« Il ne faut pas lier un navire à une seule ancre, ni une vie à un seul espoir… » [Epictère]

La vie est un long voyage, au long-cours, et les étapes, embûches, tempêtes, naufrages font partie de l’aventure, tout comme les mers d’huile qu’on appelle communément routine. Et entre les traversées sans encombre vous emmenant à bon port de la mort, et les récifs qui taillent vos espoirs en charpie, les options sont multiples, mais le résultat est le même. Il faut parfois essayer de dominer les flots et marées pour s’aventurer plus loin que le vent veut bien nous porter. Métaphore intéressante, mais surtout parfaitement adaptée au premier LP des belges de HÆSTER, qui avec All Anchors No Sails nous démontrent que parfois, embarqué sur frêle esquif artistique ou les deux pieds sur le pont d’un paquebot de créativité, il faut savoir tenter quelque chose de différent pour s’accomplir et se découvrir sous une autre lumière. Preuve en est faite à la lecture du casting de ce nouveau groupe, qui réunit en son sein des figures fameuses de la scène belge, et d’anciens membres d’ABORTED, NEMEA, DEDICTED, CUSTOMS, DEATH BEFORE DISCO et HORSES ON FIRE , qui ont soudainement décidé de changer de cap, et d’abandonner leur direction d’origine pour s’orienter vers les contrées du Post Metal, bien que cette étiquette hautement restrictive de son flou peine à les définir avec acuité. Oubliées donc les obsessions pour le Death Metal, la fascination pour le Thrash et le Hardcore, le Rock maniéré, et l’Alternatif musclé, puisque la nouvelle tendance de ce quintette (Ace Zec, Joan Govaerts, Maarten Levecque, Thijs Decloedt et Wannes Kerckhove) serait plutôt du genre lourde et appuyée, mais aussi mélodique et aérée. Post Metal donc par facilité, puisque je vois mal un terme plus précis baliser leur inspiration, mais à l’écoute des huit pistes de ce premier effort, il me semble que la pluralité est de mise, et pas n’importe laquelle.

Pour mieux vous aider à situer les débats, je pourrais parler d’une forme de Sludge très dénaturée, et adaptée à un contexte Post harmonique mais pas condescendant, ou à une version très personnelle des traumas d’un NEUROSIS soudainement fasciné par les dérivations de THE OCEAN. Plus en détail, on soulignera la gravité des riffs, leur lancinance, la versatilité des lignes de chant, entre clarté et grain grossier, mais aussi le découpage qui permet à des arpèges clairs de disputer l’espace vital avec une distorsion excessive. Pourtant, l’excès est bien le dernier des pêchés dont on pourrait accuser les HÆSTER sur All Anchors No Sails, puisqu’une certaine mesure est de mise. Mesure qui leur permet d’éviter le chaos, mais qui les empêche parfois de dérouler leurs voiles à plein pour avancer un peu plus vite à l’horizon. Si la puissance et la nuance sont les deux composantes essentielles de la musique proposée sur ce premier LP, on trouve trace du passé de certains des membres, notamment dans ce chant très Death qui rappelle évidemment en plus modulé le background d’ABORTED, mais qui ne tire toutefois pas la musique vers les ténèbres violentes d’une antimusicalité annoncée et prévisible. Et si tout n’est pas encore parfait, puisque la diversité est de temps à autres sacrifiée à l’unité, l’impression globale qui se dégage de l’œuvre est celle d’une maîtrise incroyable, et d’une maturité étonnante pour un groupe fondé il y a peu.

