux leader ne s’est autorisé que cinq longue-durée, dont ce petit dernier fait partie. Cinq albums en plus de trois décennies, on ne peut pas dire que les trente-trois tours et un tiers conviennent à la musique des désormais résidents de Cleveland, dont le line-up n’est stable que depuis 2019, et l’arrivée de Detonate à la basse.

Pourtant, Red Is the Color of Ripping Death n’est pas vraiment une nouveauté intégrale. Avec ses quatorze morceaux, il propose au contraire un point de jonction entre le passé et le présent, et offre aux fans un enterrement de première classe pour le défunt batteur historique Jim Sadist, décédé en 2015. On le sait, la perte de ce percussionniste a été très difficile à avaler pour Don et les fans, et retrouver des titres co-composés par le bassiste et le batteur devrait permettre aux plus affectés de faire leur deuil dans le chaos le plus logique. Le reste du nouveau répertoire a évidemment été élaboré avec le nouveau line-up du groupe, soit Tormentor (guitare, depuis 2014) et Wrath (batteur depuis 2016), mais il est impossible de faire la différence entre les deux aspects de cet album, le passé et le présent se mélangeant dans une rage incroyable et une énergie explosive, la trademark du groupe depuis ses débuts.

Le quatuor continue donc de fréquenter les couvents pour massacrer quelques bonnes sœurs n’ayant rien demandé au seigneur des ténèbres. De pauvres nonnes qui se retrouvent la jupe en l’air et le fessier découvert, prêtes à subir les pires assauts soniques de cette bande de barbares qui ne conçoivent le Death Metal que sous son aspect le plus blasphémateur et primaire.

Impeccablement produit et mixé pour sonner propre dans la saleté, masterisé pour exhaler des odeurs de sueur sous les aisselles, Red Is the Color of Ripping Death est un pur produit nostalgique bien de son temps. Après tout, NUNSLAUGHTER peut aisément se permettre d’être légèrement nostalgique, sa longue carrière arguant d’une position confortable de précurseur d’un style qui semble primitif, et qui pourtant demande beaucoup de précision dans la débauche. Ainsi, les quatorze nouveaux hymnes au blasphème se décomposent entre attaques écrasantes en mid et courses poursuite en fast tempo, certains morceaux ne prenant même pas la peine de durer plus de deux minutes. Pas de surprise donc, ni bonne ni mauvaise, mais l’occasion d’apprécier le groupe dans un contexte qu’il ne privilégie que très rarement, au profit de formats plus courts. Un LP des américains s’apprécie donc à sa juste valeur, et en encaissant des chocs frontaux comme « Black Cat Hanging » ou « Murmur », on se rend compte que le temps n’a pas de prise sur Don of the Dead, dont la foi sans failles est intacte depuis ses débuts tonitruants.

Je ne jouerai pas la demi-mesure, et j’affirmerai en ces lignes que ce cinquième album est largement supérieur à la déception énorme produite par l’autre légende IMPALED NAZARENE cette année. Alors que l’entité finlandaise s’est assise sur ses lauriers pour sombrer dans le conformisme poli, NUNSLAUGHTER continue de saper les fondations du monde moderne pour le faire exploser de l’intérieur, et créer un choc universel. Toujours aussi à l’aise dans les morceaux les plus crus faisant la part belle à un Death légèrement Thrash et complétement Black dans l’attitude (« Dead In Ten », nucléaire et irrésistible), et dans une approche plus lapidaire et jouissive (« Beware Of God »), Don of the Dead prouve que le temps n’a pas d’emprise sur sa rage, et que quel que soit le line-up, l’importance de son groupe reste la même.

Sorte de MOTORHEAD de l’extrême, NUNSLAUGHTER repose sur l’énergie et la stature d’un leader soutenu par les bons musiciens. Le groupe ne changera jamais d’optique, ne se rangera pas des voitures pour conduire un monospace, et continuera de trousser des nonnes en douce dans la sacristie avant de les saigner à blanc. Et quel plus bel hommage que ce Red Is the Color of Ripping Death pour se rappeler encore du fantastique et sympathique batteur qu’était Jim Sadist.      