NEUROSIS, mais aussi les MELVINS, un peu de MASTODON, le côté progressif remplacé par des itérations post-industrielles, une petite touche d’OPETH pour les prétentions mélodiques, et finalement, un gigantesque Crossover qui en dit long sur les intentions. Un Crossover qui n’empêche pas une logique imparable, puisque les morceaux se fondent les uns dans les autres en transition fluide de thèmes qui se chevauchent, formant un tout homogène, et peut-être trop pour certains. Il est même assez difficile en étant objectif de séparer certaines pistes d’autres qui leur ressemblent fortement, et pourtant, l’écueil dangereux de l’ennui est évité par d’habiles arrangements d’arrière-plan qui soufflent une brise bienvenue sur les segments les plus redondants. Ace Zec, batteur et producteur a conféré à cette réalisation le son massif dont elle avait besoin, et le mastering assuré par Karl Daniel Lidén maintient la pression, et cimente les instruments pour qu’ils fassent bloc, tout en laissant respirer les guitares lorsque la douceur mérite toute l’attention. On appréciera ainsi les riffs monolithiques qui pèsent de tout leur poids, mais qui réussissent à se mouvoir de biais pour assurer le groove que la rythmique massacre d’un down tempo souligné et martelé. Les samples, disséminés avec parcimonie pour servir l’histoire permettent aussi de s’immerger dans l’aventure, donnant parfois à l’odyssée des teintes homériques à la HYPNO5E, spécialement lorsque l’horizon s’illumine sur « Graves », au titre pourtant funeste. La dérive Post Metal n’est donc pas si incongrue que ça, à partir du moment où l’on comprend que les capitaines du navire ont su barrer selon leur plein gré, et non par obligation pour suivre les courants.

Mais il est certain que les voyageurs qui monteront à bord pourront se sentir légèrement nauséeux, et invoqueront une houle de lancinance pas forcément facile à gérer. Si conceptuellement et globalement, All Anchors No Sails reste un travail d’intérêt, son refus de s’écarter d’un schéma bien établi l’oblige pour le moment à se reposer sur une recette encore trop systématique, alors qu’on sent que le bagage des musiciens/matelots leur permettrait d’aller encore plus loin, et surtout, ailleurs. D’où cette impression d’ancre qui reste parfois coincée dans les bas-fonds, empêchant l’embarcation de dévier de sa route trop bien tracée. D’autant plus que les étapes marquées sont parfois d’une longueur qui pourra paraître rebutante, même si des chœurs désincarnés de sirènes et une intensité appuyée pourront faire passer le temps plus rapidement (« So That We Could Live », quelques stridences, une approche louvoyante, et un chant qui s’enfonce dans la boue Death jusqu’au cou). On pourra arguer du fait indéniable que malgré des à-coups et contretemps, la rythmique préfère rester dans le rang, et pilonner son down tempo sans relâche (ce qui rapproche le groupe d’une forme de Sludge non avouée, mais patente), et que les riffs, malgré leur majesté toute en lourdeur, peinent à trouver des thématiques excentrées. Mais lorsque le climat le permet, et que l’ambivalence transforme le voyage en gros grain faisant méchamment tanguer le bateau (« Ghost In Machines »), on se prend au jeu, et on en oublie les quelques défauts de pilotage automatique un peu trop flagrants. Mais malgré ces griefs assez modérés au demeurant, HÆSTER parvient à hisser son pavillon suffisamment haut pour être remarqué, et signe avec sa première traversée une épopée plus proche de l’Odyssée que du Titanic.


Titres de l'album :

                        1.Ironmongers

                        2.Ghost In Us

                        3.So That We Could Live

                        4.Bucephalas

                        5.I've Seen This Blood

                        6.Graves

                        7.Ghost In Machines

                        8.All Anchors No Sails

Facebook officiel


par mortne2001 le 30/11/2018 à 18:22
70 %    344

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Sons Of Morpheus

The Wooden House Session

Seven Spires

Emerald Seas

The Dues

Ghosts Of The Past

Quiet Riot

Hollywood Cowboys

Angel Witch

Angel Of Light

Vastum

Orificial Purge

Divide

From Seed to Dust

Soul Grinder

The Prophecy of Blight

Silverstage

Heart n’Balls

Surgical Strike

Part of a Sick World

Annihilator

Ballistic, Sadistic

Scratches

Rundown

Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Depraved + Adx + Factor Hate

01/03 : Salle Des Fêtes, Fismes (51)

Napalm Death + Rotten Sound + Eyehategod

03/03 : La Machine Du Moulin Rouge, Paris (75)

Visions Of Atlantis + Chaos Magic + Morlas Memoria

27/02 : Le Grillen, Colmar (68)

+ Putrid Offal + Sublime Cadaveric Decomposition

28/02 : Le Bistrot De St So, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

@Sinii : en effet, c'est ce que j'ai pu lire également (malheureusement je ne sais plus où...)