 

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Murmur

02. Broken And Alone

03. To A Whore

04. Banished

05. Red Is The Color Of Ripping Death

06. Eat Your Heart

07. Annihilate The Kingdom Of God

08. Beware Of God

09. Black Cat Hanging

10. Dead In Ten

11. The Devil Will Not Stray

12. The Temptress

13. Casket Lid Creaks

14. Below The Cloven Hoof


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 22/09/2021 à 15:26
80 %    444

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos

LA CAVE #6 : une sélection d'albums Metal Extreme

Jus de cadavre 20/08/2021

La cave
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Humungus

OUHLALALALA !!! !!! !!!Incontestablement une des news de l'année ça !!!Achat sans écoute !!!

19/10/2021, 09:28

Wildben

Entre cette triste nouvelle et le décès du bassiste de Bukowski, ça a vraiment été une journée de merde pour notre scène au sens large.

19/10/2021, 07:07

Moshimosher

J'apprends la nouvelle ici-même... Quel gâchis ! RIP...

18/10/2021, 23:37

Bones

Elle apparaît sur The Principle Of Evil Made Flesh. Je l'ignorais.  Bien triste fin, quoi qu'il en soit. :-(

18/10/2021, 23:08

sofs

Des loups dans les chiottes. Très fin comme nom de groupe...La musique est à l'avenant: bien chiasseuse.

18/10/2021, 21:19

Humungus

Bah merde !!!J'étais loin d'imaginer que quelqu'un comme ça faisait parti des victimes...(Oui, je sais, c'est une phrase à la con mais c'est tellement vrai)J'écoute du HAGALAZ' RUNEDANCE depuis la fin des 90s et s(...)

18/10/2021, 20:27

RBD

Ses multiples projets ne s'adressaient pas beaucoup à moi mais ce n'était pas une inconnue. Quand j'ai vu ça hier soir, je suis resté incrédule un petit moment.

18/10/2021, 18:47

Jus de cadavre

Pareil, le choc. L'album Frigga's Web a énormément tourné chez moi. Quelle tristesse.

18/10/2021, 18:45

Pomah

Épisode trop court, y'a encore tellement de chose à dire sur ce groupe fabuleux. 

18/10/2021, 16:47

Raumsog

A sa décharge il produit des oeuvres assez différentes (tout en restant un bon disciple de Beksinski quand même) mais les groupes ne semblent vouloir de lui qu'une seule chose : un gros bonhomme de 300 mètres de haut avec une serviette sur la tête (et des tou(...)

18/10/2021, 16:46

Pomah

Elle aura bercé pas mal de mes nuits d'automne, notamment avec Volven. C'est quand même con de mourir comme çà. RIP

18/10/2021, 16:41

Simony

Je ne sais pas si c'est lui mais cela ressemble étrangement à celle de Mirror Reaper de BELL WITCH ou celle de Walk Beyond the Dark de ABIGAIL WILLIAMS, de même du dernier NECROGOD et effectivement ça commence à se voir...

18/10/2021, 15:09

KRONEMBOURG

Remarque, mourir assassiné c'est très BLACK METAL ! non je plaisante, quel manque de bol.... RIP

18/10/2021, 13:44

Satan

Une des plus tristes nouvellles de l'année assurément...

18/10/2021, 12:16

Buck Dancer

Mariusz Lewandowski ( j'imagine que c'est lui la pochette) est très doué, mais il devient comme AC/DC. On ne change pas une formule qui marche! 

18/10/2021, 11:11

piem

NOMED du Nord !! mais alors au nord de la Loire

18/10/2021, 10:31

Simony

Je suis d'accord, rencontrer les bonnes personnes au bon moment ne suffit pas, faut-il encore pratiquer une musique intéressante et personnelle ce qui est le cas pour SUP / SUPURATION.

17/10/2021, 12:31

Kerry King

https://www.blabbermouth.net/news/kerry-king-on-his-post-slayer-project-it-will-be-fking-good/Le pere King parle de son projet justement. 

15/10/2021, 23:04

afarf

bof 

15/10/2021, 21:01

Humungus

C'est plus ce que c'était c'est sûr, amis cela reste du UNLEASHED pur jus..."D'après les deux extraits, j'ai l'impression que le groupe s'assoupli alors qu'il gagnerait à se durcir"CLAIR !!!

15/10/2021, 09:05