Tu m'étonnes. Je note la cover réussie de cet album en attendant d'en entendre un premier extrait.


C'est pas le gars de Deathcode Society qui a composé le nouvel album?
Je crois avoir lu ça quelque part...


Grande nouvelle. 2020 sera scène extrême française ou ne sera pas !


Rose Hreidmarr au chant comme pour le précédent album. Pour le reste je sais pas... Pas de line-up annoncé sur Metal Archives (pour l'instant).


Ben voila, il n'y a pas de raison que le metal français n'ai pas le droit à son mélodrame de nom ;). Bon pour le moment nous avons qu'une seule version de l'histoire...

Pour parler musique, j'avais beaucoup aimé "Sur les falaises de marbre", surement un de mes albums préféré de 2(...)


Mmm, musicalement, les deux derniers albums étaient intéressants, pas faciles en terme de composition, mais plutôt ambitieux et instrumentalement réussis, même parfois brillants. Rien à dire sur le parti-pris et la prise de risque. C'est la voix de Greene qui ne me séduit pas au point d'achet(...)


A noter qu'a priori il y a baleine sous gravier avec ce retour de GLACIATION, au vu du post publié par Valnoir sur sa page fb => https://www.facebook.com/jean.simoulin.7/posts/651167092299009?__tn__=K-R
Pour ceux qui ont la flemme de lire en anglais, les collègues de Scholomance Webzine ont (...)


Bon, j'ai pas encore écouté ce dernier album, mais le peu que je m'en suis fourré dans les esgourdes pour l'instant ne me fait pas changer d'avis sur ce groupe que j'ai tant vénéré dans les 90's.
De fait, Yoloman + 1 000 000 !!!


Un des dieux de mon petit panthéon personnel.
Quand on sait que j'ai débuté ma carrière Métallique en me plongeant corps et âmes dans AC/DC, c'est donc à mon sens tout bonnement indispensable.


Tellement mauvais et tellement drôle à la fois qu'on leur accorde l'indifférence avec mansuétude.


"quand on veut écouter du vieux Death Metal qui schlingue la gerbe et la bile, on se coltine un vieil INCANTATION, un des premiers BOLT THROWER, et vogue la gerbe le long du canapé"
:D !


Ah et puis Sieur Simony, je n'ai pas pu attendre votre fameux crédit à si faible taux...
Ma pré-commande est déjà passée.


Titre plus que prometteur en effet !


Après quelques minutes de recherche sur la toile, voici ce qu'il y a réellement dans cette fameuse box :
"Vinyl Features:
+ Mud-Green / Black Marbled Vinyl
+ Gatefold Jacket
+ A1 Size Poster (~23.4" x 33.1")

Box Set Includes:
----------------------
(...)


@Blind :
Ah ah ah !!! !!! !!!
Ton intervention (très gentille au demeurant...) m'a laissé perplexe quelques secondes avant de me rendre compte que tu avais mal compris mon propos : N'ayant pas vu de descriptif de ladite box et ne m'étant donc fié qu'aux photos de NUCLEAR BLAST, je ne(...)


@Humungus: Les patches ce sont les bon vieux écussons à coudre sur ta veste en jean ou ton cuir (ou comme le faisait le lycéen que j'étais au début des années 2000 sur ton sac à dos Eastpack).


T'as ça aussi sur le label d'origine Metal Blade. Bon morcif, déjà que le EP contient un sacré titre, ils ont gardé leur sens de la composition, les gaziers. Hâte d'avoir ça en mains.


"J'vous ai d'jà dit que j'prêtais d'l'argent à des taux pas dégueulasses ?"


La pochette, c'est un peu ce qui reste sous mon cerisier à une certaine période.